Le thon, une espèce en danger d’extinction

*Plus de la moitié des espèces de thon sont en danger

 Le thon, une espèce en danger d'extinction media_xl_4273737

Sur huit espèces de thon, pas moins de cinq d’entre elles sont en danger d’extinction. Pour l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, il est plus qu’urgent de lutter contre la surpêche.

**************************************************

Pêche illicite du thon rouge dans les eaux territoriales Algériennes 

Affaire du thon rouge à Annaba.Algérie

Les préjudices causés à l’Algérie estimés à plus de 2,3 milliards de dollars.

Des peines allant de 6 à 8 ans requises

Les mis en cause sont des marins pêcheurs algériens et turcs

Affaire du thon rouge à Annaba,Des peines allant de 6 à 8 ans requises

Six ressortissants turcs, un armateur algérien, le secrétaire général du ministère de la Pêche et le directeur des pêches maritimes et océaniques (DPMO) de ce même ministère, sont impliqués dans cette affaire.

L’affaire de la pêche illicite de 210 tonnes de thon rouge dans les eaux territoriales algériennes, qui avait défrayé la chronique nationale, sera  rejugée aujourd’hui mardi, par la cour de justice de Annaba. Selon  des sources judiciaires, ce nouveau procès a été admis par la Cour suprême, suite aux cassations introduites par l’ensemble des accusés dans cette affaire.
Des pêcheurs algériens, des cadres du ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques et des Turcs sont impliqués dans cette affaire. Ces derniers au nombre de neuf, poursuivis pour contrebande, pêche non autorisée dans les eaux territoriales algériennes, trafic d’influence et évasion fiscale, entre autres, ont été condamnés, en avril 2010, en première instance par le tribunal correctionnel de Annaba, à trois ans de prison ferme, assortis d’une amende de 200 000 DA chacun.
À cela, il faut ajouter une autre amende de 72 860 990 DA, à verser aux douanes par tous les accusés pour avoir pêché l’équivalent de 210 tonnes de thon rouge dans les eaux territoriales algériennes. Une autre amende fiscale, estimée à
8 328 609 900 DA a été, en outre, infligée aux accusés au profit de l’administration fiscale, avec saisie des quatre bateaux (trois turcs et un algérien) ayant servi à l’opération.
Quelques mois après, la cour d’appel de Annaba avait allégé les peines prononcées en première instance. En effet, la justice a condamné, le 14 juillet 2010, l’armateur algérien à trois ans de prison ferme, tandis que sept autres co-accusés (cinq ressortissants turcs, le secrétaire général et le directeur de la pêche maritime et océanique au ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques à deux ans de prison ferme).
Une peine d’une année de prison ferme a été également a prononcée à l’encontre d’un autre armateur algérien.
Pour rappel, cette affaire avait été mise au grand jour, par les garde-côtes d’Annaba, qui avaient intercepté, lors d’une patrouille de routine au large des côtes d’Annaba, une cargaison de 210 tonnes de thon rouge à bord d’un thonier algérien et trois bateaux turcs.
Au total, 6 ressortissants turcs aux côtés d’un armateur algérien, du secrétaire général du ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques (MPRH) et du directeur des pêches maritimes et océaniques (DPMO) de ce même ministère, sont impliqués dans cette affaire.
Elle concerne, rappelons-le, l’interception sur “l’Akuadem 2”, un navire turc au large de Annaba, de 210 tonnes de thon rouge, pêchées pour le compte du bateau thonier algérien “El-Djazaïr”, appartenant au dénommé Maâmar Sadoune.
L’embarcation arraisonnée au large des eaux territoriales algériennes, faisait partie d’une flotte constituée de trois bateaux turcs spécialement aménagés pour ce type de pêche le “Certer Ahmet 1” et le “Abdi Baba 3”. “L’Akuadem 2”,  qui remorquait une cage de 40 mètres de large et de 50 mètres de profondeur (contenant 210 tonnes de thon rouge vivant).*Liberté-08.01.2013.

*********************************************

*Les réserves s’épuisent et l’espèce est en voie d’extinction

thon-rouge-2

Le thon voit rouge ! Sa chair délicieuse, les intérêts économiques qu’elle suscite et la pêche massive mondiale dont il est l’objet sont en train de tuer le thon rouge à petit feu… Si bien qu’aujourd’hui, il ne reste plus que 15% du stock de thon d’origine dans les océans !
Les réserves s’épuisent et l’espèce est en voie d’extinction…Mais rien n’empêche les pêcheurs industriels de vider les océans ! Les filets continuent de tracter plusieurs tonnes de thon chaque année, les additions flambent et la planète trinque ! Marmiton sonne l’alerte et fait le point sur cette véritable catastrophe écologique. Ensemble, comprenons pourquoi le thon rouge est menacé et essayons, à notre échelle, de le préserver.

*****************************

media_l_4273724

media_l_4273739

media_l_4273738

Une nouvelle étude, publiée par la revue Science, s’est intéressée à toutes les espèces de scombridés (thons, bonites, maquereaux et thazards) et de marlins (espadons et marlins) afin d’évaluer le danger qui menace chacune d’entre elles.

Il est apparu que, sur les 61 espèces connues, sept sont « menacées » (c’est-à-dire que leur risque d’extinction est élevé), quatre espèces sont classées comme étant « quasi menacées » et près des deux tiers se trouvent dans la catégorie « préoccupation mineure ».

Les populations de thons en chute libre
Parmi ces espèces, ce sont les thons qui sont les plus à plaindre. Sur les huit types de thons, cinq sont considérés comme menacés dans la Liste rouge de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) ou sont « quasi menacés ».

Le thon rouge du Sud est en « danger critique d’extinction » (la catégorie la plus critique) tandis que le thon rouge du Nord ou celui de l’Atlantique sont « en danger ». Le thon obèse est dit « vulnérable » et le thon jaune ainsi que le blanc sont « quasi menacés ».

Parmi les marlins, trois espèces sont classées dans des catégories menacées ou quasi menacées: le Marlin bleu et le blanc dits « vulnérable », et le Marlin rayé « quasi menacé ».

Des pertes définitives
Voilà qui devrait influencer, en tout cas on l’espère, la réunion de gestion de la pêche des thonidés, qui se tient à La Jolla, Californie, du 11 au 15 juillet. Hélas, ces poissons ont une grande valeur économique, ce qui explique les difficultés pour parvenir à un accord sur une limitation beaucoup plus stricte des quotas de pêche.

Or, c’est la surexploitation constante de certaines espèces qui est au coeur de ce carnage. « Les trois espèces de thon rouge peuvent s’effondrer. C’est déjà essentiellement le cas pour le Thon rouge du Sud, avec peu d’espoir de rétablissement », explique le Dr Kent Carpenter, professeur à l’Université Old Dominion, directeur de l’Unité de l’UICN sur la biodiversité marine et l’un des auteurs du document.

« Si aucun changement n’est apporté aux pratiques de pêche, les stocks de Thon rouge de l’Atlantique risquent de s’effondrer aussi, car il y a peu de signes de reconstitution de la population après une réduction significative dans les années 1970″.

Les consommateurs aussi peuvent changer les choses en renonçant aux espèces en danger de disparition: refuser de manger du thon rouge, c’est refuser de participer à ce massacre. Si personne n’en consomme, ils perdront de leur valeur marchande et les pêcheurs n’auront plus d’intérêt à les pêcher.

Pourquoi s’en préoccuper?

Si certains ne voient aucun intérêt à préserver la biodiversité de notre planète, d’autres ont compris que chaque espèce joue un rôle-clé dans la chaîne alimentaire. Les scombridés étant au sommet de celle-ci, leur réduction influence directement les autres espèces essentielles à l’équilibre de l’écosystème marin. Chaque disparition finira également par avoir un impact sur les populations se nourrissant essentiellement à base de poissons.

En effet, de nombreuses espèces ont besoin de longues périodes pour atteindre leur maturité, leur cycle de reproduction est donc plus long. Si tous ces poissons sont pêchés avant qu’ils ne puissent procréer, c’est l’avenir de toute l’espèce qui est en danger.

« Cette nouvelle étude montre qu’il existe un besoin urgent d’une gestion efficace des stocks de poissons. Les découvertes scientifiques ne doivent pas être laissées de côté dans le but de sauvegarder des profits financiers à court terme. La vie marine et les emplois des générations futures sont en jeu » explique Jean-Christophe Vié, Directeur adjoint du Programme mondial de l’UICN sur les espèces. (ca)-08.07.2011.

media_xl_4273736

media_xl_4273735

09112012-nouveaux-quotas-thon-rouge-decideront-au-maroc algérie dans femmes

******************************************************

*Le thon rouge le plus cher de l’Histoire

**Pesant 222 kg, il a été vendu  le 5 janvier 2013 à Tokyo à 155,4 millions de yens [1,36 million d'euros], soit environ 700 000 yens [6.120 euros] le kilo.

Japon- A la première criée de l’année, le poisson le plus convoité de l’archipel s’est vendu à un prix record. Explications.

L'Algérie s'est émancipée toute seule dans actualité

« Cette année, le thon rouge s’est vendu à un montant encore jamais égalé, pratiquement le triple de l’année dernière », rapporte l’Asahi Shimbun, à l’issue des premières enchères qui se sont déroulées comme chaque année le 5 janvier à Tokyo. A Tsukiji, le plus grand marché aux poissons du monde, un thon rouge pesant 222 kg a été vendu à 155,4 millions de yens [1,36 million d'euros], soit environ 700 000 yens [6 120 euros] le kilo.

Marketing déguisé ?

L’acquéreur de ce trésor de table est Kiyoshi Kimura, propriétaire d’une chaîne de restaurants de sushis, qui avait déjà remporté l’enchère l’année dernière. « Je compte le servir dans mon restaurant, et ce au prix habituel de 128 yens [1 euro] le sushi [au lieu de 300 à 400 euros, s'il veut tenir compte du prix d'acquisition réel]« , a-t-il déclaré aux journalistes.

Le spécimen a été pêché au large d’Oma, dans le nord de Honshu. Vendre son thon rouge à un prix aussi élevé est un prestige pour les pêcheurs de la région, car la première criée – événement majeur après le nouvel an – est la meilleure publicité qu’ils puissent espérer. Certains acheteurs se sont toutefois montrés suspicieux : « Ne s’agirait-il pas d’une opération marketing déguisée ? Ce prix est anormalement élevé ! On pourrait construire une maison ! » a confié l’un d’entre eux au journal Sponichi.

Affaire de fierté

Mais pourquoi donc un tel coût pour un poisson ? Tout d’abord parce que le thon rouge est particulièrement prisé par les Japonais, qui consomment les deux tiers de la production mondiale. En hiver, le Thunnus orientalis se recouvre de gras pour surmonter le froid, et devient encore plus savoureux. Cependant, comme l’explique le Nihon Keizai Shimbun,« les conditions de pêche durant cette saison sont particulièrement rudes et le nombre de prises diminue, tandis que la demande sur le marché est boostée par les fêtes de fin d’année ». A cela s’ajoute le fait que, ces dernières années, des acheteurs étrangers, notamment chinois, se sont joints à la course ; les prix pratiqués lors de cette enchère ont alors brusquement grimpé.

Par ailleurs, « l’acquisition du thon rouge à la première criée de Tsukiji devient aussi une affaire de fierté, notamment depuis la montée des tensions entre Tokyo et Pékin autour du contentieux territorial en mer de Chine méridionale », explique Yotsumoto Masahiro, chercheur au Dentsu Innovation Institute dans les colonnes du quotidien économique. Hidemi Kumai, professeur d’halieutique de l’université Kindai, a, quant à lui, confié à l’Asahi Shimbun : « On peut espérer que ce prix exorbitant permette aux uns et aux autres de prendre conscience qu’il s’agit d’un poisson victime de la surpêche. » *Courrier international-07.01.2013.

**vidéo: FRANCE 24 Reporters: thon rouge d’Algérie - Thon rouge, la pêche continue au Japon

**vidéo: Le thon rouge va t’il disparaître de l’atlantique

**Pêche du Thon rouge au moulinet en méditerranée

*****************************************

La survie du thon rouge se joue en Méditerranée

**La reproduction des thons rouges a lieu entre mai et juin au même moment que la pêche qui a duré du 15 avril au 15 juin. Les poissons sont particulièrement fragiles durant cette période**

La reproduction des thons rouges a lieu entre mai et juin au même moment que la pêche qui a duré du 15 avril au 15 juin. Les poissons sont particulièrement fragiles durant cette période.

L’Europe a renforcé depuis l’an dernier les contrôles des bateaux et des cages où sont engraissés les thons rouges. Chaque bâtiment embarque désormais un observateur.

Le thon est un géant parmi les poissons, certains spécimens pouvant atteindre 4 mètres de long et peser plus d’une demi-tonne. Autrefois, ils pouvaient même aller jusqu’à 700 kg. Aujourd’hui, du fait de la pêche intensive, ils ne dépassent jamais plus de 300 kg. C’est aussi un des poissons les plus chers. En 2001, un thon de 300 kg s’est vendu 150 000 euros sur le marché de Tokyo. «Il est encore possible de sauver le thon rouge. Mais des actions importantes sont urgentes, notamment celles visant la préservation des reproducteurs.» Avec la diminution des capacités de pêche et le contrôle du marché japonais des sushis, c’est une des mesures que préconisent Alain Fonteneau, de l’Institut de recherche pour le développement (IRD), et Jean-Marc Fromentin, de l’Ifremer (Pour la science, juillet 2009).

La reproduction est en effet le moment clé pour cette espèce migratrice qui ne se reproduit qu’en Méditerranée, autour de la Sicile et de Malte, entre Chypre et la Turquie et autour des Baléares. Elle a lieu entre mai et juin au même moment que la pêche qui, cette année, a duré du 15 avril au 15 juin. Les poissons sont particulièrement fragiles durant cette période. Ils s’agrègent et sont moins fuyants. Ils se laissent plus facilement emprisonner dans les sennes, de très grands filets déployés en arc de cercle autour du bateau.

En 2006, quand l’état des stocks était au plus bas, les scientifiques de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (Iccat) avaient préconisé l’arrêt pur et simple de la pêche en Méditerranée entre mai et juin. L’Union européenne s’y était opposée mais elle avait mis en place de nouvelles règles contre la fraude qui touchait tous les domaines : repérage par avion, non-respect des tailles minimales de capture, données fausses ou lacunaires, etc. Résultat, le renforcement des contrôles a quelque peu changé la donne depuis 2008, de l’aveu même de Jean-Marc Fromentin.

Les fraudeurs sanctionnés

Chaque senneur est tenu d’em­barquer à bord un observateur. Les cages qui accueillent en mer près de 80 % des thons capturés pour y être engraissés font l’objet d’inspections. Des vedettes peuvent aussi faire des contrôles suivis ou inopinés. Créée l’année dernière, l’Agence européenne de contrôle des pêches basé à Vigo (Espagne) coordonne désormais toute la surveillance. Les fraudeurs sont exposés à des sanctions.

Lors de la dernière réunion de l’Iccat à Marrakech, en novembre 2008, le comité scientifique de l’Iccat avait déjà souligné que toutes ces mesures vont dans le bon sens mais que le thon rouge n’est pas sauvé pour autant. Il reste des zones d’ombre et la pêche illégale continue. Il faudra attendre encore plusieurs années avant de poser un nouveau diagnostic. L’Union européenne a récemment débloqué 800 000 euros afin de renforcer le recueil de données. Les années à venir seront cruciales pour la survie de cette espèce pêchée en Méditerranée depuis l’Antiquité, par les Phéniciens puis pas les Romains.*Le Figaro- le 27/07/2009

********************************************

Le thon rouge du Pacifique se fait rare

Très prisé par les Japonais, le thon rouge pourrait disparaître à cause de la surpêche…

Alors que son cousin méditerranéen semble se requinquer, le thon rouge du Pacifique inquiète les scientifiques. Selon une évaluation des populations de thon rouge du Pacifique nord, réalisée par le Comité scientifique international sur le thon (ISC), 96% de ces poissons auraient disparu durant les dernières décennies à cause de la pêche intensive. Tout aussi inquiétant, les experts estiment que 90% des poissons capturés sont des juvéniles qui n’ont pas encore eu le temps de se reproduire.

Le prix des sushis pourrait s’envoler

Le succès du thon rouge au Japon pourrait ainsi lui coûter très cher. Les Japonais consomment trois quarts des prises mondiales et les prix de ce poisson peuvent atteindre des sommets: le 5 janvier, un thon de 222 kilos a été acheté 1,38 million d’euros par un restaurateur japonais. Et avec la raréfaction de l’espèce, le prix des sushis pourrait bien s’envoler. Face à ces perspectives financières alléchantes, les pêcheurs n’hésitent pas à employer des techniques industrielles pour rapporter le plus possible de poisson.

«Cette évaluation montre à quel point la situation est grave pour ce poisson qui est en haut de la chaîne alimentaire, s’alarme l’ONG Pew Environment. Il est exploité à tous les stades de sa vie et il est pêché même dans les lieux où ils se reproduit.» Déjà pénalisé par rapport aux autres espèces à cause de sa maturation lente qui ne lui permet de se reproduire qu’à partir de quatre à huit ans, le thon rouge du Pacifique ne semble pas assez bien protégé par les lois internationales qui encadrent la pêche. «Nous demandons aux pays dont sont issus les principales flottes de pêche, Japon, Mexique, Corée du Sud et Etats-Unis, à prendre immédiatement des mesures de conservation du thon rouge», déclare Pew Environment.* 20 Minutes-10.01.2013.

***********************************

Une réponse à “Le thon, une espèce en danger d’extinction”

  1. 27 10 2011
    certification iso (16:59:22) :

    Article vraiment bien rédigé et qui plus est tellement bien rédigé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...