• Accueil
  • > Recherche : speed cooking paris

«speed cooking» pour mères de famille pressées

4042009

La tribu des actrices de «Desperate Housewives», saison 4. 

**La tribu des actrices de «Desperate Housewives», saison 4

Préparer dix repas en deux heures, ou comment gérer son emploi du temps – et son congélateur – de mère de famille active, en évitant la crise de nerfs.

 * Cuisine accélérée pour mères de famille pressées. – Le speed cooking ? Une nouvelle tendance de plus venue tout droit des États-Unis ? Pas seulement. Un nouveau comportement de cuisine rapide que les citadines françaises commencent déjà à adopter. Du moins, celles qui souhaitent optimiser leur temps libre après une longue journée de travail et refusent de passer systématiquement la soirée derrière les fourneaux.

* Ni courses ni vaisselle. – En échange d’une somme symbolique, un restaurateur du quartier accepte de mettre sa cuisine à disposition de petits groupes de femmes. Deux fois par mois, celles-ci viennent préparer une dizaine de menus (entrée + plat) pour les quinze jours à venir. Le chef cuisinier et son commis suggèrent des recettes, font les courses, épluchent, émincent les légumes, découpent et précuisent les viandes. Les apprenties cuisinières n’ont plus qu’à ajouter leur touche personnelle par un assaisonnement ou une sauce, en fonction des goûts de leur tribu. Pas de vaisselle ni de courses à faire : des aliments aux condiments, tout est là, à l’exception du kit d’emballage. « Il y a un réel besoin », note Muriel Amoretti, architecte et mère de deux enfants, qui a lancé le speed cooking il y a trois mois à Bastia, en Corse. « Ce principe permet de simplifier la vie des femmes, même les plus organisées. Grâce au speed cooking, on mange tous les soirs des plats différents et assez élaborés, que je n’aurais jamais le temps de préparer moi-même, comme les papillotes de saumon, moules farcies ou veloutés de légumes. » Prochainement, Muriel Amoretti pourrait d’ailleurs développer son concept à Paris.

* On repart avec sa glacière pleine de barquettes étiquetées. – Tout paraît beaucoup plus simple et plus rationnel qu’à la maison. Il suffit de bloquer deux heures deux lundis par mois. « C’est à la fois ludique et convivial, on apprend à faire des plats qu’on ne connaît pas, comme le riz thaï ou les brochettes de poulet coco », ajoute la jeune architecte. Attention, pas question de réchauffer un plat préparé au micro-ondes dans son emballage d’origine. Au contraire, ce qui est apprécié, c’est de servir à sa famille un repas tout droit sorti du four, encore fumant.

* On fait des économies. – Non seulement les desperate housewives gagnent du temps, mais aussi de l’argent. Le coût d’un menu pour une personne est estimé à 6 €. Ainsi, pour un couple et ses deux enfants, les dix repas reviennent à 240 €.

  ** A vos fourneaux !

Les cinq commandements

1. Sympathiser avec le restaurateur voisin pour squatter sa cuisine le jour de sa fermeture hebdomadaire.

2. Bien choisir ses copines afin de pouvoir papoter tout en épluchant.

3. Investir dans une bonne ­glacière… voire deux !

4. Prévoir un bon stock de barquettes et de boîtes hermétiques.

5. Débrancher le micro-ondes : les plats sont meilleurs réchauffés au four traditionnel.







robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...