Les arbres captent de moins en moins de carbone

En rouge, les zones où le piégage a été moins important en 2009 et en vert celles où il a augmenté par rapport à la moyenne attendue.
En rouge, les zones où le piégage a été moins important en 2009 et en vert celles où il a augmenté par rapport à la moyenne attendue.

Les arbres captent de moins en moins de carbone

Le stockage naturel du CO2 dans la végétation diminue depuis l’an 2000. Une conséquence probable mais inattendue du réchauffement climatique qui inquiète les scientifiques.

Le résultat est aussi surprenant qu’inquiétant: les arbres n’en peuvent plus. Ils n’en veulent plus. Depuis 10 ans, la quantité de carbone naturellement absorbée par la végétation n’aurait cessé de diminuer, expliquent deux chercheurs de l’université du Montana dans une récente publication parue dans Science. Ce sont les analyses de données satellitaires de la NASA qui ont permis aux deux auteurs d’arriver à cette conclusion.

Une étude similaire effectuée en 2003 avait pourtant montré qu’entre 1982 et 1999, le réchauffement climatique avait contribué à un meilleur piégeage du dioxyde de carbone atmosphérique par les plantes. Les conditions climatiques favorisaient la croissance des végétaux qui, en poussant, absorbaient du dioxyde de carbone. Beaucoup de dioxyde de carbone.

Les végétaux contiennent en effet des substances (la plus connue étant la chlorophylle) qui leur permettent de capter le carbone du CO2 et de rejeter le dioxygène restant en utilisant l’énergie lumineuse. C’est cette «respiration à l’envers» qui permet à ces organismes de créer les chaînes carbonées indispensables à leur développement.

550 millions de tonnes de carbone en moins de captées

Mais depuis les années 2000, l’Australie, l’Amérique du Sud et l’Afrique ont connu de terribles sécheresses. Dans ces zones, 70% de la végétation a absorbé moins de carbone que d’ordinaire entre 2000 et 2009. Heureusement, cette baisse vertigineuse a été en partie compensée par le phénomène inverse dans l’hémisphère nord où près des deux tiers des végétaux ont continué à piéger un peu plus de carbone chaque année. Toutefois, le bilan reste négatif: en 10 ans, ce seraient environ 550 millions de tonnes de carbone qui n’auraient pas été captées.

Les auteurs ne veulent toutefois pas dramatiser. «Il faut continuer à surveiller le piégeage de manière continue afin de déterminer si cette variation est décennale ou bien s’il s’agit d’un point de basculement pour la séquestration terrestre naturelle provoquée par le changement climatique», écrivent-ils.

En 2007, l’humanité a émis dans l’atmosphère environ 7,9 milliards de tonnes équivalent carbone de CO2. Ce chiffre augmente tous les ans. Si les puits de carbone naturels commencent parallèlement à s’essouffler, cela pourrait bien accélérer le réchauffement de la planète. Ce qui augmenterait les sécheresses, réduisant ainsi encore un peu plus le piégeage végétal: un exemple-type de ce que l’on appelle une rétroaction positive. Ou plus simplement, un cercle vicieux. (Le Figaro-23.08.2010.)

***************

**réactions d’internautes

Avatarpecqror …« Le stockage naturel du CO2 dans la végétation diminue depuis l’an 2000. Une conséquence probable mais inattendue du réchauffement climatique qui inquiète les scientifiques. Le résultat est aussi surprenant qu’inquiétant: les arbres n’en peuvent plus. Ils n’en veulent plus. » J’ai peur… « Ce sont les analyses de données satellitaires de la NASA qui ont permis aux deux auteurs d’arriver à cette conclusion. » J’ai encore plus peur… « Mais depuis les années 2000, l’Australie, l’Amérique du Sud et l’Afrique ont connu de terribles sécheresses. Dans ces zones, 70% de la végétation a absorbé moins de carbone que d’ordinaire entre 2000 et 2009. Heureusement, cette baisse vertigineuse a été en partie compensée par le phénomène inverse dans l’hémisphère nord où près des deux tiers des végétaux ont continué à piéger un peu plus de carbone chaque année. Toutefois, le bilan reste négatif: en 10 ans, ce seraient environ 550 millions de tonnes de carbone qui n’auraient pas été captées. » Nous y voila: il y a des arbres qui ont entendu parle du rechauffement et d’autres qui sont encore inconscients… Le CO2 est tres selectif… Et comme bien sur tout cela depend en fait des conditions meteorologiques, canicules, vagues de froid et donc des Hautes Pressions dont l’augmentation n’a rien a voir avec un rechauffement… « Les auteurs ne veulent toutefois pas dramatiser. «Il faut continuer à surveiller le piégeage de manière continue afin de déterminer si cette variation est décennale ou bien s’il s’agit d’un point de basculement pour la séquestration terrestre naturelle provoquée par le changement climatique», écrivent-ils. » Oui mais voila, il y a Tristan Vey dramatisant pour eux… Je suis surpris que le rechauffement ne soit pas la cause du deracinement de l’arbre d’Anne Frank… ou cela est peut etre pour une chronique a venir d’un autre journaleux alarmiste?

AvatarHugues6000    Nos amis néo-cons vont nous expliquer qu’il s’agit d’un article rédigé par des bobo-gauchistes, complices du grand lobby écolo visant à dominer le monde… Tout va très bien, madame la marquise! Continuons à polluer gaiement cette planète…

AvatarEjlurad   Evidemment on fait de la déforèstation! C’est comme ça qu’ont disparu la civiliastion Maya et celle de l’ile de Paques. L’homme n’a rien appris; lisez Jarted Diamond : Collapse

*********************************

Les arbres captent de moins en moins de carbone media_xll_7696203

*La mauvaise qualité de l’air cause 15% des cancers du poumon 

La mauvaise qualité de l’air est à l’origine de 15% des cancers du poumon en Belgique, selon les conclusions d’une étude présentée samedi à l’occasion d’une journée organisée à Gand par la Fondation contre le cancer.

La Fondation contre le cancer organise régulièrement des journées d’études autour de la problématique des ondes gsm. « Cette journée d’étude-ci traitait de la qualité de l’air intérieur et extérieur », indique le Dr Ivo Nagels, qui a mené ce travail pour la Fondation. « Un des résultats les plus frappants est que 15% des cancers du poumon sont dus à une mauvaise qualité de l’air. Sur base annuelle, cela concerne 1.050 personnes en Belgique », ajoute le docteur.

La Fondation constate néanmoins que la qualité de l’air est en train de s’améliorer en Belgique, à l’exception des particules fines. 

Une autre conclusion notable de cette étude est que, très souvent, la qualité de l’air intérieur est moins bonne que celle de l’air extérieur. Le Dr Nagels conseille donc d’aérer quotidiennement son habitation. « Cela ne concerne pas seulement les gens qui fument dans leur habitation, mais aussi tous ceux qui utilisent des produits chimiques pour nettoyer, des bougies parfumées, de l’encens ou encore des pesticides. »– Samedi 9/05/2015 -Source: Belga

*******************************

New Delhi, la capitale la plus polluée du monde, selon l’Organisation mondiale de la santé

media_xll_7614630 Canaries dans transport maritime

Le gouvernement indien a lancé lundi un nouvel indice de qualité de l’air dans dix grandes villes, dont New Delhi, capitale la plus polluée du monde selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). 

« L’Indice de la qualité de l’air (AQI) pourrait donner une impulsion majeure à l’amélioration de la qualité de l’air dans les zones urbaines car il va améliorer la prise de conscience du public sur la nécessité d’atténuer la pollution atmosphérique », a dit le ministre de l’Environnement Prakash Javadekar lors d’une conférence. Des milliers de morts par an
Le site internet du gouvernement incluant ce nouvel indice était inaccessible lundi matin. Le ministre n’a donné aucune indication sur la façon dont il entendait améliorer la qualité de l’air respiré par des millions d’Indiens, se contentant d’annoncer une nouvelle réglementation pour les déchets des chantiers de construction. Les gaz d’échappement de millions de voitures, ajoutés aux poussières des chantiers de construction et aux rejets industriels forment un cocktail nocif pour les poumons des habitants des grandes villes indiennes. Au moins 3.000 personnes meurent prématurément chaque année à New Delhi en raison d’une forte exposition à l’air pollué, selon une étude conjointe du Health Effects Institute, basé à Boston et de l’Energy Resources Institute, de New Delhi. Selon un classement de l’OMS l’an dernier sur 1.600 villes, Delhi affiche le plus haut degré de concentration de microparticules pm2,5, supérieur à celui de Pékin. Contestation
Ces particules très fines pénètrent profondément dans les poumons et passent dans le sang, accroissant le risque de bronchites chroniques, de cancer du poumon et de maladie cardiaque. L’Inde a contesté les conclusions de l’OMS tout en reconnaissant que la qualité de l’air à Delhi était comparable à celle de Pékin, capitale notoirement polluée. Selon l’indice de qualité de l’air diffusé par l’ambassade américaine à New Delhi, l’indice des pm2,5 était lundi de 175, soit un air mauvais pour la santé. Il était nettement meilleur, à 53, à Pékin.Le nouvel indice dévoilé lundi par le gouvernement concernera les villes de Delhi, Agra, Kanpur, Lucknow, Varanasi, Faridabad, Ahmedabad, Chennai, Bangalore et Hyderabad, qui disposent de stations de contrôle et seront dotées de panneaux affichant l’indice de qualité de l’air. L’objectif est de couvrir 66 villes à terme.*6/04/15 -AFP

****************************

*Un nuage de pollution, nourri par des vents chargés en gaz toxiques au-dessus du Royaume-Uni

media_xll_7571895 chalutier

Un nuage de pollution, nourri par des vents chargés en gaz toxiques venant du continent européen, flottait jeudi au-dessus de plusieurs régions du Royaume-Uni, a indiqué le ministère de l’Environnement, mettant en garde contre les risques pour la santé.

« Les vents qui charrient la pollution venant du continent et la pollution qui s’est formée localement (…) sont la cause des mesures élevées de pollution à travers le Royaume-Uni », a déclaré un porte-parole du ministère, précisant que les niveaux devraient progressivement baisser au cours de la journée.Le problème touchait notamment Londres, où le seuil d’alerte à la pollution est passé au niveau « élevé », pour la première fois depuis le lancement en janvier d’une campagne de sensibilisation. Londres enregistre régulièrement des niveaux élevés de dioxyde d’azote (NO2), dépassant les seuils fixés par l’Union européenne, en raison du trafic routier. Le ministère de l’Environnement avertit que les niveaux de pollution enregistrés jeudi pourraient déclencher des problèmes de santé chez les personnes souffrant de maladies respiratoires, ou les personnes âgés. Sur le continent, la région parisienne et le nord de la France sont touchés depuis le début de la semaine par un pic de pollution, qui a entraîné l’instauration de mesures d’urgence comme la circulation alternée.*19/03/2015 -Source: Belga

**La pollution de l’air coûte 1.454 milliards d’euros chaque année à l’Europe

C’est un coût invraisemblable qui devrait pulvériser les polémiques sur la circulation alternée. Un peu plus d’un mois après le pic de pollution aux particules fines en France, qui a vu s’écharper la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal et la maire de Paris Anne Hidalgo, la première refusant à la seconde d’imposer la circulation alternée, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publient une étude aux conclusions ahurissantes sur le « coût économique de l’impact sanitaire de la pollution de l’air en Europe ».

Poursuivant le travail effectué sur le monde entier, qui a montré qu’en 2012, 7 millions de personnes étaient décédées prématurément du fait de la pollution de l’air, OMS et OCDE ont calculé le coût pour les 53 pays de la région Europe (selon la définition de l’OCDE). 

En 2010, 600 000 décès prématurés et maladies diverses ont été causés par les particules fines et autres matières toxiques naviguant dans l’air, telles que le monoxyde de carbone, l’ozone, le dioxyde d’azote et le dioxyde de soufre. La circulation automobile n’est qu’une petite partie de l’iceberg. Sont aussi en cause les usines, les modes de chauffage, l’incinération des déchets, tout activité émettant des gaz et des particules en suspension dans l’air, ainsi que les incendies de forêts.

Et la facture, qui tient compte du coût d’un décès, des traitements médicaux des personnes décédées ou malades ainsi que des salaires que ces personnes ne gagnent pas ou des sommes d’argent qu’elles ne dépensent pas, s’établit à 1 600 milliards de dollars. Ces 1 454 milliards d’euros représentent « pratiquement l’équivalent d’un dixième du PIB de l’ensemble de l’Union européenne en 2013 », relèvent les deux organisations internationales. 

En plein air, plus de 90% des habitants européens sont exposés à des niveaux annuels de particules fines supérieurs aux taux recommandés par l’OMS. En 2012, ce sont 117 200 personnes qui sont mortes prématurément du fait de la pollution de l’air intérieur, notent les experts.*leparisien.fr/mercredi 29 avril 2015

***La pollution de l’air nuit aussi aux bébés à naître

Accoucher d’un gros bébé présente l’avantage qu’il fera, la plupart du temps, ses nuits plus tôt. Or, la les femmes enceintes exposées à la pollution de l’air dans les dernières semaines de leur grossesse semblent donner naissance à des bébés moins lourds. C’est en tout cas qu’ont découvert des chercheurs chinois. A Pékin, à l’été 2008, ordre avait été donné pour les Jeux Olympiques de tout faire pour réduire la pollution atmosphérique, notamment en arrêtant des usines et en limitant la circulation automobile. 
Calendrier et balance en main, 83 762 naissances ont été observées, un « échantillon » qui ne mérite pas son nom. Les nourrissons nés en 2008 pesaient en moyenne 23 grammes de plus que ceux qui ont vu le jour durant la même période en 2007 et en 2009, selon l’étude publiée mardi dans la revue américaine Environmental Health PerspectivesLes dernières semaines de grossesse sont une période clé pour le développement du fœtus, notamment pour le système nerveux central, cardiovasculaire et musculo-squelettique. La pollution de l’air pourrait altérer certaines fonctions du placenta et/iou diminuer les nutriments transmis au bébé.*leparisien.fr/mercredi 29 avril 2015

********************************

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...