Marathons

** Semi-marathon international de la Mitidja…samedi prochain 

à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement

coureurs.jpg

 Il y aura certainement beaucoup de monde, jeunes et moins jeunes, pour participer à ce premier semi-marathon international de la Mitidja.

La ville des Roses abritera samedi prochain les épreuves du 1er Semi-marathon international de la Mitidja à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement. Organisé par Sport Events international, une célèbre boîte connue dans l’organisation de ce genre de manifestations, et sous le haut patronage du wali de Blida, le 1er Semi-marathon de la Mitidja sera disputé en deux épreuves : le 10 km et le 20 km. Le parcours concerne le centre-ville de Blida, et les organisateurs de l’événement veulent surtout sensibiliser, à travers ce marathon, les jeunes en particulier sur la pratique du sport et ses effets sur le bien-être.

La manifestation regroupera un millier d’athlètes des deux sexes dont une quarantaine venant des quatorze pays européens, américains et africains (Autriche, Canada, USA, Roumanie, Turquie, Niger, Espagne, Italie, Suisse, Croatie, France, Allemagne…). En parallèle, une centaine de jeunes trisomiques et des athlètes sur chaise roulante participeront aussi à cet événement en collaboration avec l’association Anit et ce, suite à une demande émanant de la Fédération des sports pour handicapés. Rezkane Abdelmadjid, manager général de Sport Events international, a souligné récemment à Blida, lors d’une conférence de presse, que cet grand évènement sportif sera aussi une occasion pour les participants étrangers de «faire connaissance avec les villes algériennes». Des médailles et des primes seront attribuées aux gagnants.

A cette occasion, deux anciennes figures de l’athlétisme de la région de la Mitidja seront honorées. Le départ aura lieu à partir de huit heures du matin devant le siège de la daïra et l’arrivée est prévue au stade Hamoud Daïdi. (El Watan-02.06.2011.)

 

**************************** 

 **Marathons**

*une activité physique modérée est bénéfique pour la santé, en particulier pour le système cardio-vasculaire.

**Marathon : prévenir les accidents cardiaques 

Le dernier Marathon de Paris a rassemblé près de 40.000 participants, au mois d'avril.

Le dernier Marathon de Paris a rassemblé près de 40.000 participants, au mois d’avril 2010. 

Selon des études récentes, le cœur est perturbé pendant la course. Une bonne préparation est indispensable. 

Marathons coeur-C’est une évidence: une activité physique modérée est bénéfique pour la santé, en particulier pour le système cardio-vasculaire. Mais qu’en est-il pour des sports plus intenses, comme le marathon et ses 42,195 kilomètres? Comment le cœur d’un athlète vit-il les 2 à 4 heures de course où il bat à environ 170 pulsations par minute? La question est d’autant plus cruciale que cette discipline mythique connaît un engouement majeur depuis 15 ans. Les épreuves les plus prestigieuses attirent jusqu’à 40.000 participants, souvent quadragénaires, plus ou moins bien entraînés.

Des études présentées cette semaine au congrès de la Société européenne de cardiologie à Stockholm (Suède) sont plutôt rassurantes. Des médecins allemands ont ainsi étudié 167 sportifs amateurs, âgés en moyenne de 50 ans, participant au marathon de Berlin. Une perturbation significative de paramètres sanguins (notamment une élévation de marqueurs de souffrance cardiaque) a été relevée à l’issue de la course. Ces modifications n’étaient pas corrélées à des troubles à l’échographie cardiaque. Surtout, elles étaient normalisées quinze jours plus tard.

«Aujourd’hui, on sait qu’à la fin d’un marathon, il existe une fatigue transitoire du cœur, qui touche ses capacités de contraction et de relaxation. Toute la question est de savoir si c’est normal ou pathologique», résume le Pr François Carré, du CHU de Rennes. Selon ce cardiologue, les données récentes sont effectivement ­rassurantes, sans amener de preuves formelles. «L’élévation des marqueurs ne concerne pas tous les coureurs, précise-t-il. Des anomalies sont présentes chez environ 30% des hommes. Concernant les femmes, l’étude menée par le Dr Chevalier, cardiologue à Bordeaux, n’en a retrouvé que chez 10% d’entre elles, surtout parmi les moins entraînées.»

Qu’en déduire en pratique? «Quasiment tout le monde peut courir un marathon, à condition de respecter un certain nombre de règles, estime le Dr Thierry Laporte, vice-président du club des cardiologues du sport. Premier réflexe: s’assurer au préalable de l’absence de maladie cardiaque. «Sur un marathon, le risque de mort subite est de 1 à 4 pour 1000. Environ 90% des cas sont détectables, ce sont souvent des troubles du rythme méconnus», poursuit le Dr Laporte. Avant de se lancer dans la préparation de cette course, un électrocardiogramme est le minimum. «Mais plus on avance en âge, plus une épreuve d’effort s’impose, dans un service qui a l’habitude des sportifs», insiste ce spécialiste. Cet examen permet de détecter des anomalies, et fournit aussi des indices pour personnaliser l’entraînement.

Bien s’hydrater

Pour tous les spécialistes, ce temps de préparation est fondamental, avec un rythme de quatre séances par semaine pendant au moins trois mois. «Ceux qui courent le plus de risque pendant la course sont les moins entraînés, avertit le Dr Laporte. De fait, explique-t-il, l’organisme trinque d’autant plus que la course dure longtemps. Quant à l’hydratation, tous reconnaissent son rôle fondamental pour prévenir des troubles du rythme cardiaque. «Il faudrait des ravitaillements en boisson tous les kilomètres. À Paris, c’est prévu tous les 5 km seulement », déplore le Pr Véronique Billat, qui dirige le laboratoire d’étude de physiologie de l’exercice de l’Inserm à Évry (Essonne).

Cette ancienne championne de marathon insiste par ailleurs sur l’importance de varier la vitesse de course. Elle a démontré chez des coureurs du marathon de Paris, que ces variations d’allure (que les sportifs doivent apprendre à gérer suivant leurs sensations) permettent de garder un débit cardiaque plus stable. «C’est bénéfique pour le cœur et pour les performances», explique-t-elle. Les marathoniens doivent aussi tenir compte des conditions climatiques. «Le risque de déshydratation et donc d’accident cardiaque augmente avec la température extérieure et le degré d’humidité, même sur un cœur sain», prévient le Dr Laporte. Un constat qui amène de plus en plus souvent les organisateurs à annuler l’épreuve voire à l’interrompre en cas de forte chaleur, par exemple. (Le Figaro-03.09.2010.)

 

****************

 

Une réponse à “Marathons”

  1. 27 12 2012
    bloons tower defense 4 (12:20:47) :

    Nice share, thanks.
    bloons tower defense 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...