Intempéries

*Prévisions Météo

pluie2.gif

cliquer ici: Long term forecast for Oran et partout dans le monde

****************************************************

pluiapra

*Pluies diluviennes: Oran a failli couler!

Les pluies diluviennes des deux derniers jours marqueront à jamais les habitants de la capitale de l’Ouest, Oran. D’énormes embouteillages et bouchons de circulation se sont constitués un peu partout dans plusieurs tronçons des routes de plusieurs localités composant la wilaya d’Oran. Pour cause, les pluies diluviennes qui se sont abattues sur la région durant les dernières 48 heures ont totalement transformé plusieurs localités leur donnant une image hideuse digne de celles des grandes inondations. Déversements de boue de partout, canalisation des évacuations des eaux pluviales obstruées, stagnation des eaux dans plusieurs tronçons de routes quasiment impraticables sont autant d’images qui ont été relevées aussi bien dans la ville que dans ses alentours. Si des crues ont été enregistrées dans plusieurs endroits de la ville et ses alentours, des routes ont été totalement coupées dans certaines zones. Dans cette situation, la Protection civile a mobilisé et déployé ses camions vidangeurs pour dégager plusieurs axes obstrués en pompant d’importantes quantités d’eaux stagnantes. C’est le cas opéré dans l’axe routier reliant le quartier de l’Usto à l’université Mohamed-Boudiaf où les eaux pluviales ont charrié toutes sortes de détritus.
De sérieuses perturbations de circulation ont été relevées dans la RN 11 liant Oran à Mostaganem, très précisément dans la sortie est de la ville dans le lieudit Sidi El Bachir. Cette autre situation a contraint les services municipaux de Bir El Djir à dépêcher ses engins et des agents pour enlever la boue sur la chaussée.
En ville, plusieurs endroits comme la placette Gambetta, Deb, place d’Armes, la place du lycée Lotfi, le long du Front de Mer sont transformés en véritables lacs qui ont, en un laps de temps très court, emmagasiné les petites averses estimées à quelque 60 mm de pluviosité.
La même image a été relevée dans le reste des quartiers comme Petit Lac ex-El Barki, les habitants n’ont rien trouvé de mieux à faire que de barboter dans des chemins envahis par des eaux boueuses. Dans le lieu dit Belgaïd, situé dans l’entrée est d’Oran, les automobilistes, eux, ont peiné pour se «sauver» des risques de noyade dans de grandes flaques d’eau et ce, en zigzaguant avant de rejoindre le pôle universitaire. Oran a été sérieusement ébranlée. Les routes nouvellement réfectionnées à coups de milliards de centimes n’ont pas été épargnées. Plusieurs routes ont connu de petits affaissements. «Une telle situation dénote le niveau de négligence quant au suivi et contrôle des chantiers lancés dans le cadre de la réfection et de la mise en place de la voirie à Oran», a déploré un automobiliste qui n’a rien trouvé de mieux pour exprimer son écoeurement que de dire que «les travaux effectués ne répondent nullement aux règles de solidité». Sur sa lancée, il dira que «encore une fois, les services de la voirie ont brillé par leur incompétence, des milliards ont été déboursés pour aboutir à une seule finalité: inonder et noyer Oran dans des crues et la stagnation des eaux pluviales».
Les Oranais n’en reviennent pas dans leurs critiques acerbes en pointant du doigt les responsables locaux d’avoir «délibérément abandonné» El Bahia en ne l’endiguant pas suffisamment contre les risques des catastrophes naturelles. «Ce ne sont là que les petites pluies d’automne en attendant l’hiver, son lot de fortes trombes et sans aucun doute d’irrémédiables dégâts», s’inquiètent d’ores et déjà les Oranais. Les écroulements de bâtisses ne sont pas en reste.
Un immeuble situé dans le boulevard de Mascara, s’est partiellement écroulé provoquant plus de peur que de mal. Un autre cas a été enregistré dans la rue de Ténès située dans le vieil Oran, à Sidi El Houari. Les occupants de l’immeuble partiellement écroulé ont dû passer la nuit sous la belle étoile sous les fortes pluies. En 48 heures de pluies torrentielles, la Protection civile n’a pas chômé, ses éléments ont opéré quelque 156 interventions.*Par Wahib AïT OUAKLI - Mercredi 01 Octobre 2014 -L’Expression

*******************************

Rafales de vent : Dégâts enregistrés sur le réseau électrique

*Des vents forts font de nombreux dégâts dans les villes côtières

Intempéries

*Vents violents à Oran : effondrement de murs et arrachage de poteaux électriques et d’arbres

La violence des vents, avec des rafales dépassant les 70 km/heure,  a causé des dommages ces derniers jours dans la wilaya d’Oran où des murs d’immeubles se sont effondrés et des poteaux électriques ainsi que des arbres ont été arrachés. Une quinzaine de personnes ont été blessées dans une vingtaine  d’effondrements partiels d’habitations durant les dernières 24 heures, selon les services de la protection civile de la wilaya d’Oran où un vent violent a soufflé depuis jeudi soir. Les vents ont commencé à s’atténuer dimanche matin avec l’apparition d’un soleil radieux/ Puis le ciel a changé le lendemain. Une nouvelle perturbation pluvieuse accompagnée de fréquentes chutes de neige sur les reliefs de l’intérieur dépassant les 800 mètres d’altitude, est prévue à partir de mercredi et affectera le Nord du pays. Selon les prévisions de l’ONM publiées dimanche, le temps sera partiellement nuageux le mardi avec localement quelques pluies, devenant froid et instable à partir de mercredi en liaison avec l’arrivée d’une perturbation pluvieuse sur le Nord du pays.

***Les régions de l’Ouest, comme celles du centre et de l’est du pays, ont connu ces derniers jours des rafales de vent accompagnées de pluies orageuses, de grèle ou de neige. Ce qui a perturbé le trafic routier, aérien et maritime, et causé des dégâts divers en divers endroits. L’Office National de la  Météorologie (ONM) a émis, lundi, un nouveau Bulletin Météo Spécial (BMS) dans lequel il prévoit des vents forts de secteur Ouest qui souffleront sur l’ensemble des villes côtières et proches côtières de l’Ouest et du Centre durant les prochaines 48 heures. La vitesse moyenne de ces rafales de vents sera de 60km/h mais pouvant atteindre ou dépasser localement 80 km/h. Les wilayas concernées par cette alerte aux vents sont : Tlemcen, Ain Témouchent, Oran, Mascara, Mostaganem et Chlef à compter du lundi à 21 heures jusqu’à mercredi 4 février à 15 heures.*02/02/2015

********Pluies et neige à travers le pays

Les chutes de neige ont persisté ces dernières 48 heures sur les hauteurs du nord du pays, isolant de nombreuses localités suite à la fermeture des axes routiers. Cette situation a généré une pression sur certains produits, notamment le gaz butane.

Les mauvaises conditions météorologiques, qui ont caractérisé ces derniers temps l’ensemble du territoire national, sont à l’origine de nombreux accidents et occasionné des coupures de routes. Des pans entiers de la population, surtout les habitants des zones rurales et montagneuses, se sont retrouvés isolés. Autre conséquence du mauvais temps : tensions sur les pompes à essence. L’approvisionnement des stations-service de Naftal au niveau de la wilaya de Béjaïa est toujours perturbé.

Pression sur le carburant

Lorsque celles-ci ne sont pas carrément fermées, elles sont envahies par les automobilistes et autres semi-remorques ! Deux navires en provenance de Skikda avec dans leurs soutes 5000 tonnes de gasoil et 3000 tonnes d’essence ont été déchargés à partir du port de Béjaïa, mais la situation reste précaire.«Il est 10h. Et je suis là depuis 6h», se lamente un automobiliste visiblement en colère, au quartier d’Ihaddadène, car ne sachant à quel moment de la journée il pourra se dépêtrer de la chaîne.

Les stocks de carburant ont beaucoup diminué et l’approvisionnement a été perturbé, ces derniers temps, à cause des intempéries. Les habitants de certaines régions souffrent aussi d’une pénurie de gaz butane, en cette saison hivernale, et le prix de la bouteille a atteint 500 DA sur le marché informel. De violents orages ont causé des surtensions du réseau électrique qui ont entraîné des pannes d’électricité. Les équipes de dépannage de Sonelgaz ont été mobilisées sur le terrain pour rétablir l’électricité aux habitations touchées.

«Nous avons enregistré des dégâts importants au niveau du réseau électrique des localités nord de la wilaya de Chlef, où des vents violents qui dépassaient les 100 km/heure, ajoutés aux aspérités difficiles de la région, ont énormément compliqué la tâche aux équipes d’intervention», a déploré M. Djouadi, le responsable local de l’entreprise, affirmant que le «réseau a été rétabli sur tout le territoire de la wilaya». Des villages enclavés ont été confrontés à un problème de manque d’approvisionnement en produits alimentaires. Les prix des fruits et légumes ont connu une hausse allant de 10 à 20% depuis la semaine dernière, début des intempéries.

Cette tendance a été constatée lors de nos passages dans différents marchés de la capitale. Les importantes chutes de neige – qui sont tombées durant la nuit de jeudi à vendredi dans la wilaya de Tissemsilt – ont fortement compliqué la circulation sur le réseau routier national de cette wilaya. Parmi les routes, où la circulation a été fortement perturbée, la RN14 reliant les communes Theniat El Had à Youssoufia et la RN19 reliant Boukaïd à El Azharia. Les routes RN60 reliant Bordj El Emir Abdelkader et Theniat El Had et RN65 reliant Theniat El Had à El Hassania (Aïn Defla) ont été coupées.

Encore quelques jours de neige

Les services des travaux publics appuyés par les services communaux et les agents de la Protection civile intensifient leurs efforts pour faciliter la circulation automobile à l’aide de chasse-neige. Selon la station régionale de la météorologie de Aïn Bouchekif (Tiaret), les chutes de neige vont se poursuivre dans la wilaya jusqu’au début de la semaine prochaine, notamment sur les hauteurs, à une altitude de plus de 700 mètres où la température atteindra 3 degrés en dessous de zéro.

Par ailleurs, la Protection civile fait état du décès de 3 personnes (2 à Sétif et 1 à Mila) asphyxiées par le gaz émanant d’appareils de chauffage. La Protection civile a annoncé que ses unités sont intervenues pour apporter assistance aux personnes en détresse et dégager des véhicules bloqués par la neige ou suite à des glissements de terrain.*Kamel Benelkadi- El Watan/ 07/02/2015

**Attention à la route

- A Laghouat, les chutes de neige ont causé de fortes perturbations dans la circulation routière, à savoir sur la RN1A sur le territoire de la commune de Sidi Bouzid et les RN 23 et 47, sur leurs tronçons reliant respectivement les communes d’Aflou et Gueltet Sidi Saâd, Aflou et Brida. La chemin de wilaya 121 menant de Brida vers Gueltet Sidi Saâd, en passant par la localité de Aïn Sidi Ali, était entièrement coupée, tout comme la route communale reliant Taouiala à la RN47.

- A Médéa, les plus importantes perturbations enregistrées concernent l’axe Médéa-Benchicao, Benchicao-Berrouaghia, la RN1 reliant les régions du nord du pays au Sud, l’axe qui fait la jonction entre la localité de Berrouaghia et El Omaria, la RN64, jusqu’à la limite de la commune de Bougara (Blida), ainsi que des tronçons de la RN60A, desservant les communes de Aïn Boucif et Chellalet El Adhaoura, au sud-est de la wilaya.

- A El Bayadh, la neige et le verglas ont rendu difficile la circulation sur certains axes routiers, notamment dans la zone de Lagremi, à l’intersection menant vers la commune d’El Ghassoul. Même situation sur la route de contournement de la ville d’El Bayadh, en allant vers la commune de Aïn Larak, ce qui causé le dérapage de deux véhicules légers.

- A Tlemcen, les chutes de neige ont perturbé la circulation routière. La Protection civile fait état de perturbation du trafic routier à cause des chutes de neige enregistrées dans la soirée de mercredi. La même source avait indiqué que la RN22 reliant Tlemcen et Sebdou, de la RN99 reliant Sidi Djillali à El Abed et des CW reliant Sebdou à Sidi Djillali, Terny à Aïn Ghraba, Sebdou à El Gor et Tlemcen à Beni Snouss étaient fermés à la circulation

*Sabra-Un accident spectaculaire s’est produit vendredi sur la route nationale n° 7 à proximité de la localité de Sabra, près de Tlemcen. Un véhicule de marque Hyundai Accent, à bord duquel se trouvaient six membres d’une même famille, a chuté dans un ravin (oued Zitoun) profond d’une trentaine de mètres après avoir dérapé sur la chaussée rendue glissante par les dernières chutes de pluie et de neige.Les victimes sont d’une même famille, dont trois enfants et trois adultes. Les éléments de la protection civile se sont rendus sur les lieux et ont pu extraire les corps des victimes du véhicule pour les remonter ensuite sur la route.

- A Tissemsilt, plusieurs routes sont fermées à cause de la neige : la RN14 entre Youssoufia et Theniet El Had, la RN19 entre Lazharia et Tamlaht et deux tronçons de la RN60 entre Theniet El Had et Bordj Emir Abdelkader et de la RN65 entre Theniet El Had et Hassania (Aïn Defla). La plupart des chemins de wilaya sont impraticables à cause des fortes chutes de neige.*07/02/2015

********************

*l’Entreprise nationale de transport maritime de voyageurs annonce le report de 5 traversées 

algérieferreirss

En raison de fortes perturbations atmosphériques sévissant actuellement en mer méditerranée, l’Entreprise nationale de transport maritime de voyageurs (ENTMV) a annoncé, mardi, le report de 5 traversées de transport de voyageurs.

Les traversées concernées sont : la liaison par le car-ferry « El-Djazair II » entre Oran et Alicante (Espagne), prévue lundi 2 février, a été reportée au mercredi 4 février, le retour Alicante-Oran, programmée pour mardi 3 février, a été reportée au jeudi 5 février.

Les traversées du car-ferry « Tassili II » prévues cette semaine entre Alger et Annaba, d’une part, et Marseille (France), d’une autre part, sont également reportées.

Il s’agit des traversées, respectivement, de Marseille-Annaba du mardi 3 février reportée au vendredi 6 février, d’Annaba-Marseille du jeudi 5 février reportée au samedi 7 février, et de Marseille-Alger du samedi 7 février reportée au dimanche 8 février.

Ce car-ferry reprendra son programme commercial normal Alger-Marseille dès lundi 9 février. Au vu des conditions météorologiques de navigation « très dangereuses », prévalant durant cette période, l’ENTMV offre aussi à sa clientèle soit le remboursement du billet de voyage, soit l’indemnisation au prorata des jours de retard.*Par Kaci Haider | 03/02/2015 |/algerie1.com

**Plusieurs vols annulés vols vers le sud et l’est du pays

avions-cloués

En raison des vents violents qui soufflent sur une grande partie du pays, la compagnie aérienne Air Algérie a été contrainte d’annuler ce samedi tous ses vols vers le sud et l’est du pays a constaté un journaliste d’Algérie1 au niveau de l’aéroport Houari Boumedienne d’Alger.

En effet, en raison des mauvaises conditions météorologiques, vents violents et fortes pluies orageuses, qui ont affectés de nombreuses régions, les vols vers Constantine, Annaba, Sétif, Biskra, Ouargla,  Ghardaia etc… ont été annulés.

Plusieurs avions qui avaient décollé ont même été contraints de rebrousser chemin et regagner l’aéroport Houari Boumediene en raison des conditions météorologiques défavorables qui régnaient samedi dans ces régions. *31/01/2015 /algerie1.com

naviress

Le ferry Tarek Ibn Ziyad a annulé, samedi, son départ depuis le port de Marseille (France) à destination d’Oran en raison des mauvaises conditions climatiques.

Quelque 380 passagers qui étaient à bord de ce bateau seront pris en charge par la compagnie nationale de transport maritime. Le départ du navire algérien était prévu à 12 heures mais en raison des vents forts dépassant la vitesse 130km/h, il a été décalé pour demain dimanche matin en cas d’amélioration des conditions météorologiques. Les passagers embarqués passeront la nuit à bord du même navire.*31/01/2015 | .algerie1.com

**Une quinzaine de personnes ont été blessées dans une vingtaine  d’effondrements partiels d’habitations durant les dernières 24 heures, selon les services de la protection civile de la wilaya d’Oran où un vent violent a soufflé depuis jeudi soir.

Les sinistres ont été enregistrés au niveau des quartiers Derb,  les Planteurs, Salanes et Sidi El Houari, entre autres. Les agents de la protection civile ont aussi démoli un mur de 6 mètres carrés et un autre de 24 mètres carrés construits en pierre taillées écartant ainsi tout risque pour 11 familles dans des habitations mitoyennes à la rue Laskri Boualem près du centre-ville d’Oran. Selon la protection civile pour la wilaya, près d’une centaine d’interventions liées directement aux vents ont été enregistrées vendredi et près de 35 autres ont été recensées durant la matinée du samedi.

En plus des effondrements, il s’agit de plusieurs cas de déracinement d´arbres et chute de panneaux publicitaires. A Es Sénia, la chute d’un panneau d’indication était à l’origine d’un carambolage entre quatre voitures qui a fait cinq blessés. Les vents ont aussi provoqué la chute de plusieurs câbles d’électricité et des coupures de courant, notamment à  Bousfer, Aïn El Turck et Gdyel.

Des équipes de Sonelgaz ont procédé au rétablissement du courant électrique. Les violentes rafales enregistrées, jeudi et vendredi, sur toute la corniche oranaise ont semé la panique chez les habitants qui ont préféré rester cloitrés chez eux. Quoi qu’habitués aux intempéries, la vigilance reste de rigueur chez ces derniers qui ont limité leur déplacement et se sont surtout approvisionnés en produits de première nécessité, tels que bougies, gaz butane et denrées alimentaires.

Les automobilistes, eux aussi, ont fait dans la prudence, eu égard à la vitesse des vents estimée à près de 90 km/h. Nombreux sont ceux qui ont carrément boudé la corniche supérieure, une voie aisément fréquentée ces derniers temps du fait de sa réhabilitation. Les gros risques consistent en chutes de pierres, de poteaux électriques et d’arbres ou l’effondrement de toitures des maisons vétustes. Quelques faits, sans grande gravité, sont relevés ça et là. N’empêche que la vigilance reste de mise d’autant plus que la météo n’est pas du tout rassurante dans ses prévisions.  *Zekri S. et Kamel B./ El Watan/ 01 février 2015

**Six marins secourus au large de Ghazaouet

Les éléments du groupement territorial des gardes côtes ont réussi, dans la nuit du mardi à mercredi, à secourir six marins pêcheurs qui se trouvaient à bord d’un petit bateau de pêche, un palangrier, au nord de Ghazaouet. Le dispositif de sauvetage s’est déclenché après que Radio Ghazaouet a reçu un appel de détresse émanant du palangrier se trouvant à environ 17 miles marins au nord de Ghazaouet faisant état d’une importante voie d’eau à l’arrière de l’embarcation rendant sa navigation impossible. D’autant plus que le palangrier ne se trouvait pas loin des eaux territoriales marocaines. Le plan de recherche et de sauvetage a été aussitôt activé et une vedette de sauvetage a immédiatement appareillé. L’opération de recherche s’est soldée par la localisation de l’embarcation et son remorquage jusqu’au port de Ghazaouet.  *O.El Bachir/ El Watan/ 01 février 2015

**Tous les navires de marchandises opérant au port de Ténès ont été redirigés vers la rade, en raison des fortes rafales de vent

Par mesure de sécurité, tous les navires de marchandises opérant au port de Ténès ont été redirigés vers la rade, en raison des fortes rafales de vent qui soufflent sur la région depuis jeudi soir.Mais les bateaux doivent rester en mouvement continuellement jusqu’à ce que les vents se calment, a précisé le PDG de l’entreprise portuaire de Ténès, Ali Asnouni.

D’après lui, toutes les mesures préventives sont prises pour protéger les navires et l’infrastructure portuaire, ajoutant qu’aucun dégât matériel n’a été enregistré. Il est à signaler qu’une dizaine de bateaux transportant des matières premières et des matériaux de construction attendent au large des côtes de Ténès suite au mauvais temps.*Ahmed Yechkour/  El Watan/ 31 janvier 2015

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

Vents violents: Les vols vers le sud et l’est du pays annulés

********************************

*Des rafales de vent d’une puissance de 80 km/heure, qui continuent de souffler sur la wilaya, ont causé l’effondrement jeudi après-midi du mur d’un haouch à hai “El Hamri” et d’un autre à haï Derb, a confirmé la Protection civile.Le bilan partiel de la Protection civile fait état également de la chute d’une ligne de haute tension à Béthioua, à proximité d’une station d’essence, de deux poteaux électriques, respectivement dans la localité de Saint Rock (Aïn El Turck) et à l’entrée de Gdyel, ainsi qu’un panneau publicitaire dans une placette publique à hai Medina Jdida.La puissance des vents a provoqué également le déracinement de deux arbres centenaires à Sidi Bakhti (Aïn El Kerma), dans la daïra de Boutlélis, et affecté l’installation d’une dizaine de citernes d’eau sur les terrasses à la cité 2.000 logements à haï Khémisti (Oran), selon la même source, qui a signalé le risque d’effondrement d’un immeuble à la rue Ibn Sina à Oran.Selon un délégué communal, plusieurs candélabres et arbres ont été arrachés et des toitures soufflées par la force des vents.*meteoalgerie.ne

***Les vents  forts qui ont touché les wilayas côtières ainsi que les wilayas du centre-ouest du pays, durant la nuit du 19 au 20 janvier 2014, ont fait plusieurs dégâts a précisé, ce dimanche, un communiqué de la protection civile.Ces vents ont causé l’effondrement de la cage d’escaliers d’une habitation composée de R+2 à la rue Mohamed Boudiaf, commune d’Oran. Suite à cet effondrement, vingt et une  personnes ont été sauvées par la protection civile.Dans la même wilaya, un arbre et un poteau électrique ont été déracinés dans les communes de Gdyel et d’Es-Senia. En outre, cinq personnes ont été légèrement blessées suite à une collision entre trois véhicules légers, survenue sur la RN 11, commune de Marsat-El-Hadjaj dans la wilaya d’Oran.Vingt autres arbres ont été, également,  déracinés dans la wilaya d’Aïn Temouchent, selon le même communiqué. Les services de la protection civile ont, par ailleurs, procédé à l’épuisement des eaux pluviales à l’intérieur de 05 habitations dans la wilaya de Tissemsilt. *TSA-20.01.2014

algerie-intemperies_22

Alger se pare d'un burnous blanc

*Alger sous la neige

*****************************************

Un violent coup de froid frappe l’est, le centre et l’ouest du pays. Depuis avant-hier, les températures ont été basses, les gels fréquents, la neige, la pluie, les vents violents et quelquefois même la grêle. Plusieurs wilayas ont été paralysées. Les services météorologiques ont annoncé hier, que les Algériens feront face à une semaine très froide. Les fortes chutes de neige ont bloqué hier et avant-hier les axes routiers de plusieurs villages. Suite à ces intempéries, les accidents de la circulation ont été au rendez-vous. Dans la matinée d’hier, la poudreuse a couvert les altitudes dépassant les 500m à l’est du pays. La ville de Sétif et ses environs étaient recouverts d’une couche de neige d’une épaisseur de 15 à 20 cm en mesurant la poudreuse accumulée sur les toits, les arbres et les véhicules en stationnement. Cette vague de froid glacial a obligé les Sétifiens à ne pas utiliser leurs véhicules, afin d’éviter les dérapages et les accidents. «Plusieurs tronçons situés en altitude, à l’exemple de Takouka, Meghriss, Babor, Bouandas, Aït Tizi, Aït Noual M’zada ou encore Tikerkart, sont obstrués en attendant qu’y parviennent les déneigeuses», selon une source locale. Par ailleurs, la Gendarmerie nationale a souligné dans un communiqué, que plusieurs routes ont été bloquées dans la région des Aurès. «La circulation est paralysée dans plusieurs segments des routes nationales (RN) 77, 87 et 31 près, respectivement, des localités de Merouana, Nafla, Theniet Ersass et Aïn Ettine, en plus d’axes secondaires situés en montagne (dans les environs de Kimel et de Bouzina), selon la même source. «Les chutes de neige, enregistrées ces dernières 24 heures dans la wilaya d’El-Bayadh, ont entraîné la fermeture et des difficultés de circulation sur certains axes routiers», selon le groupement de Gendarmerie de la wilaya. Des difficultés de circulation, du fait toujours de la neige, ont été signalées au niveau des RN 6A et RN 47, sur leurs tronçons reliant respectivement les communes d’El Bayadh, Bougtob, El Ghassoul et Brezina. De son côté, la direction des travaux publics de la wilaya d’El Bayadh, a mis en place trois équipes d’intervention dotées de chasse-neige et de camions pour dégager les axes routiers et rouvrir à la circulation les axes bloqués. «Ces équipes recourent également, pour rétablir et fluidifier la circulation, à l’épandage de sel sur plusieurs tronçons routiers, à l’instar de l’axe reliant les wilayas d’El Bayadh et Tiaret», a souligné la même source. A l’est du pays, le mauvais temps sera de rigueur, du fait que de fortes précipitations ont été enregistrées à travers de nombreuses wilayas. A Tlemcen, de nombreux axes de routes nationales et de chemins de wilaya ont été fermés à la circulation, suite aux chutes de neige et aux fortes pluies enregistrées durant les dernières 48 heures.
Laghouat, Constantine et Bordj Bou Arréridj ont été touchées par les intempéries, d’ailleurs les deux villes ont été paralysées. Dans la wilaya d’Oum El Bouaghi, malgré les importantes chutes de neige qui s’abattaient depuis la semaine dernière, le réseau routier est resté praticable mais la circulation était très difficile sur certains axes. De leur côté, les unités de la Protection civile ont enregistré des milliers d’interventions pour répondre aux appels de secours, suite à des accidents de la circulation, accidents domestiques, évacuation sanitaire, extinction d’incendies, dispositif de sécurité, etc. «six personnes ont été asphyxiées par le monoxyde de carbone avant-hier suite à l’utilisation des appareils de chauffage et chauffe-bains à l’intérieur des habitations», selon la direction de la Protection civile. «Trois personnes à Annaba, trois autres personnes à El Bayadh, des soins de première urgence ont été prodigués sur les lieux avant de transférer les victimes dans un état satisfaisait vers les hôpitaux des régions concernées», précise la même source.*Par Ilhem TERKI - Samedi 24 Janvier 2015/ L’Expression

*****************************************

*La tempête fait des dégâts dans plusieurs régions d’Algérie

Des navires en difficulté au port d’Oran

photo:  Vue d’Oran depuis le fort de Santa Cruz

El Bahia n’est plus cette belle ville aux couleurs des années 1980. Derrière le Front de mer est dressé un grand front qui abrite toutes sortes de misère.

Même si les autorités locales ont tendance à minimiser les intempéries, le drame, pour les populations locales, est réel. La situation à Oran est plus préoccupante, car ce sont plusieurs dizaines de familles des quartiers populaires qui encourent des grands risques comme les effondrements et les inondations provoqués, comme à l’accoutumée, par de fortes rafales.
Avant-hier soir et tout au long de la journée d’hier, la population d’Oran était surprise par une pluie torrentielle. Les averses ont, selon le bulletin météorologique de l’office national de la météorologie, atteint le cumul, un volume estimé à quelque 100 mm. Ces petites averses, qui font le bonheur des habitants des villes européennes, alimentent, paradoxalement, le cauchemar des habitants de la wilaya d’Oran en particulier ceux du centre-ville. Ces derniers appréhendent les effondrements, les affaissements de terrain et infiltrations des eaux dans leurs habitations. La nature qui s’est mise en furie durant ces dernières 24 heures, a provoqué beaucoup plus de panique que de mal. En effet, plusieurs habitations des localités comme Petit Lac dans la commune d’Oran, ainsi que Mers El Hadjadj et Sidi Chahmi, ont connu des infiltrations des eaux pluviales.
Plusieurs rues et ruelles des quartiers populaires comme Derb et Sidi El Houari ont changé de look en se transformant en grands fleuves urbains débordant de partout charriant tout objet se trouvant sur leur chemin, boue et déchets ménagers en attente d’être enlevés par les éboueurs. Un avaloir, situé tout près du Théâtre régional Abdelkader-Alloula, refoulait de grandes quantités d’eau de pluie. Celles-ci allaient dans tous les sens. La rue Philippe, située en contrebas de la Place d’Armes, a été complètement inondée. Le même constat est relevé dans le boulevard Maâta (ex-Valero), ce dernier était méconnaissable. Idem au niveau du boulevard Mascara. Le même topo a été constaté au niveau de la placette Gambetta qui a vite fait de se transformer en un grand lac recueillant tous les écoulements venant des rues d’Arcole et de l’avenue Canastel. L’Usto et Saint-Eugène n’étaient pas en reste. Les habitants, dont les demeures sont menacées par les écroulements, n’ont rien trouvé de mieux pour exprimer leur ras-le-bol de ces situations récurrentes que d’appeler les pouvoirs publics quant à l’accélération des opérations de leur relogement. «Ici à Derb, nous encourrons les risques d’être surpris par des effondrements», a affirmé un occupant d’un vieux bâti. Où sont donc les avaloirs pour lesquels se sont engagés les pouvoirs locaux? «Les grands développements opérés ces dernières années apporteront beaucoup d’améliorations», semblent vouloir dire les responsables locaux. «Ces améliorations seront constatées de visu à la faveur de la finalisation et la réception des chantiers lancés comme le tramway», a-t-on expliqué. En tout état de cause, les fortes pluies et les vents sont, à Oran, synonymes de grandes difficultés. El Bahia n’est plus cette belle ville aux couleurs chatoyantes des années 1980. Derrière le Front de mer est dressé un grand front qui abrite toutes sortes de misère. Aujourd’hui, elle est en proie à la régression au moment même où l’on tente, tant bien que mal, de colmater une plaie aussi béante.*L’Expression-14.11.2012.

*****Les intempéries ont fait 4 blessés à Oran. Les victimes habitaient de vieilles maisons ayant subi des effondrements de plafonds et de murs. La Protection civile fait état de l’écroulement de 15 habitations dans les vieux quartiers d’El Hamri, El Derb, Medioni et Ras El Aïn. Les habitants des bidonvilles ont vécu un cauchemar. «L’eau a envahi nos baraques, on est mieux à l’extérieur qu’à l’intérieur», ont affirmé les habitants du bidonville Dubai (Sidi Chahmi). Dans ce dernier, qui se transforme chaque année en période hivernale, en un grand lac, les habitants signalent des dégâts causés par les vents violents. Au bidonville dit le Virage, à Aïn El Beïda, les inondations ont aussi fait des dégâts.

Celui de Bendaoud à Sid El Bachir a également subi des inondations. Leurs habitants étaient en colère, hier. «Nous avons passé une nuit blanche et avons été obligés d’amener nos enfants chez des parents, craignant le pire dans nos taudis», crie une mère de famille. Au port de pêche, plusieurs embarcations amarrées ont coulé dans la soirée de lundi, a indiqué la capitainerie. D’un premier bilan il ressort que sur les 19 navires de marchandises amarrés aux quais, 4 ont eu des difficultés. Des manœuvres ont été effectuées pour les dégager et les sécuriser en rade. Au port pétrolier d’Arzew, deux bateaux ont été escortés vers la rade pour éviter la casse de leurs amarres, a annoncé la capitainerie d’Arzew. A l’aéroport d’Oran, une partie du chapiteau faisant office d’enceinte d’embarquement des usagers des lignes intérieures, a été emportée par le vent, confirme M. Djamai, directeur adjoint de l’EGSA.

Ce responsable assure qu’aucune perturbation n’a affecté le trafic aérien. Pour l’accueil des pèlerins, un dispositif de veille a été mis en place par la Protection civile au niveau de l’aéroport.  Sur les routes, il a été enregistré 14 blessés dans une dizaine d’accidents de la circulation dus aux intempéries. La route reliant Aïn El Beïda à El Kerma a été fermée à la circulation en raison des inondations. La direction de distribution de l’électricité d’Es Senia signale des coupures de courant dans plusieurs localités, dont Arzew, Béthioua, Es Senia, Oued Tlélat, Gdyel, Bir El Djir et Aïn Turck. Un plan d’urgence a été mis en place avec la mobilisation d’équipes d’intervention.*El Watan-14.11.2012.

********************************

*Importantes chutes de neige et de pluies sur plusieurs régions d’Algérie

Il neige. Les enfants s'en donnent à coeur joie

109703-algerie-distribution-de-gaz-butane-durant-l-hiver-naftal

Des chutes de neige, une baisse de la température et de fortes pluies ont été signalées par la météo jeudi dernier. Les bulletins spéciaux émis par l’Office national de météorologie ont effectivement prévu ce temps. De la neige pour tous! Chose annoncée, chose arrivée. Plusieurs régions du pays ont connu de fortes chutes de neige. Les reliefs du centre et de l’est du pays se son habillés de blanc dès avant -hier.
Un bulletin spécial (BMS) établi jeudi, a annoncé des chutes de neige sur l’ensemble des reliefs des Hauts-Plateaux, de l’ouest, du centre et de l’est du pays, sur des hauteurs dépassant les 300 mètres d’altitude.
Les wilayas concernées par ces chutes de neige sont Tissemsilt, Médéa, Aïn Defla, Bouira, Boumerdès, Blida, Tizi Ouzou, Bordj Bou Arréridj, Sétif, Batna, Constantine, Oum El Bouaghi, Khenchela et Tébessa. L’épaisseur de la neige atteindra localement 15 à 20 cm, selon le dernier BMS de l’ONM qui stipule que ces prévisions sont valides du dimanche 29 janvier à 21 heures à hier 30 janvier à 21heures. En effet, dans la wilaya de Sétif, la neige est tombée en abondance hier où plusieurs localités de la région Nord sont momentanément isolées en raison de l’impraticabilité de plusieurs tronçons de routes, a-t-on appris auprès des services de la Protection civile. Une épaisseur de 25 à 60 cm de neige poudreuse a notamment bloqué la circulation automobile sur les axes desservant les villes de Aïn El Kebira, de Bougaâ, de Beni Fouda et de plusieurs autres localités septentrionales, ainsi qu’au pied du mont Meghress (1700 m d’altitude) et dans ses alentours, en particulier au lieu-dit Takouka.

Aïn El Fouara en blanc
A Sétif, de gros flocons ont commencé à tomber dès les premières heures de la matinée pour recouvrir la cité d’un épais manteau blanc, de nombreux automobilistes ont été contraints de laisser leurs véhicules dans les garages ou dans les parkings. Beaucoup d’écoliers n’ont pas pu rejoindre leurs établissements scolaires, en particulier lorsque ceux-ci sont éloignés de leurs domiciles. Selon les services de la météorologie de l’aéroport du 8-Mai 1945, c’est toute la région Nord-Est qui a été affectée par ces intempéries ainsi que quelques zones du Sud près de Guellal, Hammam Soukhna et Aïn Oulmène.
Dans la wilaya de Tébessa, des chutes de neige ont été enregistrées dans la nuit de dimanche à lundi, entraînant une baisse brutale de la température dans toute la wilaya.
La neige a atteint, hier matin à Tébessa et dans les localités environnantes, une épaisseur de 20 cm, selon les services de la Météorologie nationale qui prévoient d’autres flocons dans l’après-midi. Les services de la Gendarmerie nationale ont affirmé que pour l’heure, aucun tronçon du réseau routier de la wilaya n’a été fermé à la circulation pour cause de ces intempéries. Des chutes de neige ont également été enregistrées au nord de la wilaya de Khenchela, dans les localités situées en altitude, comme Yabous et Bouhmama, ainsi que dans plusieurs zones de la wilaya de Batna, à l’image d’Arris, Ichemoul, Seriana où plusieurs tronçons routiers sont impraticables. La wilaya de Blida a eu aussi son lot de blanc. De fortes chutes de neige ont été enregistrée hier. La station climatique de Chréa, située à quelque 18 km de Blida, a revêtu son épais manteau de neige qui a recouvert tout le massif forestier du parc national jusqu’aux premiers contreforts de l’Atlas blidéen. Si les neiges ont fait le bonheur des citoyens dans certaines wilayas, dans d’autre elles les plongent dans l’isolement total.
Tel est le cas de la wilaya de Médéa dont plusieurs routes sont fermées à la circulation. En effet, des chutes abondantes de neige ont provoqué la fermeture de la circulation routière au niveau d’un tronçon de la Route nationale n°60, reliant Ksar el Boukhari et Ouled Antar, et la commune d’El Aïssaouia et El Omaria, sur la RN n°64, a indiqué la même source qui fait état également de la fermeture des chemins de wilaya 28, 38 et 01 reliant respectivement les localités de Azziz et Derrag, Aïn-Boucif et la limite Nord de la wilaya de Djelfa, et Aïn-Boucif et Ouled Maâref.

 Les chasse-neige débordés
Les services de la Protection civile signalent, de leur côté, la fermeture de la circulation au niveau d’un tronçon du CW 19, qui relie Ksar-el-Boukhari et Sebt Azziz, la RN n°60A, reliant Aïn Boucif et Chellalet El Adhaoura, ainsi que des tronçons des CW 90 et 225, desservant les localités de Sidi Rabeï et Mazghena et le tronçon reliant Maghraoua à la wilaya de Bouira.
Au total, une dizaine de chasse-neige, appuyés par plusieurs camions de salage, font des rotations régulières à travers ce réseau routier pour éviter d’éventuelles perturbations susceptibles de provoquer leur fermeture. Onze équipes d’intervention sont également mobilisées sur le terrain afin d’assurer la fluidité de la circulation sur ces axes routiers névralgiques. Le dispositif mis en place sera maintenu pendant la durée de validité du bulletin météo spécial. L’Ouest algérien n’est pas épargné, lui aussi. La neige a perturbé la circulation routière à Tissemsilt suite à de fortes chutes de neige. Plusieurs axes routiers sont difficilement praticables par le fait de flocons de neige qui se sont abattus durant toute la journée du dimanche et la matinée du lundi, notamment les RN 19 et 14 sur les tronçons Lazharia-Bordj Bounaâma, la RN 14 entre Theniet El Had et Layoune. La RN 60 est, quant à elle, totalement bloquée au niveau du tronçon reliant les communes de Bordj Emir Abdelkader et Theniet El Had, a précisé la même source.
Plusieurs pistes et chemins de wilaya ont connu également des perturbations, notamment le CW 5 reliant Sidi Boutouchent et Theniet El Had. Les services de la Protection civile ont signalé deux accidents de la route sur la RN 14 dans sa partie reliant Tissemsilt et Khemisti, le premier suite à une collision entre deux bus de transport public et le second à un dérapage d’un véhicule utilitaire. Aucune victime n’est à déplorer. La densité de la neige a atteint 15 centimètres dans la wilaya de Tissemsilt et la température a baissé à moins 4 degrés, selon la station régionale de météorologie de Aïn Bouchekif à Tiaret. Ces précipitations météorologiques interviennent alors que les municipalités et les entreprises communales de nettoiement tardent à agir pour éviter tout isolement aux localités. De tels épisodes ont été vécus par des centaines de villes et communes, et se laisser surprendre par des chutes de neige à cette échelle relève de l’inconscience, pour ne pas dire de l’incompétence. (L’Expression-31.01.2012.)

**Après les dernières chutes de neige : La vie au ralenti dans les villages

<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
Le d&eacute;neigement des routes a &eacute;t&eacute; effectu&eacute; rapidement.<br /><br /><br /><br /> » src= »http://www.elwatan.com/images/2012/02/01/tizi_847136_465x348.jpg » /></a></span></strong></span></p>
<p><span style=Plusieurs jours après les dernières chutes de neige enregistrées dans la région, la situation n’a pas tellement dans les villages situés en haute montagne. C’est le cas dans la commune de Aïn El Hammam, où les citoyens déplorent la rupture de l’approvisionnement en pain, en eau et en électricité.Malgré les va et vient incessants des engins de déneigement, la route n’est dégagée que sommairement, sur une seule voie qui ne permet qu’à quelques téméraires, au volant de véhicules tout terrain, de braver les dangers de la poudreuse. Si les grands axes routiers aux alentours de Ain El Hammam sont sillonnés par des chasse-neiges, les pistes menant aux villages demeurent toujours fermées.

L’hôpital ne peut être rallié, avec moult difficultés d’ailleurs, qu’en 4×4. Ainsi le centre d’hémodialyse n’a pas reçu tous les insuffisants rénaux, à l’heure prévue de leur dialyse. Ne pouvant rentrer chez eux, trois patients ont dû passer la nuit au sein de la structure hospitalière. L’absence de transport a contraint les établissements scolaires à fermer leurs portes, ne pouvant assurer les cours aux rares élèves résidant près des écoles. Les administrations dont les employés habitent loin de la ville de Ain El Hammam fonctionnent au ralenti avec le minimum de personnel qui s’y est présenté. Quant à ceux qui travaillent en dehors de la commune, ils ont été contraints au repos. A Michelet ville où l’épaisseur de la neige a atteint, par endroits, plus de cinquante centimètres, c’est la ruée vers les épiceries.

Quant aux boulangeries, privées pendant un temps d’électricité, elles n’ont rien à proposer à leurs clients. La coupure du courant électrique, intermittente auparavant, s’est installée dans la durée pendant des heures avant d’être rétablie grâce aux ouvriers qui ont passé la nuit dans les champs, faut-il le noter. On apprend que la panne est survenue suite à la rupture de câbles de haute tension, alimentant la région. Pour la Sonelgaz, le temps est venu de procéder à la rénovation du réseau. Comme une épreuve n’arrive jamais seul, les robinets se sont subitement asséchés. Comme à chaque chute de neige, les mêmes gestes refont surface tel un rituel immuable.

De bonne heure, nous observons une procession d’hommes se dirigeant vers la ville pour s’approvisionner. Dans les baluchons qu’ils portent en bandoulière, ils fourrent, pêle-mêle, des légumes, des fruits et toute autre denrée alimentaire nécessaire, de peur que la neige ne dure. Le syndrome de la tempête de neige de 2005 qui a isolé la région pendant près de 15 jours, est toujours vivace dans les esprits. Les provisions de mazout et de bois pour plusieurs jours ont été déjà faites mais on se gardera des excès dans la consommation tant que le beau temps ne sera pas revenu. Habitués à la rigueur de l’hiver, les montagnards sont prévoyants. Même les moins avertis savent qu’en cas de coup dur, la solidarité villageoise ne laissera personne dans la détresse. (El Watan-02.02.2012.)

 **Manteau blanc sur les sommets de Béjaïa

 Les précipitations suivies de chutes de neige n’ont pas été sans conséquence sur le quotidien des habitants de la région.

Les habitants ne manqueront pas de s'entraider.

D’importantes chutes de neige et de pluie ont été enregistrées ces dernières 24 heures dans la région de basse Kabylie. Si la neige a couvert de son manteau blanc tous les sommets dépassant les 400 mètres d’altitude, les pluies ont, en revanche, sévi sur les régions de la vallée de la Soummam et les villes côtières. Ce temps, qui s’est gâté depuis dimanche, continuera de l’être encore aujourd’hui selon les services de la météorologie. Ces pluies assez marquantes, suivies de chutes de neige n’ont pas été sans conséquence sur le quotidien des habitants de la région.
La neige a sérieusement affecté l’ensemble des axes routiers reliant les villages et les communes des régions rurales. Les routes nationales n’étaient pas en reste puisque les 12, 09 et 74 ont été respectivement obstruées par la neige à hauteur d’Adekar, Cheklata et Kherrata. De nombreuses régions rurales ont de ce fait, été coupées du monde. Elles ont été privées de courant électrique.
Même le téléphone a fait des siennes. Aucun dégât humain et matériel n’a été enregistré, du moins pour l’heure.
Réputé pour leur hiver rigoureux, les régions surplombant la vallée de la Soummam se sont réveillées, hier matin, sous un froid de canard. La pluie, qui ne cessait de tomber durant toute la journée d’avant-hier, a été ponctuée par des chutes de neige durant toute la nuit de dimanche à lundi. C’était encore le cas hier. De nombreuses régions dans la basse Kabylie, à l’instar d’Akfadou, Adekar, Seddouk, Aït Smaïl et bien d’autres ont connu dans la matinée hier d’importantes chutes de neige. A Akfadou, la poudreuse a enveloppé toutes les cimes. Elle a atteint une épaisseur de 50 cm. Cette situation a mis en alerte les autorités locales de ces régions. En effet, dès la diffusion du bulletin météo spécial (BMS) par Algérie Météo, samedi matin, les services des APC concernées ont aussitôt mis en branle le plan Orsec mobilisant tous les moyens nécessaires pour faire face à la situation. Des chasse-neige, des rétrochargeurs, des niveleuses et autres tracteurs ont été déplacés sur les hauteurs afin d’entamer le dégagement des routes.
Le souci majeur des responsables reste celui du blocage des routes affectant les hauteurs à chaque chute de neige. Un isolement total de toutes les régions situées sur les hauteurs s’est matérialisé. Les travailleurs n’ont pas rejoint leurs postes, les écoliers sont restés chez eux. Bref, très peu d’activité dans les régions rurales, qui attendent le déneigement qui ne peut se faire que lorsque la neige aura cessé de tomber.
En plus des routes coupées, les habitants des villages isolés sur les hauteurs se retrouvent, à chaque chute de neige, coupés du monde. Certains citoyens ne trouvent même pas une bouteille de gaz pour se chauffer en raison des difficultés rencontrées par les distributeurs pour son acheminement. Alors on se rabat sur le bois en guise de chauffage.
Une situation qui risque de perdurer jusqu’à aujourd’hui, si l’on se fie aux dernières informations, relayées par les services d’Algérie Météo, qui annoncent la poursuite des chutes de neige. La solidarité sera encore à la rescousse pour faire face à la situation. Les habitants ne manqueront pas de s’entraider. La solidarité a toujours été le seul salut. (L’Expression-31.01.2012.)

******************

**La France grelotte

Un automolibiste  sur la route de Bocognano le 1er février 2012 en Corse

Le froid s’intensifie en France, 22 départements en vigilance orange

La vague de froid devrait se faire plus violente encore dans les prochains jours…

Il fait très froid, et cela n’est pas près de s’arranger. Selon Météo-France, la vague de froid venue de l’Est, qui s’est installée sur toute la France, devrait s’aggraver dans les prochains jours, avec une possibilité -mais pas de certitude- qu’un vent plus doux venu de l’Ouest fasse remonter le thermomètre la semaine prochaine.

Sept degrés sous la moyenne de saison

 Vingt-deux départements du nord-est et du centre du pays ont été placés en vigilance orange «grand froid», jusqu’«au plus tôt» vendredi 7h: ceux d’Alsace (2), de Lorraine (4) et de Franche-Comté (4) ainsi que les Ardennes, l’Aveyron, les Bouches-du-Rhône, le Cantal, la Corrèze, la Creuse, le Gard, la Haute-Loire, la Lozère, la Haute-Marne, le Puy-de-Dôme et le Vaucluse. La circulation des poids lourds est interdite mercredi depuis 22h sur les «principaux axes autoroutiers du Sud Sud-Ouest» en Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca), en raison des risques de neige et de verglas, a annoncé la préfecture de région. Cet arrêté concerne essentiellement les autoroutes A7 (Lyon-Marseille), A8 (Marseille-Nice), A50 (Marseille-Toulon) et A54 (Marseille-Nîmes).

 Près de 80% des 30.000 foyers privés d’électricité dans le Var devaient être rétablis dans la soirée de mercredi, a affirmé ERDF dans un communiqué. Le niveau 3 du plan «Grand Froid» -qui permet de mobiliser des places d’hébergement supplémentaires- a été déclenché en Isère, en Savoie, dans l’Oise et le Nord. Des services d’autocars et d’autocars scolaires ne fonctionneront pas jeudi dans le Vaucluse, où les hauteurs de neige atteindront jusqu’à 40 cm. La Bretagne, les Alpes-Maritimes et le Var, des régions vulnérables car produisant peu d’électricité, seront en «alerte orange» jeudi pour la consommation d’électricité : les consommateurs sont invités à modérer leur consommation.

 «On est sept degrés en-dessous des moyennes de saison aussi bien au Nord qu’au Sud», dit la prévisionniste Dominique Raspaud. Avec un froid qui va encore s’accentuer jusqu’à la fin de la semaine dans toute la France, et des gelées généralisées y compris dans le Sud. Pour vendredi, a-t-elle précisé à l’AFP, on s’attend à -5 à Marseille et dans le sud-ouest, -6 à Bordeaux ou La Rochelle, en-dessous de -10 en Alsace, Franche-Comté et Rhône-Alpes… Même en Bretagne, une région souvent épargnée par les températures extrêmes, on attend moins 1 ou moins 2 vendredi matin à Brest.

Moins 23 à Kiev, en Ukraine

 Il faudra supporter aussi «un petit vent de Nord-Est, une bise qui soufflera entre 30 et 40 km/h et qui ajoutera à la sensation de froid», selon Dominique Raspaud. Les «températures ressenties» devraient descendre jusqu’à moins 15 vendredi et samedi, surtout dans les régions du Nord, du Centre et de l’Est.

 Selon Raspaud, ce courant froid «est alimenté depuis plusieurs jours par un puissant anti-cyclone», avec des zones de pressions atmosphériques «considérables» centrées sur la Finlande et le nord-ouest de la Russie. Tout l’est de l’Europe est touché, tandis que des vents d’est font progresser vers la France ce «grand réservoir d’air froid». Il s’agit d’une «vague de froid intense», «une bonne offensive hivernale», comme il s’en produit peut-être tous les 3 à 5 ans, mais pas un record comme en 1956 ou en 1985, note-t-elle.

 Maigre consolation pour les Français: la situation est infiniment plus dramatique en Europe de l’est, avec par exemple moins 23 degrés à Kiev et 43 morts en six jours, 20 morts en Pologne, 14 morts en Roumanie, 10 morts en Bulgarie, 10 morts en Lettonie. (AFP-02.02.2012.)

L'épisode neigeux de cet automne 2010 a commencé par toucher l'est de la France.

**Froid, neige, verglas:     A chaque problème sa solution

 Tous les bons conseils pour ne pas se trouver fort dépourvu maintenant que la bise est venue,  sont par ici…

Archives 20 Minutes. Mise à jour le 1er février 2012.

Il neige, il fait froid, et ça va durer. 20 Minutes fait un tour complet du problème et vous donne les bons conseils pour tenir le coup en attendant les beaux jours.

Premier danger: la route. Bien conduire quand ça glisse, c’est une affaire d’équipement, de dosage et d’anticipation.

***Prévoir, anticiper et bien doser, les règles pour conduire sous la neige

Une voiture sur la route de Vitry en Artois, près d'Arras, mercredi 10 février 2010, après les importantes chutes de neige dans la région

Toutes les techniques pour ne pas paniquer et rouler en toute sécurité…

Guillaume Bengold, moniteur à l’école de conduite sur glace de Flaine (Haute-Savoie), donne à 20minutes.fr tous les bons conseils pour conduire lorsqu’il neige.

L’équipement
L’idéal, ce sont les pneus neige ou les chaînes. Si vous n’avez que des chaînes, ne les installez qu’aux roues motrices du véhicule. Cela peut être les deux du devant, les deux de l’arrière ou bien les quatre.

Si vous n’avez ni pneus neige, ni chaînes, pas de panique. Une bonne pression des pneus suffira. Guillaume Bengold recommande un «gonflage autoroute» (pression prescrite par le constructeur + 200g).

Si les vitres de votre véhicule sont recouvertes de neige, premier conseil, ne pas les dégager à l’eau chaude. Pourquoi? «Parce que l’eau recristallise, abîme les joints et en cas de fissure, le pare-brise éclate», prévient le moniteur. «Le meilleur moyen, c’est encore la bonne vieille raclette», ajoute Guillaume Bengold, à laquelle on peut ajouter du lave-glace hiver. N’oubliez pas non plus de vérifier vos essuie-glaces.

Le démarrage
D’abord, mettre le chauffage à fond. Ensuite, faire chauffer le moteur pendant une minute. Si vous démarrez trop fortement avec votre huile à froid, ce sera la catastrophe.

Si vous vous trouvez sur une surface glissante, «dosez l’accélérateur tout en douceur, jouez avec le couple moteur à l’aide la pédale d’embrayage», conseille le moniteur. En cas de démarrage en côte, même conseil. Toutefois, il faut faire attention à ne pas embourber ses roues. Si un premier essai ne fonctionne pas, Guillaume Bengold recommande de ne pas insister: «Il suffit de reculer un peu, de se décaler pour ne pas rester dans la même trace». Et le tour est joué.

Sur la route
La prudence est de mise: par temps de neige, les routes sont 15 à 20 fois plus glissantes. Les mots d’ordre sont «anticiper et prévoir». Quatre autres recommandations importantes selon Guillaume Bengold: réduire sa vitesse, agrandir les distances de sécurité, regarder le plus loin possible et éviter tout geste brusque que ce soit avec le volant, l’accélérateur ou le frein.

Une autre petite astuce: ne pas mettre la radio trop fort. Pourquoi? «Simplement pour entendre les sons extérieurs de son véhicule, comme les freins qui patinent», explique le moniteur. Sur une montée ou une descente, quand il neige, votre voiture peut facilement se transformer en luge. Première chose, «ne pas paniquer», s’amuse Guillaume Bengold.

Toute la technique va consister à trouver le bon dosage de l’accélérateur pour éviter de perdre de l’adhérence: en descente, il ne faut pas trop freiner pour ne pas bloquer les roues, et en montée, il est déconseillé de mettre les gaz. Paradoxal, mais vital.

Le stationnement
Lorsque vous vous stationnez, le moniteur recommande un «truc» de montagnard: éviter de mettre le frein à main et laisser plutôt son véhicule sur une vitesse. En effet, en cas de grand froid, le câble peut geler et bloquer les roues arrière.

 *Mais une fois sorti de votre véhicule, fini le chauffage. Pour combattre les méfaits du froid, il faut savoir s’habiller en conséquence, adapter son alimentation et bien se chauffer.

Les jardins du Trocadéro couverts de neige, le 5 janvier 2009

**Comment lutter efficacement contre le froid

Quels vêtements faut-il porter? que faut-il manger? comment régler son chauffage…C’est officiel: il fait froid. Entre remèdes de grand-mère et idées reçues, chacun à sa méthode pour se protéger. 20minutes.fr vous donne les trucs qui marchent vraiment.

S’habiller
L’équation de la tenue vestimentaire idéale en hiver, c’est trois couches pour trois impératifs.
- Des vêtements humides et c’est le coup de froid assuré. Un sous-vêtement type t-shirt près du corps permet d’absorber la transpiration et de l’évacuer. Il existe des textiles aérés particulièrement adaptés aux sportifs qui font très bien l’affaire, contrairement au coton qui garde l’humidité.
- Le meilleur ennemi du froid, c’est la chaleur. Lapalisse n’aurait pas dit mieux. Une seconde couche, donc, pour conserver les précieuses calories. Pour la forme, faites selon vos goûts. Pour la matière, préférez les fibres polaires, qui sont aérées et garantissent une meilleure isolation thermique que la laine.
- La touche finale doit vous permettre de barrer la route au vent, allié de choix du froid. Optez pour un vêtement en matériau coupe-vent et imperméable.
N’oubliez pas de vous couvrir la tête, par laquelle vous pouvez perdre 30 à 50% de chaleur corporelle. De même, la bouche et les mains sont des sources de déperdition de chaleur, protégez-les.

Manger et boire
Gare aux idées reçues. Le gras, c’est bon pour les oiseaux, pas pour vous. Et un petit coup de gnole, ça ne réchauffe pas: l’alcool perturbe la perception du froid et altère les fonctions physiologiques de régulation de la température. Un régime adapté au grand froid doit avant tout être équilibré et riche en vitamines, sels minéraux et oligo-éléments. Des fruits et des légumes, en somme. N’oubliez pas les protéines et les sucres lents, et consommez de la viande, du lait, du poisson, des pâtes, du pain et autres féculents. Les barres de céréales et les fruits secs sont aussi recommandés. Pour les boissons, ne lésinez pas sur la quantité. Le froid a tendance à déshydrater, et le chauffage aussi. Eau, jus de fruits et boissons chaudes à volonté.

Se chauffer
La température idéale, c’est 19 degrés: ne surchauffez donc pas votre nid. Si vous êtes vraiment frileux, ajoutez une couverture sur votre lit ou passez un gilet. Et si vous utilisez un chauffage d’appoint, pensez à le faire vérifier et ne le poussez pas à fond pour éviter les incendies ou les intoxications au monoxyde de carbone. Fermez les portes des pièces inutilisées, mais n’obstruez pas les bouches d’aération.

Pensez aux autres
Certaines personnes, comme les enfants, les personnes âgées et les patients atteints de maladies chroniques, sont particulièrement sensibles au grand froid. Redoublez de vigilance envers ceux que vous côtoyez quotidiennement, et prenez des nouvelles de ceux que vous ne croisez pas tous les jours.

**Mais on risque quoi au juste? Si vous frisez l’insouciance et que vous avez besoin de vous motiver pour vous prémunir contre la rigueur de l’hiver, sachez que «(vos) cellules gèlent, exactement comme de la viande au congélateur».

*Votre santé par grand froid:

«les cellules gèlent, exactement comme de la viande au congélateur»

 INTERVIEW – Le Dr Jean-Dominique Laporte, spécialiste du froid, explique les risques encourus quand le mercure chute…

En cette période de grand froid, vous savez maintenant comment vous protéger. Mais que risquez-vous au juste? 20minutes.fr fait le point avec le Dr Jean-Dominique Laporte, président de l’association Médecins de montagne.

Dans les périodes de grand froid, quels sont les principaux risques pour la santé?
Les conséquences directes du froid sur l’organisme sont avant tout locales. Il faut prendre garde aux gelures, qui surviennent par agression de la peau ou des muqueuses. Les cellules gèlent, exactement comme de la viande au congélateur. Il existe plusieurs stades, de la simple engelure, superficielle et réversible, jusqu’à la gelure profonde, qui peut atteindre les os et nécessiter une amputation. Le phénomène peut être très rapide, et est aggravé par le vent. A -10°, avec du vent, quelqu’un qui essaierait de dégager sa voiture d’un fossé peut se retrouver avec un doigt ou une oreille gelée en quelques minutes.

Et au niveau général?
Le gros risque, c’est l’hypothermie. Dans ce cas, c’est la température centrale du corps qui baisse. Les fonctions vitales ralentissent alors progressivement, ce qui peut aller jusqu’au décès, par deux mécanismes. Si les fonctions cérébrales sont atteintes, elles aboutissent à l’endormissement et à la mort. De même, le coeur ralentit jusqu’à s’arrêter ou fibriller, c’est à dire fonctionner de façon anarchique et inefficace. C’est ce qui arrive aux SDF lorsqu’ils sont exposés de façon prolongée à des températures extérieures très basses.

Quelles maladies le froid provoque-t-il?
Principalement des infections ORL ou respiratoires. D’abord parce que l’organisme consacre beaucoup d’énergie à lutter contre le froid, et en a moins pour se défendre contre les germes, il est donc affaibli. Ensuite parce que quand il fait froid, les vaisseaux sanguins se contractent pour se défendre, et se dilatent au contraire quand on retourne au chaud. L’alternance constriction dilatation augmente la vulnérabilité aux germes. En revanche, le fait que les épidémies de grippe ou de gastro-entérite surviennent en hiver relève davantage de la coïncidence. Cependant, en ces périodes, les gens vivent dans des atmosphères confinées qui favorisent la transmission.

Des maladies plus graves peuvent-elles survenir?

Certaines pathologies peuvent être aggravées par le grand froid. En premier lieu les troubles cardiaques, touchant les artères coronaires. Le phénomène de constriction des vaisseaux peut avoir de graves répercussions chez ces patients. C’est d’ailleurs pour certains à l’occasion d’un épisode de grand froid qu’ils découvrent leur maladie. Chez les asthmatiques, le froid agresse directement la muqueuse respiratoire et peut provoquer des crises. Dans tous les cas, il est important, avant de s’exposer à des températures très basses, de vérifier que son traitement est bien équilibré et que la maladie est maîtrisée. Propos recueillis par Julien Ménielle-20Minutes-09.01.2009.)

Le corps lutte contre le froid de deux façons
Il tente de faire monter sa propre température en déclenchant une activité musculaire par le biais des frissons.
Il protège ses fonctions vitales en réservant l’afflux sanguin aux organes internes. Pour cela, il réduit la taille des vaisseaux irriguant les extrémités. Ce phénomène s’appelle la vasoconstriction.

 **Vous n’avez pas le courage d’aller travailler? Vous voulez savoir vers qui vous retourner si vous vous fissurez le coccyx en glissant?

**Le froid, le droit et moi

Sablage, travail en extérieur, chute sur plaque de verglas, quand le thermomètre descend en dessous de zéro, la prudence est de rigueur, alors prenez vos précautions…Le froid c’est bien, mais quand on travaille dehors ou que l’on fait de la haute voltige malgré soi sur une plaque de verglas, ça devient beaucoup moins drôle. Que vous soyez salarié, employeur, indépendant, riverain, vous avez des droits et des devoirs lorsque la température descend.

Quelles sont les obligations de l’employeur en cas de grand froid?
«Il existe deux articles dans le code du travail qui protègent les salariés et qui donnent obligation à l’employeur de prendre des dispositions en cas de froid», explique Angélique Mouton, spécialiste du doit du travail.

Comme le précise le code du travail, quand il fait froid, votre employeur est dans l’obligation de vous tenir au chaud: «Les locaux fermés affectés au travail sont chauffés pendant la saison froide. Le chauffage fonctionne de manière à maintenir une température convenable et à ne donner lieu à aucune émanation délétère». A moins que vous soyez sculpteur sur glace ou affecté à la chambre froide, il n’y a donc aucune raison que vous soyez geliés pendant vos heures de travail (R4223-13).

De plus, votre employeur doit prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer votre protection contre le froid. C’est l’article R4223-15 qui le dit: «L’employeur prend, après avis du médecin du travail et du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail ou, à défaut, des délégués du personnel, toutes dispositions nécessaires pour assurer la protection des travailleurs contre le froid et les intempéries».

Un salarié peut-il refuser de travailler s’il fait trop froid?
La réponse est oui! Comme le souligne Angélique Mouton, «le salarié peut user de son droit de retrait». Le droit de retrait? C’est le droit pour le salarié d’arrêter le travail lorsqu’il se trouve dans une situation dont il a un a motif raisonnable de penser qu’elle présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé. En bref, si vous commencez à ne plus sentir vos doigts ou vos orteils parce qu’il fait -10 et que vous travaillez en extérieur, le risque de perdre définitivement toute sensibilité dans vos petites mains vous donne le droit de ne pas travailler.

Par contre si vous êtes indépendant, vendeur de churros ou maraîcher sur les marchés, il n’y a pas vraiment de solution. Se balader avec une lampe chauffante étant un peu encombrant, et surtout pas écolo, les exposants du marché de la place de Maubert, dans le 5e arrondissement de Paris, vous livrent quelques unes de leurs astuces pour tenir le coup:En tant que riverain, quelles sont mes obligations?
Et bien sachez que vous êtes responsable de votre trottoir. En cas de neige ou de verglas, vous êtes donc dans l’obligation de le rendre praticable. Vous devez déblayer devant chez vous, que vous soyez particulier ou commerçant, sur toute la longueur de votre façade et sur au moins quatre mètres de large.

Avec quoi je déblaye?
Inutile de vous ruiner en boites de sel fin «La baleine», rabattez-vous plutôt sur du gros sel de table ou même du sable, disponibles dans n’importe qu’elle droguerie.
Juste un petit conseil: éviter de saler autour des arbres, ça leur serait fatal!

La municipalité est-elle obligée de déblayer autour de ses bâtiments?
Oui, la ville doit prendre en charge le déblaiement de la chaussée et des accès aux bâtiments municipaux. Mais cas exceptionnel cette année à Paris, la mairie s’est également chargée de sabler l’ensemble des 2.400 kilomètres de trottoirs de la capitale. «Face à cette vague de froid inhabituelle, nous avons décidé d’assurer l’ensemble du sablage», explique Virginie Christnacht, de la mairie de Paris, «les équipes chargées des encombrants ont été mobilisées pour le déblayage», souligne-t-elle. Soit 1500 employés municipaux qui se sont activés pendant trois jours pour rendre les trottoirs praticables. Au total plus de 900 tonnes de sable et de sel ont été répandues dans les rues de Paris. Impressionnant non?

Si je glisse sur une plaque de verglas, à qui la faute?
Si par malchance vous faites une mauvaise chute devant chez votre voisine et que le verglas se révèle être plus fort que votre coccyx, vous pouvez vous retourner contre elle, puisque le sablage de son trottoir relève de sa responsabilité. Mais sachez que ce n’est pas votre voisine qui vous indemnisera directement. «Dans ce cas, le propriétaire (donc votre voisine) pourra faire intervenir la garantie de responsabilité civile de son “contrat habitation” pour vous indemniser», précise l’assureur Axa. (09.01.2009.)

 **Oui mais le froid c’est bon pour la santé, et même pour le moral. Vous cherchez des raisons de vous réjouir de la situation? 20minutes.fr a fait le tour de la question pour vous.

*se réjouir du froid

Jeux de neige près de Bobrovka, Russie, le 27 décembre 2009.

Face à la vague de froid actuelle, la tentation est forte de trouver des raisons de se réjouir. Un petit tour sur le Web et l’affaire est pliée: le froid c’est sympa, et en plus c’est bon pour la santé. Pour partager la bonne nouvelle avec vous, 20minutes.fr a cherché à en savoir plus auprès d’un médecin. Et là, quelle déception.

Ainsi donc, le froid stimulerait la circulation sanguine. Tout bénéfice pour vos organes, qui trouvent une nouvelle jeunesse dans ce regain d’irrigation. Sauf que ce n’est pas si simple. «Vous avez déjà entendu parler du syndrome de Raynaud?», assène le Dr Jeambrun. Un trouble dans lequel les vaisseaux des extrémités se resserrent, et auquel le froid n’est pas étranger. «Quand il fait froid, le corps contracte les vaisseaux sanguins, pour préserver les organes « nobles » au détriment des extrémités», explique le médecin. Donc, pour le coup de jeune, on repassera.

Bon pour le moral?

Heureusement, le froid, c’est bon pour le moral. Une étude scientifique l’a même prouvé. Sauf que là encore, ce n’est pas tout à fait exact. «La période hivernale est plutôt connue pour causer des dépressions», dément le Dr Jeambrun.

A y regarder de plus près, en effet, le froid remonte le moral surtout quand y repense au coin du feu. Encore raté, donc. Mais le froid raffermit les chairs, c’est bien connu. «Si c’était vraiment le cas, j’en connaît beaucoup qui s’y tremperaient en permanence», tranche le médecin. Et l’effet bénéfique sur les douleurs? «Le froid limite les hématomes et a un effet anesthésiant, concède le Dr Jeambrun, mais appliqué localement», et baigner dans une atmosphère froide ne suffit donc pas.

Le froid «tue bien plus que la chaleur»

A désespérer. «Le froid a la vertu de tuer les parasites», note toutefois le Dr Jeambrun. Avant de préciser cependant que les maladies liés aux vers sont bien inoffensives au regard du froid lui-même «qui tue bien plus que la chaleur». Et que les épidémies de type grippal ont toujours lieu dans des périodes de grand froid.

Pas l’ombre d’une satisfaction à se mettre sous la moufle. «L’organisme est mis à rude épreuve et doit augmenter son catabolisme pour lutter contre le froid», assure le médecin. «Une sacrée débauche d’énergie… On en grille des calories». Ah! La voilà la bonne nouvelle. (20Minutes-10.01.2010.)

 Et si finalement le meilleur moyen de se réchauffer c’était la méthode Coué? Et si la musique, en plus d’adoucir les mœurs, réchauffait les corps?*«Tropiques» – Muriel Dacq
Une chanson qui vous envoie immédiatement sur une plage de la Baule, un jour d’été en 1985.

********************

En tout cas, une chose est sure: voir la France paralysée par 3 flocons, au Québec, ça les fait bien rigoler.

**L’hiver au Québec, «tempête ou pas tempête, les bus roulent»

Montréal sous la neige.

*Photo:Montréal sous la neige.

INTERVIEW – Sophie vit à Montréal et chez elle, la neige n’empêche pas la ville de tourner…

 A quoi ressemble l’hiver à Montréal?
Une tempête de neige normale, on a de la neige aux genoux, à Montréal et il y en a entre 5 et 10 par hiver. Sans compter les petites averses. La première tempête a souvent lieu début ou mi-décembre, et la dernière autour de mi-avril. La température oscille en général entre -5 et -25 à Montréal. Et il fait beaucoup plus froid ailleurs. Mais la température ressentie, avec le facteur vent, le taux d’humidité et tout, c’est plutôt entre -10 et – 35.

  Et l’activité quotidienne n’est pas perturbée?
Tempête ou pas tempête, les bus roulent. Ils sont en retard, mais ils roulent. Il faut savoir qu’ici, les pneus d’hiver sont obligatoires à partir du 15 décembre sur tous les véhicules. Certaines écoles ferment quand il y a une tempête, mais il faut vraiment que ce soit une grosse crisse de tempête. Aussi, en région, quand la température baisse en bas de -35, il n’y a pas d’école. Il fait trop froid et du coup les enfants jouent au hockey dans la rue.

  Que font les autorités pour aider la population?
Un truc que les Français trouvent drôle quand ils viennent, c’est les camions qui ramassent la neige. Il y a d’abord un camion qui passe et qui fait un tas sur le bord de la route, et ensuite une souffleuse passe . C’est comme un gros aspirateur qui déverse la neige dans un autre camion-benne qui roule à côté. Les grandes artères sont salées et déneigées en premier, les gens doivent se garer ailleurs pendant ce temps-là. Une dépanneuse passe et klaxonne après les voitures qui sont encore garées au mauvais endroit. Pour les SDF il y a des foyers où ils peuvent aller. Très peu dorment dans la rue l’hiver.

  Et les Québécois, que font-ils pour lutter contre la rudesse du climat?
Pour la voiture, on fait faire un anti-rouille tout les trois ans, parce que le sel abîme vraiment les autos. On a des 4×4 pour pouvoir sortir du banc de neige sans avoir à déneiger. Pour les fringues, l’important est d’avoir des couches, de couvrir les extrémités et d’avoir des bonnes bottes d’hiver. En arrivant au travail ou à l’école, on enlève les bottes et on met les chaussures normales. C’est mieux pour la maison d’isoler les fenêtre en mettant une pellicule de plastique dessus, genre cellophane exprès.

 Du coup vous devez bien rigoler en voyant ce qui se passe en France…
Les Français qui viennent ici sont toujours étonnés de voir qu’on continue de fonctionner avec la neige et tout alors qu’en France tout est paralysé quand il tombe 2 cm, mais les Québécois n’ont aucune idée de la température qu’il fait en France, et s’en foutent, en fait. S’ils voyaient que vous vous noyez dans un verre d’eau, ils riraient et iraient pelleter leur entrée. (20Minutes-13.02.2010.)

******Lire par ailleurs: précautions à prendre en cas de grand froid

froid_hiver_v

*cliquer ici: en cas de grand froid

**************************

4 réponses à “Intempéries”

  1. 28 09 2012
    pai you guo slim capsule (23:17:27) :

    Thanks for your posting. My spouse and i have usually observed that a majority of people are needing to lose weight since they wish to show up slim plus attractive. Having said that, they do not usually realize that there are other benefits for you to losing weight in addition. Doctors declare that fat people come across a variety of disorders that can be directly attributed to their excess weight. Thankfully that people that are overweight and also suffering from different diseases are able to reduce the severity of their illnesses by simply losing weight. It’s possible to see a constant but noted improvement in health whenever even a slight amount of weight loss is attained.

  2. 17 11 2012
    Air Jordan 11 (02:58:19) :

    I’ve been browsing on-line greater than 3 hours these days, yet I by no means discovered any fascinating article like yours. It is pretty value enough for me. In my view, if all website owners and bloggers made just right content material as you probably did, the internet shall be a lot more helpful than ever before.

  3. 21 12 2012
    return man 2 (23:22:47) :

    How to contact you?
    return man 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...