15-25 ans,les jeunes sont hypermotivés

Blasés ? Pas du tout. Selon un sondage exclusif Madame Figaro-CSA, les jeunes sont hypermotivés ! … Face à la crise, ils sont bien plus optimistes qu’on ne l’imaginait.

Anti-bof 

Et s’ils nous donnaient la leçon ? Face à la crise, les 15-24 ans retroussent leurs manches. Avec des idées et de l’énergie à revendre, ils bâtissent des projets, convaincus que leur avenir passe par leurs propres capacités à inventer l’époque. Nous avons eu envie de leur donner la parole, d’entendre leurs aspirations autant que leur humeur. Le sondage exclusif Madame Figaro-CSA révèle chez eux une ambition assumée et un optimisme lucide. Les adjectifs qui les définissent le mieux ?
Interrogés, les 15-24 ans placent en tête de liste « ambitieux » (35 %), « autonomes » (30 %) et « tranquilles » (30 %). Surprise : leurs aînés les croient d’abord… « inquiets » (à 53 %) et « révoltés » (à 47 %) ! Une des révélations de ce sondage est le décalage, parfois vertigineux, entre ce que les plus vieux imaginent, voire projettent, de leurs propres angoisses sur la jeune génération, et la réalité de ce que les jeunes vivent et ressentent. Quand leurs aînés pensent qu’ils rêvent de devenir fonctionnaires, les jeunes préfèrent s’imaginer monter une entreprise. Un jeune sur deux (51 %) avance que la famille, avant tout, le rend heureux, mais… seulement 31 % des plus âgés osent encore y croire ! Les générations se rejoignent sur une priorité, celle du travail. Alors qu’en France un jeune sur cinq est au chômage (selon l’INSEE), c’est par le travail que les 15-24 ans souhaitent avant tout s’intégrer dans la société. On est bien loin de la caricaturale « bof génération ».

Heureux 

**Ce qui les rend heureux

Être des acteurs critiques de leur temps, tisser des liens, faire jouer les solidarités : c’est précisément aussi ce que réclament les douze jeunes qui nous ont confié leurs projets. Devant les résultats de ce sondage, une question s’impose : pourquoi, dès lors, porte-t-on sur eux un regard si pessimiste? « Dans les années 80, la jeunesse incarnait la société en marche », commente Stéphane Rozès, directeur de CSA-Opinion. « Aujourd’hui, on la voit comme une catégorie à canaliser ou à protéger. Cette vision est très latine », ajoute la sociologue Cécile Van de Velde, maître de conférences à l’EHESS.
« C’est aussi, reprend Stéphane Rozès, une manière, pour les babyboomers, de se dédouaner de leurs responsabilités. Ils projettent leur culpabilité de ne pas avoir laissé à leurs descendants un pays en état de marche. » Les plus jeunes cherchent à travers la valeur travail « un signe de leur utilité sociale, souligne le directeur de CSA-Opinion. Quand on demande à des jeunes des cités ce que signifie pour eux être citoyen, ils répondent : “Payer des impôts.” Alors que la société met en avant leur désir de consommer, ce qui fonde la fierté et l’identité des 15-24 ans aujourd’hui, c’est souvent l’accès non à des biens matériels, mais au travail », insiste Stéphane Rozès. Ambitieux, tranquilles et autonomes, c’est donc ainsi que les jeunes se définissent, d’abord.

Ce qui les rend heureux ? Un jeune sur deux évoque sa famille et ses amis, loin devant les amours (25 %), le sport (22 %), la musique (18 %) ou les études (8 %). Sur ce dernier point, le bât blesse sérieusement : « Ils ne se font guère d’illusions ; ils ne croient plus au diplôme comme moyen de s’en sortir », estime Cécile Van de Velde (lire l’interview de Martin Hirsch). Lucides sur les difficultés qui s’accumulent – chômage, précarité, logement –, mais aussi sur les moyens de s’en sortir (l’autoentreprenariat, les nouvelles technologies), les 15-24 ans, malgré l’adversité, gardent la « niaque », une formidable énergie dont toute la société a à gagner. Reste à leur donner – enfin – les moyens de l’exprimer pleinement.

**Interview de Martin Hirsch**

« Ils ont une culture de l’effort »

*Madame Figaro. - Que vous inspire le décalage illustré par ce premier tableau, entre ce que vivent les 15-24 ans et le regard que les plus âgés portent sur eux ?*
-Martin Hirsch. - Il ne m’étonne pas. Dès 14-15 ans, on dit aux jeunes : « Vos choix scolaires actuels vont déterminer toute votre vie. » Or ce sont souvent les plus âgés qui projettent ainsi leur angoisse ! Car la réalité, c’est que le monde du travail ne cesse de demander aux jeunes de se renouveler, de s’adapter, et non de se figer dans un parcours unique. Et si, aujourd’hui, celui qui a le bon cursus, les bons diplômes, la bonne filière à 20-24 ans ne trouve pas de job…, c’est aussi la responsabilité des aînés ! Autre exemple : les bailleurs préfèrent des locataires âgés, demandent aux plus jeunes davantage de garanties. Or les enquêtes montrent que les jeunes ne présentent pas plus de risques que le reste de la population, et même plutôt moins. Méfions-nous d’exercer une sorte de délit de jeunesse !

*Ils se veulent autonomes : un désir, plus qu’une réalité ?
-Les 15-24 ans ne sont pas en demande d’assistance mais d’autonomie. Ça signifie pouvoir s’orienter, se loger, s’engager, comme tout citoyen. L’autonomie est le fil conducteur de notre commission sur la politique de la jeunesse.

*Les études ne sont pas plébiscitées par les 15-24 ans…
-Ils ne disent pas qu’ils sont contre, mais qu’elles ne les rendent pas heureux, qu’elles ne les satisfont pas ; qu’ils sont attachés à la transformation du lycée. Ce qui me frappe, c’est combien les jeunes ont des aspirations que je qualifierais de raisonnables. Ils ont une culture de l’effort, c’est une génération active. Je leur dis souvent : « N’écoutez pas ceux qui vous disent que devenir adulte, c’est perdre ses idéaux ! Non ! Gardez-les intacts, utilisez vos diplômes, votre énergie pour les mettre en œuvre. » Je n’ai pas peur des jeunes, mais plutôt de notre incapacité à répondre à leurs besoins ! (Le Figaro) 

 

Une réponse à “15-25 ans,les jeunes sont hypermotivés”

  1. 28 12 2012
    return man 2 (10:51:44) :

    Have you ever thought about writing an ebook or guest
    return man 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...