La météo domine nos vies-2

*****************************

*Pic caniculaire ces jours-ci en Algérie, et taux d’humidité exceptionnels

chaleur crocodile.attaque

L’été dans toute sa puissance étouffante. Des pics de température qui dépassent les 40°C, doublés de taux d’humidité atteignant les 90% affolent les capteurs et perturbent les citoyens dans leurs comportements habituels et leur santé.Depuis une semaine, les Algériens vivent à un rythme lent pour éviter la surchauffe. Si les routes menant vers les plages ou autres lieux de rafraîchissement sont prises d’assaut, dans les grandes villes, les automobilistes, même ceux disposant de l’option indispensable, le climatiseur, évitent de sortir aux heures les plus chaudes.

Les destinations les plus prisées sont celles qui ont naturellement ou techniquement les moyens nécessaires pour garantir une température clémente. Le métro d’Alger par exemple.

Un afflux inhabituel dans le métro d’Alger, dû aussi à l’ouverture de la nouvelle ligne vers El Harrach, est constaté dans les stations et les rames.

Il faut dire que la température y est idéale. A la station Mer et soleil, deux jeunes assis sur un banc du quai ont les yeux rivés sur les écrans de leur smartphone. «Je ne bougerai pas d’ici de toute la journée. Il fait bon et il y a le réseau de téléphonie. Je refuse de sortir pour me faire griller dehors», promet l’un d’eux.

Dehors, justement, les indicateurs de température des voitures s’affolent et affichent «error» à la place des chiffres.

Dans les ruelles d’Alger, habitants et visiteurs de la ville obligés de sortir marchent souvent d’un seul côté de la rue. La quête de l’ombre est une question de survie. Les autres restent terrés chez eux sous les climatiseurs, à la merci de Sonelgaz.

A cause de la surcharge et de l’augmentation vertigineuse de la consommation, les coupures de courant sont fréquentes pour le malheur des personnes fragiles et des commerçants.

Des coupures qui n’épargnent même pas les structures de santé. «On a subi plusieurs fois des coupures de courant aujourd’hui. Le système de climatisation est hors service depuis ce matin», dénonce un responsable du service des urgences et de réanimation de l’hôpital Mustapha Bacha.

Pourtant rénové en 2011, à l’intérieur du service, la température est quasi insupportable. «Regardez l’humidité, elle a tout inondé», fulmine-t-il. Dans la salle de réanimation, les murs, le présentoir en faïence et le sol sont humides.

Des flaques d’eau sont visibles sous le lit d’une patiente. «Elle a subi une opération au foie. Elle est asthmatique et avec ce taux d’humidité, elle a fait un malaise», s’offusque un quadragénaire en désignant sa parente alitée. «Hier, il faisait presque froid dans ce service. Mais aujourd’hui, les climatiseurs sont à l’arrêt. Et les malades suffoquent», regrette notre guide.

S’agissant de la fréquentation du service par des malades atteints d’un malaise dû à la chaleur, les praticiens affirment ne pas avoir enregistré de phénomène inhabituel. «On est un centre important de l’Algérois. Les malades viennent de toutes les régions. Mais on n’a pas constaté ces derniers jours de phénomène particulier», explique un médecin.

Ce dernier reconnaît que durant ces grandes chaleurs, des cas de malaises ont été pris en charge. «Ce sont surtout les personnes âgées ou atteintes de maladies chroniques, comme l’hypertension ou le diabète. Elles arrivent avec des vomissements, une déshydratation, de la diarrhée ou carrément des paralysies dues à des troubles ioniques», explique encore le praticien, qui recommande de boire au minimum un litre et demi d’eau par jour. «La chaleur est un pas vers la mort.

A cause de la chaleur, de manière directe ou indirecte, toutes les pathologies sont exacerbées», soutient un professeur de médecine qui a requis l’anonymat. Ce dernier regrette qu’il n’y ait pas d’étude épidémiologique pour déterminer les conséquences de cette hausse des températures sur la population. «Oui, la chaleur tue.

Par les effets de l’hyperthermie, la conservation, les maladies nosocomiales, l‘exacerbation des autres maladies, mais aussi elle tue la volonté de travail», rage ce professeur contre le personnel du service. «Pour connaître les effets de cette chaleur et de l’humidité sur la population, il faut faire comme en France, une cellule de veille spécialisée», recommande le professeur.

Des pics de chaleur pour les prochains jours

Après une petite baisse des températures, hier, d’autres pics de chaleur sont attendus pour les semaines à venir. Rappelons que les périodes les plus chaudes de l’année dernière ont été enregistrées, dans la rétrospective 2014 de l’Office national de la météorologie, durant les mois d’août et septembre.

Jeudi, le ministère de la Santé a appelé les citoyens à se prémunir contre cette canicule saisonnière : il faut fermer les volets et les rideaux des façades exposées au soleil, maintenir les fenêtres fermées tant que la température extérieure est supérieure à celle intérieure, éviter de sortir aux heures les plus chaudes ou le faire, en cas de nécessité, tôt le matin ou tard le soir.

A l’extérieur, les citoyens sont conviés à mettre des vêtements légers et amples et à rester à l’ombre et à l’abri d’une exposition prolongée au soleil. Dans la mesure du possible, il leur est également préconisé de prendre plusieurs douches par jour, de boire suffisamment et d’éviter les boissons très sucrées ou à forte teneur en caféine, reprend l’APS du communiqué.

Le ministère de la Santé déconseille également les activités extérieures (sport, jardinage, bricolage…) et invite la population à être en alerte, en cas de forte vague de chaleur, à ces symptômes : maux de tête, envie de vomir, soif intense, peau anormalement chaude, rouge et sèche et confusion mentale.

Ces symptômes peuvent indiquer un coup de chaleur, explique le ministère de la Santé, qui recommande, le cas échéant, d’agir rapidement en appelant les secours (SAMU, Protection civile) et conseille quelques gestes en attendant l’arrivée de ces derniers. Il s’agit de «transporter la personne présentant l’un de ces symptômes dans un endroit frais, la faire boire, l’asperger d’eau fraîche ou la couvrir avec un linge humide et enfin de l’éventer», conclut le communiqué de l’APS.*Samir Azzoug: el watan- samedi 01 Aout 2015

*******************

*Canicule

Le seuil d’alerte d’ozone dépassé en 25 endroits en Belgique

La météo domine nos vies-2 media_xll_6006972

Le seuil européen d’alerte pour la concentration d’ozone a été dépassé mardi 23.07.2013, à Bruxelles, en fin d’après-midi. On a mesuré 246 microgrammes d’ozone par m³ dans l’air, alors que le seuil se situe à 240 microgrammes/m³. Lorsque le seuil d’alerte est dépassé, la Cellule interrégionale de l’environnement (CELINE) conseille d’éviter les efforts importants.

media_xll_6007131

Le seuil d’information de 180 microgrammes/m³ a, lui, été dépassé à 27 reprises mardi. Au-delà de ces normes, certains problèmes peuvent apparaître chez les personnes à risque comme les patients asthmatiques, par exemple.
Selon le porte-parole de CELINE, Frans Fierens, d’autres dépassements du seuil d’alerte ne sont pas à exclure dans la soirée. Le risque devrait disparaître après 21h00 ou 22h00.
Mercredi des dépassements restent possibles dans l’est du pays. Jeudi et vendredi, aucun dépassement de seuil n’est attendu. Un dépassement du seuil d’alerte avait déjà eu lieu lundi à Aarschot, où on avait mesuré 259 microgrammes d’ozone par m³.*Source: Belga -23.07.2013.

**Les concentrations d’ozone dans l’air ont dépassé le seuil européen d’information de l’ozone de 180 microgrammes/m3 mardi 23 juillet à 16h00 dans 25 stations sur les 41 d’où les relevés sont effectués, indique le site internet de la Cellule Interrégionale de l’Environnement (Celine). A Mons et à Dourbes, le dépassement noté à midi s’est résorbé mais la concentration d’ozone reste élevée. Des risques de dépassement localement du seuil d’alerte de 240 microgrammes/m3 restent possibles.

En Wallonie, la concentration d’ozone dans l’air a dépassé 180 µg/m³ en sept endroits, dans les provinces de Liège, Namur, du Brabant-Wallon et de Hainaut. Les mesures relevées dans plusieurs stations de ces provinces où un dépassement a été constaté oscillaient entre 189 et 204 µg/m³. A Dourbes, où le premier dépassement a eu lieu mardi midi, le taux d’ozone dans l’air est repassé sous le seuil par la suite, tout comme à Mons.
En Flandre, le seuil européen a été dépassé dans douze villes. A Bruxelles, les relevés de six stations ont également montré un dépassement de ce seuil européen d’information de l’ozone. A Berchem-Sainte-Agathe, la mesure de 237 µg/m³ a même été relevée, très proche donc du seuil d’alerte. Ces dépassements sont dus à la combinaison de la pollution atmosphérique avec les rayons du soleil et la chaleur ambiante.
La qualité de l’air est toujours qualifiée de « mauvaise » par la Celine, qui précise que « les développements nuageux à caractère orageux pourraient limiter localement la formation d’ozone ». 
Lundi le seuil d’alerte a été dépassé entre 18h00 et 19h00 à Aarschot*Source: Belga -23.07.2013.

media_xll_6006677

**La chaleur fait gonfler la consommation d’eau

Vivaqua, producteur et distributeur d’eau pour Bruxelles-Capitale et certaines communes flamandes et wallonnes, a observé, dans la semaine précédant le 21 juillet 2013, une augmentation d’environ 10% de la consommation d’eau par rapport à la même semaine en 2012. Une tendance similaire apparaît dans les chiffres de la Société Wallonne des Eaux (SWDE). La chaleur de ce début de mois de juillet est sans doute la principale responsable.« La semaine dernière, nous avons fourni une moyenne d’environ 330.000 m³ d’eau par jour à nos clients, » explique Marie-Eve Deltenre, responsable communication chez Vivaqua. « Cela représente 10% de plus que la moyenne quotidienne de la même semaine en 2012. »
chaleur2

La même tendance se dégage à la SWDE. Les quantités produites sont en effet liées à la demande. « Selon les endroits, on constate des augmentations du volume produit qui peuvent varier entre 10 et 20% », indique le service communication de l’entreprise publique au sujet du mois de juillet 2013.
Les précipitations de l’hiver et du printemps derniers ont contribué à garder les nappes souterraines bien remplies, selon la SWDE, qui ne craint pas de problèmes d’approvisionnement. En 2012, 88% de sa production provenait des eaux souterraines.
Selon Vivaqua, la consommation actuelle reste d’ailleurs loin des records absolus. « Depuis le début de l’année, aucune journée n’a dépassé notre record: 477.748 m³ d’eau distribués le 20 juin 2005″, précise Marie-Eve Deltenre. Habituellement, les mois d’été connaissent une consommation plus faible à cause des départs en vacances.*Source: Belga -23.07.2013

chaleur

**Pic caniculaire en fin de semaine en Algérie

hausse sensible des températures prévue pour vendredi et samedi sur les régions du nord

Une hausse sensible des températures est prévue vendredi et samedi sur les régions du nord, centre et est du pays où le mercure pourrait atteindre 40°, selon l’Office national de la météorologie (ONM).

Le ciel sera dégagé durant les prochains jours et le mercure grimpera  progressivement à partir de jeudi pour atteindre les 40° vendredi et samedi,  a appris hier l’APS auprès de la cellule de communication de l’ONM. Dans les régions de l’intérieur du pays, les températures varieront entre 35° et 40° et pourraient enregistrer vendredi un pic de 42° à Relizane, Mascara, Guelma et Souk Ahras. Pour les régions du Sud, le temps sera ensoleillé et chaud avec des  températures allant de 40° à 46° et qui pourraient enregistrer 48° sur l’axe  Ouargla, In Salah et Adrar. Le mercure ne dépassera pas les 35° sur le Hoggar et le Tassili.

Pour la journée d’aujourd’hui-mercredi-, le temps sera dégagé après dissipation des brumes matinales sur les régions côtières avec formation de foyers orageux isolés durant l’après-midi sur les Hauts-Plateaux et les Aurès. Le mercure oscillera entre 32° et 36° dans les régions du Nord et entre  36° et 39° à l’intérieur du pays. Les vents seront modérés et souffleront d’est à nord-est et la mer sera belle à peu agitée. Le temps sera chaud et dégagé sur la majorité des régions sud du pays à l’exception du nord du Sahara et des Oasis où le ciel sera partiellement nuageux  avec formation de foyers orageux à partir de l’après-midi et durant la nuit.

Sur la majorité des régions du sud, le temps sera chaud et dégagé. Mais pas au nord du Sahara et des Oasis où le ciel sera partiellement nuageux avec formation de foyers orageux à partir de l’après-midi et durant la nuit, selon la même source. Les vents seront modérés sur ces régions avec probablement des remontées de sable tandis que le mercure atteindra les 48° à Adrar et In Salah, 46° à Illizi, Ouargla et Tindouf, 40° à Ghardaïa et El-Oued tandis qu’un minimum de 37° est prévu sur Tamanrasset, conclut-elle.
Dans une déclaration à l’APS, le directeur de l’organisme avait indiqué que le mois de Ramadan ne connaîtra pas de vague de chaleur, à l’image de celle enregistrée l’année dernière durant la deuxième quinzaine de ce mois sacré. « Les températures durant les mois de juillet et d’août seront de 30° à 31° pour les régions du nord du pays, entre 36° et 37° pour les Hauts-Plateaux, et de près de 40° pour les régions du sud », avait-il précisé.
*Divers médias avec APS-24.07.2013.

**Canicule : les urgences des hôpitaux d’Alger saturées

Les urgences de plusieurs hôpitaux de la capitale algéroise étaient saturées, dimanche, en raison des fortes chaleurs qui ont incommodé un grand nombre de malades, notamment des personnes âgées, a-t-on constaté.

De nombreux malades se sont présentés aux services des urgences pour divers maux tels que des céphalées, des malaises, des déshydratations et des douleurs abdominales.

Au CHU Mustapha-Pacha, la salle d’attente était prise d’assaut par des malades dont la plupart étaient contraints d’attendre leur tour dans les couloirs, en raison de l’absence de places dans les boxes d’accueil.

Les patients admis dans ce service souffraient pour la plupart de maladies chroniques et leurs cas s’étaient aggravés à cause de la chaleur et du jeûne, a indiqué un des médecins du service. S’agissant des patients hypertendus, le même médecin a fait savoir que leur état s’était aggravé à cause d’une exposition prolongée au soleil et de leur obstination à jeûner. Certains diabétiques ont aussi eu des hypoglycémies en raison du non respect de leur régime alimentaire, a-t-il ajouté.

Les médecins se sont mobilisés pour faire face à la grande affluence de malades et pas moins de quatre docteurs assuraient les consultations dans une même salle de soin.

Au e service des urgences de l’hôpital de Kouba, les cas les plus graves étaient relatifs aux cardiopathies et aux hypertensions artérielles et les malades présentaient des vertiges et des maux de tête.

Au même service, les ambulanciers ont fait évacuer un sans domicile fixe, retrouvé mort aux alentours de l’hôpital et dont la cause du décès était, selon les médecins urgentistes, une exposition prolongée au soleil.

Les autres cas d’admission aux urgences étaient liés aux intoxications alimentaires et aux troubles gastriques à cause de la consommation de fruits non lavés et d’une suralimentation après la rupture du jeûne.

D’autres malades ont été hospitalisés pour des déshydratations et souffraient d’hypotension et de sécheresse des muqueuses.

Les médecins recommandent aux patients de faire preuve de vigilance en période de canicule, de boire beaucoup d’eau après la rupture du jeûne, d’avoir une alimentation équilibrée et de rompre le jeûne en cas de sensation de fatigue importante.

Ils conseillent également aux personnes âgées, souffrant de maladies chroniques, de se présenter aux urgences en cas de sensation de vertige et de forte fatigue.*L’Expression-29.07.2013.

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**grande joie des fellahs aprés les derniéres pluies

agriculture-algerie04201203-300x225

C’est avec une grande joie que les agriculteurs ont accueilli les dernières pluies qui se sont abattues sur les régions nord du pays. La station météorologique de Relizane a enregistré, au cours de la nuit de vendredi à samedi, 32 mm de pluie (1 mm représente 1 litre d’eau tombée sur une surface d’un mètre carré).
A la station météo de Relizane, les météorologues ont enregistré 42 mm de pluie tombée en l’espace de 48 heures. Cet épisode pluvieux vient à un moment de l’année où les travaux des labours-semailles devraient être déjà effectués, selon les fellahs. Mais comme dit le vieil adage, il n’est jamais trop tard pour bien faire. Les agriculteurs vont ainsi se lancer dès à présent dans les travaux de cette campagne agricole 2012 -2013. Cependant, il faut souligner que les récentes précipitations demeurent insuffisantes au regard de la longue période de sécheresse qui a précédé cette perturbation, d’autant plus qu’en sus de la saison d’été, les mois d’octobre et novembre 2012 ont été caractérisés par une absence totale de pluie. Il est à signaler que la wilaya de Relizane abrite trois grands ouvrages en matière de ressources hydriques : Gargar qui est situé dans la daïra d’Ammi Moussa, Sidi M’hamed Benaouda, à quelques encablures de la ville de Relizane, et Merdjate Sidi Abed, dans la daïra d’Oued R’hiou.*INR-02.12.2012.

**Bonnes perspectives pour la céréaliculture

Les pluies enregistrées sur l’ensemble des wilayas, à vocation céréalière, au cours de la première décade du mois de novembre 2012, et, bien que leur avènement soit tardif, sont bénéfiques, à plus d’un titre dans ce sens qu’elles permettent d’augmenter les réserves en eau du sol notamment ceux des jachères travaillées et de relancer, par la même occasion, les travaux de préparation du sol. Pour la filière céréalière, les volumes d’eau accumulés, grâce à ces chutes de pluies, auront, sans nul doute, un effet direct sur la croissance des cultures qui couvriront leurs besoins en eau et ce, même en absence de précipitations après le semis en les mettant à l’abri d’un stress hydrique, relève le département de l’agriculture qui affiche son optimisme quant aux perspectives pour la filière. En effet, cette donne de la nature est un indicateur favorable aux objectifs du secteur qui visent à augmenter les  superficies céréalières irriguées devant atteindre 600.000 ha d’ici 2014.

En outre, ces pluies faciliteront les travaux de préparation du sol non encore entamés en raison de l’absence de précipitations. Elles devront également favoriser la germination et la levée des semis précoces ainsi que la croissance et l’augmentation de la biomasse des cultures fourragères. Toutefois, si les pluies persistent, elles provoqueront l’arrêt des opérations de mise en place des céréales du fait de l’engorgement en eau des parcelles. Ces pluies favoriseront également la levée des mauvaises herbes.

Ces dernières seront éliminées grâce à la lutte mécanique, à travers les travaux de préparation des lits des semences, mais aussi par des désherbages chimiques précoces.  L’avènement de ces pluies va, d’autre part, encourager et inciter les agriculteurs à une mise en place intensive des cultures céréalières et donc à l’accroissement de la demande en semences céréalières et en engrais, notamment de fond. Les pouvoirs publics qui s’attendent à cette éventualité assurent que toutes les dispositions sont prises pour répondre aux besoins des agriculteurs en intrants agricoles. D’autre part, plusieurs espèces dites d’automne et du début de l’hiver sont en place. Par ordre d’importance, il ya lieu de  citer la pomme de terre, les légumes feuilles (choux, choux-fleurs et cardes), les légumes racines (carotte, navet et betterave), l’artichaut, l’ail et l’oignon. Toutes ces espèces sont exigeantes en eau et leurs besoins sont ainsi satisfaits. Par ailleurs, ces eaux pluviales permettent d’entreprendre les travaux de préparation du sol pour la mise en place des cultures de saison ainsi que pour une meilleure utilisation des engrais.*El Moudjahid-20-11-2012

Le cœur et les poumonsne sont pas les seuls organes cibles du froid. Les petits vaisseaux des mains, très sensibles, nécessitent aussi une protection. (Crédits photo: Thierry Zoccolan/AFP)

*L’hiver rend la vie difficile aux Algériens

infos d'Algérie.1

La pluie et la neige ont bloqué plusieurs axes routiers à travers plusieurs wilayas.

Un violent coup de froid frappe l’est, le centre et l’ouest du pays. Depuis avant-hier, les températures ont été basses, les gels fréquents, la neige, la pluie, les vents violents et quelquefois même la grêle. Plusieurs wilayas ont été paralysées. Les services météorologiques ont annoncé hier, que les Algériens feront face à une semaine très froide. Les fortes chutes de neige ont bloqué hier et avant-hier les axes routiers de plusieurs villages. Suite à ces intempéries, les accidents de la circulation ont été au rendez-vous. Dans la matinée d’hier, la poudreuse a couvert les altitudes dépassant les 500m à l’est du pays. La ville de Sétif et ses environs étaient recouverts d’une couche de neige d’une épaisseur de 15 à 20 cm en mesurant la poudreuse accumulée sur les toits, les arbres et les véhicules en stationnement. Cette vague de froid glacial a obligé les Sétifiens à ne pas utiliser leurs véhicules, afin d’éviter les dérapages et les accidents. «Plusieurs tronçons situés en altitude, à l’exemple de Takouka, Meghriss, Babor, Bouandas, Aït Tizi, Aït Noual M’zada ou encore Tikerkart, sont obstrués en attendant qu’y parviennent les déneigeuses», selon une source locale. Par ailleurs, la Gendarmerie nationale a souligné dans un communiqué, que plusieurs routes ont été bloquées dans la région des Aurès. «La circulation est paralysée dans plusieurs segments des routes nationales (RN) 77, 87 et 31 près, respectivement, des localités de Merouana, Nafla, Theniet Ersass et Aïn Ettine, en plus d’axes secondaires situés en montagne (dans les environs de Kimel et de Bouzina), selon la même source. «Les chutes de neige, enregistrées ces dernières 24 heures dans la wilaya d’El-Bayadh, ont entraîné la fermeture et des difficultés de circulation sur certains axes routiers», selon le groupement de Gendarmerie de la wilaya. Des difficultés de circulation, du fait toujours de la neige, ont été signalées au niveau des RN 6A et RN 47, sur leurs tronçons reliant respectivement les communes d’El Bayadh, Bougtob, El Ghassoul et Brezina. De son côté, la direction des travaux publics de la wilaya d’El Bayadh, a mis en place trois équipes d’intervention dotées de chasse-neige et de camions pour dégager les axes routiers et rouvrir à la circulation les axes bloqués. «Ces équipes recourent également, pour rétablir et fluidifier la circulation, à l’épandage de sel sur plusieurs tronçons routiers, à l’instar de l’axe reliant les wilayas d’El Bayadh et Tiaret», a souligné la même source. A l’est du pays, le mauvais temps sera de rigueur, du fait que de fortes précipitations ont été enregistrées à travers de nombreuses wilayas. A Tlemcen, de nombreux axes de routes nationales et de chemins de wilaya ont été fermés à la circulation, suite aux chutes de neige et aux fortes pluies enregistrées durant les dernières 48 heures.
Laghouat, Constantine et Bordj Bou Arréridj ont été touchées par les intempéries, d’ailleurs les deux villes ont été paralysées. Dans la wilaya d’Oum El Bouaghi, malgré les importantes chutes de neige qui s’abattaient depuis la semaine dernière, le réseau routier est resté praticable mais la circulation était très difficile sur certains axes. De leur côté, les unités de la Protection civile ont enregistré des milliers d’interventions pour répondre aux appels de secours, suite à des accidents de la circulation, accidents domestiques, évacuation sanitaire, extinction d’incendies, dispositif de sécurité, etc. «six personnes ont été asphyxiées par le monoxyde de carbone avant-hier suite à l’utilisation des appareils de chauffage et chauffe-bains à l’intérieur des habitations», selon la direction de la Protection civile. «Trois personnes à Annaba, trois autres personnes à El Bayadh, des soins de première urgence ont été prodigués sur les lieux avant de transférer les victimes dans un état satisfaisait vers les hôpitaux des régions concernées», précise la même source.*Par Ilhem TERKI - Samedi 24 Janvier 2015/ L’Expression

<br /><br /><br /><br /><br />
	Un engin de travaux publics utilis&eacute; comme chasse-neige pour ouvrir une route dans un village s&eacute;tifien  » src= »http://www.elwatan.com/images/2015/01/23/neige2_2600296.jpg » /></p>
<p><strong><span style=**Intempéries, mer agitée et routes coupées

Les intempéries qui ont sévi ces dernières 48 heures ont touché plusieurs régions du pays. Plusieurs routes nationales et chemins de wilaya ont été coupés à la circulation, suite aux chutes de neige.Ces derniers jours ont été caractérisés par le retour de la pluie qui est tombée en abondance, presque en continu et le froid vif. Les températures durant la nuit restent négatives avec -3 à 0 degrés dans les villes des Hauts Plateaux, 6 degré dans les villes de l’intérieur du pays et 12 degré vers l’extrême Sud.

C’est le cas à Tlemcen qui a enregistré des chutes de neige et de fortes pluies. La route nationale reliant Tlemcen et Sebdou est fermée au niveau de  la commune de Terny suite aux chutes de neige, à l’instar des chemins de wilaya reliant Sebdou et Sidi Djillali, El Aricha et Ras El Ma, et Sebdou et Beni Bahdel. Les intempéries enregistrées ces derniers jours ont également rendu la circulation automobile difficile sur de nombreux axes routiers suite notamment à l’érosion du sol comme sur le CW 107 reliant Sidi Djilalli et El Abed, le CW 106 reliant les communes de Beni Snouss et Mansourah, le CW 94 reliant Tadjmount et Sid Youcef et le CW 38 reliant Aïn Youcef et Fehoul.

Les services techniques de la wilaya (APC, hydraulique, travaux publics, Protection civile et autres) ont été instruits par le chef de l’exécutif de wilaya de Tlemcen pour procéder à la réouverture de ces axes routiers et au rétablissement de la circulation.

La sûreté de wilaya   de Tizi Ouzou a mobilisé ses éléments qui sont sur le terrain depuis jeudi, pour venir en aide aux citoyens durant cette période d’intempéries marquées par de fortes chutes de neige et de pluie. Les éléments de la police sont sortis sur le terrain dans les localités de la haute Kabylie, notamment à Aïn El Hammam, Bouzguene et Larbaa Nath Irathen, où d’importantes chutes de neige ont été  enregistrées, afin de participer notamment aux opérations de rétablissement de la circulation.

Leur rôle est d’aider les automobilistes en difficulté, pris généralement dans des bouchons ou victimes de dérapages. Les policiers ont secouru un homme bloqué par la neige, sur une route menant vers le village Houra et trouvé dans un état d’hypothermie.

Dans la commune de Yakouren, à 46 km à l’est de Tizi Ouzou et à plus de 800 m d’altitude, un citoyen, à bord de son véhicule, s’est retrouvé bloqué par la neige sur la route menant du chef-lieu vers le village Tamliht, il a été secouru grâce à un appel qu’il a passé via le numéro vert de la police (le 15-48 et le 17). Enfin, à signaler que sur le plan hydrologique, ces pluies ont contribué à l’augmentation du volume d’eau des barrages en exploitation.

Dans ce cadre, le taux de remplissage des 65 barrages en exploitation à travers le pays a dépassé les 72%, soit près de 5 milliards de mètres cubes, dont 8 barrages ont été totalement remplis, selon une estimation récente du ministère des Ressources en eau.*Kamel Benelkadi /El Watan/ Samedi 24 Janvier 2015/ 

<br /><br /><br /><br />
 » width= »414″ height= »298″ /></a></strong></span></p><br /><br /><br />
<p><span style= » src= »http://www.elwatan.com/images/2012/03/10/cma-oran_900988_465x348.jpg » /></p>
<p><span style=*Un navire cargo pris dans une violente tempête en mer au large de Boumerdès

Deux grands remorqueurs tentaient de ramener au port d’Alger ce céréalier battant pavillon panaméen en difficultés près de Tamentfoust, avec dans ses cales 23.800 tonnes de blés.

Visible de la ville de Boumerdes, le navire, battu par des vents de force 7 à 8, qui a dérivé vers le cap Matifou, à l’Est d’Alger, fait  »actuellement l’objet d’intenses efforts pour le ramener » au port, selon les indications fournies par le chargé de communication de l’Entreprise portuaire d’Alger (EPAL).

La cellule de crise du port d’Alger a reçu dimanche vers trois heures du matin l’information selon laquelle le navire à dérivé à 4 miles au nord de Cap Matifou, à Tamentfoust (Alger).

Dans l’après-midi, les remorqueur de l’EPAL « Si El Houas » jaugeant 6.000 chevaux et celui de haute mer de l’unité navale  »701 » de l’Armée nationale populaire (ANP) tentaient toujours de ramener le navire au port d’Alger.

Le céréalier de 129 mètres a un tirant d’eau de 9,26 m et transporte 23.800 tonnes de blé pour le compte de l’Office interprofessionnel des céréales (OAIC), ajoute la même source.

Pour rappel, le port d’Alger a reçu samedi un bulletin météo spécial (BMS) annonçant l’approche d’une tempête de force 7 à 8 sur une échelle de 12 pour dimanche.

Une cellule de crise a été installée et 13 navires ont été évacués du port d’Alger pour éviter que la houle ne les endommage. A la suite à cette décision, le céréalier s’est éloigné de la rade avant de subir une panne moteur, puis entraîné par des vents violents vers l’est. En outre, la cellule de crise a décidé de suspendre les entrées au port de tous les navires, à l’exception des car-ferries et ceux transportant du bétail. Les capitaines de navires ont reçu l’ordre de s’éloigner de cinq miles du port d’Alger pour se protéger contre la tempête.*Par Kaci Haider | 25/01/2015/  algerie1.com

iamagess

***Le Ministère de la Défense Nationale (MDN) a indiqué, lundi, dans un communiqué que « des unités de recherche et de sauvetage de l’Armée Nationale Populaire(ANP) relevant des Forces Navales, ont réussi dans les premières heures de ce matin, 26 janvier 2015 à dix (10) miles au nord de Cap Matifou, Façade Maritime Centre 1ère Région Militaireà remorquer un navire vers le port d’Alger « . Selon le MDN « une catastrophe humaine qui aurait pu couter la vie à 21 membres de l’équipage du navire marchand «ZEUS-I» battant pavillon panaméen » a été évitée de justesse.

Selon les indications fournies par la même source, « l’opération de sauvetage a eu lieu suite à la réception par le Centre National des Opérations de Surveillance et de Sauvetage des Forces Navales (CNOSS) d’un signal de détresse provenant du navire marchand après une panne moteur ».

L’ANP a mobilisé pour cette opération un remorqueur de haute mer « EL-MOUSANID », deux hélicoptères de recherche et de sauvetage et des plongeurs. En dépit de mauvaises conditions météorologiques et la position périlleuse du navire marchand, « le remorqueur de haute mer des Forces Navales a réussi avec succès à remorquer le navire vers le port d’Alger et à sauver l’équipage, et ce, grâce au professionnalisme et l’expérience des éléments des Forces Navales dans ce domaine » a souligné le MDN. *Par Mourad Arbani | lundi 26/01/2015 | algerie1.com

imagss

*******************************

*chutes de neige ininterrompues dans le Titteri

La plupart des localités de la wilaya de Médéa n’ont pas été épargnées par les fortes chutes de neige qui s’abattent sur la région depuis jeudi soir. La mobilisation des services des travaux publics, de la Protection civile et des brigades de la gendarmerie, alertés déjà par les bulletins météorologiques, pour être cette foi-ci aux aguets dès les premiers  flocons de neige, n’a pas suffi pour répondre favorablement aux attentes des citoyens.

Et pour cause, plusieurs villes et villages de l’ex-Titteri se sont retrouvés, en un court laps de temps, isolés. Pas moins de quatre routes nationales (RN1, RN8, RN64, RN62) ont été paralysées par une indescriptible anarchie causée par des conducteurs indisciplinés, qui voulaient à tout prix avoir la priorité sur le seul couloir ouvert  par les engins. Sur le tronçon de la RN1, Benchicao-Berrouaghia, de nombreux automobilistes imprudents en famille ont été bloqués de nuit pendant plusieurs heures avant l’arrivée des secouristes.

Car l’opération de déneigement au niveau du col de Benchicao (1240 m d’altitude) a été difficile en raison des chutes de neige ininterrompues et de la présence de semi-remorques. Cette situation a été une aubaine profitable pour certains chauffeurs de tracteurs riverains qui sont intervenus pour remorquer des voitures légères enfoncées dans la couche épaisse de neige moyennant la somme de 1000 DA le service rendu selon des témoins.

L’approvisionnement en gaz butane des localités situées sur des reliefs accidentés et dépourvues de gaz naturel a créé de sérieux problèmes aux familles en panne de ce combustible indispensable pour la cuisine et le chauffage en cette période glaciale. Les revendeurs ont été obligés de rationaliser les ventes pour satisfaire un maximum de gens dans le besoin dans les localités de Mihoub, Baâta, Aîssaoui, Ouled Antar, Ouled Hellal, Megraoui…*El Watan/ Samedi 24 Janvier 2015/ 

La soleil se couche derrière la cathédrale Saint-Isaac de Saint-Pétersbourg, en Russie, le 21 janvier 2015.

* Saint-Pétersbourg n’a connu qu’une heure de soleil au mois de décembre

Les habitants de Saint-Pétersbourg, au nord-ouest de la Russie, n’ont vu le soleil qu’une heure sur la totalité du mois de décembre, a rapporté ce vendredi le service météorologique local.

«Le soleil n’a brillé qu’une heure au total pendant le mois de décembre 2014. Il a brillé de 15 à 20 minutes le 2, le 10 et le 24 décembre. Au total, cela fait une heure», a annoncé Alexandre Kolessov, météorologue du Centre météorologique de Saint-Pétersbourg.

Depuis 2008, jamais une si faible quantité d’ensoleillement n’avait été enregistrée en un mois. L’ancienne cité impériale a cependant profité un peu plus du soleil en janvier: déjà treize heures d’ensoleillement depuis le début du mois, s’est réjoui M. Kolessov.*20 minutes avec AFP–Vendredi 23 Janvier 2015/ 

****************************************

2406603974-630x0

*Il fera encore chaud ces jours-ci en Algérie

Météo Algérie annonce des températures très chaudes.

 A l'ombre d'un arbre, à défaut d'un plongeon dans la grande bleue

Il fera encore chaud ce week-end.  Hier, il a fait 38 °C à Alger et dans les villes de l’Est, le mercure affichait de 31°C à 37°C.

38 °C à Oran 

40°C et 46°C pour les villes du Sud

 

Les populations à la recherche du moindre souffle de fraîcheur 

Pour aujourd’hui, pas de fraîcheur. Selon les prévisions météorologiques, c’est un temps généralement ensoleillé et relativement chaud, notamment vers l’intérieur avec formation de cellules orageuses sur les Hauts-Plateaux et les Aurès. Il fera 36°C à Alger, 38 °C à Oran, 36°C à Tiaret, 39°C à Constantine, 37 °C à Batna et 44°C à Ghardaïa. Demain, le mercure ne connaîtra pas de chute libre. Les températures maximales varieront de 32°C à 38°C près des côtes et de 36°C à 41°C vers l’intérieur avec des pics de 46°C vers les wilayas de Chlef, Relizane et Mascara. Pour les villes du Sud, les températures maximales oscilleront entre 40°C et 46°C en général et 35°C vers le Hoggar/Tassili. Hier, plusieurs personnes ayant jeûné ont eu des malaises, particulièrement les personnes âgées et malades. Les urgences de plusieurs hôpitaux étaient envahies par des personnes. Les médecins disent être submergés par le flux de personnes qui arrivent pendant la journée suite au jeûne  pendant la canicule. Conseil d’un médecin : boire suffisamment entre le f’tour et le s’hor et  favoriser particulièrement l’eau et le lait, affirme le docteur Djamel Eddine Oulmène. A ne pas également négliger les vertiges pendant la journée, car le premier organe touché par la déshydratation est le cerveau. Ne perdez pas également les enfants de vue. Le Dr Oulmène conseille aux parents de faire preuve de plus de responsabilité et de ne pas autoriser à leur enfant de jeûner durant ces grandes chaleurs..(El Watan-10.08.2012.)

83475_tourists-seek-relief-from-a-heat-wave-in-the-fountains-near-the-eiffel-tower-in-paris-july-19-2006

 

797684_21069053_460x306

2619927281_83c276ce38_o

760822_des-enfants-se-rafraichissent-sous-une-fontaine-le-19-aout-2011-a-lyon

 à la recherche de la fraîcheur 

169695_biron_460x306

***Vague de chaleur dans tout le pays

La canicule sévissant ces derniers jours dans les régions du sud du pays, avec des températures de plus de 45 degrés Celsius le jour et plus de 35 degrés la nuit, a mis en alerte les populations locales qui se retrouvent du coup à la recherche du moindre souffle de fraîcheur.Pour se prémunir de cette vague de chaleur exceptionnelle et des coups d’insolation, elles ont opté pour la réhabilitation de pratiques anciennes et simples.Des effets vestimentaires légers, des casquettes, chèches, ombrelles, chapeaux de paille ou des parasols de fortune, ont, par la force des choses, été dénichés pour se protéger des dards du soleil.Les citoyens de Ouargla, notamment anciens connaisseurs des régions, ne ménagent aucun effort pour venir en aide aux gens de passage en mettant à leur disposition des fontaines fraîches, placées généralement devant des locaux commerciaux et des domiciles, pour leur permettre d’étancher leur soif et de se rafraîchir évitant ainsi une déshydratation certaine.Certains, par précaution, préfèrent se calfeutrer chez eux, au moment ou d’autres vont s’installer dans les palmeraies où le climat est légèrement plus clément grâce surtout à la présence de bassins d’irrigation sitôt transformés en piscines.Pour certaines familles Ouarglies, le choix se porte sur les hautes dunes de sable aux alentours de la ville où il leur est loisible d’aller humer un air plus ou moins frais dès le coucher du soleil et s’éloigner du béton de la ville qui continue de dégager, le soir, la chaleur emmagasinée durant la journée. Les personnes âgées et malades chroniques plus vulnérables à la canicule
Les répercussions de la canicule ont été palpables suite aux complications sanitaires subies par des personnes âgées et malades chroniques au profit desquels l’Etablissement hospitalier public (EHP) Mohamed-Boudiaf de Ouargla, a pris une série de mesures préventives à même de permettre la prise en charge de cette catégorie vulnérable, a indiqué son directeur, M. Fadel Mesadak. Le chef de service des urgences de cet EHP a indiqué, dans ce cadre, que l’établissement reçoit quotidiennement, outre les malades chroniques, près d’une vingtaine de personnes âgées notamment entre 25 et 45 ans, présentant des symptômes d’insolation, des maux de têtes et autres pathologies liées à l’exposition au soleil.

Les équipements de climatisation pris d’assaut à Laghouat

Dans la wilaya de Laghouat, les revendeurs des équipements de climatisation sont pris d’assaut par des clients à la recherche d’un nouvel appareil «dernier cri». Ce rush sur les moyens de climatisation a engendré, toutefois, une flambée vertigineuse des prix de ces produits auprès de certains revendeurs qui, encouragés par la forte demande, proposent à leurs clients la formule de vente par facilité de paiement.Le même décor estival, induit par cette vague de grandes chaleurs, est affiché à travers les différentes villes et régions du sud du pays qui demeurent pratiquement désertes, leurs habitants préférant rester chez eux que d’être sous un soleil de plomb.
Seuls quelques automobilistes se hasardent à braver les fortes chaleurs en sillonnant certaines artères, où des marchands de fruits et légumes ont installé, sous de grands parasols, leurs stands de fortune.
Les piscines à la rescousse des enfants et des jeunes
Pour fuir «l’enfer», les enfants et les jeunes préfèrent passer de longues heures à faire la queue pour accéder à la piscine Ahmed- Bensalem de Laghouat moyennant la modique somme de 50 dinars pour pouvoir enfin bénéficier de deux heures de baignade et de loisirs. Pour les moins chanceux, les jets d’eau publics sont là pour faire trempette.Dès le coucher du soleil, les rues de Laghouat commencent à s’animer et les habitants convergent, comme par instinct, vers les placettes et boulevards principaux pour profiter de la brise nocturne.
Les Adraris à la conquête d’espaces verts
Les habitants de la wilaya d’Adrar ne dérogent pas à la règle en cette période de canicule préférant, à l’instar des autres régions chaudes, se cloîtrer chez eux, pour une longue durée, afin d’éviter l’insolation. Malgré leur patience légendaire, les Adraris se voient, toutefois, confrontés aux récurrentes perturbations de l’alimentation en énergie électrique en ces jours de canicule qui les empêchent d’accomplir leurs activités et de se rafraîchir.Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, ils n’ont d’autre alternative que de s’en remettre aux services de Sonelgaz qui tentent, tant bien que mal, de résoudre ce problème afin de les soulager et satisfaire la demande sans cesse croissante en cette énergie.Les Adraris attendent donc patiemment le soir pour pouvoir humer avec délice l’air frais et sortir en famille «(re)vivre» dans les espaces verts, dont la région de Sebkhat Tamentit, classée zone humide, ou encore les dunes de sable de la région de Bouda, offrent un microclimat frais émanant des périmètres agricoles limitrophes.Soucieux d’épargner aux enfants de la région les rudes chaleurs estivales, et pour casser la monotonie de ces lourdes journées et meubler leur temps, certains organismes, dont la ligue de wilaya des sports de proximité, organisent des tournois sportifs et des colonies de vacances sur le littoral dans l’ouest du pays.Un groupe de 20 enfants a quitté la région du Gourara dernièrement à destination d’Aïn Türk (Oran) pour profiter d’un séjour récréatif rafraîchissant.Les services du secteur de la santé d’Adrar ont, dans le cadre de la prévention de cette vague de chaleur, pris une série de mesures à même de permettre une meilleure prise en charge des patients et des victimes d’insolation, a indiqué le chef de service de la prévention à la Dsprh de la wilaya. (APS-30.07.2012.)

**********************************************

*Un mariage tourne à la catastrophe à cause de l’orage

Aurore et Julien se sont dits « oui », ce samedi 3 septembre 2011. Une journée magnifique, avec un superbe soleil. Tout se passait très bien jusqu’à ce que la salle du PASS (Hainaut), où ils faisaient la fête, a été inondée à cause de violents orages.

 media_xl_4350251

« Tout a été gâché »
« On me disait que c’était magnifique. La météo de la journée était splendide », a expliqué la mariée à RTL. « Au moment de la jarretière, il a commencé à pleuvoir. L’eau est rentrée dans la salle et c’était la panique. Les enfants en ont peur, les gens criaient partout et on ne savait plus quoi faire. On a dû évacuer et monter le plus vite possible. Tout a été gâché. ».

Remboursement en vue
Bien décidés à ne pas se laisser abattre par Dame Nature, Aurore et Julien ont invité leurs convives à terminer le repas ce dimanche. « On va finir le repas, tout est au frigo ! On espère que tout le monde sera là pour pouvoir en profiter encore un peu. Les restes sont nombreux ».

Le porte-parole du PASS entend par ailleurs avoir une discussion avec le couple pour envisager un dédommagement. « J’espère qu’on se fera rembourser, vu les pertes qu’il y a au niveau nourriture. Le traiteur s’était vraiment décarcassé pour faire le gâteau, et nous l’avons perdu tout comme les fromages. De plus, les pompes au bar ont grillé et le DJ semble avoir des problèmes avec son matériel », a indiqué Julien, le marié. (JC)04.09.2011.

**Qui dit ciel gris dit idées noires

media_xll_4976221

L’enquête a été réalisée auprès de la population britannique mais pourrait tout aussi bien avoir été faite chez nous. Selon de récents chiffres, le temps a un effet catastrophique sur le moral des gens: les Anglais, éreintés par la pluie qui n’en finit pas de tomber, se ruent sur les pilules à effet booster. Les ventes de ces cachets censés améliorer l’humeur ont augmenté de 115% au cours du mois de juin par rapport à juin 2011. Les troubles affectifs saisonniers sont très fréquents actuellement. Qui dit ciel gris dit généralement idées noires. Selon les experts de la santé, les personnes qui avaient déjà été déprimés précédemment connaissent une rechute tandis que les autres se présentent chez leur médecin pour une « fatigue générale ». (7s7-09.07.2012.

Vous êtes de mauvais poil? Buvez un verre d'eau, ça ira mieux!

*La neige gèle la croissance britannique

 L'économie britannique devrait souffrir du plan de rigueur en 2011.
L’économie britannique devrait souffrir du plan de rigueur en 2011. 

Le produit intérieur brut de la Grande-Bretagne a chuté de 0,5% fin 2010. Le mois de décembre le plus froid du siècle n’explique pas tout.

coeur- Stupeur et inquiétude sur le front de l’économie britannique. Le produit intérieur brut (PIB) du Royaume-Uni a reculé de 0,5% sur les trois derniers mois de 2010, selon les premiers chiffres officiels. Après une croissance dynamique de 0,7% au troisième trimestre, les observateurs s’attendaient en moyenne à une hausse du PIB de 0,4% au quatrième.

«Le PIB au troisième trimestre a été clairement affecté par le temps extrêmement mauvais du mois de décembre», explique l’office national de la statistique britannique (ONS). «L’effet intempéries» a coûté 0,5 point de croissance au pays, a-t-il calculé. «Cette estimation (…) est la meilleure que nous puissions réaliser actuellement, mais elle est encore empreinte d’incertitudes», ont reconnu les statisticiens britanniques. Le mois de décembre le plus froid du siècle a pénalisé très fortement la construction (+0,1%). Mais ce sont les services qui ont le plus plombé la croissance (-0,4%). Seule l’industrie, tirée par les exportations, a affiché une hausse de son activité de 0,9%.

«Difficile à croire»

Certains sont sceptiques face à des chiffres aussi mauvais. «Les calculs de l’ONS impliquent une croissance sous-jacente de 0%, après 0,7% le trimestre précédent. Difficile à croire», critique Brian Hilliard, économiste chez Société générale CIB. «Nous nous attendons donc à un fort rebond de l’activité début 2010, qui ne sera d’ailleurs pas plus représentatif de la situation réelle de l’économie britannique», pour des raisons de calculs statistiques.

Reste que le mauvais temps n’explique pas tout. «La chute du PIB suggère que les premières mesures d’austérité et les coupes budgétaires du gouvernement commencent déjà à faire sentir leur effet négatif sur la croissance», analyse Adèle Renaux, économiste chez Natixis. Le premier ministre conservateur James Cameron a lancé le plus sévère plan de rigueur de l’Union européenne en 2010.

Plan de rigueur

Le ralentissement provoqué au quatrième trimestre 2010 n’est qu’un début. La rigueur frappera l’économie à plein en 2011, selon Adèle Renaux : la TVA a augmenté en janvier, les impôts ont été relevés, les dépenses de l’État fortement réduites. Pas de quoi espérer grand-chose du côté de la consommation. Pour 2011, «l’économie britannique a perdu l’important soutien des dépenses publiques», estime l’économiste. Seul moteur sur lequel l’économie d’outre-manche puisse compter : les exportations tirées par le dynamisme des pays émergents, comme la Chine ou le Brésil.

Dans ce contexte, la Banque d’Angleterre (BoE), gardienne de la livre sterling, va sûrement patienter avant d’augmenter ses taux d’intérêts malgré une inflation supérieure à 3%, estiment Natixis et l’institut Markit. Début janvier, la BoE a décidé de laisser son principal taux directeur inchangé à 0,5%.  (le Figaro-25.01.2011.)

**********************

*Face au réchauffement, les espèces migrent de plus en plus vite

Les animaux et les plantes s’adaptent au réchauffement climatique en se déplaçant vers des zones aux températures plus clémentes et cette migration se ferait à une vitesse trois supérieure à ce qu’on pensait jusqu’à présent.

media_xl_4330691

De plus en plus souvent, nous rencontrons des espèces dans des régions situées beaucoup plus au Nord que leur environnement habituel. En effet, en une quarantaine d’années, certains animaux et plantes ont migré sur de grandes distances, parfois sur plus de 150 kilomètres, afin de trouver un environnement plus adapté à leurs besoins.

Parmi les animaux ayant effectués les plus grands déplacements, on peut citer la Bouscarle de Cetti ou l’Aigrette garzette. Ces changements, en réponse au réchauffement climatique, se sont déroulé deux à trois fois plus vite que ce que les scientifiques imaginaient auparavant, selon une nouvelle étude du département de biologie de l’Université de York.

Une fuite rapide
Ces réactions naturelles face au réchauffement climatique ont bien entendu été prédites depuis longtemps, mais cette étude est la première à démontrer que les espèces animales et végétales quittent les régions où le climat s’est réchauffé le plus. De nombreuses espèces fuient vers les pôles, vers des températures plus clémentes.

Chris Thomas, professeur de biologie à l’Université York et chef de file du projet, explique: « Ces changements sont équivalents à un déplacement de 20 centimètres par heure en partant de l’équateur. Et ce mouvement va continuer au fil du siècle ».

L’équipe de recherche a analysé les données provenant de diverses études, en Europe et en Amérique du Nord, ce qui leur a permis de trouver 2.000 exemples de migrations animales et végétales. En moyenne, les espèces se sont déplacées vers les pôles à une vitesse de 17,6 mètres par décennie.

« Cette étude montre pour la première fois que les espèces quittent les régions où le climat s’est le plus réchauffé, au cours des 40 dernières années ». Les espèces sont contraintes de se déplacer afin de trouver des températures adéquates.

Variations entre les espèces
L’étude montre cependant de grandes variations entre les espèces. Par exemple, certaines espèces de l’hémisphère Nord ont émigré vers le sud tandis que d’autres animaux n’ont pas bougé du tout. Pour les scientifiques, cela s’expliquerait par des paramètres liés à l’environnement, à la disparition de leur habitat naturel, à la multiplication des prédateurs, etc.

Les oiseaux et les papillons ont tendance à être plus mobiles, mais les mammifères, les reptiles, les araignées, les insectes et toutes sortes d’invertébrés suivent également le mouvement. Des études antérieures ont révélé que le changement climatique pourrait représenter un risque d’extinction pour au moins un dixième des espèces de la planète, cette étude le confirme. « Les espèces qui ne pourront pas s’adapter ou se déplacer assez vite sont effectivement les premières menacées » conclut le scientifique. (7sur7Sydney/ca)-22.08.2011.

3289196475_c0913ca10b_b

*****************************************************************

 

5 réponses à “La météo domine nos vies-2”

  1. 4 09 2011
    Wholesale Galvanni (16:28:22) :

    A ejaculation volume analysis examines some characteristics on the males semen fluid volume as well as volume of sperm found in the semen fluid. It might be done while investigating a couples infertility or from a vasectomy to be sure that the process was successful. It is also used in testing the donors for semen donation. Currently its likely to extend ejaculation fluid with completely safe ways like buying herbal pills with the various web stores. Ejaculate liquid is the quantity of semen concentration of sperms with your seminal liquid. A variety of factors are thought about to truly measure the sperm fertility of a each man for instance the particular time frame between ejaculations, semen sample analysis, the sample is kept when being transported towards the lab. Pills for additional semen liquid is trully fantastic completely dietary supplement that certainly can increase considerably the volume of semen ejaculation liquid by at the least 500%. The amazingly well-known natural pill sports a wide range of ancient Chinese minerals, herbs and vitamins.

  2. 17 09 2011
    farmville cheats (13:20:18) :

    Regards for sharing ElAyam.1 » La météo domine nos vies-2 with us keep update bro love your article about ElAyam.1 » La météo domine nos vies-2 .

  3. 19 09 2011
    hyip (03:45:27) :

    I agree with your ElAyam.1 » La météo domine nos vies-2, wonderful post.

  4. 21 12 2012
    return man 2 (20:45:28) :

    Your website is ROCK!
    return man 2

  5. 10 03 2016
    www.lot for sale in cavite (13:42:55) :

    I’m impressed, I have to admit. Seldom do I come across a blog that’s both educative and interesting, and without a doubt, you’ve hit the nail on the head. The issue is an issue that too few folks are speaking intelligently about. I am very happy I came across this during my search for something regarding this.

    http://tinyurl.com/LotForSalePhilippines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...