Biologie des passions et chimie des sentiments

*La testostérone favorise la tendresse 

 Sexualite-p

*De la Biologie des passions, qui le fit connaître il y a vingt-cinq ans, à l’ouvrage Le Sexe expliqué à ma fille, qu’il publie aujourd’hui, Jean-Didier Vincent n’a eu de cesse d’explorer le cerveau humain et la chimie des sentiments. Ce célèbre neurobiologiste est aussi père de Felicity, une adolescente de 13 ans qui lui a posé bien des questions…

*Madame Figaro. – Votre démarche n’est pas courante : on confie l’éducation sexuelle d’une fille plutôt à sa mère…
Jean-Didier Vincent. – Nous sommes dans une société pudibonde et truffée de tabous, qui garde à l’esprit le cliché bourgeois de la mère livrant quelques confidences à sa fille. Les pères qui se risquent à parler de sexe à leurs filles sont observés d’un œil suspect. Pourtant, quand une mère parle de sexualité avec sa fille, elle risque aussi de projeter beaucoup d’elle-même et de ses échecs. N’oublions pas non plus cette rivalité. Dans le monde animal, mère et fille sont souvent en compétition pour un même mâle… Chez les humains, une mère doit voir sa fille grandir, devenir jolie, et ça n’est pas toujours facile…
Pas facile pour un père non plus…
Certes non ! J’évoque, dans mon livre, la « pointe de jalousie » qui tenaille tous les pères quand leur fille devient une femme belle et libre. Le père reste le premier amour de sa fille, le prototype, le modèle. C’est lui qui lui permet d’expérimenter les jeux de la séduction – en toute sécurité, bien sûr, car il est garant du tabou de l’inceste.
**Parler d’amourÀ plusieurs reprises, pourtant, vous conseillez à votre fille d’aller voir sa mère… Quitte à aller à l’encontre de la thèse soutenue par bien des psys du « père séparateur »…
On affirme, à juste titre, que, dans les premières années de la vie, le père est le « tiers séparateur », présent pour rompre la dyade mère-enfant. Plus tard, c’est différent. À l’adolescence, les relations peuvent être houleuses entre mère et fille, la seconde jugeant la première envahissante, presque menaçante. Alors oui, le père a son rôle à jouer pour rapprocher les deux femmes ! Mais je pense aussi que les premiers chagrins d’amour, les premières confidences, une fille les fait plutôt à son père – ce dont on parle peu. Je suis pour la réhabilitation totale du rôle du papa ! Dans la nature, la testostérone, hormone mâle si souvent mise en cause dans l’agressivité, joue un rôle fondamental dans le lien social. On le sait moins, mais elle favorise l’attachement, la gentillesse et la tendresse…
Le père peut parler à sa fille de ce qui se passe dans la tête d’un garçon… Dans Le Sexe expliqué à ma fille (1), vous évoquez le désarroi des adolescents.
Oui, pour eux le premier acte sexuel est très difficile, souvent plus que pour les filles. Eux qui ont parfois regardé des films pornos sur Internet sont soumis à une rude anxiété de performance. Ils ont peur de rater !
Vous insistez sur le rôle initiateur des jeunes filles. Les pères aident-ils leurs filles à être des « femmes d’action » ?
Bien sûr. Les jeunes filles qui ont manqué de père souffrent souvent de syndrome de l’abandon : elles se laissent séduire puis abandonner par les hommes. Quand ma fille me demande : « Comment un garçon fait-il l’amour avec une fille ? » Je corrige :
« Et pourquoi une fille ne pourrait-elle pas faire l’amour avec un garçon ? » Regardez les femelles dans le monde animal : la plupart prennent l’initiative de la sexualité, via les danses rituelles et d’approche. C’est ce que l’on nomme la proceptivité.

 Jean-didier-vincent-livre

**Le vrai baiser d’amoureux

C’est bien pratique, d’opérer un détour par le monde animal, n’est-ce pas ?
C’est indispensable, car cela donne un filtre au discours sur la sexualité. Il y a de la poésie, des métaphores, un « emballage » rhétorique qui me sauve de la crudité. La biologie animale, qui n’est qu’un détour, me permet de revenir à la spécificité de la sexualité humaine.

Grâce à l’exemple du rat qui connaît vite l’ennui sexuel, vous expliquez que le désir est périssable. N’est-ce pas un peu dur à entendre pour une adolescente ?
La monogamie n’est pas naturelle : c’est une construction sociale qui permet de maintenir la société. Cela dit, nous ne sommes pas des animaux. Les êtres humains, eux, ont des fantasmes qui permettent de nourrir donc pérenniser le désir.

Ils donnent aussi de vrais baisers ! Pour vos lectrices, vous réhabilitez le « vrai baiser d’amoureux »…
Le baiser est une porte entrebâillée sur le corps de l’autre. Aujourd’hui, on brûle les étapes et on ne respecte plus la gradation nécessaire dans la sexualité – premier baiser, premières caresses, tout ce que l’on nomme l’initiation amoureuse… Souvenons-nous que si les êtres humains se donnent la main, ils parlent surtout d’amour ! C’est la grande différence entre les animaux et nous : l’animal fait l’amour, mais n’en parle pas. Je conseille également à ma fille, comme à toutes les adolescentes, de ne pas aller trop vite. Je lui écris dans ce livre : « Ne te fais pas violence. » Il faut être certain d’être amoureux, et ne pas faire l’amour juste pour céder aux avances d’un garçon ou pour avoir le sentiment – aussi délicieux soit-il – d’être aimée.

Que répondez-vous donc in fine à votre fille, qui vous demande quelle différence il y a entre le sexe et l’amour ?
Il n’y en a aucune, car il ne faut faire l’amour que quand on est amoureux. La sexualité est alors la plus belle voie vers la connaissance de l’autre, et à ce titre c’est une expérience métaphysique…

**Trois psys répondent

UN PÈRE PEUT-IL DISCUTER DE SEXUALITÉ AVEC SA FILLE ?

Daniel Marcelli, professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à la faculté de médecine de Poitiers
« Oui, s’il se cantonne au registre des émotions et du lien, à quelques bons conseils du type : « Ça n’est pas parce qu’un garçon veut passer à l’acte qu’il faut lui dire oui immédiatement. En revanche, ça n’est absolument pas à un père d’entrer dans des détails techniques et intimes, de parler de pénétration ou de clitoris. Le père pénètre alors, sans jeu de mots, dans l’espace psychique de sa fille, et l’on frôle alors ce que l’on appelle l’incestuel ou l’inceste imaginaire, non consommé. »

Auteur de C’est donc ça, l’adolescence ? (éd. Bayard).

Maryse Vaillant, psychologue clinicienne
« Oui… s’il s’agit d’expliquer comment on fait les bébés, autrement dit la reproduction stricto sensu. Quand un enfant pose des questions sur la reproduction, il s’intéresse non pas à la sexualité, mais à sa propre origine. Le père est alors totalement légitime pour y répondre, s’il ne s’agit pas d’entrer dans les détails. En revanche, si la fille pose des questions sur le désir, le plaisir, ça n’est pas à lui d’y répondre, car il peut susciter un certain émoi chez l’adolescente, qui serait destructeur. »

Auteure notamment de L’Adolescence au quotidien (éd. Pocket).

Marcel Rufo, pédopsychiatre
« Pour moi, ce qui conditionne la vraie relation parent-enfant, c’est la pudeur. Et ce qui protège notre sexualité, c’est imaginer que nos parents n’ont pas de sexualité. Attention, pudeur ne signifie pas pudibonderie. Les parents peuvent intervenir pour mettre en garde contre les risques, mais s’il y a chez la fille un besoin d’explication ou de confidence, c’est à elle de venir poser les questions, et surtout pas au père de prendre l’initiative. Sur ces terrains, laissons faire les associations et les médecins ! » (Madame Le Figaro-04.09.2010.)

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

*L’anatomie des émotions

 l’effet des émotions sur le corps humain

La Faculté des sciences d’Aalto, en Finlande, vient de publier une étude qui permet de mieux comprendre l’effet des émotions sur le corps humain.*lematin.ch-09.01.2014

Biologie des passions et chimie des sentiments 1645523_pic_970x6411645531_pic_970x6411645533_pic_970x6411645535_pic_970x641

Les chercheurs ont provoqué différentes émotions chez 701 personnes originaires de Finlande, de Suède et de Taïwan. Les volontaires devaient ensuite désigner les zones du corps les plus stimulées (en jaune) et les moins touchées (en bleu) pour chaque émotion.«Ces cartes constituent la description la plus précise des sensations physiques liées à des émotions», disent les chercheurs finlandais.*Source: pnas.org

1645539_pic_970x6411645541_pic_970x6411645543_pic_970x6411645545_pic_970x641

1645525_pic_970x6411645527_pic_970x6411645529_pic_970x6411645537_pic_970x641

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**************

 

 

3 réponses à “Biologie des passions et chimie des sentiments”

  1. 27 10 2011
    certification iso (16:32:18) :

    Post vraiment bien rédigé et de surcroit tellement bien compréhensible.

  2. 11 11 2011
    league of legends download (00:13:15) :

    I don’t know why…

  3. 11 03 2016
    Jamel Draleau (21:31:19) :

    My wife and i were really fulfilled that Raymond could finish off his investigations by way of the ideas he acquired while using the blog. It’s not at all simplistic to simply happen to be offering helpful hints that some other people have been selling. And we all do know we have got the blog owner to appreciate for that. The most important explanations you have made, the easy website navigation, the relationships you give support to instill – it’s many superb, and it’s really letting our son and the family consider that that theme is satisfying, and that’s wonderfully fundamental. Thank you for the whole lot!

    http://www.bastcilkdoptb.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...