Belles-mères avant d’être mères

Elles ont 30 ans et des poussières, s’installent en couple avec l’homme de leur vie déjà papa, et sont propulsées mamans par procuration alors qu’elles rêvaient de vie à deux ! Rivalité, incommunicabilité, blessures, mais aussi partage, dépassement de soi, apprentissage de la maternité… Trois de ces “néomarâtres” racontent.

P_bellemere 

Officiellement, elles portent le nom de « marâtres » – le seul mot de la langue française désignant avec précision leur statut. Dans la réalité, elles n’ont plus rien à voir avec l’image suspecte qui fait leur réputation depuis les premiers contes de fées. La belle-mère version 2009 flirte avec la trentaine, s’habille en Zadig &Voltaire et commande un café crème à la terrasse des cafés, comme Deborah, 29 ans, styliste… et belle-mère de deux garçons de 10 ans et 12 ans. Elle s’en amuse elle-même : « Il y a à peine deux ans, je vivais seule dans 50 mètres carrés, je discutais de vêtements et de sorties avec mes copines. Aujourd’hui, je cherche un cinq-pièces, je fais mes courses à Carrefour, et j’ai parfois du mal à croire à ce qui m’est arrivé. »

Encore tabou il y a dix ans, la situation de Deborah concerne aujourd’hui de plus en plus de jeunes trentenaires tombées amoureuses d’un homme déjà père. « Entre l’augmentation des divorces et le recul de l’âge du premier enfant, c’est même devenu un classique ! » s’exclame Catherine Audibert, psychanalyste, auteur du Complexe de la marâtre (éd. Payot). Comment entre-t-on dans une vie de famille quand on en est encore à rêver d’une vie de couple ? Plongée dans le quotidien des nouvelles pionnières de la famille recomposée.

*Phase 1 : le grand choc

Bellemere1  Quand Laura, 34 ans, banquière, décide de vivre avec son ami, divorcé depuis deux ans et père d’une petite fille de 6 ans, elle rêve de balades, de grasses matinées sous la couette, de temps à deux. « Les débuts ont été très durs, se souvient-elle. Tous les week-ends, il était collé à sa fille, qui ne me voyait pas d’un très bon œil. Elle refusait systématiquement qu’une baby-sitter la garde quand nous sortions le soir. Elle n’aimait pas les Danette au chocolat que j’achetais pour elle. Quand je voulais l’emmener à une expo, elle restait obstinément rivée à son ordinateur. » Cette période houleuse s’est terminée… dans le cabinet d’un thérapeute de couple. « Il nous a aidés à prendre chacun notre place, poursuit la jeune femme. D’un côté, je devais faire un effort pour être plus indépendante. De l’autre, lui devait accepter de garder du temps pour nous deux. »

*PHASE 2 : L’ADAPTATION

Isabelle, 33 ans, se souvient encore du jour où, alors qu’elle grondait l’enfant de son ami qui refusait de venir à table, elle s’est entendu répondre l’inévitable : « T’es pas ma mère. » « Je reconnais volontiers que je me demandais sans cesse : ai-je eu la bonne attitude ? Suis-je légitime ? » Pour trouver la bonne distance, Deborah, elle, a essayé de se comporter comme une « jeune tante cool ». « Le soir, je joue avec les enfants, on rigole, et je les mets au lit. Je regarde des films avec eux. D’un autre côté, j’établis aussi des règles assez strictes : pas de gros mots, pas de cris, des dîners à heure fixe. » Peu à peu, elle a trouvé sa place. Même apprentissage pour Isabelle : « Avant, je voulais rester une petite fille, admet-elle. Devenir belle-mère m’a fait grandir, y compris dans ma vie professionnelle, où j’ai pris plus de responsabilités. »

*Phase 3 : la chasse aux fantômes

Bellemere2

Grandir, c’est dépasser le stade de la rivalité. « Avec sa fille, mon mari est tellement exclusif et passionné ! soupire Laura. Au début, je ressentais une jalousie face à l’intensité de ce lien filial. J’avais parfois l’impression qu’elle me le piquait. Il lui a quand même demandé l’autorisation de vivre avec moi… » S’ajoute la rivalité avec l’ancienne épouse. Surtout quand celle-ci, chanteuse de rock altermondialiste, critique votre mode de vie. Ou vous adresse par e-mail une liste d’interdits : interdit d’aller chercher les enfants à l’école, de parler à un professeur…
« Chez la mère des enfants, la rivalité sexuelle se déplace sur la rivalité maternelle, souligne Catherine Audibert. Il faut être dotée d’une bonne maturité pour ne pas entrer en compétition. » Au cœur de ce dispositif, l’attitude de l’homme fait alors toute la différence. « Mon mari me protège énormément, raconte Deborah. Il ne me fait pas porter sa rupture avec son ex-femme, nous partons régulièrement en week-end ou en vacances en amoureux. Il a fait le choix de préserver notre couple. »

PHASE 4 : L’ÉPANOUISSEMENT

Devenir belle-mère, c’est l’occasion de s’ouvrir à de nouveaux sentiments. « Les enfants m’ont éduquée au rôle de mère, explique Isabelle. Aujourd’hui, j’aime les retrouver le samedi soir devant un bon dîner. Entendre la gaieté s’engouffrer dans la maison… Leur existence a donné du sens à ma vie. » Cette expérience est aussi un révélateur du rapport de chacune à la maternité. Blocages, désirs refoulés : tout remonte à la surface. « Chez moi, devenir mère par procuration a accéléré mon désir d’enfant, explique Laura. Aujourd’hui, ma belle-fille est la demi-sœur de ma fille. Ce lien entre elles nous a donné à tous un ancrage. » Quant à Deborah, bientôt maman, elle sourit : « Quand j’ai appris que j’étais enceinte, j’ai fondu en sanglots, prise de panique à l’idée d’avoir une famille nombreuse. Le fils de mon mari est venu vers moi et m’a dit : “T’inquiète pas, on va être super bien comme ça !”»

**Interview de Maryse Vaillant

-Ce statut de belle-mère, est-ce un phénomène récent ?
*Bien sûr que non ! La famille s’est même historiquement structurée sur ce modèle. Avant, les femmes mouraient en couches. Le père se remariait alors avec une femme plus jeune sans enfants. Ce qui change aujourd’hui, c’est la juvénilité de notre époque. A 30 ans, lorsqu’elles font le pari d’épouser un homme plus âgé, les femmes ne font pas forcément celui d’épouser la fonction maternelle. Elles veulent continuer à vivre leur jeunesse. Elles disent oui à un projet de couple, alors qu’elles s’engagent dans un projet de famille.

-Quelles étapes fondatrices ces femmes sautent-elles ?
*La maternité, c’est le long apprentissage de soi dans une relation de forte dépendance, et de déception : on aime nos enfants, mais ils ne nous en sont pas nécessairement reconnaissants. Belle-mère avant d’être mère, la jeune femme est obligée de faire entrer dans sa vie cette dimension de l’autre, alors qu’elle en est encore à se découvrir elle-même. Si elle est suffisamment mûre, elle va prendre cela comme une chance. Mais dans une position encore œdipienne – ce qui est souvent le cas des femmes qui choisissent un « homme père » -, cela peut être catastrophique si se crée une rivalité avec la mère, les enfants.

-Et quand viendra leur propre maternité ?
*Si la jeune femme dépasse ces épreuves, elle sera une mère plus épanouie, moins dans l’idéalisation. Ses enfants arriveront dans une famille déjà formée. Ils ne porteront pas non plus la responsabilité d’avoir transformé une femme en mère. A leur naissance, elle sera déjà pétrie de maternité.(Le Figaro)

**Auteur de Comment aiment les femmes (Seuil).

3 réponses à “Belles-mères avant d’être mères”

  1. 11 11 2011
    league of legends download (00:13:01) :

    Thanks!

  2. 28 12 2012
    bloons tower defense 4 (10:42:17) :

    With havin so much written content do you ever run into any issues of plagorism or copyright violation? My site has a lot of unique content I’ve either written myself or outsourced but it appears a lot of it is popping it up all over the web without my agreement. Do you know any solutions to help stop content from being stolen? I’d truly appreciate it.
    bloons tower defense 4

  3. 9 12 2015
    sdorttuii plmnr (04:38:24) :

    WONDERFUL Post.thanks for share..more wait .. …

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...