Oran,les moeurs changent mais pas la mer

**CAP FALCON : DEMONSTRATION DE KITESURF AU GRAND BONHEUR DES ESTIVANTS

 Oran,les moeurs changent mais pas la mer

Une démonstration de kitesurf a été organisée samedi sur la plage de Cap Falcon, au grand bonheur des estivants et des amoureux de ce sport nautique. Plus d’une heure, ils ont admiré des envolées spectaculaires de cerfs volants grand format, découvrant les techniques de ce sport, une discipline intégrée récemment pour les Jeux olympiques 2016 prévus au Brésil. Cette exhibition initiée par le franco-algérien Foued Afrit, 9ème place mondiale de kitesurf en 2010 en Afrique du Sud, en collaboration avec la Ligue oranaise de voile, a fait rêver la foule surtout ceux qui aiment « chevaucher » les vagues. Ce rendez-vous s’est déroulé dans une ambiance conviviale offrant au public nombreux, pour la plupart des étudiants ayant fait le déplacement pour l’évènement, un spectacle plaisant exécuté par des férus ralliant les hauteurs pour aller chercher le vent.

L’initiateur, qui ambitionne de promouvoir le kitesurf en Algérie en prévision des jeux olympiques 2016, s’est déclaré prêt à mettre son expérience au service des jeunes algériens.   »Je compte monter un projet dans cette discipline en Algérie », a-t-il souligné tout en exprimant sa « joie de pouvoir participer avec cette activité à la célébration du cinquantième anniversaire de l’indépendance de mon pays ». « Toutes les conditions et les orientations de vent ont été possibles pour tenter cette démonstration », s’est-il félicité.   »Ma grande ambition est d’organiser avec la collaboration des responsables concernés, un concours mondial en Algérie où prendront part les meilleurs kitesurfeurs du monde, qui sera disputé en trois étapes, à l’ouest, au centre et à l’est du pays », a-t-il ajouté. Selon Foued, d’autres exhibitions en kitesurf sont programmées cet été à travers le littoral algérien, la première le 25 juin 2012 en cours à la plage de Mers El Hadjadj, à l’occasion de l’ouverture de la saison estivale dans la wilaya d’Oran. A cette démonstration, prendra part un groupe de kitesurfeurs algériens dont Malik Bouchenafa, un professionnel originaire d’Alger, les frères Cherki Nabil Oussama et Zoheir de Mostaganem. La démonstration de ce samedi s’est déroulée en marge du « Critérium des jeunes talents de voile », auquel participent plus de 60 jeunes âgés de 11 ans (optimist) et de 16 ans (voile), issus des wilayas d’Alger, Tipasa, Boumerdès, Skikda, Ain Témouchent, Mostaganem et Oran. Une course de voiliers quillards a eu lieu dans la matinée avec 20 participants de l’association écologique Phoénicia. Le départ a été donné au niveau du port d’Oran et l’arrivée à Cap Falcon sur une distance de 50 kilomètres. Ce festival national de sports nautiques de trois jours, organisé par la Ligue oranaise de voile en collaboration avec la DJS d’Oran, dans le cadre de la célébration du cinquantième anniversaire de l’indépendance nationale, se poursuivra dimanche avec d’autres parcours en « optimist » et planches à voile. (24/06-2012*APS.Oran)

*********************************************

*Jeux méditerranéens de 2021: les atouts de la ville d’Oran

Oran, la deuxième capitale économique du pays, est candidate pour les Jeux méditerranéens de 2021. Elle a pour toute concurrence Sfax, la célèbre ville tunisienne.

El Bahia a toutes les chances pour être la ville favorite, même si la volonté des Tunisiens d’organiser ces joutes n’est pas à négliger. Les résultats tomberont à la fin du mois d’août et l’on saura qui d’Oran ou de Sfax aura le privilège d’abriter cette manifestation sportive de haute volée. En attendant, dans la wilaya d’Oran, on met le paquet pour faire «reluire la ville» et séduire les membres du Comité international des Jeux méditerranéens (CIJM), qui était en visite de prospection le mois dernier.

L’atout majeur d’Oran, aux dires de nombre de spécialistes, est que la majorité des projets structurants en vue de la tenue de cette manifestation sportive sont déjà en cours de réalisation. Exemple parmi d’autres : le futur stade olympique d’Oran, dans la commune de Belgaïd, d’une capacité de 40 000 places, sera réceptionné au cours de l’année 2016 et devrait même abriter le championnat d’Algérie de football l’année prochaine. Toujours à Belgaïd, un autre projet de taille : le futur village olympique, qui sera réceptionné en 2017, c’est-à-dire quatre années avant le coup d’envoi de la manifestation.

A seulement 12 minutes de la nouvelle aérogare d’Oran, ce village olympique sera doté de toutes les commodités à même de faire le bonheur des sportifs (stades, pistes d’athlétisme, salles d’entraînement, piscines olympiques, auberges…).

Par ailleurs, Oran possède certains atouts qui pourront jouer en sa faveur, notamment en ce qui concerne les infrastructures hôtelières. Nombre d’hôtels de 3 à 5 étoiles sont implantés dans la wilaya. On peut compter notamment le Sheraton, le Méridien, le Royal, Ibis hôtel, l’hôtel Liberté.

Deux autres hôtels importants devraient être réceptionnés incessamment : Four Points by Sheraton, dont l’ouverture est prévue pour le 1er octobre prochain, ainsi que l’hôtel Adef, sur le front de mer, au centre-ville, qui est rattaché à la chaîne Golden Tulipe et dont les travaux d’aménagement touchent à leur fin. Oran, qui possède une ligne de tramway longue de 18 km et desservant 32 stations, verra ce réseau subir deux extensions : l’une à l’est de la ville sur 16 km, qui ira de l’USTO jusqu’au futur stade olympique d’Oran, à Belgaïd ; la deuxième, longue de 5 km, qui ira d’Es Senia (le terminus actuel) jusqu’à la nouvelle aérogare d’Oran.

A ce propos, la future aérogare d’Oran sera réceptionnée en 2017 et pourra accueillir de 4 à 6 millions de passagers par an, alors que les capacités d’accueil de l’actuel aéroport sont limitées à 800 000. D’autres projets structurants pour la ville d’Oran sont également au menu : la future technopole qui se consacrera aux manifestations scientifiques et numériques ainsi que la liaison du port d’Oran à l’autoroute Est-Ouest qui aura pour effet de «décharger» la circulation urbaine des gros camions de marchandises.

Dans le registre écologique, Oran a signé une convention avec le R20 (l’organisme d’Arnold Schwarzenegger de protection de l’environnement), et des projets de tri sélectif sont en cours dans certaines communes et seront généralisés dans la wilaya.
La société civile et le mouvement associatif réclament ardemment la tenue des JM-2021 à Oran, comme en témoignent les campagnes non-stop sur les réseaux sociaux.

Selon le wali d’Oran, Abdelghani Zaalane, la ville «a toutes les aptitudes pour organiser une telle manifestation, sauf qu’il est nécessaire de les mettre en relief». Et de préciser que «plus de 4600 associations qui s’approprient et réclament l’organisation de cet événement dans leur ville. La société civile est mobilisée, aussi les résultats ne peuvent être que probants».

Selon l’APS, qui cite Moued Abed, le président de la Chambre de commerce et d’industrie de l’Oranie (CCIO), sept Chambres de commerce étrangères (notament d’Egypte, d’Italie et de France) sont favorables à la candidature d’Oran. M. Kazi Tani, le président de l’APW, a déclaré, quant à lui, que d’un point de vue technique, la wilaya d’Oran est prête pour accueillir ces jeux.
Le choix sera fait le 27 août prochain, dans la ville de Pescara (Italie) et l’on saura quelle ville abritera les JM-2021. Il ne reste plus qu’à croiser les doigts…*Akram El Kébir/ el watan–mercredi 12 aout 2015

********************************************

El Bahia Oran s’attend accueillir 20 millions de touristes cette année

Dans sa deuxième journée, la première réunion de l’APW d’Oran dont les travaux se sont poursuivis hie à l’hémicycle, a été consacrée à la préparation de la saison estivale et le secteur du tourisme. L’ordre du jour a principalement axé sur l’approbation du budget des équipements et des investissements pour la saison estivale 2013.

 

Un budget de 30 milliards de dinars a été proposé, soit le même que celui de la saison écoulée. Après les déclarations et les suggestions des directeurs de collectivités concernées, les communes côtières se tailleront la part du lion de ce budget. Il est question de la réhabilitation de l’éclairage public, les routes, l’assainissement, la réhabilitation des plages.

Que ce soit la corniche Ouest ou Est, les communes ont bénéficié d’allocations budgétaires importantes afin de remédier à plusieurs carences auxquels sont confrontés les estivants et les habitants de ces communes. Toutefois, les débats entre les élues ont mis à nu de multiples carences qui touchent le secteur touristique dans la wilaya d’Oran et plus précisément au niveau des communes côtières qui drainent chaque saison estivale des millions de visiteurs.

plage-les-andalouses

Les interrogations des élus touchaient essentiellement deux volets : le premier a tarit aux prestations de services au niveau des établissements hôteliers, les prix utilisés dans le secteur, alors que le deuxième volet est inhérent à la réhabilitation, l’organisation des plages et surtout la problématique des concessions qui revient à chaque saison. Le directeur du tourisme, lors de la session des réponses, a fait état d’une commission spécialisée chargée d’inspecter périodiquement et continuellement les établissements hôteliers de la wilaya, ainsi que les agences de voyage et de tourisme alors que les prix des services demeurent selon le même responsable, tributaires de la classification des établissements concernés.

Le directeur du tourisme a affirmé que 18 plages sur 34 seront cédées à la concession et que les responsables veilleront à ce que les concessionnaires respectent les cahiers des charges qui seront mis en place, et d’une manière intégrale. Des questions sur divers problèmes du secteur du transport dans la wilaya ont été posées.

A noter que plusieurs intervenants ont mis l’accent sur la nécessité de mettre en place un programme et une stratégie adéquate et claire. Malheureusement les suggestions avancées lors de cette session ressemblent étrangement à celles des années précédentes, pour dire que les mêmes problèmes se suivent et se répètent à chaque saison estivale à l’instar des concessions des plages, la qualité des prestations de services et la pollution.

*****************************************************

**Oran, les moeurs changent mais pas la mer

1232609372_small

Injustement accusée de donner son dos à la mer, Oran demeure encore et pour toujours une ville côtière qui sait offrir, à chaque saison estivale, dans le plus parfait des rituels, ses plages pour des moments de joie et de détente.L’emballement est toujours le même depuis des lustres, presque une fête, les enfants d’abord ensuite les jeunes, en groupe qui n’allaient pas plus loin que Aïn El-Turck ou rarement jusqu’à Cap Falcon pour épancher leur soif d’évasion et de fraîcheur. A Kristel aussi la plage et ses joies se mêlaient allégrement avec la fête de Sidi Moussa tout comme Sidi Mansour et bien d’autres endroits un peu oubliés par le temps. Les années trente et ses congés payés, la mode pour les privilégiés et à la plage et à ses cabanons bleus comme la couleur du large attiraient toujours plus. Les Européens de la ville et de l’intérieur venaient chaque été boire à satiété de ce soleil qu’on disait éclatant et revigorant. Le sel, le soleil, le sable et le temps qui coule paisiblement autour d’une anisette pour tout oublier des soubresauts de l’histoire qui n’a pas dit son dernier mot. Pour les Algériens de souche, il y avait Cueva d’el agua, les Genêts, Aïn Franine et Kristel, pas plus. La corniche était un endroit interdit pour les «autochtones». Les années soixante, l’indépendance recouvrée, les Oranais découvrent avec volupté un nouveau plaisir. De St-Rock jusqu’à Bousfer, les plages s’offraient sans rechigner à tous ceux qui leur était interdites auparavant. La nuit, c’était un autre monde qui n’était pas réservée aux gens du petit peuple. D’autres moeurs, d’autres temps, on se levait à l’aube pour préparer le repas car la baignade ouvre l’appétit. Un plat de riz avec du poulet, de l’eau, beaucoup de pain et une pastèque en guise de dessert. On prenait le car à 70 centimes Oran-Aïn El-Turck. Des pères de familles, des femmes voilées avec des ribambelles d’enfants attendent leur tour pour embarquer dans des bus de marque Chausson. Encore de nos jours, ce quai qui a été transformé en café est communément appelé Sotac. Chaleur suffocante et visage contre visage, les passagers empilés comme dans une boîte de sardines se devaient de patienter pour pouvoir respirer la brise marine. Arrivée à Aïn El-Turck, principale plage à la mode de l’époque, c’est la grande délivrance. Les enfants n’ont d’yeux que pour les vagues et les parents préparaient l’emplacement avec comme toit de fortune contre les rayons du soleil un voile (haïk). Les enfants ne sortaient presque pas de la mer et faisaient attention à ne pas écraser la pastèque qu’on enfouissait à demi près du rivage pour la rafraîchir tout comme les bouteilles de limonade «Fruit de l’Aurès». A deux heures, les ventres creux, les enfants sont invités au festin : du riz à volonté, peut-être un morceau de poulet, beaucoup de pain, une tranche de pastèque, un verre de limonade à terminer avec un grand goulot d’eau. Un petit repos forcé et puis re-baignade jusqu’à 16 heures ou 17 heures. On se lave les pieds, on lave les ustensiles et retour avec déjà les prémices du coup de soleil sur le dos. Fatigue et attente, les bus affichent complet, on se bouscule, on se bagarre et puis on monte. La fatigue et la joie en même temps se lisent sur le visage des bambins pressés d’arriver à bon port. Une journée mémorable et le père de famille fatigué ne pense qu’au retour à la maison pour ne revenir que l’année prochaine. On arrive enfin, on boit de l’eau du frigo et on mange n’importe quoi et on se laisse tomber sur n’importe quoi pour s’endormir en rêvant aux vagues et les clapotis incessants. Les jeunes en groupe aussi partaient seuls à la mer. Ils ne connaissaient ni chaise longue ni parasol ou gomina: juste de quoi passer la journée. Des patates bouillies, des poivrons grillés, quelques tomates et si on a de la chance une bouteille de limonade. C’est toujours le même rituel, les vagues éternelles, la plage et ses joies ont changé de décor mais pas de plaisir.

 De nos jours, les enfants partent en voiture, jamais sans louer un emplacement: table, parasol et chaises longues, même le jet-ski sur le rivage d’une plage branchée. La tenue doit être de mise, lunettes de soleil, gomina, bronzage et beaucoup de frime pour épater. Une table bien garnie, des thermos, une glacière, un MP3 aux oreilles, des glaces et des menus bien choisis. Inutile de penser à enfouir une pastèque, ça relève de l’inimaginable de nos jours. La mer pourtant n’a pas changé de couleur que ce soit avec un bermuda à 2.000 dinars ou en maillot de bain en mousseline qui met deux heures pour sécher. Vivement les vacances quand même en tous temps et en tous lieux.(Le Quotidien d’Oran-08.08.09.)

oran%201750%20002

***site: un peu d’histoire d’oran

** Oran jadis

***********************************

5 réponses à “Oran,les moeurs changent mais pas la mer”

  1. 17 09 2011
    new sports cars (13:56:44) :

    Thankyou for sharing ElAyam.1 » Oran,les moeurs changent mais pas la mer with us keep update bro love your article about ElAyam.1 » Oran,les moeurs changent mais pas la mer .

  2. 17 09 2011
    droid bionic (13:56:44) :

    Appreciate it for sharing ElAyam.1 » Oran,les moeurs changent mais pas la mer with us keep update bro love your article about ElAyam.1 » Oran,les moeurs changent mais pas la mer .

  3. 19 09 2011
    funny games wiki (04:25:49) :

    I agree with your ElAyam.1 » Oran,les moeurs changent mais pas la mer, good post.

  4. 11 11 2011
    league of legends download (00:12:48) :

    That’s kind of… abrupt.

  5. 27 12 2012
    bloons tower defense 5 (13:42:02) :

    authoring on other websites? I have a blog centered on the same ideas
    bloons tower defense 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...