C’est quoi le bonheur?

* Comment être heureux aujourd’hui?

*La quête du bonheur est aujourd’hui au centre des préoccupations de tout le monde. Comment être heureux aujourd’hui? Quelles sont les clés de l’épanouissement personnel ?

bonheur1.jpg 

*Qu’est-ce qui nous rend heureux ? ….Jamais on n’a tant parlé du bonheur, signe d’une époque où chacun croit pouvoir choisir sa vie. Mais sa recette ne se trouve pas forcément dans les best-sellers dont raffolent les Français. Entre appétits consuméristes et quête de l’essentiel, ils tracent leur route. Nouvelles pistes.

*Le bonheur selon le philosophe Alain…Selon le philosophe Alain, apprécier pleinement le bonheur est une question d’action et de savoir vivre.

vacancesadolescents.jpg 

*Votre sourire, s’il vous plaît !…..Militer pour le bonheur est devenu la nouvelle cause à la mode. Partout dans le monde, d’illustres inconnus se battent pour donner le sourire à leurs concitoyens.

*Le cocktail du bonheur….La famille, le couple, le travail, l’argent… de nombreux éléments pèsent dans la balance du bonheur.

etud.jpg 

* Un maître de l’optimisme……Ses travaux font référence. Mais, dans son université californienne, Mihaly Csikszentmihalyi, père de la psychologie positive, ne joue pas les gourous. Il est l’un des plus réputés chercheurs du bonheur.

 coverbonheur.jpg

 *Des gènes là où il y a du plaisir…… D’après des chercheurs américains, le sentiment de bonheur serait lié au capital génétique. (L’Express.18.11.09.)

***********************

**Ce sentiment de plénitude

Impossible à mesurer, difficile à saisir et même, à définir, le bonheur est pourtant l’un de nos grands objectifs dans la vie. À juste titre ! Ce sentiment de plénitude enrichit la vie affective et a un effet des plus bénéfique sur la santé, la productivité, même la longévité. Vingt questions qui vous diront à quel point vous êtes satisfaite de votre vie.

Ce questionnaire tient compte de plusieurs facteurs que les experts associent au bonheur humain : entre autres, les contacts sociaux, la vie spirituelle et la résistance psychologique. Lisez chaque question et choisissez la réponse qui vous correspond le mieux à l’heure actuelle. Passez à la page xx pour calculer votre résultat.

Ce test vous en propose quelques-unes qui vous aideront à déterminer votre quotient de bonheur. Il ne s’agit pas d’un quiz scientifiquement rigoureux, mais il peut vous servir de guide pour déterminer ce qui vous rend le plus heureux et les changements que vous pourriez apporter dans votre façon d’aborder la vie afin de mieux vous épanouir. Nous avons arbitrairement assigné une note pour chacune des réponses; lorsque vous aurez répondu à toutes, vous découvrirez votre quotient.

Toutefois, ne perdez pas de vue qu’il s’agit d’un jeu, et que vous ne devriez donc pas le prendre trop au sérieux.

**J’ai le sentiment de disposer d’assez de temps pour moi-même dans la journée.

a)   toujours
b)   parfois
c)   jamais

Les clés du bonheur

Le questionnaire fait appel à un ensemble de travaux sur les traits de caractère, les comportements et les choix de vie qui ont le plus d’impact sur la santé affective et psychologique. L’équation du bonheur, selon ces études, comporte cinq variables clés :

  1. La résistance psychologique
  2. L’entourage
  3. La prévention et le contrôle de la dépression
  4. L’attachement aux valeurs spirituelles
  5. La dédramatisation des contrariétés quotidiennes.

La vie à deux ne fait pas partie des cinq critères retenus, mais des chercheurs ont établi que les couples stables ont tendance à être plus heureux, entre autres parce que la présence d’un partenaire aimant aide grandement à réussir dans les cinq domaines précités.

*****Etes-vous doué pour le bonheur?

Qu’est-ce que le bonheur? Comment atteindre cet état de contentement, de paix et d’épanouissement? Une question que nous nous posons depuis la nuit des temps… et qui n’a toujours pas de réponse claire ni de recette infaillible. Tout au plus dispose-t-on de quelques indices. Pour savoir si on est un bon aspirant au bonheur, il faut d’abord se poser les bonnes questions.

****C’est prouvé, le bonheur appartient à ceux qui se lèvent tôt

C'est quoi le bonheur? media_xl_4367391

Les lève-tôt seraient plus heureux, plus minces et en meilleure santé que les oiseaux de nuit. Faire la grasse mat aurait des répercussions sur notre humeur et notre bien-être.

Les chercheurs de l’Université de Roehampton à Londres ont interrogé près de 1100 hommes et femmes sur leurs habitudes de sommeil et leur santé. 13% d’entre eux se réveillent avant 7h en semaine et ne traînent pas au lit le week-end. À l’opposé, 6% ne se lèvent pas avant 9h et prolongent encore leur nuit samedi et dimanche.

L’étude démontre que les lève-tôt présentent moins de symptômes de stress ou de dépression. Ils ont également un mode de vie plus sain, parce qu’ils prennent en général un petit-déjeuner, contrairement aux noctambules.

La cause de ces différences reste inexpliquée, mais le docteur Jörge Huber pense que le sommeil est plus bénéfique quand on se couche tôt. (CD-15.09.2011.)

 

*Les premiers jours de janvier sont synonymes de bonnes résolutions

media_xl_4544075

Pour vous épanouir, abandonnez vos rêves!

Nouvelle année, nouvelles résolutions, mais attention! Cette année pas question de viser la lune alors que le bonheur, le vrai, est à portée de main. Encore faut-il pouvoir l’accepter!

Quand vous étiez petit, vous rêviez de devenir avocat ou romancier et aujourd’hui, vous travaillez dans un bureau de gestion et votre job vous ennuie à mourir… Et vous avez honte de ne pas avoir accompli vos rêves. Rassurez-vous, le bonheur n’est pourtant pas très loin.

Bien entendu, personne ne vous dit de ne pas tenter votre chance, mais en cas d’échecs répétés, peut-être est-il temps d’arrêter vous accrocher à un rêve impossible. La clé du bonheur n’est pas forcément liée à la réalisation de nos rêves. Par contre, renoncer à certains de ceux-ci pourrait bien nous faire apprécier notre vie à sa juste valeur.

« Les gens se fixent toujours des buts irréalisables. L’idée est plus de se donner des objectifs réalistes, arrêter de s’accrocher à des espoirs vains et de profiter de ce qu’on a déjà et en étant fier de ce qu’on a déjà accompli », explique Nicola Phoenix, psychologue. « Les gens veulent souvent combler une lacune dans leur estime de soi, ils se disent qu’en réalisant leur rêve, ils seront fiers d’eux ».

Pour Katy Park, thérapeute cognitivo-comportementale, « les gens pensent qu’ils doivent absolument réaliser leurs rêves, qu’ils ne seront pas heureux avant d’atteindre leur but. Hélas, il s’agit souvent d’attentes irréalistes et ils finissent par déprimer, ils se disent qu’ils ne sont pas assez bien pour réussir ».

« Notre société fait croire aux gens que tout est possible, mais ce n’est pas le cas et il n’y a rien de dramatique là-dedans. Parfois, on a beau se donner à fond, les choses ne se mettent pas en place, c’est la vie! Tous les rêves ne deviennnent pas réalité et il n’y a rien de mal à cela! Les gens se rendent malheureux à force de s’obstiner sur des voies en cul de sac, ils passent à côté du bonheur qui est pourtant là, autour d’eux, mais ils ne le voient pas, obsédés par leur rêve maudit ».

Renoncer à un rêve serait donc psychologiquement sain. Les experts conviennent cependant qu’il faut prendre le temps de faire le deuil de notre rêve abandonné et qu’il est bénéfique de le remplacer par de nouvelles ambitions réalisables.

« Plutôt que d’essayer de réaliser nos rêves de jeunesse, nous devrions réévaluer nos objectifs régulièrement pour changer le tir en cours de route si nous nous rendons compte que ceux-ci nous font plus de mal que de bien ». « Il faut essayer, essayer et essayer encore, mais si ça ne vient pas, alors il faut renoncer. Il n’y a rien de mal à se rendre compte que le bonheur est ailleurs, au contraire! ». (7sur7Sydney/ca) 02.01.2012.

 

 ******On voit le passage à l’an neuf comme un cap, un nouveau départ, le début d’une vie meilleure. Mais généralement, on ne tient pas les promesses formulées sur la longueur et on s’en veut. Pour atteindre ses objectifs, il s’agit en fait d’être plus réaliste et de ne pas s’éparpiller. Mieux vaut une ou deux petites résolutions prises que vouloir changer tout ce qu’on est, de A à Z.

Voici sept résolutions souvent prises mais rarement tenues et une façon différente de les formuler afin de simplifier leurs réalisations.

1. Perdre 20 kilos. Si vous êtes en surpoids, faire régime est probablement une bonne idée. Mais il vaut mieux se focaliser sur des petits pas quotidiens plutôt que sur une perte de poids générale et peu précise. Vous ne savez pas combien de temps cela va vous prendre de perdre 20 kilos, ni l’énergie que cela va vous coûter. Autant donc voir chaque jour comme un nouveau départ. Commencez par arrêter d’arroser vos plats de mayonnaise par exemple ou supprimez les boissons gazeuses de votre frigo. Chaque petit pas en entraînera plus facilement un autre.

2. Vous remettre à flot côté sous. C’est une résolution difficile à tenir parce que son but est d’éviter quelque chose plutôt que d’atteindre quelque chose. « Dépenser moins », « Arrêtez de gaspiller de l’argent », ça sonne un peu négativement, non? Essayez plutôt de fixer des objectifs à la semaine en réduisant le budget d’un service que vous utilisez et voyez votre petite évolution semaine après semaine. Les petits ruisseaux font les grandes rivières. Les petites coupes dans le budget font les grandes économies.

3. S’organiser. Plus vague que ça, tu meurs. Commencez par rationnaliser cet objectif. « Donner, recycler ou jeter quatre choses par jour » est bien mieux que « garder la maison en ordre ».

4. Etre une meilleure personne. L’objectif est noble mais comment évaluer le progrès? Choisissez plutôt d’avoir un comportement spécifique dans certaines situations. « Etre bénévole dans une association qui aide les sans-abris pendant l’hiver », « Attendre plus qu’une seconde avant de klaxonner la voiture qui se trouve devant moi quand le feu passe au vert »… La générosité, le civisme, c’est par là que ça commence…

5. Faire plus d’exercice. Pour tenir sur la longueur, vous avez besoin de récompenser vos efforts. Et pour les récompenser à leur juste valeur, il faut savoir les mesurer. Donc optez plutôt pour « prendre l’escalier au bureau tous les lundis », « aller à pied au bureau le vendredi ». Vous serez fière de vous.

6. Arrêter de fumer. C’est un objectif sain mais c’est sûrement le plus frustrant et le moins motivant. Comment savoir quand vous avez atteint cet objectif? A-t-on arrêter de fumer dès la dernière cigarette écrasée dans le cendrier ou au bout de six mois sans clope? On préfère donc se dire qu’on va mettre un patch et utilisez un groupe de soutien en ligne pour tenir au moins une semaine sans fumer à la Saint-Valentin. Ca sera un bon début.

7. Manger mieux. Encore une fois, l’imprécision sera responsable de votre résolution. On vous propose à la place de « manger un repas fait exclusivement de légumes le mardi », « d’essayer une nouvelle recette végétarienne les 15 de chaque mois », etc. (7s7–02.01.2012.)

 

barre2.gif

 

**Réactiver le gène de la paresse…

media_xl_4356267

Des chercheurs canadiens, de l’Université McMaster à Hamilton en Ontario, ont découvert qu’un gène manquant pourrait être à l’origine de la paresse.

En observant des souris, les scientifiques ont remarqué qu’un gène musculaire était inexistant chez certaines d’entre elles. C’est en les voyant courir moins vite que les autres que le chercheurs ont remarqué ce manque.

Dans la revue scientifique Proceedings of National Academy of Sciences, Gregory Steinberg, membre du Canada Research Chair in Metabolism and Obesity explique: « Ces souris ressemblaient en tout point à leurs frères et sœurs, mais au bout de quelques secondes, nous pouvions différencier les souris normales de celles au gène manquant. »

Réactiver par la pratique
En réalité, lorsqu’on arrête l’activité physique, le gène se désactive et cède la place à la paresse. Et, le réactiver est extrêmement difficile.

Le scientifique continue : « Cela pourrait expliquer pourquoi il est si difficile de commencer un programme d’exercice physique. En revanche, après quelques jours d’activité, le gène se réactive. »  (7sur7 – 08.09.2011.)

******Stop aux dépenses compulsives

depense_20090119-172252

Prenez garde, l’argent ne coule pas des robinets!

Si l’attrait du luxe fait de vous une esclave du crédit, retombez sur terre en suivant les conseils de Kelley Keehn, spécialiste en finances personnelles.

 

 

Pensez à vous en tant que « Moi, Inc » « J’encourage les femmes à le faire, qu’elles travaillent à l’extérieur ou qu’elles soient mères de famille à la maison, dit Keehn. Ainsi, toute dépense devient une décision d’affaire, sans qu’il s’y mêle de la culpabilité et de l’émotion. »

Traquez les dépenses inutiles. Pendant au moins deux mois, recommande Keehn, payez tous vos achats avec votre carte de crédit. Quand vous recevrez votre relevé, vous pourrez alors examiner vos dépenses ligne par ligne et voir exactement où file votre argent. Par exemple, vous découvrirez peut-être que le midi, vous dépensez en repas au restaurant de quoi vous offrir des vacances dont vous auriez bien besoin.

Mettez-vous au pied du mur. « Dépenser trop, c’est comme manger trop : à un moment donné, l’amour-propre en prend un coup. Demandez-vous si la satisfaction de posséder des meubles neufs vaut la peine d’avoir les mains liées par une compagnie de carte de crédit ou de recouvrement. La vraie liberté financière passe par quelques sacrifices. »

Mettez des sous dans le petit cochon. Pour qu’économiser ne soit pas une pure corvée, achetez-vous une jolie tirelire et mettez-y un dollar par jour. « J’appelle ça le Compte Plaisir, dit Keehn. Tous les deux mois, videz-le en vous permettant une folie. »

 

***10 façons simples d’évacuer le stress

stress_291_20080428-150127 

Vous vous noyez dans le stress ? Prenez des mesures préventives avant qu’il ne resserre son étreinte. Voici quelques astuces pour contrer le stress.

1.  Appuyez-vous sur les autres

Des études sur les animaux et sur les humains illustrent les bénéfices des rapports sociaux sur les réactions au stress. Créez un réseau d’amitiés vers lequel vous tourner. Partagez vos ennuis avec un ami et demandez-lui conseil. Évitez de fréquenter les gens qui prennent mais ne donnent jamais en retour, ceux qui ont des sautes d’humeur ou qui sont déprimés en permanence.2.  Faites le ménage
Jetez les vieilles piles de magazines, les recettes périmées et les formulaires d’impôts dont vous n’avez plus besoin. Un environnement bien rangé vous évitera l’énervement de ne pas retrouver la chose dont vous avez besoin et procure le sentiment apaisant que tout est en ordre.3.  Éliminez la pression de dernière minute
Prévoyez 15 minutes d’avance à vos rendez-vous, organisez le paiement de vos factures (renseignez-vous sur les paiements automatiques), prévoyez les paiements à l’avance, achetez des cartes de vœux en réserve quand vous en trouvez qui vous plaisent. Un peu de prévoyance peut vous économiser beaucoup d’énergie.4.  Tenez un journal
Faites le point sur votre journée, vos émotions et vos objectifs personnels. Notez tout ce qui vous angoisse pour déterminer les comportements appropriés. Écrire procure une détente et permet de prendre du recul.5.  Organisez-vous
Rangez factures, paperasse, lettres. Choisissez des endroits accessibles pour ce que vous utilisez le plus souvent. Chaque jour, prenez cinq minutes pour ranger votre lieu principal. Gardez sous la main un calendrier et un semainier. Faites des listes et rayez les corvées au fur et à mesure.?6.  Offrez-vous un massage
En plus de procurer une détente, il permet de diminuer le niveau d’hormones de stress dans le sang et stimule la production de sérotonine par le cerveau, un agent chimique associé à la relaxation et au sentiment de bien-être. Des études indiquent que le massage peut même ralentir votre rythme cardiaque et faire baisser votre tension.7.  Coupez votre liste de tâches en deux
Vous avez mis la barre trop haut ! Sélectionnez les choses à faire les plus importantes à long terme. Vous n’y arrivez pas ? Confiez-en à quelqu’un d’autre. Embauchez votre petit voisin pour l’entretien du jardin, ou commandez votre repas au lieu de le cuisiner.

8.  Réservez-vous du temps
Donnez la priorité à votre pause « relâche et régénération ». Prévoyez-en une au moins tous les deux jours. Même si cela signifie de renoncer à une activité, prenez le temps de vous distraire. Détendez-vous en solitaire avec un livre et la musique que vous aimez.

9.  Évitez les foules
Prévoyez vos transports en dehors des heures de pointe ; allez dîner 15 minutes avant l’heure d’affluence ; choisissez de faire vos courses le jeudi plutôt que le samedi ; achetez vos vêtements par correspondance.

10. Riez
Le rire déclenche la production d’endorphines qui soulagent la douleur
et exhaussent le sentiment de bien-être. Son effet stimulant sur le cœur, les poumons et les muscles renforce vos défenses immunitaires. Rire 20 secondes vous procure autant d’oxygène que trois minutes d’exercices aérobiques. De plus, il est presque impossible de demeurer tendu lorsqu’on rit. Recherchez ce qui fait rire : dessins animés, vidéos de comédie, spectacles de variétés, livres, etc. Blaguez avec des amis. Envoyez des courriels amusants à vos amis.

Tiré de: Soigner Votre Corps, Reader’s Digest Canada

**Si vous voulez une heure de bonheur, faites une sieste ;
Si vous voulez une journée de bonheur, allez à la pêche ;
Si vous voulez un mois de bonheur, mariez-vous ;
Si vous voulez une année de bonheur, faites-vous léguer une fortune ;
Si vous voulez une vie de bonheur, aidez les autres.
— proverbe chinois

**********************************

**Le bonheur fait sa révolution

Faut-il être heureux à tout prix ?

Le bonheur fait sa révolutionFaut-il être heureux à tout prix ? Face au culte effréné de l’hédonisme, psys et philosophes s’insurgent et tordent le cou aux promesses chimériques, aux recettes toutes faites et autres mythes prémâchés de la pseudo-félicité moderne. Quel bonheur !

« Qu’est-ce que je serais heureux si j’étais heureux ! » D’une boutade, Woody Allen a capté l’un des grands paradoxes de notre époque. À ériger le bonheur en norme absolue, ne créons-nous pas un monde aseptisé et sans saveur ? « Voyez les photos des profils sur Facebook, avec sourires forcés et des visages uniformément radieux. C’en est désespérant ! Ce devoir de bonheur devient pesant », s’indigne le philosophe Vincent Cespedes, auteur de « Magique Étude du bonheur » (éd. Larousse). Depuis les années 2000, ce culte du bonheur, que l’essayiste Pascal Bruckner étrillait déjà dans « l’Euphorie perpétuelle » (éd. Grasset), ne faiblit pas. Au contraire !

Le bonheur est subversif

Le bonheur est subversif

À la télé, même les serial killers affichent une mine de satisfaction béate, tel le héros de la série « Dexter », couvert de sang mais souriant à pleines dents. Au cinéma, les films hédonistes magnétisent le public, qu’ils se déclinent au féminin – « Mange, prie, aime », avec Julia Roberts, tiré du livre d’Elizabeth Gilbert – ou au masculin – « L’homme qui voulait vivre sa vie », avec Romain Duris, adapté du roman de Douglas Kennedy. Tandis que côté pub, le Club Med propose une « cure de bonheur », et Coca-Cola s’autoproclame « distributeur de bonheur ». « Notre aspiration au mieux-être est piratée par la société marchande », s’insurge le psychiatre Christophe André, auteur des « États d’âme » (éd. Odile Jacob). À l’orée de 2011, de plus en plus de psys et de philosophes tordent le cou à cette mythologie hédoniste qui nous leurre. « Le bonheur est subversif par essence, souligne Vincent Cespedes. Il surgit souvent là où on ne l’attend pas. » Pour le décrocher, foulons donc aux pieds tout ce qui le fige. Voici pourquoi et comment en finir avec…

Le mythe d’une vie équilibrée

Notre époque glorifie la sonder-maman, qui gère sa carrière, son couple, ses enfants, sa vie sociale, sa silhouette, et le tout, d’un claquement de doigts – manucurés bien sûr – sans vieillir. Il faut aussi avouer que les chiffres ne plaident pas en notre faveur. Les Françaises, championnes d’Europe de la natalité, affichent également un taux d’activité record. Et leur emploi du temps ne connaît pas la décroissance. Résultat : nous courons toutes après une sacro-sainte vie équilibrée sans jamais la toucher du doigt. Mais d’où nous vient ce fichu désir d’être parfaites partout ? « Soumises à de fortes pressions sociales, les femmes subissent le mythe du bonheur de performance, constate Christophe André. C’est un leurre, un tonneau des Danaïdes. On ne peut pas tout réussir à 100%. Le bonheur n’est jamais taille unique. Accepter ses imperfections, ses limites, et faire juste du mieux que l’on peut, tout cela nous rendra bien plus doux avec soi-même, et donc plus heureux. »

Le mythe du temps pour soi

Avouons-le. Dès que le rythme effréné du quotidien nous dépasse, nous fantasmons aussi sec sur les félicités d’une échappée en solo. Leurre ou réalité ? « C’est une croyance forte aujourd’hui : on pense que l’on sera heureux si l’on s’occupe de soi, uniquement de soi, estime Laurent Gounelle, spécialiste du développement personnel (auteur de « L’homme qui voulait être heureux », éd. Anne Carrière). J’ai du mal à croire que le bonheur ne soit qu’égoïste. On oublie que le collectif nous galvanise. Un engagement altruiste peut aider à transcender le quotidien et se révéler une source d’intenses satisfactions. »

Le mythe des petits bonheurs

Le mythe des petits bonheurs

Dur à avaler celui-ci, surtout pour celles qui n’aiment pas la bière… « Ce mythe manque terriblement d’ambition, souligne Stéphane Clerget. Ne confondons pas bonheur et plaisir. Ces petites satisfactions quotidiennes rassurent mais invitent aussi au repli sur soi. On se contente de petites jouissances parce qu’au fond, on a peur de prendre le risque d’un grand changement dans sa vie. Or, ce n’est qu’en risquant le malheur que l’on peut accéder à un bonheur orgasmique, entier, durable et qui nous emplit. »
Osons donc rêver d’un bonheur taille XXL !

Le mythe de la beauté intérieure

Osons le dire : cette expression a la peau dure. « Elle est surtout fausse, explique le psychiatre Stéphane Clerget, auteur des “Kilos émotionnels : comment s’en libérer” (éd. Albin Michel). La beauté du cœur et de l’es- prit est inséparable de celle du corps. Se soucier de son apparence physique est essentiel à son bien-être. Ce temps que prend une femme pour se maquiller est source d’émotion, de méditation et de réflexion au sens libératoire du terme. Lorsque l’on prend soin de soi, les autres nous renvoient une image plus positive. Se faire belle, c’est se faire du bien, nourrir son assurance et son estime de soi. Enfin, cela n’a rien d’égocentrique. L’élégance est aussi une politesse. »

Le mythe du cocon familial

À chaque crise, la valeur famille monte en flèche dans les sondages, tel un refuge douillet dans un monde décidé- ment trop cruel. Pourtant, qui dirait le contraire ? S’échapper de sa famille, une heure, un jour, une semaine… : quel bonheur ! Pour Stéphane Clerget, « la famille n’est pas un vase clos, un refuge fermé. Elle a aussi des portes et des fenêtres. Comme dans une maison, il faut que l’air circule ! Inviter des amis à dîner, s’autoriser des virées entre copines, des sorties en couple, une balade avec un seul enfant, sans forcément embarquer tout le monde. Une famille qui n’est pas figée et fermée, mais vivante, nous rendra plus fort et plus solide à l’extérieur. »

Le mythe de la qualité qui prime

Là encore, ne nous leurrons pas. Pour la pédopsychiatre Catherine Jousselme, auteur de « Comment l’aider à avoir… confiance en lui » (éd. Milan), plus que d’enquiller tous les week-ends piano, gym, échecs, musées, etc., un enfant, pour grandir, a besoin d’une véritable disponibilité. Soyons clairs : cinq minutes par jour ne suffisent pas. Tout comme rester avec lui vingt- quatre heures sur vingt-quatre sans être vraiment à l’écoute. Non. Être disponible, c’est accepter de ne rien faire avec lui. Pire encore : ne vous obligez pas à faire des activités que vous n’aimez pas. Certains parents détestent jouer mais adorent lire. Et alors ? Il ne faut surtout pas mettre d’enjeux dans le temps passé avec lui. Mais rester souple sur le temps libre, accepter l’imprévu avec lui, regarder ensemble une série télé totalement idiote en boucle tout le dimanche, sans culpabiliser. Et se laisser, au fond, surprendre par son enfant. » (Le Figaro.Madame-05.01.2011.)

****Le rire atténue la douleur

Rire à gorge déployée avec des amis diminue la sensation de douleur, grâce aux molécules opiacées qui inondent alors le cerveau, selon une étude britannique publiée mercredi. Des chercheurs ont testé en laboratoire la réaction à la douleur de volontaires qui regardaient des extraits de comédies comme « Mr Bean » ou « Friends » ou des émissions non-humoristiques sur le golf ou la vie des animaux.

La douleur était provoquée par le froid d’un manchon destiné à rafraîchir le vin ou par un garrot serré jusqu’à la limite de tolérance. Un autre test a été effectué pendant le Festival parallèle d’Edimbourg sur des volontaires regardant soit une comédie soit une pièce dramatique.

Aussitôt après le spectacle, pour voir si le rire diminuait la sensation de douleur, ils ont été invités à s’appuyer contre un mur, genoux pliés, comme s’ils étaient assis sur une chaise invisible.

Un quart d’heure de rire bien franc suffit pour augmenter d’environ 10% la tolérance à la douleur, d’après l’étude. En revanche, regarder des émissions non-humoristiques ou des drames n’a aucun effet antidouleur.

L’étude fait cependant la distinction entre le rire franc, à gorge déployée, le seul qui a un effet, et le rire poli, de façade. Crise de fou rire ou éclats de rire survenant rarement quand on est seul, se trouver au sein d’un groupe semble déterminant pour déclencher le bon type de rire qui libère dans le cerveau des endorphines, relèvent les chercheurs. (belga-14.09.2011)

*****Comment illuminer une journée sous la pluie?

media_xl_4354472

L’été 2011 dans certains pays d’Aurope, restera dans les mémoires. Un temps de mois d’octobre, des orages à répétition, un vent glacial, une pluie grise et constante. Difficile de garder le moral quand la météo nous contrarie tous les matins. Mais rester souriante et positive sous la pluie, c’est possible!

Quelques longueurs à la brasse
On aurait préféré une plage de sable chaud sous le soleil mais même dans une piscine communale, nager est un bon moyen de libérer quelques endorphines dans notre système. Le bonus? Quand on sort les cheveux déjà mouillés, la pluie devient soudainement moins agaçante.

On oublie la musique triste
Non, ce n’est pas un temps à observer la pluie couler sur les vitres et à penser à votre ex, tout en écoutant de la musique déprimante. Exit Adele ou Jeff Buckley, on préfère Vampire Weekend ou The Ting Tings pour se défouler et chasser le blues.

On se montre efficace malgré tout
Que ce soit trier vos vêtements, les produits qui traînent dans votre salle de bains, payer vos factures de téléphone, ou envoyer un mail à votre cousin à Dublin, vous allez forcément trouver quelque chose d’utile à réaliser au cours de cette journée qui encourage l’inactivité.

On installe l’ambiance
Vous n’êtes pas bloquée chez vous à cause de la pluie, vous passez une journée cocooning, nuance. Transformez votre environnement en un nid douillet, allumez quelques bougies parfumées, prenez un bain à bulles et enfilez votre pyjama le plus confortable.

En cuisine!
Préparer un bon repas va vous donner de quoi occuper vos mains et vos pensées, ainsi qu’un résultat réconfortant et peut-être même délicieux. C’est le moment de tenter les cupcakes ou un risotto. Autant de distractions qui vous feront oublier la grisaille extérieure.

On illumine, littéralement
Si on a du mal à déterminer si le soleil s’est déjà levé ou non vers 9h du matin, oui on manque peut-être de luminosité. Pourquoi ne pas investir dans un réveil lumineux ou une lampe spéciale qui imite la lumière du soleil? Rien de tel pour illuminer littéralement vos journées pluvieuses. (CD-07.09.2011)

******************************

 

10 réponses à “C’est quoi le bonheur?”

  1. 19 09 2011
    hyip (07:58:50) :

    Appreciate it for sharing ElAyam.1 » C’est quoi le bonheur? with us keep update bro love your article about ElAyam.1 » C’est quoi le bonheur? .

  2. 19 09 2011
    new sports cars (07:59:23) :

    Thanks for sharing ElAyam.1 » C’est quoi le bonheur? with us keep update bro love your article about ElAyam.1 » C’est quoi le bonheur? .

  3. 19 09 2011
    farmville cheats (08:00:02) :

    Appreciate it for sharing ElAyam.1 » C’est quoi le bonheur? with us keep update bro love your article about ElAyam.1 » C’est quoi le bonheur? .

  4. 19 09 2011
    droid bionic review (08:00:39) :

    Thankyou for sharing ElAyam.1 » C’est quoi le bonheur? with us keep update bro love your article about ElAyam.1 » C’est quoi le bonheur? .

  5. 20 09 2011
    birthday poems (16:37:34) :

    I agree with your ElAyam.1 » C’est quoi le bonheur?, good post.

  6. 20 09 2011
    Funny Facebook Status (16:39:52) :

    I agree with your ElAyam.1 » C’est quoi le bonheur?, superb post.

  7. 20 09 2011
    farmville animals profit (16:53:55) :

    I agree with your ElAyam.1 » C’est quoi le bonheur?, fantastic post.

  8. 21 09 2011
    hyip (01:32:30) :

    I agree with your ElAyam.1 » C’est quoi le bonheur?, excellent post.

  9. 11 11 2011
    league of legends download (00:13:36) :

    Interesting…

  10. 28 12 2012
    return man 2 (10:41:27) :

    What a perfect website.
    return man 2




robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...