À vos marques! Courez!

À vos marques! Courez!

Bouger, essentiel pour la santé ! …Meilleure forme, astuce bien-être, prévention des maladies… bouger est bon pour la santé. Voici de bonnes raisons de se mettre au sport !

*Les bienfaits du sport

 On ne le dira jamais assez : l’activité physique, c’est bon pour la santé. Alors qu’il reste pour beaucoup, synonyme de corvée, le sport est un moyen simple de rester en bonne santé morale et physique. Les efforts à fournir paraissent bien minces, au vu des bienfaits qu’il procure…

*le plaisir

Lorsqu’on pratique une activité physique, on peut y éprouver du plaisir. Au bout de 15 à 30 minutes d’effort soutenu, l’organisme libère des hormones, comme les endorphines et la dopamine. Grace à elle, le corps s’abandonne, les muscles se relâchent et une sensation de plénitude nous envahit.En faisant de l’exercice physique, la fabrication d’endorphines peut être augmentée jusqu’à cinq fois par rapport à la quantité normale. On retrouve notamment ces endorphines après l’acte sexuel

*le bien-être

Les hormones libérées comme la sérotonine agissent directement sur l’anxiété, le stress et l’humeur.Des études ont montré que l’exercice physique pouvait être plus efficace que les médicaments pour soigner la dépression. Le dosage a son importance : 20 minutes à intensité moyenne, trois fois par semaine, suffisent pour induire un effet sur la partie du cerveau qui contrôle l’humeur.

la longévité

 

C’est une gérontologue de l’université d’Harvard, Anne Fabiny, qui le dit : « l’activité physique est ce qui se rapproche le plus de la fontaine de Jouvence ». Des recherches démontrent que la perte d’autonomie est souvent liée à un mode de vie sédentaire, et non au vieillissement en soi. Mieux, elles concluent que l’activité physique est efficace pour augmenter la longévité et qu’elle aide à prévenir le déclin des fonctions immunitaires.

moins de maladies graves

Les recherches démontrent que l’activité physique pratiquée régulièrement réduit les risques de troubles cardiovasculaires et cérébro-vasculaires, d’hypertension, de diabète de type 2, d’ostéoporose, de cancer du côlon, etc…

 

Contrairement aux idées reçues, il n’est pas nécessaire d’avoir une activité ininterrompue pendant 40 minutes : 3 périodes de 10 minutes (minimum) dans la journée suffisent.

 

*la ligne

Bienfaits du sport

La marche et les efforts de la vie quotidienne sont utiles pour la ligne mais ce sont les activités de type aérobique (avec élévation du rythme cardiaque) qui sont les plus efficaces: course à pied, vélo, natation, …Elles permettent de perdre du poids sans réduire drastiquement l’apport de calories, pour peu qu’on les pratique de façon assidue (environ trois fois par semaine). L’organisme s’habitue au nouveau train de vie et brule davantage de calories.

*la condition physique

L’activité physique permet d’avoir une bonne condition physique (souplesse, renforcement des muscles, etc…). Elle améliore donc l’endurance (capacité à résister à la fatigue), la force, la coordination (l’adresse, la précision) et la forme. Et quand on est en forme, les activités courantes – comme sortir les poubelles, pousser la voiture ou laver les vitres – sont nettement plus faciles!

une vie plus facile

Une activité physique régulière, permet aussi de réduire considérablement des problèmes qui, sans être graves, peuvent nuire à une bonne qualité de vie : tendinite, ankylose, perte d’amplitude articulaire, douleurs, manque de souffle ou de force,…Pour les allergiques au sport, rappelez-vous que toutes sortes d’activités font partie de ce qu’on appelle « l’activité physique » : la marche quotidienne, le jardinage, les activités reliées au travail, les jeux avec les enfants, le ménage…(source:.passeportsante.net)

***********************************

*Sarah a commencé à courir quand elle était de 14 à composer avec le stress et la difficulté de la vie . Au lieu de se tourner vers des choses négatives , elle a constaté que la course était une chose positive . Jusqu’à à 4h30 du lundi au vendredi matin , elle courut , et elle fonctionne depuis .

Sarah part ce message avec les enfants , les adolescents et les adultes. 

**Ultra marathonien , social media maven , entrepreneur , blogueur et conférencier , Sarah Stanley est une inspiration pour beaucoup!

 Un ardent défenseur de la bonne condition physique , en santé, heureux , et recherchant vos rêves , le message de Sarah a été partagée avec les jeunes et moins jeunes . Non seulement parce qu’elle a courir des marathons , cinquante et cent mile mile courses , mais parce qu’elle a une mission d’inspirer les autres à atteindre leurs objectifs et leurs rêves.

Sarah se décrit comme une  » personne ordinaire, en moyenne »et son message est à la personne ordinaire , à la fois jeunes et vieux . Elle repousse les limites de fitness ultra pour inspirer d’autres –  » Si vous êtes prêts à travailler dur et les limites de presse , vous pouvez réaliser de grandes choses ! « 

Sarah mission est d’ inspirer les autres à bouger et à adopter une forme et style de vie sain , alors que tous les habilitant qu’elle rencontre à croire et à réaliser leurs rêves .

exemple de Sarah et de pousser en dehors des limites de confort à portée de ses propres rêves est une source d’inspiration et d’encouragement pour les autres qu’ils peuvent faire le  le même .

Sarah intègre courses ultra , parler en public , les médias sociaux et bénévolement de son temps dans ses efforts pour atteindre autant que possible avec ce message.

Elle est passionnée de faire une différence , et tous les jours commence par cet objectif.

******************* 

**Mont Saint-Michel: 4 800 coureurs déjà inscrits pour le marathon…

mtstmichel.jpg 

À ce jour, 4 800 concurrents sont inscrits au marathon de la baie du Mont Saint-Michel qui s’élancera dimanche 09.05.2010. de Cancale. Pour cette 13e édition, le coup d’envoi sera donné avec une demi-heure d’avance, à 8 h 30, au port de la Houle. Les organisateurs se sont fixé un maximum de 5 000 participants. Il reste donc 200 dossards à retirer pour ceux qui voudraient y participer.

Les inscriptions peuvent se faire au village du marathon, à Saint-Malo, vendredi et samedi. Ou sur internet, sur le site officiel www.montsaintmichel-marathon.com Engagement : 54 €, fournir un certificat médical ou une licence FFA. (Ouest-France.04.05.2010.)

****************************** 

*  Le départ vers la marathon de New York….

 

coureurs.jpg 

Le projet est un peu fou : dix coureurs, qui n’ont pas froid aux yeux, parcourront à relais nuit et jour les 617 kilomètres qui séparent la Place Jacques-Cartier, dans le Vieux-Montréal, de l’Empire State Building de New York. Le départ sera donné ce soir, à 18h. L’arrivée est prévue quelque 65 heures plus tard, soit lundi matin.

La Presse a rencontré le groupe mercredi soir, après le dernier entraînement. Les participants étaient fébriles, mais étonnamment calmes. « On est un peu tous sur l’adrénaline du départ, a confié Benoît Chevalier, 29 ans. Après avoir couru un marathon, je cherchais à courir autrement. On va sûrement réaliser l’ampleur du défi quand on sera ensemble dans le camion, quand il y aura la foule autour, et qu’on va se dire : ça y est, c’est parti !»Chaque participant courra six fois 10 km pendant que les autres membres de l’équipe suivront à bord d’un véhicule récréatif, où ils pourront conduire, dormir, manger ou s’étirer. « Nous serons dix dans le même véhicule, ça risque d’être un peu chaotique, mais nous avons un solide esprit d’équipe. J’ai très hâte au départ», indique Nadia Keskinbicak, 32 ans. Elle n’avait jamais couru avant ce printemps. «J’avais besoin de réaliser un défi. Je ne suis pas une coureuse et j’ai vu dans cette expérience une belle opportunité de me dépasser. Ça se passe en grande partie dans la tête.»

Durant 10 semaines, les participants – expérimentés pour les uns et néophytes pour les autres – se sont entraînés en groupe à raison de deux soirs par semaine. «On essaie d’innover dans l’entraînement, dit Kevin Pillu, porte-parole de l’entreprise Esprit de corps, qui organise l’événement. Pour construire un esprit d’équipe et courir à différentes vitesses, on a privilégié les sports collectifs comme le frisbee ou le soccer.»

Chacun courra un total de 60 km, soit près d’un marathon et demi. Sans marcher et sans prendre de pause. «Ça n’est pas nécessaire d’aller vite, mais on ne doit pas lâcher, dit Aviva Lavallée, entraîneur. Certains trouveront l’épreuve plus pénible que d’autres. La faiblesse de l’un devient la force de l’autre. Certains sont prêts à faire plus de kilomètres pour couvrir la distance. On axe beaucoup sur l’interdépendance.» Il y a trois semaines, le groupe a passé le test : il a franchi la distance entre Laval et Mont-Tremblant avec succès. Et quelques courbatures.

 

«Je souhaite que les gens restent dans les limites de leurs capacités physiques pour éviter les blessures. Je crois en chacun, confie Christophe Nouaille, 40 ans. J’ai hâte de voir l’arrivée. On vivra assurément plein de moments intenses. La grande aventure a commencé il y a deux mois déjà. C’est aujourd’hui comme un rêve quand on y touche, on sent que c’est déjà la fin.»

Un rêve qui n’est pas donné : chaque participant devait débourser 900 $ et trouver 900 $ en commandites. L’argent amassé ira à la Fondation Esprit de corps pour la tenue d’un «boot camp» pour une trentaine de jeunes adolescents.

«J’ai hâte de voir l’arrivée sur Broadway, ce sera la première fois que je verrai New York sous cet angle, en courant», ajoute M. Nouaille. «J’ai de la difficulté à imaginer mon arrivée, c’est encore un peu irréel», dit Nadia Keskinbicak. (La Presse- 19.06.09.)

*************************

*Course à pied : restez motivé! 

 course01.jpg

C’est bien beau, la course, mais à la longue, cela devient souvent moins drôle, parfois souffrant. Comment faire pour rester motivé?

Samedi matin, 8h. La salle du YMCA de Westmount est bondée, remplie de coureurs, souliers de course aux pieds, venus écouter un motivateur : Brent Finnamore, coureur et conseiller en gestion, invité pour l’occasion.

La soixantaine de coureurs ainsi réunis font partie de Team in Training, une équipe de bénévoles qui amassent des fonds pour la Société de leucémie et lymphome du Canada. En échange, la Société leur fournit des entraîneurs, organise des courses en groupe et offre du soutien en tout genre, notamment des conférences du genre de celle de ce matin.

Dans la foule, une seule femme n’est pas en tenue de course. C’est Rebecca Anderson. Elle s’est blessée récemment. Ordre du coach, elle ne peut plus courir le moindre kilomètre pendant six semaines. Inutile de dire qu’elle a le moral dans les talons. S’il y a quelqu’un dans la salle qui a besoin de motivation, c’est bien elle.

 

Ce qu’elle retient du discours? Que pour être un vrai coureur, un athlète, il faut avoir connu de mauvaises courses. Des journées où l’on a du plomb dans les souliers. Qu’il faut toujours voir le verre à moitié plein. Rester positif. Oui, faire une collecte de fonds, courir un marathon, c’est un défi de taille. Non, ce ne sera pas facile. Mais oui, ce sera possible. «Je suis sortie de là tellement pompée, j’avais juste le goût d’enfiler mes souliers pour rejoindre le reste du groupe, raconte-t-elle. J’avais l’impression d’être une top collectrice de fonds et une athlète olympique. Mais n’écrivez surtout pas ça!» dit-elle en riant.

Il n’a pas été possible d’interroger Brent Finnamore, qui avait quitté la ville pour d’autres mandats de gestion et de motivation. Mais Natacha Viens, sa partenaire en consultation de gestion, par ailleurs coach de l’équipe des marcheurs de Team in Training, a bien voulu répondre à nos questions. «L’idée, pour rester motivé, c’est de bien se préparer mentalement, dit-elle. Parce que dans une course, 80 % du travail, c’est la préparation physique, 5 %, c’est l’expérience de course. Le reste, c’est de la préparation mentale.»

En gros, il s’agit donc d’apprendre à gérer la petite voix négative intérieure pour persévérer.

Attitude gagnante

Pour ce faire, dit-elle, il faut avoir une «attitude gagnante», penser aux raisons pour lesquelles on court, quel souvenir on veut retenir de cette course, quel aspect positif on peut tirer d’un entraînement. «Il faut se construire une confiance inébranlable, résume-t-elle. Au lieu de se dire qu’on ne va peut-être pas être capable, il faut se répéter qu’on est capable. Ne pas se demander : est-ce possible? Mais affirmer : c’est possible!»

Pendant la course, elle suggère quelques trucs pratiques, comme répéter des «incantations motivantes» (certains parlent à leurs jambes, d’autres se répètent qu’ils sont bons), décomposer la course en petits objectifs (je dépasse la fille en rose, je vais jusqu’au poteau), ou carrément penser à autre chose, en autant que ce soit quelque chose d’agréable, il va sans dire (un bon film, un souper particulièrement réussi et, pourquoi pas, un banana split!). «Tout à coup, pouf! On est plus positif!» dit-elle.

Valeurs personnelles

D’après Bruno Ouellette, psychologue sportif, la pensée positive ne suffit toutefois pas : «La pensée positive, c’est superficiel, tranche-t-il. Ce qui sous-tend cette pensée, le pourquoi, c’est ça qui compte. Et ça, ça relève de nos valeurs personnelles : est-ce que je cours pour une cause, la santé, le bien-être, un défi? À la base, ce qui donne la motivation, ce sont ces valeurs.»

Deux facteurs déterminent selon lui si ces valeurs seront suffisamment profondes pour nous motiver à courir : la confiance (à cet égard, oui, la pensée positive peut jouer, concède-t-il), et l’urgence (est-ce que, en ce moment, c’est une priorité dans ma vie?). En gros, conclut-il, le coureur doit se poser trois questions : sur une échelle de 0 à 10, est-ce que la course, c’est vraiment important pour moi? Est-ce que je me sens vraiment capable de le faire? Est-ce vraiment une priorité pour moi en ce moment? «La réponse vous donnera une bonne idée quant à savoir si vous allez continuer ou pas.» (La Presse- 17.06.09.)

************

*Quoi manger avant de courir …

quoimanger.jpg 

Les coureurs débutants négligent souvent de s’alimenter adéquatement et surtout de boire bien et suffisamment. Pourtant, ils ont tout à gagner: une course plus facile, plus efficace, plus agréable. En plus d’éviter la faim, la déshydratation, les étourdissements et la fatigue, on récupère mieux, parce qu’on n’a pas puisé dans nos réserves d’énergie, et on gagne en muscles. Survol de quelques erreurs courantes.

1. «Je ne veux pas que ça ballotte!»

Plusieurs hésitent à manger avant de courir par peur des maux de coeur. La solution: manger quelque chose qui supportera pendant toute la durée de l’effort mais qui ne sera pas lourd à digérer. On favorisera alors les glucides: pain, céréales, pâtes, riz et pommes de terre, fruits. Et des protéines maigres, pour la sensation de satiété, si on court plus longtemps. Selon l’heure de la journée et la durée de l’entraînement, on peut opter pour une barre tendre, des fruits, du yogourt ou un lait au chocolat. Ou alors un repas qui se digère rapidement: du riz avec du poulet, un sandwich au jambon, au poulet ou au thon, suggère la nutritionniste sportive Josiane Tanguay, d’atp nutrition. Le gras étant plus long à digérer, «évitez les sources de protéines qui sont grasses, les saucisses, pepperoni, bologne, et attention aux grandes quantités de fromage, à la mayo, à l’huile, au beurre».

2. «Pas faim le matin!»

Le matin, il est d’autant plus important d’avaler un petit quelque chose avant de courir que les réserves du foie, qui servent à maintenir la glycémie et donc le taux de sucre en circulation, ont été pas mal utilisées pendant la nuit, souligne Marielle Ledoux, professeure titulaire au département de nutrition de la faculté de médecine de l’Université de Montréal. «Si on part à l’entraînement sans rien dans le ventre, on n’est pas capable de faire un entraînement d’une heure ou deux avec le sourire aux lèvres.» Évidemment, avant une course de moins d’une heure, une petite collation va suffire. «Cela peut être un yogourt ou des céréales avec du lait, un petit morceau de fromage, un oeuf poché…»

3. Maigrir ou manger double

Beaucoup se lancent dans la course pour perdre du poids. Ceux-là sont encore plus tentés de ne rien manger avant ou après. Résultat? Ils sont si affamés qu’ils mangent beaucoup plus au repas, trois heures plus tard, note Josiane Tanguay. Et ils sabotent du coup leurs efforts. L’idée, c’est plutôt d’avoir une alimentation équilibrée déficitaire en calories sur 24 heures, sans sacrifier sur la collation avant ou après la course, explique-t-elle. En outre, pour perdre du poids, l’exercice seul n’est pas suffisant. Pour maigrir en faisant seulement de l’exercice, il faut travailler longtemps, longtemps, longtemps…

4… 30 minutes pour bien récupérer

Les diététistes du Canada, l’American College of Sports Medicine et l’Association de diététique américaine viennent de publier un avis sur la nutrition et la performance sportive rappelant, entre autres choses, qu’il est particulièrement avantageux non seulement de s’hydrater mais d’avaler glucides et protéines dans la demi-heure suivant l’effort. Les protéines vont aider à réparer plus vite les bris de tissus musculaires. Après un entraînement en musculation, elles vont aussi accélérer le gain de masse musculaire, surtout si elles sont prises avec des glucides. Et tout cela sera encore mieux absorbé sous forme liquide*. Alors, on fonce sur les shake aux fruits, lait ou yogourt ou alors sur le lait au chocolat, qui présente le ratio «parfait» de 1 protéine pour 3 à 4 glucides. Dans son ouvrage Nutrition, sport et performance, qu’elle a publié en 2006 avec deux collègues, Marielle Ledoux propose aussi une recette maison faite d’une boîte de jus d’orange congelé pour deux boîtes de lait.

5. «Je ne bois jamais,donc je n’en ai pas besoin»

«Il est très rare que les gens boivent suffisamment à l’effort, remarque Josiane Tanguay. Toutes les défaites sont bonnes!» On invoque le «flouche-flouche» dans l’estomac, l’inconfort de la ceinture de bouteilles ou des sacs à dos de type camel pack. La performance baisse de 10% dès qu’on ressent la soif, affirme la nutritionniste sportive. Donc, il faut boire avant, mais surtout pendant et après. Quelle quantité? Mme Tanguay suggère une demi-tasse aux 15 minutes, peu importe l’intensité, qu’il fasse chaud ou qu’il fasse frais. Pour sa part, Marielle Ledoux insiste plutôt sur l’importance de connaître ses besoins individuels, car la sudation varie beaucoup d’un individu à l’autre. Les hommes suent beaucoup plus que les femmes. Les femmes ont tendance à s’échauffer et à devenir rouges plus rapidement. Quant aux enfants, avant la puberté, leur système de sudation n’est pas encore pleinement efficace, d’où l’importance qu’ils suivent des consignes d’hydratation. Un test pour savoir si on boit suffisamment? On se pèse avant et après l’entraînement. Si on a perdu 1 kg, c’est qu’on aurait dû boire 1 litre de liquide, explique Mme Ledoux.

6. Trop boire ou mal?

À boire plus d’eau que nécessaire, on peut se retrouver avec un déséquilibre en sels minéraux (hyponatrémie) dont les symptômes rappellent la déshydratation. C’est un problème qu’on rencontre surtout chez les débutants, constate Marielle Ledoux. Or quand on court une heure ou plus, ou lorsqu’on transpire beaucoup naturellement ou à cause de la chaleur, on perd assez de minéraux pour qu’une boisson énergétique maison ou commerciale soit nécessaire. Ce que vous avez besoin de remplacer pendant l’effort: de l’eau, du sucre, du sodium et du potassium. Le ratio optimal à rechercher dans les boissons énergétiques (à ne pas confondre avec les boissons énergisantes de type Guru), selon la professeure Ledoux: pour le sodium, 500mg par litre de liquide. Pour les glucides, entre 40g et 80g par litre. On peut aussi se préparer un bon vieux mélange de jus d’orange coupé de moitié avec de l’eau et additionné d’une pincée de sel.

Nutrition, sport et performance, Marielle Ledoux, Natalie Lacombe et Geneviève St-Martin, Éditions Géo Plein air, 2006.

************************

*La nutrition des coureurs…nouvelles sur l’alimentation de certains  coureurs.

 FRÉDÉRIC BELLEVILLE: 5 KM

Points faibles: Frédéric ne prend pas beaucoup de produits laitiers et il consomme seulement un ou deux fruits et légumes par jour. Il essaie d’éviter autant que possible les glucides (pommes de terre, pâtes, etc.), mais leur consommation est très importante quand on s’entraîne.

Points forts: Il est très optimiste quant à sa capacité de perdre du poids. Il a déjà entamé des changements: pas de fast-food, bon petit-déjeuner, petits repas. Il est ouvert à essayer des aliments, comme des légumineuses et du tofu. Très motivé, il voit maintenant la nourriture comme un carburant pour son corps. Au début, ça demande beaucoup d’efforts, mais après quelques mois, fini les migraines, la fatigue après les repas…

 

Objectifs à court terme: Continuer sa remise en forme, maintenir les changements apportés à l’alimentation, demeurer actif. Son truc: volonté, meilleure alimentation et exercice physique.

Approche préconisée: On lui prépare un plan personnalisé pour qu’il ait de l’énergie à l’entraînement et qu’il continue le travail de perte de poids entamé depuis octobre dernier.

Péché mignon: Dans une autre vie (lire: avant de décider de perdre du poids), les croustilles. Depuis, il a complètement changé son alimentation. Son truc: s’offrir de temps en temps un péché mignon au lieu de se priver et d’abandonner après deux ou trois semaines.

**NATHALIE TRUDEAU 21,1 KM 

Points faibles: Nathalie ne buvait pas de boisson énergétique à l’effort, elle vient de commencer. Elle prend des collations peut-être insuffisantes en apport énergétique avant l’entraînement.

Points forts: Elle mange de tout, a une bonne alimentation et, contrairement à plusieurs, elle est à l’écoute de ses signaux de faim et de satiété.

Objectif à court terme: Essayer de nouvelles boissons à l’entraînement pour augmenter l’apport de glucides. On la guidera dans ses choix. Changer ses collations avant l’entraînement.

Approche préconisée: Nathalie ne veut pas de plan nutritionnel détaillé ni de menus, mais elle souhaite être informée des grandes lignes. On essaiera de trouver les aliments qu’elle tolère bien avant l’entraînement. Elle veut des recettes de smoothies, de barres énergétiques maison.

Attention: Il faudra éventuellement augmenter les protéines. Elle devra mieux penser ses repas (avec glucides) qui suivent l’entraînement pour favoriser une récupération optimale. Avec les charges qu’elle a, c’est important.

Ses péchés mignons: la crème glacée à la vanille et la réglisse noire.

 

**SOPHIE DUFAULT: 10 KM

Points faibles: Peu de protéines au dîner; ne consomme aucun aliment avant l’entraînement (court souvent le matin, à jeun).

Points forts: Alimentation très variée, qualité… Sophie est très intéressée par l’alimentation. Son choix de menus est très diversifié.

Objectifs à court terme: Préparer un plan pour soutenir la dépense énergétique, porter attention à la répartition (équilibre); prendre une quantité de protéines suffisante au dîner.

Approche préconisée: Recommandations sur l’alimentation avant et après l’effort; offrir recommandations et suivi pour les changements à effectuer.

Péché mignon: Chocolat, dessert – mais elle aime manger en général, c’est un véritable plaisir! Elle applique la philosophie de l’équilibre et préfère manger de plus petites portions que de se priver d’aliments qu’elle aime.

 

 **OLIVIER BRIÈRE: 42,2 KM

Points faibles: Olivier ne boit jamais pendant l’effort, même pendant 17 km! Il n’aime pas avoir une ceinture autour de la taille. Il voit les boissons et les aliments comme superflus parce qu’il arrive à de bons résultats quand même. Il a la fâcheuse habitude de ne pas déjeuner. Il dit qu’il n’a pas le temps ou qu’il n’a pas faim.

Points forts: Olivier a une très bonne alimentation. Il mange beaucoup de fruits et de légumes, des protéines, des aliments des quatre groupes alimentaires. Sa famille est très active.

Objectifs à court terme: Olivier doit boire davantage et déjeuner. Un marathon sans boire, ça peut être risqué et ce n’est pas du tout efficace. Même chose si l’estomac est vide. Si Olivier s’entraîne le matin et qu’il se contente d’une petite collation la veille, sans déjeuner, son corps tombe doublement en déficit. Pendant l’entraînement, on testera des boissons qu’il tolérera bien et on proposera des collations plus énergétiques avant l’entraînement.

Approche préconisée: Olivier est à l’aise avec un plan nutritionnel rigoureux. Il faut tenir compte du fait que c’est sa mère qui prépare les repas, mais on lui fera un programme détaillé.

Attention: On doit s’assurer que son poids ne dégringole pas, même s’il augmente les charges d’entraînement. La qualité et la quantité d’énergie doivent être suffisantes. On ne voudrait surtout pas qu’il perde de la masse musculaire. C’est un grignoteur, tant mieux. Plus ça va aller, plus ses dépenses énergétiques augmenteront. Il aura donc plusieurs occasions de refaire ses réserves d’énergie sans prendre de trop gros repas.

Ses péchés mignons: Jujubes et pop-corn. Il peut s’acheter un gros sac de jujubes et le manger au complet. (La Presse-01.06.09.)

***************************

*Courir en musique…

Sur quelle chanson ou quelle musique préférez-vous courir ? Certains, comme notre chroniqueur Yves Boisvert, se laissent emporter par les notes de Jean-Sébastien Bach. D’autres préfèrent du rock pesant ou héroïque, du heavy, du hip hop, du techno, du dance, du disco et plus rarement, de l’opéra et des chants médiévaux. (La Presse-15.05.09.)

Histoire de renouveler la liste de votre lecteur MP3, voici les palmarès soumis par les lecteurs.

Rock This Party, de Bob Sinclair: «Un classique! Même si je la trouve quétaine – pour l’entendre un peu trop souvent dans les arénas -, il reste que cette pièce à un rythme entraînant et motivant parfait pour la course. Elle donne un bon tempo.» – Claudia Timmon

**«Je cours depuis seulement un an et dans mon ipod, il y a les suggestions du général Rick Hillier, qui avait raconté dans un article de l’Actualité qu’il courait sur du ABBA. J’ai alors souri en imaginant un viril militaire courir sur les rythmes disco de Mamma Mia et de Gimme Gimme, généralement plus appréciés par les fillettes ou les matantes nostalgiques de leurs belles années. Mais il avait raison, c’est l’idéal pour courir et se motiver lors de son premier 10km, lorsqu’on se fait doubler à grande vitesse. – Caroline

**«Lorsque je rentre dans une période plus difficile de mon parcours de course, les chansons de Cypress Hill me donnent le petit coup de pouce de motivation pour continuer. Et plus particulièrement la chanson Rock Superstar qui suit très bien le rythme de ma course.» – Virginie

**Personnellement, je préfère courir au son du silence, de mon souffle et de mes battements de coeur. Rien de mieux pour apprécier les bienfaits de la course à pied! – Mélanie Thuot

**Thunderstruck, de ACDC. – Mike

**Musique.. course.. essayez…

Ladytron – Velocifero (l’album au complet)

Hildegard Von Bingen – (des polyvoix!)

Guns N’ Roses - Chinese Democracy

13th Floor Elevators – the psychedelic sounds of

2Pac Shakur – All Eyez on Me

Trame sonore du film Vertigo - surprenant comme choix, mais je vous assure que ça déménage

John Frusciante – Shadows Collide With People

Nico – Frozen Borderline

Liz Phair – Somebody’s Miracle

En fait, selon qui vous êtes, vous aurez un succès plus ou moins immédiat.. La musique c’est un pistolet, ça se calibre. Donc pour la course il y en a qui vont probablement trouver Vertigo endormant, et d’autres, ça va leur donner des ailes. Tout dépend de l’individu. – Ivi ivi

**J’aime courir sur la chanson No Heaven de DJ Champion. En fait, tout son album, mais pas la version techno, l’ancienne est meilleure… – Julie Jomphe

**J’aime bien la pièce Ghost Love Score du groupe finlandais Nightwish. Elle dure une dizaine de minutes et ses variations me permettent de changer la vitesse de ma course. La grande finale m’oblige à sprinter avant de m’effondrer au sol ! J’exagère, mais c’est un peu ça ! Cette pièce est un bon mélange entre orchestre, choeur et groupe rock ! C’est toujours la dernière chanson avant le cool down

Voici d’autres titres dans mon lecteur et plus spécifiquement dans ma liste de lecture pour le gym et le cardio :

YANN TIERSEN – Les jours tristes ou Sur le fil (pour le warm up)

EDGUY – Tears of the mandrake (ça commence bien une course dès que la guitare débute)

THERION – Voyage of Gurdjieff (pour accélérer un peu)

MIRWAYS – Naive song (intensité)

KMFDM – D.I.Y.

SUPERFUNK – Lucky Star (courir avec désinvolture)

JEFFERSON AIRPLAINE – Somebody to love (pour garder le rythme)

FLEETWOOD MAC – Go your own way (idem)

MACO – La nuit je m’accroche à toi, le jingle du Lait (pour le cool down)

- Anonyme

**Ma chanson préférée pour courir, c’est Yeah! de Usher. C’est ma préférée parce que c’est avec elle que je commence tous mes joggings, ma petite routine! Quand c’est l’hiver et qu’il fait encore nuit quand je sors dehors (seulement 6h15 quand même, pas la nuit tant que ça!), je mets cette chanson et elle agit sur mon corps d’une façon électrique, elle me réveille, met mon corps en état de course. Si je l’entends en dehors de mon parcours de course, ça me donne le goût de courir!!! C’est fou comme une chanson peut nous transporter… -Krystine Elsliger, 29 ans, joggeuse depuis plus de 12 ans

**Moi la première toune à mes oreilles est ….. Eyes of the tiger, because, j’ai toujours voulu courir un marathon à la Rocky Balboa…….. Et bien cette année je serai sur le pont Jacques-Cartier le dimanche 13 sept. 2009 pour le départ du marathon de Montréal. Autres tounes… Rien de Marie-Mai, Milles coeurs debout de Star Académie. Et la derniere du marathon sera….. The final countdown de Europe. – André

**Verdi, Macbeth (Vieni T’affretta!)

Maria Callas, La Scala, 1952. Irrésistible… difficile de respecter son rythme avec une telle musique… – Richard de Blois

**Quand je cours dernièrement je mets souvent repeat à la chanson de Madonna Hung Up, ça me donne de l’énergie pour pousser plus loin! -Myriam Bertrand, Gatineau

**Ma pièce préférée pour l’entraînement est Don’t stop believing de Journey, tout simplement parce que c’est entraînant et peut-être un peu pour la nostalgie des années 80. (Notez que la version «live» est plus entraînante que celle de l’album studio) Salutations. -Éric Leblanc

**Et bien là je peux vous aider… C’est en fait une passion pour moi de trouver du rythme afin de mieux performer.

Et en passant….je ne peux pas concevoir que quelqu’un peut courir sur du Bach… Troublant haha! Chacun ses choix!

1- Metrostation, Shake it

Le rythme de cette chanson est exactement mon tempo sur tapis…alors c’est un fit!!!

2- Nickelback, If today was your last day

Paroles inspirantes qui me propulsent!

3- The All-American Rejects, Move along

Beat incroyable qui déménage!

4- Christina Aguilera, Keeps Gettin’ better

Beat et accords qui déménagent sur la belle voix de Christina!

5-Coldplay, Viva la Vida

Bon rythme pour course un peu plus tranquille.

6- John Mayer, Bigger than my body

Paroles inspirantes de circonstance lorsqu’on court sur la super voix claire de J Mayer.

7- Madonna, Jump

De circonstance lorsqu’on court… on a le goût de se surpasser sur cette musique.

8- Madonna, Beat goes on

Le rythme est encore de vraiment approprié… paroles énergisantes.

10- Bob Sinclair, World hold on

Rythme entraînant.

11- BONUS! Michael Jackson, Wanna be Startin’ Somethin’

Un classique de Jackson… la chanson qui fait se déhancher Ellen Degeneres sur sa quotidienne.

Voilà! J’espère que cela améliorera vos performances!! – Jean-François Rioux

**Je suis une coureuse qui renouvelle sans cesse sa musique pour courir. Mon coup de coeur actuel est I’m running de Misstress Barbara. D’abord pour le rythme qui s’harmonise bien avec la course (avec ce titre de circonstance, est-ce un hasard?). Aussi, à cause des paroles qui me rejoignent et qui me font réfléchir.

I’m running from the past and from all my mistakes

I’m running and I’m sorry if I can’t stay in one place

no where I can go that can stop me from running

and I’m running, running to you to you

I’m running till this world becomes a better place

I’m running not to lose this human race

I know I can make it when I’m holding your hand

so I’m running, I’m running to you

- Kim Beauchemin

**Bonjour, en réponse à votre question, disons que rien n’est meilleur que du heavy metal pour fournir un effort physique !!

Suggestions d’albums : Rath de lamb of god, Chaosphere de Meshuggah ou encore Death magnetic de Metallica. Comme vous voyez, je ne suis pas un adepte des «playlists». Je préfère entrer dans l’univers complet d’un album. – François Darveau

**Linkin Park, Given up (pour les intervalles!!!) – Jean-Philippe Dubé

**Jamais de musique ni de baladeur, j’écoute la nature: Les oiseaux qui chantent et le bruit d’un ruisseau ou d’une chute d’eau ou encore une perdrix qui lève.

Même sur le bitume, en ville, on entend les chants des bruants, grives, cardinaux, pics-bois etc.

Pourquoi s’en priver? D’autant plus que le port du baladeur masque le bruit d’une auto ou d’un vélo qui s’approche rapidement et qui pourrait me faire sursauter voire provoquer une collision ou un faux pas.

Bonne course… – Gilles Charrette

**Bonjour, j’aime courir en écoutant la chanson Rebellion du groupe Arcade Fire (album: Funeral). Elle se trouve définitivement en tête de mon palmarès à cause de la musique entraînante qui me donne envie de courir encore et encore…. D’ailleurs je la fait souvent jouer en boucle. Pour la même raison, j’écoute aussi souvent la chanson Such great heights du groupe The postal service. – Annie

**Ma chanson favorite pour courir, c’est : The Loneliness of the Long Distance Runner, par Iron Maiden (album : Somewhere in Time).

Il n’y a qu’à lire les paroles et écouter la voix de Bruce Dickinson (jolie dans le refrain) pour être entraîné, même si on n’est pas un fan de métal (ma blonde en est la preuve!!!). – Alexandre Blais

**Courir? Pourquoi ne pas voler? Prenez la bande sonore originale du documentaire Le Peuple migrateur, composé par Bruno Coulais, cessez de penser que vous avez des pieds et rêvez plutôt que vos membres

postérieurs se déploient en puissantes ailes.

Plaisir garanti.

À tête barrée / Bruno Coulais

- Maxime Gagné

**Tous l’album de Madonna Confession on a dancefloor Tour. Quand je cours je suis le rythme de sa musique et je l’imagine telle qu’elle est à 50 ans. Elle est un exemple pour moi de détermination et de modèle à suivre. Si à 50 ans tout est possible, pourquoi pas à 40 ans. Alors je lâche pas. – Annick

**Je cours en moyenne 45 km par semaine et j’ai constamment besoin de changement pour être stimulée.

J’ai découvert sur Itunes cette semaine un download complètement gratuit qui s’appelle PodRunner.

Il s’agit d’un mixte de type électro construit pour courir. Des nouveaux mixtes apparaissent presque chaque semaine.

Ils peuvent être téléchargés gratuitement au podrunner.com

Bonne course ! – Catherine

**Je suggère fortement l’excellent instrumental de quelques dix minutes du dernier album de Metallica, intitulé (malheureusement) Suicide & Redemption.

Quel bon tempo à suivre à grands coups d’enjambées; très énergisant!

Pour un trentenaire qui a trippé sur le heavy métal à l’adolescence (ou trippe encore) et qui se met au jogging, c’est une dose de motivation assurée!

Seconde suggestion de mon cru «heavy» qui donne du gaz:

The Loneliness of the Long Distance Runner, de Iron Maiden

On n’peut plus à propos!

Rock’n'run, – Patrick Joly

**Ma chanson de course est Supermassive black hole du groupe Muse !

Trop bon ! – Anonyme

**Bonjour, j’aime bien votre sujet. D’ailleurs le suivi des 4 coureurs qui se fait dans La Presse à chaque semaine, m’incite beaucoup à continuer de courir et d’avantage cette année… Je vais probablement participer au Marathon de Montréal pour le 10km… Merci!

La musique qui joue et qui me motive présentement dans mon Ipod est Cold Play avec les chansons Viva la Vida et  Fix You… – Eve-Marie Caron

 

******************

 

7 réponses à “À vos marques! Courez!”

  1. 23 11 2012
    lebron 10 pas cher (14:51:24) :

    I’ve been surfing online more than three hours nowadays, but I never found any fascinating article like yours. It is beautiful price enough for me. In my opinion, if all site owners and bloggers made good content as you did, the net shall be much more useful than ever before.

  2. 24 11 2012
    Nike Lebron 10 (23:13:56) :

    Hey There. I found your weblog the use of msn. This is a very smartly written article. I’ll be sure to bookmark it and return to read more of your useful info. Thank you for the post. I’ll definitely comeback.

  3. 21 04 2013
    http://howtobeatdepression.org (21:10:45) :

    At this moment I am going away to do my breakfast, once having my breakfast coming over again to read
    other news.

  4. 24 12 2014
    acheter cialis (07:06:20) :

    I used to be able to find good information from your blog articles.|
    Thank you for any other magnificent post. Where else may just anyone get that kind of info in such an ideal means of writing? I have a presentation next week, and I am on the search for such information.

  5. 8 08 2015
    gzwkxywjn (03:22:49) :

    db9MtG xejpvtokafgs, [url=http://gscjanfztqrv.com/]gscjanfztqrv[/url], [link=http://rgjkkoeobpmn.com/]rgjkkoeobpmn[/link], http://pbperbtjunec.com/

  6. 21 06 2016
    Geraldo Gaetani (06:42:11) :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...