• Accueil
  • > Recherche : exercices abdos photos

Profiter des bienfaits du moment

8062011

**Reportage

*Des fiançailles…pendant la nuit, en pleine campagne

*Trois villes visitées en moins de huit heures

*Plats de poissons délicieux à Ghazaouet

mar14c.jpg

Lundi 16 juillet 2012, j’ai participé à des fiançailles dans un village situé dans la région de Tlemcen. Il a fait plus de 40 degrés ce jour-là, mais cela ne nous a pas empêchés d’effectuer un voyage de plus de 600 kilomètres aller et retour. Nous sommes partis d’Oran en voiture, le même jour vers les 18 heures et nous sommes arrivés aux environs de 21 heures. Nous étions les premiers à être présents dans la maison de la fiançée où son son père nous attendait avec
beaucoup de courtoisie, nous et les autres invités. C’était une maison de maitre avec deux étages, érigée au beau milieu de la campagne, entourée de quelques habitations se comptant sur les doigts de la main. On nous fit monter sur la terrasse qui était assez grande pour contenir plus d’une centaine de personnes. Au bout de quelque temps après notre arrivée, elle fut presque pleine de gens du village venus assister aux fiançailles. Après la cérémonie de la « fatiha », on nous fit servir des dattes et du lait. La prière d’El Ichaà effectuée collectivement sur place, on nous prie de nous déplacer à la salle des fêtes qui était mitoyenne de la maison. Là, un bon repas copieux et délicieux nous fut servi avec beaucoup de bonté. Puis nous sommes retournés sur la terrasse où nous étions auparavant, pendant que les femmes investissaient la salle des fêtes pour continuer la soirée.  La musique et les you-yous parvenaient jusqu’à nous dans les détails et résonnaient loin dans la nuit sur la campagne, à des kilomètres de là.

C’étaient des fiançailles entre la fille du village, une émigrée, et le garçon de la ville d’Oran. C’était donc, la rencontre et l’alliance de deux mondes différents. Et les femmes, avec leur perspicacité habituelle, savent généralement, gérer ce genre de différence. D’après les échos qui me sont parvenus, la soirée s’est déroulée de façon normale, dans la joie et la bonne humeur…Sauf un petit incident survenu vers la fin, et qui a failli dégénérer. Finalement, il a été circonscrit et les choses sont rentrées dans l’ordre. Des jeunes du village ont tabassé un jeune de la ville parce qu’il avait accepté de dancer avec une fille des leurs ! Cela ne leur a pas plu. Le jeune citadin, en toute bonne foi, n’avait pas présagé la réaction « un peu jalouse » des autres. Il a été surpris quand il s’est trouvé tout seul au milieu de trois ou quatre garçons…et il a reçu quelques coups…Et lui, en gentlemen, il n’a même pas voulu riposter, pour ne pas gacher la soirée ! L’incident a été clos, mais non sans laisser quelque amertume chez les uns et les autres. Moi, ça m’a fait rigoler un peu et j’ai pensé que ce n’était pas grave.

cartemichelinnedroma.jpg
Cette nuit-là, nous avons dormi à peine une heure ou deux…car le lendemain matin, nous avons pris la route pour Maghnia, du côté de la frontière algéro-marocaine. C’était un jour de marché..il y avait beaucoup de monde dans la ville et la circulation des voitures était difficile. Nous avons pris un café bien dosé dans le boulevard principal, pendant que les femmes faisaient un tour dans les boutiques. De Maghnia, nous sommes descendus à Ghazaouet: un petit port sur la Méditerranée. Nous avons assisté au départ d’un bateau de voyageurs vers
l’Espagne…il était immense ! Mais l’information recuillie sur place et qui m’a un peu surpris, c’est que beaucoup de jeunes Espagnols et Européens, à cause de la crise qui sévit dans leurs pays, veulent émigrer en Algérie à la recherche de temps meilleurs! Une autre chance dans la vie, peut-être un job en Algérie..Déjà, beaucoup d’Espagnols ont vêcu ou visité l’Algérie et ils en ont gardé de bonnes impressions. On m’a parlé même de « harraga » espagnols recuillis en mer !? C’est le temps à l’envers !

<br />
Les mouvements de gr&egrave;ve qui ont secou&eacute; le port r&eacute;cemment n&rsquo;ont pas eu d&rsquo;&eacute;normes incidences sur le trafic annuel.<br />

photo: le port de Gazaouet

Profiter des bienfaits du momentcrevette2.jpg

Ensuite nous sommes entrés dans un restaurand en face de la pêcherie où nous avons mangé
quelques plats de piossons: des crevettes délicieuses, du merlan, de la sole, du calamar et un autre poisson  dont je n’ai pas su connaitre l’espèce. Les prix ? A vous d’en juger! Un plat simple pour 800 da et le plat double pour 1.400 da. Une famille avec quatre personnes adultes et deux enfants…ça fait grimper la note, en ajoutant les raffraichissements…Mais c’était bon et propre. L’accueil chaleureux. De Ghazaouet, nous sommes monté à Nédroma, une ville séculaire, pleine d’Histoire. Les enfants et mes compagnons voulaient connaitre ce que c’est qu’une véritable « Médina ». On a visité les ruines de la vieille Casbah, quelques ruelles sinueuses de la Cité, sans oublier la Grande Mosquée sur la place « Tarbia ». Puis nous avons pris la direction de la ville d’Oran où nous sommes arrivés vers 20H30, après avoir effectué en route, des achats de fruitset de légumes tout frais, à des prix abordables…mais surtout, de très bonne qualité.*Niar…(-18.07.2012.)

Nédroma et son patrimoine culturel

les ruines de la Casbah-Nédroma

 dans

*photo: la ville de Nédroma

*******************

*De plus en plus de professionnels proposent à leurs patients une forme de «rééducation» aux plaisirs simples.

coeur- «Aller mieux» grâce à la psychologie positive

 En pleine séance de jogging dans la nature, on peut être obsédé par les sujets évoqués lors d'une dernière réunion de travail, ce qui empêchera évidemment de profiter des bienfaits de ce moment. Crédits photo : ED Jones / AFP

Photo: En pleine séance de jogging dans la nature, on peut être obsédé par les sujets évoqués lors d’une dernière réunion de travail, ce qui empêchera évidemment de profiter des bienfaits de ce moment.

Petit exercice: dressez la liste de trente activités qui vous comblent, vous font du bien, réjouissent votre esprit… Oui, trente. Pas une de moins. Difficile, n’est-ce pas? De «se faire masser» à «me plonger dans un sudoku», en passant par «lire de la poésie médiévale», il faudra faire preuve d’imagination pour en citer autant. Pire: s’engager, en puisant dans cette liste, à accomplir quotidiennement au minimum quatre de ces plaisirs personnels, que l’on décrira concrètement, notamment en se demandant «quand?», «où?» et «avec qui?» les réaliser.

Telle est l’ordonnance très sérieuse que prescrit Évelyne Bissone Jeufroy, coach, à ses clients, personnes en période de transition professionnelle ou amoureuse, malades se relevant de lourds traitements, mères de famille débordées ou cadres stressés ne trouvant plus guère de sens à leur hyper­activité. «Pour porter ses fruits, c’est-à-dire aider le postulant à changer et connaître un réel mieux-être, cette méthode est à suivre pendant une à deux années, jusqu’à devenir une habitude», explique la coach dans son livre Quatre plaisirs par jour, au minimum! (Éd. Payot).

Son postulat s’inscrit dans un mouvement actuel plus large, celui de la psychologie positive, qui décrit scientifiquement, à coups d’études menées à Stanford ou Harvard, comme celles du professeur Tal Ben-Shahar, les pouvoirs de ces «accélérateurs de bonheur» sur notre système immunitaire, notre créativité ou notre adaptation aux inévitables épreuves de la vie.

*Obstacles à la dégustation

Étrange époque, donc, où, après avoir connu des siècles de restriction des plaisirs, puis leur libération tous azimuts, nous en arrivons à passer un contrat avec nous-mêmes pour leur donner une juste place dans nos vies. «Nous vivons une situation paradoxale, confirme Fanny Marteau, psychologue clinicienne et consultante en cabinet de gestion du stress: les activités de loisirs se multiplient, les offres de divertissement abondent, mais la plupart des gens que nous rencontrons se plaignent de ne plus savoir prendre de plaisir.»

Les obstacles les plus fréquents à la dégustation de moments agréables, les psychologues les connaissent bien: ce sont tous les «stresseurs», comme la rapidité ou le fait d’accomplir plusieurs tâches à la fois, qui coupent l’hyperactif de son ressenti profond; ce sont aussi tous les «Il faut» du perfectionniste, qui met la barre si haut dans tout ce qu’il entreprend que jamais rien ne l’autorise à atteindre la satisfaction; aussi toxique, l’habitude du «sauveteur» de faire passer les autres avant soi et qui considérera comme «égoïstes» les cinq minutes passées à lézarder au soleil. Pour contrer ces entraves au plaisir, une voie se révèle particulièrement efficace, selon Évelyne Bissone Jeufroy: solliciter les sens. «Le plaisir passe nécessairement par le corps, lorsqu’on se donne le temps de le savourer», rappelle-t-elle.

*Pensées déterminantes

Mais on a découvert aussi que pour goûter des plaisirs qui ne soient pas simplement une fuite du réel ou une recherche de sensations fortes, la manière dont nous pensons est déterminante. «La satisfaction des besoins primaires -se nourrir, avoir un toit- ou secondaires -avoir des relations amicales- ne suffit pas pour nous donner accès au bien-être, poursuit Fanny Marteau. Au niveau psychologique, une estime de soi suffisante et des cognitions qui nous autorisent à croire au bonheur s’avèrent aussi nécessaires.»

Ainsi, ce n’est pas seulement l’activité à laquelle nous nous livrons qui est déterminante, mais les pensées engagées dans notre esprit tandis que nous la pratiquons. Exemple: en pleine séance de jogging dans la nature, on peut être obsédé par les sujets évoqués lors d’une dernière réunion de travail, ce qui empêchera évidemment de profiter des bienfaits de ce moment.

À l’inverse, si, au moment où nous nous livrons à une activité plaisante, nous en avons pleinement conscience, la satisfaction que nous en retirons décuplera. «Le plaisir étant une émotion, il est déclenché par nos cognitions , rap­pelle Fanny Marteau. On peut donc en contrôler l’intensité et l’expression grâce à ce que nous pensons. Lors d’une promenade en bateau avec nos enfants, si nous pouvons prendre conscience de la beauté de la mer, du souffle léger du vent sur nos têtes et nous dire: “être avec eux dans cet endroit si beau est une grâce”, notre plaisir sera multiplié par dix.»

Enfin, pas de meilleur accélérateur de plaisir que de s’autoriser aussi, lorsqu’elles arrivent, à éprouver pleinement ses émotions négatives. Cette alternance, en empêchant la rigidité mentale, donne accès au caractère précieux des bons moments de la vie. À ne laisser passer sous aucun prétexte. (Le Figaro-06.06.2011.)

**************

**Comment garder la forme pendant les vacances?

 Une New-Yorkaise fait un jogging, le 8 juin 2011De nombreuses études prouvent que l’activité physique et sportive allonge la durée et la qualité de la vie : elle améliore le fonctionnement du cœur et des poumons, maintient la tonicité des muscles (ce qui préserve notamment les articulations), entretient le moral et lutte contre le surpoids. C’est aussi un excellent remède contre les dépendances, l’asthme, l’hypertension artérielle… Il est donc tant de s’y mettre, sans pour autant s’épuiser.

Nicolas Brunel d’ABC Coachs sportifs nous a recommandé des exercices à faire au quotidien, quand on a pas le temps ou l’envie de transpirer. «L’important pour se maintenir en forme, c’est d’avoir une activité régulière, donc pas la peine de vous mettre à courir tous les jours si c’est pour arrêter au bout d’une semaine!» Il vaut donc mieux de petites séances, mais au quotidien…

Devant sa télé 

On tonifie ses pectoraux! Comment ne pas y avoir pensé plus tôt? Collez vos mains l’une contre l’autre comme pour prier, vos bras à l’horizontale en face de vous et les coudes au niveau des épaules. Exercez de petites pressions avec vos paumes tout en contractant bien les bras. Une poitrine de rêve en quelques mois!

Dans les transports en commun 

Sortez une station de metro en avance, et marchez! La marche est excellente pour la santé, elle fait travailler tous les muscles. Il faut par contre marcher d’un pas décidé, les fameuses trente minutes par jour n’étant suffisantes que si votre allure est soutenue, sans pour autant courir. Une silhouette redessinée et de meilleures capacités pulmonaires et cardiaques à la clé!

Dans sa voiture 

Parfois on pense qu’un exercice ne sert à rien parce qu’il ne fonctionne pas immédiatement. Pourtant, sur la durée, des gestes simples peuvent avoir beaucoup d’impact. Par exemple si vous pensez à contracter vos abdos et vos muscles fessiers à chaque feu rouge, vous n’y prêterez plus attention au bout de quelques jours, mais vos fesses vous remercieront d’ici un an!

Dans son jardin ou au parc 

Je fais de la corde à sauter, pour le plus grand plaisir de mes enfants ! Investissement peu coûteux, la corde à sauter est un des meilleurs exercices pour brûler les graisses. Elle muscle les abdos, les bras, les jambes et développe votre capacité « cardio ». Petite info du coach : reposez vous autant que vous avez bougé, pour une minute de corde, 1 minute de repos.

Après son ménage?

Exploitez les capacités de votre balai! Mettez le derrière votre tête, tenez le bien de chaque côté, et pivotez le haut du corps de gauche à droite pendant quelques minutes tout en écoutant la radio. Cet exercice après chaque coup de balai fera disparaître vos poignées d’amour… Avis aux allergiques de la chose! (20Minutes-28.07.2011.)

***comment allez-vous profiter du beau temps?

Soleil, chaleur, tout est réuni pour passer une merveilleuse journée…

La plage de Trouville, en Normandie, le 25 avril 2010

Beau et chaud. Le bulletin de Météo est idyllique, avec des températures lorgnant avec les 30 degrés… Alors rl faut en profiter.

***Alimentation, hydratation… Les recommandations par ces fortes chaleurs

ÉTÉ – Avec les fortes chaleurs à venir, l’agence nationale de sécurité sanitaire des aliments donne des conseils

Des Parisiens profitent de la chaleur, le 23 avril 2011

Tous les ans, quand les fortes chaleurs reviennent, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses, issue de la fusion entre l’Afssa et l’Afsset) en profite pour rappeler quelques rudiments en matière de sécurité sanitaire sur son site Internet.

*Boire et se rafraîchir régulièrement
Par forte chaleur, c’est le premier conseil à prendre en compte. Il faut boire, et même davantage qu’en temps normal, jusqu’à deux litres d’eau par jour minimum. Attention à ne pas boire trop frais non plus, cela peut occasionner des maux de ventre. Et si vous êtes à proximité d’une source d’eau (piscine, mer, ou même une douche), n’hésitez pas à vous y baigner régulièrement. Les brumisateurs sont également un bon moyen de se rafraîchir de temps en temps.

*Ne pas trop s’activer et soigner sa tenue
Même si vous êtes très sportifs, il est recommandé de ne pas trop faire d’efforts physiques durant les périodes de chaleur. Privilégiez le matin ou la fin de journée si vous y tenez vraiment. Quand il fait trop chaud, une bonne sieste ne peut pas faire de mal. Concernant votre tenue, ce sont les soldes, alors profitez en pour vous offrir des vêtements de couleur claire, de préférence en coton, matière idéale pour laisser transpirer la peau.

*Veiller à garder son habitat frais
Il fait souvent plus frais à l’intérieur qu’à l’extérieur, mais cela ne veut pas dire qu’il ne fera pas chaud pour autant. Si vous disposez d’appareils de climatisation ou de ventilation, ne les configurez pas sur des températures trop basses. Une température de 5° inférieure à la température extérieure est un bon compromis. Si vous n’êtes pas équipés, maintenez vos volets croisés pendant la journée et les fenêtres ouvertes pendant la nuit.

*Attention aux coups de soleil
S’il est toujours aussi agréable de bronzer, le soleil reste un élément dangereux. «Il est indispensable de se protéger avant de s’exposer en appliquant régulièrement une crème solaire et en portant des vêtements, un chapeau et des lunettes», recommande ainsi l’Anses, insistant sur la vulnérabilité des plus jeunes. De même, l’agence ne donne pas son aval aux compléments alimentaires «solaires» dont l’efficacité «n’a pu être prouvée à ce jour».

*Bien conserver ses aliments
L’Anses recommande de veiller à «garder les aliments à basse température» afin de «ralentir la croissance des micro-organismes» et ainsi éviter les intoxications alimentaires. Il faut, selon elle, «maintenir au froid en continu entre le lieu d’achat, le transport, le rangement à domicile et la consommation».

*Attention à l’abus de barbecues
L’été, c’est la saison des barbecues, mais l’Anses rappelle notamment que la cuisson «à des températures élevées, en particulier en contact direct avec la flamme conduit à la formation en surface de composés chimiques dont certains sont cancérigènes».(20Minutes-24.0

 

**************************************







robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...