La douche pas écolo

La douche pas écolo psycho_gus_van_sant 

 

Se priver de sa douche quotidienne, un grand progrès pour l’humanité. C’est ce que tente de nous faire avaler le New York Times, média de référence dans le pays des deux salles de bains minimum. Comme si les Français avaient besoin de ça. Alors que la moitié de l’humanité n’a pas accès aux commodités de base, prétendre que ne plus se laver est du dernier chic, voilà qui va encore faire passer les écolos pour de sombres bouseux privilégiés donneurs de leçons. Sur le papier, les « unwashed » ont tout compris

*1- Ne pas se laver ne veut pas dire puer

L’enquête sur les « unwashed » (pas lavés), qui a beaucoup fait parler d’elle jusqu’en Europe, valorise les méthodes économes en eau pour ne pas sentir mauvais. Car il ne s’agit pas de gêner ses collègues.

La gérante d’une société de cosmétique bio explique ne pas prendre « plus de trois douches par semaine » et livre ses secrets pour ne jamais devenir une nuisance olfactive :

  • un coup de savon sous les aisselles, entre les jambes et sous les pieds ;
  • une tranche de citron sous le bras en guise de déodorant.

*2-Trop se laver est mauvais pour la peau

Le quotidien américain cite le livre « The Dirt on Clean : An Unsanitized History », de Katherine Ashenburg, un plaidoyer populaire en faveur d’une hygiène « à la Française » (c’est-à-dire pour se laver moins).

Le livre remarque à juste titre que le temps où l’on travaillait tous à la ferme est révolu. C’est un des paradoxes de la vie moderne de se laver autant alors qu’on n’a jamais eu aussi peu besoin de le faire.

Et qu’on ne se plaigne pas d’être plus vulnérables aux bactéries, ou d’avoir la peau trop sèche, ou de plus en plus d’eczéma. A force de trop l’astiquer, la peau ne joue plus son rôle protecteur, rappellent les dermatologues.

*3-Ne pas céder au lobby de l’industrie cosmétique

Si l’on se lave autant, c’est pour le plaisir d’utiliser le gel douche qui nous fera ressembler à cette jolie blonde à la télé… Coupez la pub et l’envie de douche disparaîtra, nous explique en substance le quotidien new-yorkais.

Les marques écolos ont d’ailleurs bien compris que l’eau est le bien mondial le plus précieux à notre survie et proposent des shampooings secs dont les ventes explosent.

Oui, mais dans la vraie vie, ce beau discours prend-il ?

**Peu de « pratiques économes » dans la salle d’eau

Depuis la Caroline du Nord où elle vit, Hélène Crié, notre « American Ecolo », nous dit n’avoir :

« JAMAIS vu le moindre papier, ni forum, ni débat sur ce sujet dans les blogs et sites d’info écolos que je suis.

Ça ne peut pas être encore une vraie tendance de masse, sans quoi j’en aurais entendu parler au moins par ma belle-fille, 19 ans, qui est à fond sur ce genre de trucs. »

 

**1- Les Britanniques se lavent-ils peu ?

Le Guardian de Londres a rebondi sur l’idée new-yorkaise avec un article titré « Pourriez-vous renoncer à vous laver ? » Des écolos y racontent qu’en se limitant à deux douches par semaine, on peut facilement diviser sa consommation d’eau par cinq (de 100 à 20 litres d’eau par jour).

A l’appui de cette tendance, une étude réalisée par la société de mouchoirs en papier SCA en 2008, année internationale de l’hygiène -et oui, ça vous avait échappé ? Un questionnaire a été soumis, sur Internet à un peu moins de 5 000 personnes dans dix pays.

Il en ressort que 41% des hommes britanniques et 33% des femmes ne se lavent pas tous les jours, et 12% des gens ne se font une toilette complète qu’une fois par semaine. Les Britanniques seraient moins accrocs à la douche que les Australiens et les Français.

Mais que penser d’une enquête qui affirme que 89% des Mexicains prennent une douche « au moins une fois par jour » et que l’on se lave plus souvent les mains avant de passer à table en Chine qu’en Suède ? Comme souvent, les sondages sur Internet ont du mal à rencontrer « l’échantillon représentatif ».

**2-Les Belges, toute une vie sous la douche ?

L’enquête menée pour les sanitaires Grohe en Belgique est tout aussi peu fiable que celle de SCA, mais beaucoup plus amusante. Un millier de personnes (Wallons et Flamands à égalité) ont répondu sur Internet en 2007.

Entre autres choses passionnantes, on apprend que les femmes se douchent plutôt après avoir fait l’amour (18,8%) et les hommes avant (18,9%). Seuls 51% des Belges prendraient une douche tous les jours et 3% jamais -jamais ? Et les Wallons se douchent « plus souvent quotidiennement que les Flamands, respectivement 59% contre 46% ».

Le temps moyen sous la douche serait de 8,4 minutes mais pourrait dépasser 14 minutes dans le cas d’une douche « pour se détendre, surtout pour les femmes ». Quant à savoir à quoi d’autre qu’à se laver les Belges s’occupent sous la douche, voici les détails complets. (Voir le graphique, cliquer pour agrandir dans un nouvel onglet ou une nouvelle fenêtre)

belges et douche

Et comme les Belges sont voyants, ils nous disent même à quoi les sondés pensent sous la douche, avec le détail par sexe. « Et là le cliché se vérifie », nous dit le sondage.

belges et douche - pensées

Bon, maintenant que l’on a bien ri, passons aux choses sérieuses.

**3-En France, qui se lave le moins ?

Un sondage Ipsos de 2006 nous apprend que les trois quarts des Français privilégient la douche au bain et que la durée moyenne passée sous la douche matinale est de 10 minutes, un chiffre stable entre 1997 et 2008.

Le meilleur moyen de connaître le comportement de consommation des Français dans le détail est encore d’interroger le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc), qui a mené l’an dernier une grande étude sur « la consommation d’énergie des ménages ».

L’institut public a compilé des chiffres à notre demande, voici ce que ça donne :

  • Le pourcentage de Français prenant une douche quotidiennement dépend nettement de l’âge : ils sont 95% parmi les moins de 35 ans mais seulement 43% chez les plus de 75 ans.
  • Le pourcentage de la population limitant la durée de ses bains/douches varie en fonction de la taille de la commune : les ruraux (vivant dans des communes de moins de 2 000 ménages) se sentent concernés à 73%, mais les urbains (vivant dans villes de plus de 80 000 ménages) ne sont que 59%.

Romain Picard, chargé d’études au Credoc met en garde contre les déclarations des sondés sur un sujet pareil :

« A moins de mettre des caméras dans les salles de bains, on ne saura pas combien de temps les gens restent sous la douche. »

 

L’enquête qualitative révèle en tous cas que :

« En dépit d’une sensibilité écologique croissante, les comportements des ménages ne sont pas orientés vers des pratiques économes. »

 

Mais s’ils se mettent à lire le New-York Times, et qu’on installe une caméra dans leur douche, ils s’y mettront peut-être. (Rue89-Planète89-09.11.2010.)

Photo : extrait de « Psycho », de Gus Van Sant, remake de « Psychose » d’Alfred Hitchcock.*

********************

 Rendez-vous aux bains-douches

Près d’un million de Parisiens poussent, chaque année, la porte de l’un des 18 bains-douches municipaux gratuits de la capitale. Qui sont-ils ? Reportage dans le bains douche de Buzenval, dans le XXe arrondissement.

 gillesdevanture1.jpg 

De fortes effluves de parfum bon marché couvrent l’odeur fade qui flotte dans ces bains-douches publics de la rue des Haies. La porte de l’une des 60 cabines de douches s’ouvre. Une petite femme ronde s’en extrait. Le « clac, clac » de ses talons résonne fort. Emmitouflée dans son manteau beige, elle s’inspecte une dernière fois face au miroir placé dans la salle d’attente. Elle tourne alors les talons et s’en va. Ici, tout le monde est discret. Les échanges sont rares. Les après-midi se passent ainsi dans les bains-douches municipaux : un ballet silencieux orchestré par Ali, le responsable de l’établissement. Un homme attend. « Celle-ci est libre », annonce Ali. Traînant ses béquilles, l’homme disparaît dans une cabine. Deux rangées de minuscules cabines de douches se font face. Ici, tout est plutôt terni. Propre mais usé. A l’intérieur des cabines, le minimum : des patères, un miroir, une assise en béton et un bouton pour faire couler l’eau. La maison ne fournit ni savon, ni serviette.

bainsdouches2.jpg


Cliquez ici pour voir le panorama de Gilles Vidal.

Enveloppés dans une chaleur tiédasse, les usagers de ces bains publics font vite. Ils disposent, en principe, de 20 minutes pour se laver. Sauf quand les bains sont vides. Ce samedi, comme tous les weekends, la salle d’attente ne désemplit pas. A l’exception de quelques raclements de gorge, on n’entend que l’eau couler.

Ceux qui se lavent ici sont quasiment tous précaires. Ce sont des femmes fatiguées qui dorment à l’hôtel. Des hommes sans maisons. Et parfois, comme François(1), des pragmatiques : « Je prend une douche avant de prendre le train. » Ce professeur de province est souvent de passage à Paris. Il a deux sacs en cuir à la main ; l’un pour ses dossiers, l’autre pour sa toilette.

« J’ai les yeux qui piquent ! “ Le gamin qui piaille a 4 ans. Il vient là trois fois par semaine avec son père, Hassan. Locataire d’une petite chambre dans un hôtel du quartier, Hassan a trois enfants mais pas de douche :

‘Je viens tous les jours avec un des petits. Je ne suis pas le seul dans ce cas. Toutes les familles de l’hôtel viennent là.’  

Pressé de partir, il s’agace lorsque son fils entreprend de grimper sur le pèse-personne désuet qui traîne à l’entrée. Personne ne l’utilise, il est en panne.

Il est 15 heures. Le ballet est incessant. Une blonde étudiante semble débarquer. Une dame édentée réajuste longuement son bonnet face au miroir. Personne ne s’attarde. A l’exception d’un vieil homme qui reste là, assis sur les banquettes en bois de la salle d’attente. Ali travaille. Dans son pantalon bleu, il mène de front l’accueil et le nettoyage incessant du lieu. Accroché à son téléphone portable et à son balai-raclette, il ne s’interrompt que pour saluer ou indiquer les cabines libres.

 bains3.jpg

Antre d’anonymat, les bains-douches municipaux brassent 900000 personnes par an. Dans le XXe arrondissement, il y en a trois. Celui de la rue des Haies ferme ses portes le dimanche après-midi et le lundi. Jérôme, quadragénaire soigné, est en galère depuis quelques semaines. Sa facture EDF étant impayée, il n’a plus d’eau chaude chez lui : ‘Il fait trop froid pour prendre des douches dans mon appartement.’ En jonglant avec les différents horaires des 19 bains municipaux gratuits de Paris, Jérôme parvient à une douche quotidienne. Parfois à l’heure du déjeuner. ‘L’heure de pointe, c’est vers midi et très tôt le matin. Le week-end, il y a énormément de monde. Des gens du quartier mais aussi des gens qui viennent de banlieue’, explique Ali. Il s’interrompt : ‘Monsieur, c’est à vous ! .

Une vieille femme vient de libérer une cabine. Elle se dirige vers la salle d’attente en pestant : C’est un attrape-grippe.’ La fenêtre est, en effet, grande ouverte. Alia s’assoit sur une des banquettes. Cette Tunisienne de plus de 50 ans a le physique de l’endroit : visage ridé, grandes lunettes, joues tombantes, regard sans joie. Locataire d’une minuscule chambre de bonne Porte de Saint-Cloud (XVIe arrondissement), elle vient là une fois par semaine parce que le responsable est ‘gentil’. Avant, elle prenait sa douche à Boulogne, mais les responsables du bain-douche étaient ‘désagréables’.

Elle porte les stigmates d’une vie de misère : trente-cinq ans de ménages, des enfants installés à Tunis, un mari dont on ne saura pas s’il est mort ou simplement parti. Elle parle arabe en agitant beaucoup ses mains décorées au henné : elle fait signe à Ali. Il n’a pas beaucoup de temps mais en prend pour lui demander des nouvelles. Alia est sortie de la douche depuis maintenant une demie-heure. Elle reste quand même là. Elle attend que ses cheveux sèchent. Et un soupir, en forme d’aveu : ‘Je viens ici pour rester propre mais aussi pour parler un peu.’(Rue89-13.11.2010.)

 

(1) Certains prénoms ont été modifiés.  

********************

**Mon collègue de bureau sent mauvais : que faire ?

 

Img9338 (Gurms/Flickr).

« Hard Copy », excellente pièce d’Isabelle Sorente (jouée cet été au Lucernaire), aborde le harcèlement moral en entreprise. Dans cette comédie grinçante, la violence entre brutalement en scène lorsque trois femmes mettent le nez de l’une de leur collègue sur son odeur. « Tu sens mauvais ! » disent-elles et l’autre se recroqueville sur sa chaise.

L’odeur. Ce tabou fortement ancré dans la société l’est également dans le monde du travail. Et pourtant, chacun a le souvenir d’un prof à la mauvaise haleine ou d’un collègue dont on commente les exhalaisons en son absence.

Il suffit de taper « mon collègue pue » ou « mon collègue sent mauvais » dans Google pour s’aperçevoir que beaucoup s’interrogent : comment le lui dire ?

S’écrier l’air de rien « ça pue dans ce bureau ! »

Les réponses témoignent du malaise. Entre ricanements et moqueries, des conseils surprenants :

  • envoyer une lettre anonyme : « Tu sens mauvais » ;
  • déposer un déodorant sur son bureau ;
  • vaporiser un parfum d’intérieur ou brûler de l’encens près de son bureau ;
  • s’écrier l’air de rien « ça pue dans ce bureau ! »

Assez peu subtiles, ces stratégies risquent surtout d’avoir pour résultat de blesser profondément la personne visée ou -pire- de n’aboutir à rien.

En parler au médecin du travail

Solène, directrice des ressources humaines dans une grande entreprise, raconte avoir reçu les plaintes de plusieurs salariés concernant un collègue :

« Ils se sont succédé pour me dire que l’odeur de M. leur était insupportable. Evidemment, aucun n’osait lui en parler, c’est très, très délicat. Tout le monde était au courant dans la boîte, sauf lui.

Je n’avais pas vraiment envie de lancer le débat sur la définition de ce qu’est une odeur acceptable alors j’ai imaginé le convoquer à mon bureau et lui dire clairement ce qui se passait mais je n’ai jamais réussi. La seule solution a été d’en parler au médecin du travail qui l’a convoqué. Ça s’est un peu amélioré depuis. »

« C’est très rare de recevoir ce type de requêtes », explique Elisabeth Van Roomen, médecin du travail. En vingt ans, seuls deux patrons se sont adressés à elle pour régler ce type de problème :

« Même en tant que médecin, c’est difficile d’en parler. On peut donner des conseils mais c’est délicat. Il y a différents cas. Souvent, ça ne relève pas de la médecine mais de la discipline. Seul le patron peut faire quelque chose, glisser un “soignez votre tenue” un peu ferme.

Parfois, ce sont des manifestations de misère sociale. L’hygiène qu’on laisse tomber témoigne d’un état physique et psychologique difficile. La personne se laisser aller ou est alcoolique… Il y a d’autres raisons qui expliquent la mauvaise odeur. Des infections par exemple. »

Un tabou proche de celui de l’alcool

Selon elle, la question de l’hygiène individuelle, davantage sociale que médicale, n’intéresse pas les médecins :

« Même quand je travaillais à l’hôpital, on ne le disait pas trop aux patients. Même à ceux qu’il fallait tremper dans un bain avant les soins. C’est sans doute parce que la priorité des médecins est la bonne santé.

Ce tabou me rappelle celui de l’alcool. Alors que les gens reconnaissent avoir des problèmes de drogue -ouvertement, regardez Beigbeder ! – même lorsqu’ils sont adressés par leurs patrons, ils détestent reconnaitre qu’ils sont alcooliques. »

« Ils débordent sur ton espace »

Parler d’odeur est rendu difficile au travail parce qu’il s’agit d’aborder l’intimité de l’autre. Mais parce que dégager une mauvaise odeur peut être perçu comme une agression (l’autre importune et s’impose), il semble indispensable, au risque de vexer, d’en parler ouvertement. C’est l’avis de Célia, employée de banque :

« Le problème avec les gens qui sentent mauvais, c’est qu’ils débordent sur ton espace. C’est comme si je me mettais à laisser traîner mes affaires partout. C’est envahissant.

Je préfère en parler. L’autre sera forcément vexé d’abord mais je lui aurai rendu un sacré service au final. »

Dans votre entreprise, vous avez aussi rencontré ces problèmes d’odeurs ? Avez-vous réussi à en parler ? Quelles astuces avez-vous utilisées pour ne blesser personne ? Partagez vos anecdotes et témoignages dans les commentaires. (Rue89)

Photo : Cette photo est purement illustrative, les personnes représentées ne sont en aucun cas concernées par la problématique décrite dans l’article.

***********************

Odeurs corporelles  

**Odeurs corporelles En dehors des odeurs causées par une maladie, les odeurs corporelles sont un héritage que nous ont transmis nos lointains ancêtres, auxquels elles servaient de signaux de reconnaissance… ou de séduction.

Aujourd’hui, on cherche surtout à les éliminer.

Contrairement à une croyance répandue, la transpiration est inodore. Elle a pour but de régulariser la température du corps. Seules les sécrétions des glandes apocrines, situées aux aisselles et à l’aine (les femmes en ont aussi un peu sous les seins), dégagent une odeur, qui devient encore plus prononcée quand les sécrétions sont colonisées par des bactéries. Les odeurs de la transpiration ne concernent que les adultes, car elles n’apparaissent qu’à la puberté, lorsque les glandes apocrines se développent. Les autres types d’odeurs corporelles, que l’on dit généralement désagréables, sont produites par des bactéries et des champignons ou par la peau elle-même

  • Odeurs dégagées par les aisselles ou les pieds et plus ou moins prononcées selon les personnes.
  • Odeurs d’ail ou d’épices dégagées par la peau.

Odeurs « secondaires » (causées par une maladie ou un agent externe)

  • Odeurs inhabituelles (fruitée, sucrée, acide ou de pomme pourrie).
  • toute odeur non identifiable.

Odeurs primaires

  • Prédisposition génétique.
  • Hygiène inadéquate des pieds. Cela entraîne la croissance de bactéries et de champignons qui, ensemble, donnent une odeur désagréable aux pieds.
  • Hyperactivité des glandes apocrines. Elle favorise la colonisation et la croissance des bactéries. Aux aisselles, l’odeur est accentuée par la présence de poils, qui retiennent les sécrétions et procurent un milieu propice à la multiplication des bactéries.
  • Alimentation riche en épices. L’ail, le cari et le cumin, en particulier, peuvent dégager une odeur par la peau jusqu’à 24 heures après leur consommation.

Odeurs secondaires

  • Kératolyse ponctuée. Il s’agit d’une infection aux pieds caractérisée par une peau macérée, blanchâtre, percée de petits trous et présentant des petits « cratères » au niveau de la plante des pieds. Ce type d’infection touche surtout les adolescents et dégage une odeur très prononcée.
  • Diabète ou infections urinaires, qui peuvent être associés à une odeur fruitée ou sucrée.
  • Certaines infections ou plaies de décubitus, communément appelées « plaies de lit », qui peuvent dégager une odeur de pomme pourrie.
  • Consommation excessive d’alcool, qui peut entraîner une odeur acide caractéristique.
  • Problèmes gastro-intestinaux (rots et flatulences) ou maladies du rein ou du foie, qui sont souvent associées à des odeurs inhabituelles. Les personnes qui souffrent d’insuffisance rénale peuvent exhaler une odeur acide, tandis que les personnes atteintes d’insuffisance hépatique dégagent une odeur de pomme pourrie.
  • Utiliser un déodorant et un antisudorifique. Le déodorant sert uniquement à masquer l’odeur dégagée par les glandes apocrines. Quant à l’antisudorifique, il vise à réduire les sécrétions des glandes exocrines. Assurez-vous qu’il contient du chlorure d’aluminium ou de zirconium (attention ! ces substances peuvent causer de l’irritation chez certaines personnes).
  • Recourir à des poudres absorbantes pour les pieds. En vente libre, ces poudres sont utiles pour absorber la transpiration. Il existe aussi des produits pour les pieds en aérosol. Pour les champignons, vous trouverez en vente libre des médicaments antifongiques sous forme de crèmes et de poudres ou en aérosol, que vous choisirez en fonction de l’endroit où se trouvent les champignons.
  • Employer un savon antibactérien. Si les savons doux, de type Dove ou Ivory, ne suffisent pas, on peut employer des savons antibactériens, qui risquent toutefois d’être irritants. Privilégiez des produits contenant du triclosan (Tersaseptic ou Lever 2000) ou de la chlorhexidine (Spectro Gram  » 2 « , pHisoHex, Hibitane, etc).
  • Ne pas se laver compulsivement trois ou quatre fois par jour. Cela entraînerait des problèmes d’irritation.
  • Éviter l’application de parfum directement sur la peau. Cela pourrait être irritant ou provoquer des allergies de contact.
  • Se raser. Les poils favorisant la multiplication des bactéries, les hommes comme les femmes ont intérêt à se raser les aisselles.
  • Changer souvent de chaussettes. Cela ralentira le développement des bactéries. Portez des chaussettes de coton, elles absorbent mieux l’humidité. Vous pouvez aussi changer de chaussures une ou deux fois par jour.
  • Prendre des bains de pieds. Une recette de grand-mère efficace : de l’eau tiède à laquelle on ajoute un peu de solution de Burow. On peut aussi prendre des bains de pieds au thé : l’acide tannique contribue à éliminer les odeurs.
  • Demander au médecin un produit sur ordonnance. Pour les cas résistants d’odeurs aux pieds ou aux aisselles, on peut prescrire du Drysol ou des préparations à base de chlorure d’aluminium. Ces produits n’empêchent pas de transpirer, mais ils neutralisent efficacement les odeurs.
  • Ne pas sombrer dans la « bromophobie ». C’est-à-dire l’obsession de l’odeur corporelle. Certaines personnes sont persuadées, à tort, qu’elles répandent des odeurs désagréables. Une thérapie peut être nécessaire.
  • Les odeurs persistent malgré l’observance des conseils d’usage.
  • Les odeurs sont inhabituelles.
  • Les pieds dégagent une odeur très prononcée ; la peau des pieds est macérée, parsemée de petits trous et blanchâtre, et vous remarquez des petits « cratères » sur la plante des pieds.
  • Les odeurs aux aisselles apparaissent avant la puberté (cela peut indiquer un diabète ou une insuffisance rénale).
  • Le médecin procède à un examen cutané de la région ainsi qu’à un examen physique complet. S’il soupçonne la présence d’une maladie organique, il demande des analyses en conséquence.

     

    Odeurs primaires Si les odeurs dégagées par les aisselles et les pieds résistent aux conseils d’usage, le médecin peut prescrire de la clindamycine, un antibiotique peu irritant dont on fait des applications topiques aux aisselles et aux pieds. Dans les cas extrêmes (aux aisselles), on peut faire appel à la chirurgie (électrochirurgie ou liposuccion superficielle) pour enlever les glandes apocrines ou les nerfs qui y sont rattachés. Odeurs secondaires

    • Kératolyse ponctuée. Le médecin prescrira un antibiotique en application locale. Dans la plupart des cas, l’infection disparaîtra mais il peut y avoir des récidives.
    • Diabète ou infections urinaires. Une bonne maîtrise du diabète permettra de faire diminuer les odeurs éventuelles. Dans le cas des infections urinaires, le problème se réglera avec la guérison de la maladie.
    • Certaines infections ou plaies de Décubitus.Le médecin appliquera sur les plaies des produits favorisant la cicatrisation tels que des crèmes et des pansements spécifiques.
    • Problèmes gastro-intestinaux ou maladies du rein ou du foie. Il faudra traiter la maladie en cause pour faire disparaître ou atténuer les odeurs.

    (source: E-Santé)

     

    10 réponses à “La douche pas écolo”

    1. 11 11 2011
      league of legends download (00:13:27) :

      That’s kind of… abrupt.

    2. 28 09 2012
      super slim (23:23:02) :

      Thanks for your post. My spouse and i have continually observed that many people are needing to lose weight simply because wish to show up slim and also attractive. Having said that, they do not continually realize that there are other benefits for losing weight in addition. Doctors state that fat people are afflicted with a variety of disorders that can be instantly attributed to their excess weight. The good news is that people that are overweight along with suffering from different diseases can help to eliminate the severity of their illnesses by means of losing weight. It’s possible to see a continuous but noted improvement with health whenever even a minor amount of weight loss is achieved.

    3. 20 10 2012
      nike air max 2012 (08:51:29) :

      I am really inspired along with your writing skills neatly as} with the format to your blog. Is this a paid subject matter or did you customize it your self? Either way keep up the nice high quality writing, it’s uncommon to peer a great blog like this one today..

    4. 28 12 2012
      bloons tower defense 5 (10:51:10) :

      authoring on other websites? I have a blog centered on the same ideas
      bloons tower defense 5

    5. 10 03 2016
      vacant lot for sale cavite manggahan (18:43:45) :

      Oh my goodness! Incredible article dude! Thank you, However I am encountering difficulties with your RSS. I don’t know why I can’t subscribe to it. Is there anybody else getting similar RSS issues? Anybody who knows the answer can you kindly respond? Thanks!!

      http://tinyurl.com/LotForSalePhilippines

    6. 11 04 2016
      marieok11 (10:20:38) :

      My new blog sites
      http://asslick.photo.erolove.in/?post.rebecca
      if your girl only knew mp3 nippple sucking and sex movie bangladesh bank exchange rate ganglion cyst pictures swindon council sex shop licensing

    7. 13 04 2016
      daisyzh11 (23:11:58) :

      Novel project
      free games on android market android apps games download adult chat xxx free hindi apps free download face chanber for android
      http://bsdm.apps.android.purplesphere.in/?epoch.judith
      anroid download app for adnroid apk devices that use android dowlond video free android game development

    8. 14 04 2016
      glennon11 (10:10:48) :

      Started up to date web stand out
      http://assjob.tobuy.in/?post.kaila
      free adult erotica erotic music viedos erotic confessions auto erotic asphixiation erotic experiences

    9. 20 04 2016
      monicamy69 (10:30:52) :

      Started new spider’s web project
      http://softcore.porn.erotic.purplesphere.in/?post-violet
      simpsons porn blowjob asian porn mp4 free japanese big tit porn star mobile iphone porn man fucking a sheep porn

    10. 4 11 2016
      Virtual server (21:57:21) :

      Comme le dit Pamela, « Prendre de petites douches ne suffit pas a laver sa conscience. Devenez vegan. »

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




    robertlutz |
    DOMANIA |
    justice&criminalité |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
    | Biologie totale ICBT secte ...
    | C'est le destin de lol_aaaa...