Les pires scénarios du réchauffement

Le réchauffement climatique pourrait coûter cher : sur la base d’une hausse des températures comprises entre 2,5 °C et 5,4 °C, les pays de l’Union europé­enne «devraient faire face à une baisse annuelle de 20 à 65 milliards d’euros de PIB», explique une étude du centre de recherche de la Commission européenne publié mercredi.

 arbres.jpg

 Les contrées du sud de l’Europe (Espagne, Grèce, Italie, Bulgarie, Portugal) seraient les plus affectées. Celles du Nord s’en sortiraient mieux.Toujours selon les chercheurs, les rendements agricoles reculeraient de 10 % par an et les inondations seraient plus nombreuses. «Le tourisme serait l’un des seuls secteurs à enregistrer un impact quasiment neutre», avec néanmoins de grandes différences entre les régions. Des prévisions qui pourraient se réaliser si l’on en croit le récent communiqué de l’OMM (Organisation météorologique mondiale) et la publication d’un rapport d’une soixantaine de pages recensant les publications parues depuis le dernier rapport du Giec (groupe intergouvernemental d’experts sur le climat). «Les nouvelles ne sont vraiment pas bonnes : la concentration de gaz à effet de serre continue d’augmenter», a expliqué il y a peu Michel Jarraud, le secrétaire général de l’OMM, qui ajoutait : «Nous sommes plus près du scénario pessimiste du Giec.» «En termes d’émissions de CO2, on est au-delà du pire scénario», confirme Hervé Le Treut, membre du Giec, qui vient de publier un livre consacré au climat (1).De leur côté, les 26 chercheurs qui, pour la plupart, ont participé à la dernière rédaction du groupe d’experts sur le climat mettent en avant des études souvent pessimistes. Parmi les découvertes publiées depuis 2007, les chercheurs mettent en avant les études soulignant la perte de masse des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique.

«La fonte des glaces en été du Groenland s’est accélérée de 30 % depuis 1979», précise le document. Cette fonte contribue à une accélération du niveau des mers. Le niveau des océans a monté de plus de 5 centimètres au cours des quinze dernières années, et «si l’on tient compte des calottes glaciaires et des glaciers, la montée du niveau des mers pourrait excéder un mètre en 2100, voire deux mètres». Une autre étude citée par le rapport souligne que la tempéra­ture à la surface des océans a battu des records durant les trois mois de l’été 2009. Toutes ces données sont opportunément publiées à la veille du sommet de Copenhague où plus de 60 chefs d’État, dont le président Barack Obama, ont annoncé leur venue pour des négociations placées sous l’égide de l’ONU qui réunissent 192  pays. De leur côté, les climato-sceptiques font entendre leur voix et envahissent le Net, persuadés qu’on les trompe sur le réchauffement et surtout sur les conséquences à long terme.

«Jusqu’à présent, personne ni aucune expérience n’a permis de contredire la responsabilité des gaz à effet de serre dans la hausse des températures», rappelle Nathalie de Noblet, directrice de recherche au Laboratoire des sciences du climat, qui a participé à la recension des nouvelles études. (Le Figaro-04.12.2009.)

(1) Nouveau Climat sur la Terre, Éd. Flammarion

*************************

**réactions d’internautes..

La nouvelle devrait conforter les exploitants forestiers.Selon une étude récente publiée dans les  Pnas (Annales de l’académie nationale américaine des sciences), émanant du centre de recherche Smithsonian (Maryland), le réchauffement climatique accélère la croissance des arbres. Les chercheurs ont travaillé sur des données provenant d’une cinquantaine de forêts différentes de l’est des Etats-Unis. D’après leurs résultats, la croissance des arbres .

En France, l‘ONF (office national des forêts) étudie également ce phénomène et arrive aux mêmes conclusions. Selon Myriam Legay qui représente l’office au sein de l’INRA (institut national pour la recherche agronomique)  « on constate en France une hausse de 30 à 40% de la productivité de la forêt depuis le début du siècle » . En plus du simple réchauffement qui joue un rôle favorable, les arbres sont stimulés par le gaz carbonique dont ils se nourissent.

Anger Véronique | 4 février 2010

Je suis l’auteur de La dernière Croisade. Des Ecolos… aux Ecolomaniaques ! édité en novembre 2009 par L’Arganier. J’ai dénoncé l’écologie intégriste et la religion écolomanique dans une 30aine d’articles (et ce livre) depuis le début des années 2000. Il était temps que les médias «officiels» qui n’ont pas fait écho aux voix discordantes se réveillent et rappellent qques vérités scientifiques…
Il est important aussi de rappeler que les vraies urgences ne sont pas le réchauffement, mais l’eau, les déchets urbains, la surpopulation, l’éducation, la faim, et bien sûr le remplacement des énergies fossiles par des énergies renouvelables. Un discours plus rationnel semble enfin commencer à essaimer, à résonner et à faire « raisonner » le plus grand nombre.

*****

Les exploitants de serres introduisent du CO2 dans le ciel de leur serres pour faire passer sa teneur de 380 ppm à 1000 ppm, ce qui a pour effet de multiplier par 2 la croissance de leurs végétaux.
Si nous laissions croître la teneur de CO2 dans l’atmosphère au lieu de nous contraindre bêtement, comme à Copenhague, à en freiner l’accroissement, la Terre deviendrait une planète verte et non pas la poêle à frire qu’ont voulu nous faire gober les « écologistes » et Rocard.

Le commentaire de Véronique Anger, certainement un chercheur et essayiste qui connaît parfaitement son sujet, conforte mon avis de néophyte. Les écologistes sont des politiciens opportunistes (dont le premier est l’activiste Cohn Bendit associé à José Bové, un homme qui ne respecte pas la propriété, et N. Mammère, celui qui fait fi de la Constitution française) qui se sont saisis de la défense de l’environnement comme rampe de lancement. Ils échoueront dans la durée comme tous les partis européens dit « VERTS », parce que leur dogme est basé sur une fumisterie. À N. Hulot et Yann Arthus Bertrand qui ont débuté comme explorateurs des beautés naturelles de notre terre et qui entrent dans le débat politique en oubliant leur art, afin de rester sur le devant de la scène, je dis, « À chacun son boulot » faites le vôtre ! Ils ne peuvent pas être crédibles parce qu’ils s’associent à des personnes à but douteux et que leur vue est avant tout basée sur la nature et pas sur les hommes qui ont besoin d’exploiter la nature pour survivre quand on passe de 3 milliard à 6 puis bientôt à 9 milliards d’humains sur terre, il faut les nourrir. Surtout quand on demande aux gens de faire des enfants (cas de la Chine). qui nous amènera vite à 12 milliards. Deux enfants par famille chinoise nous amènera vite à 12 milliards d’humains qui pour respirer dégagent du CO² !!! Beaucoup ont critiqué Claude Allègre, mais on comprendra un jour, après avoir fait toutes les erreurs possibles qui coûteront au budget national, qu’il avait raison. Les changements climatiques sont un fait naturel qu’il faut accepter et l’homme ne donnera jamais d’ordre à la nature. Le seul combat écologique consiste en le recyclage des déchets, l’accessibilité à l’eau propre, le renouvellement de l’énergie fossile et la diversité des énergies propres (éolienne, géothermie, photo-voltaïque) tout en sachant qu’aucune énergie n’est exempte de gêne pour les voisins et de déchets à recycler.

Malheureusement le réchauffement climatique ( vrai ou présumé) s’accompagne peut-être d’un accroissement accéléré des arbres, mais SURTOUT d’une surnatalité qui ne fait qu’ajouter de la faim à la faim, du malheur au malheur, et par ailleurs du CO2 au Co2. Il serait temps de s’interesser à l »EFFET POUPONNIERE » plutot qu’ à celui de l’Effet de serre… Les problèmes seraient vite réglès, si on régulait à la baisse les naissances. Quand on ne remplace pas un fonctionnaire sur deux qui part à la retraite pour cause d’inutilité et d’économies à faire, pourquoi devrait-on remplacer chaque terrien qui a fait son temps par 12 autres?

quand on regarde un arbre coupé: les petits traits sont ceux de l’hiver et les gros ceux de l’été.

On me l’avait dit en primaire (ou en maternelle) que les arbres poussaient + en été (sapins y compris)

en + il y a de CO2 et de nitrates et + ils poussent vite…

Alors heureusement que le taux de CO2 augmente avec toutes les forêts qui ont disparues.

c’est à Marielle Court que je veux répondre et tout d’abord félicitations aux 3 premiers commentaires.
Il n’est pas possible d’ignorer la réaction globale de la photosynthèse qui est à la bas de toute vie sur la terre.
Cette photosynthèse n’existe QUE par l’absorption de CO2 et de la chaleur venant du soleil.(pas la température: qui ne s’absorbe pas) . les maraichers ont très bien compris le système en injectant du CO2 dans leurs serres.
l’équation :
6CO2 + 12H20 + CHALEUR DU SOLEIL >>>>> C6H12O6 (base de la biomasse)+ 6O2 + 6H2O (sans eau pas de photosynthèse)
sans chaleur; sans eau liquide et surtout sans CO2 il n’y aurait pas de vie sur la terre.
Il n’y aurait pas de photosynthèse ni surtout d’oxygène dont la seule source dans notre atmosphère est la photosynthèse
1000 kg de CO2 absorbé donne 700 kg d’oxygène.
certains savants prétendent que si l’on parvenait à supprimer tout le CO2 de l’atmopshère, il n’y aurait plus d’oxygène en 2.000 ans!!
il faut tout de suite trouver une autre planète seulement pour survivre.
C’est Khafkahien!!
maintenant on peu tout aussi bien démontrer sans modèles virtuels que les nuages transportent 90% de la chaleur de l’atmosphère et l’air: (azote + oxygène) 10%.
Le CO2 1/28.000ème.
Enfin d’autres scientifiques vous produiraient des courbes de CO2 très instructives:
Il y a quelque 250 millions d’années, le CO2 était remonté à environ 2.000 ppm (début des dinosaures)et l’oxygène aurait été de 31% et non de 21% comme aujourd’hui dans l’atmosphère terrestre. Est-ce une preuve de la grande taille des dinosaures?
Découvrir par un article d’un rapport américain que la végétation était favorisée par la chaleur, c’est tout comme découvrir que l’eau mouille quand on se trempe dedans!!

Il n’y a pas que les arbres certains planctons également .

Selon une étude publiée dans la revue Science, vendredi 18 avril 2008, par une équipe d’océanographes et biologistes met en évidence l’étonnante faculté de certains planctons à prospérer, non seulement en dépit mais grâce à l’augmentation du dioxyde de carbone (CO2) atmosphérique. Une propriété qui déjoue toutes les prévisions.

Les auteurs de l’étude ont mené des tests sur Emiliania huxleyi, un coccolithophoridé qui compte parmi les espèces les plus courantes de phytoplancton. Ils ont placé ces végétaux microscopiques dans un milieu dont ils ont fait changer l’acidité. Ils ont constaté que dans une eau aussi acide que le seraient les océans avec une concentration atmosphérique de CO2 de 780 parties par million (ppm), Emiliania huxleyi forme des cellules jusqu’à deux fois plus volumineuses et mieux calcifiées que dans une eau correspondant à la concentration de CO2 préindustrielle de 280 ppm .

En outre, écrivent Debora Iglesias-Rodriguez (université de Southampton, Grande-Bretagne) et ses coauteurs, ces résultats en laboratoire sont cohérents avec des mesures opérées sur des carottes sédimentaires prélevées dans l’Atlantique Nord. Selon les chercheurs, depuis 220 ans, la masse totale de coccolithophoridés aurait crû de près de 40 %.

Bonsoir à tous.
Félicitations pour la bonne tenue du forum.
Tous les forestiers ont remarqué que les arbres poussent plus vite.
L’augmentation du taux de CO2 doit y être pour beaucoup. Il ne fait d’ailleurs pas que de faire pousser les arbres plus vite.
En fait il amplifie la croissance de tout ce qui porte chlorophylle.
C’est pour cette raison que le réchauffement climatique aura des effets surprenants.
Avec un temps de retard, le monde végétal, (surtout le phytoplancton) va réagir avec vigueur en apportant des facteurs correcteurs au climat.
Ne nous alarmons donc pas inutilement.

@ Véronique Anger
Tout à fait d’accord. Et mieux vaut un léger réchauffement qu’une nouvelle ère de glaciation ….

Occupons-nous des problèmes actuels que vous avez évoqués (on peut en rajouter quelques-uns, dont les algues vertes, les microparticules, les gaz toxiques, …).

Le paradigme de l’effet de serre du CO2 atmosphérique est basée sur les travaux d’Arrhénius, excellent chimiste mais piètre thermodynamicien. Ces travaux étaient tombés dans l’oubli, mais ils ont été opportunément repris par le GIEC; qui est missionné par l’UNEP, organe écolo-intégriste du Grand Machin Onusien, pour travailler sur le changement climatique anthropogénique (préambule à ses statuts). Donc les membres du Bureau du GIEC ont tout fait pour présenter des projections apocalyptiques et générer la peur, d’où l’absurdité de Copenhague.

La température est une grandeur physique intensive, ce qui veut dire que faire des sommes ou des moyennes pondérées de températures des diverses zones du globe n’a aucun sens. Le paradigme de « sauver la planète à cause du CO2 anthropogénique » a été repris, pour des raisons politiques, par les écolos intégristes. Les politiques ont suivi et le tam-tam médiatique a joué son rôle de caisse de résonnance (sans raisonner…).

Sachez que de nombreux travaux (Svensmark, Courtillot, Gehrard Gerlich et Ralf. D. Tscheuschner [qui réfutent la théorie d'Arrhénius pour des raisons de physique], Ferenc Miskolczi,…)mettent à mal les travaux du GIEC.

Marcel Leroux, éminent climatologue français mondialement reconnu, prématurément disparu, disait ceci : « Le CO2 ? Oui, si son taux augmente, cela sera bon pour la végétation » et : « l’histoire du climat terrestre nous montre que tout changement climatique a été suivi d’un changement du taux de CO2, avec un retard de 800 ans à 4.000 ans. Je ne vois pas pourquoi cela changerait de nos jours, et cette histoire de réchauffement climatique ayant pour origine le CO2 est une ânerie ». (source: vidéo disponible sur le site DailyMotion -entrer Marcel Leroux).

Donc, tout ce délire collectif repose sur une absurdité scientifique, et, quand la vérité éclatera au grand jour, malgré l’omerta politico-écolo-médiatique, tous les dogmatiques du Réchauffement Climatique anthropogénique (RCA) perdront toute crédibilité … Et en France, nous en avons beaucoup…..

Pour rire un peu, voici une petite historiette que j’ai rédigée à l’occasion de Copenhague.
Notre belle planète est victime d’une épidémie bien plus grave que la grippe A : le virus Copenhagus.

Ce virus s’attaque aux esprits des humains et leur fait perdre tout bon sens.
Il leur ôte tout esprit critique et les persuade que le prétendu Réchauffement Climatique est à 100% d’origine anthropogénique. Il les amène à clouer au pilori toute personne qui oserait émettre le moindre doute sur le RCA, sans toutefois aller jusqu’à la brûler en place publique (pour le moment…).

Ce virus a des effets modulés en fonction des catégories d’individus. Il est particulièrement nocif pour les hommes politiques de tout pays, et tout particulièrement au pays du siècle des Lumières, notre doux pays de France. Nous avons pu y constater plusieurs mutations particulièrement graves : le Copenhagus Sarkozus, le Copenhagus Borloosus, le Copenhagus ecologicus (avec ses variantes Copenhagus Cohnus Benditus et Copenhagus Hulotus), et le Copenhagus mediatus, ainsi que, aux USA, le Copenhagus Algorius…. L’action du virus Copenhagus est durable dans le temps, mais nous ignorons toutefois quelle pourrait être la durée de ses effets. Il semblerait toutefois, selon les derniers travaux menés par des personnes non encore contaminées, que cette épidémie pourrait se résorber dans les prochaines années, la résorption étant de la forme e^λ∆T , ∆T étant la diminution prévisible des températures, et λ étant un facteur correctif positif en corrélation avec l’épaisseur des glaces aux pôles. Mais nous devrons rester vigilants, car si ∆T devait évoluer positivement, nous risquerions un emballement incontrôlé de l’épidémie et de sa gravité, avec des conséquences cataclysmiques pour l’humanité….

Affaire à suivre ….

C’est une redécouverte : l’effet du réchauffement sur la croissance des forêts avait déjà été mis en évidence dans les années 80 (époque de la catastrophe annoncée des pluies acides) … par l’INRA dans les forêts vosgiennes.

Oui je suis d’accord. On sait depuis très longtemps que le CO2 est à la base de la production de sucres par la biosynthèse (en présence de lumière).D’où la croissance accélérée des arbres et divers végétaux. C’est la voie qu’a choisi la nature pour stocker l’énergie venant du soleil. Le sucre produit est ensuite utilisé dans le métabolisme des organismes vivants comme source d’énergie en redonnant le CO2

Le CO2 est indispensable pour maintenir la vie et est indispensable pour fournir l’énergie nécessaire à nos activités d’êtres vivants.

Ce n’est pas un poison comme les politiques voudraient le faire croire avec l’appui des écologistes fanatiques.

Taxer le CO2 est donc une folie ! C’est taxer la vie!

Que de déclarations péremptoires, parfois haineuses, pour asséner des évidences sans nuances. Les mécanismes de la vie sont bien trop complexes pour autoriser des déductions aussi simplistes.

Restons en au niveau de culture élémentaire en biologie : cela doit être un acquis de tout biologiste de savoir que le Co2 est le facteur limitant de la croissance végétale terrestre.

Mais la loi du facteur limitant édicte que ce dernier est facteur limitant tant qu’un autre ne vienne le remplacer.

Tentons d’être clair : si le végétal est par ailleurs bien alimenté par toutes les ressources élémentaires nécessaires à sa croissance, une augmentation du Co2 atmosphérique entraîne une augmentation de la croissance végétale. Par contre, en milieu terrestre, de multiples territoires sont sujets à des déficits en eau. Or la condition indispensable à l’absorption du Co2 est la présence d’eau. Sur tous ces territoires, c’est la décroissance végétale qui est au rendez-vous.

Et si nous restons dans le domaine de la biologie, ne serait-il pas utile de s’interroger sur l’inefficacité inédite dans l’histoire du vivant de notre système économique : jamais dans l’histoire du vivant autant d’énergie n’a été nécessaire pour se déplacer, s’alimenter, se loger. Et ceci est la cause majeure du dégagement de Co2. Le deuxième problème évoqué avec justesse est la surpopulation.

est-ce que « asséner des évidences sans nuances » est contraire à la réalité scientifique?
Il ne suffit pas de prétendre que « Les mécanismes de la vie sont bien trop complexes pour autoriser des déductions aussi simplistes » pour avoir le droit de s’égarer dans des considérations de corrélations virtuelles (comme celles du GIEC) et comme la votre pour « noyer le poisson » allant jusqu’à la surpopulation.
A ce sujet, la Commission Européenne vient de donner 18 mois aux pêcheurs pour arrêter la pêche au thon rouge!! S »agit-il de sous populations ou d’arrêter l’excès de cette pêche et la disparition de cette espèce comme le disent les écolos convertis!!
Y-a-t’il une meilleur corrélation à imaginer!!
Quant aux « sans nuances »; la science ne peut se contenter de nuances qui consiste à voter sur la vérité scientifique.
C’est comme dans le système binaire, c’est « oui ou non » !!
je ne suis pas biologiste, mais donnez moi 6 mois et je pourrai faire de justes évaluations entre la biologie et le réchauffement climatiques; à moins que je n’épouse des dogmes très confortables!!

http://www.youtube.com/user/LesDerniersHumains

Le journaliste citoyen Eric Granger vous présente quelques enjeux reliés aux changements climatiques :

Dans cette émission on peut voir comment Al Gore avec son film « Une vérité qui dérange », est la figure de proue d’une propagande climatique appuyée sur une science incertaine.

Le Goupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) fait fi de toutes les recherches scientifiques qui ne pointent pas le CO2 comme le coupable. Pourtant, un nombre grandissant de scientifiques réputés sont maintenant convaincus que le soleil (et son activité fluctuante) serait le véritable moteur du climat, et que le CO2 n’a aucune véritable influence sur le climat.

On sait aussi qu’Al Gore a investit une grande partie de sa fortune (plusieurs dizaines de millions) dans le marché du carbone. Il est un des actionnaires principaux du Chicago Climate Exchange, la seule bourse du carbone en Amérique du Nord. Il est extrêmement bien positionné si jamais le marché du carbone se mondialisait. Une taxe mondiale sur le carbone ferait de lui un multi-milliardaire.

On apprend aussi que les grandes pétrolières demandent des politiques contraignantes sur le carbone et que des économistes réclament des taxes sur le CO2.

Même la grosse Power Corporation réclame des actions urgentes pour prévénir les changements climatiques.

Nous croyons que l’hystérie des changements climatiques est une propagande planétaire (orchestrée par un cartel de banquiers internationaux) qui a pour objectifs l’établissement de la gouvernance mondiale et la taxation du CO2, afin de contrôler toutes les facettes de la vie humaine.

6 mois? Chiche!

Sans rigoler, si vous croyez que la science, c’est répondre oui ou non, c’est que vous devez pas en avoir fait beaucoup, ou alors uniquement des maths (niveau prépa).

Je n’ai jamais eu une expérience un peu complexe (en labo) ou un résultat de terrain (dans le milieu industriel) qui soit totalement clair et pointe sur une explication binaire d’un phénomène, jamais! POUr avoir des réponses binaires, il faut pouvoir isoler les phénomènes, et ce n’est pas toujours possible (jamais en physique quantique).

Il y a de toujours des facteurs d’incertitudes, des phénomènes différents qui interagissent, et justement le GIEC fait son rapport sur ces interactions. Il est parfaitement clair que le CO2 aujourd’hui est un facteur limitant de la croissance végétale, donc si, toutes choses égales par ailleurs, on augmente la quantité de CO2 disponible, on va favoriser la croissance des végétaux. Il me semble avoir vu un chapitre sur le sujet dans le fameux rapport du GIEC que personne ne lit.

Le problème, c’est que les végétaux ne sont pas tous seuls dans le laboratoire, il y a aussi les phénomènes météo, et en particulier les pluies. Et là, il semble que quand la température moyenne augmente (à cause du CO2, via la loi d’Arrhénius qui est de la physique binaire de papa), les pluies diminuent dans de vastes régions du globe, donc dans tous ces endroits là, malgré l’augmentation du CO2, les arbres ne sont pas capables d’en profiter, car ils manquent de l’eau nécessaire pour l’accompagner.

Au total, l’effet négatif compense négativement le coté positif pour les quantités de CO2 déjà émises dans l’atmosphère.

Ce vous dites Javi n’est pas absurde. Cette video en anglais fait justement la part des choses mais elle est en anglais.

http://www.youtube.com/watch?v=6TqqWJugXzs

Mais cela n’infirme pas l’idée, qu’on utilise ce réchauffement climatique, pour une toute autre raison que le bien de la planête.

Il faut être naïf pour ne pas le voir !

Pour voir ce réchauffement dans un plan global, il est intéressant de lire la dernière lettre LIESI:
http://www.scribd.com/doc/26449319/Lettre-LIESI-199

Peut être qu’elle vous permettra cher Javi de sauver quelques unes de vos billes…avant qu’il ne soit trop tard.

Mrs Borloo, Nicolas Hulot, Yann Arthus-Bertrand, OU EST le réchauffement climatique qui nous vaut cette taxe carbone injuste, inutile et totalement injustifiée puisque on assiste à un REFROIDISSEMENT CLIMATIQUE et non à un réchauffement ??? Monsieur Sarkozy, ouvrez les yeux et admettez que vous vous êtes fait avoir par ces pitres/gourous etces faux savants, mais vrais tricheurs du GIEC.

Donc les castors vont devenir obèses, et les termites sont la prochaine espèce qui dominera la planète … Au secours !

Le titre de cet article aurait du être;

« l’augmentation de la teneur en gaz carbonique de l’atmosphère n’a pas que des inconvénients. »

En effet il n’est pas du tout prouvé scientifiquement que le CO2 soit responsable de l’effet de serre.

La teneur en CO2 de l’atmosphère succède a une variation de la température et non l’inverse

Plus grave le mécanisme de l’effet de serre est pas connu définitivement.
Une expérience faite par Robert Williams Wood, un physicien contemporain d’Arrhenius, (http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/XML/db/planetterre/metadata/LOM-effet-de-serre-wood.xml est a ce sujet significative.

A propos de la « taxe carbone » , si elle doit exister, il serait plus approprié qu’elle porte de nom de « taxe sur l’utilisation des énergies fossiles ».

@Louis:

« où est le réchauffement climatique »

Si le débat est très loin d’être clos sur son ampleur (problème du réseau des relevés choisis, problèmes liés l’urbanisation, problèmes liés à certaines méthodologies douteuses pour harmoniser les données), il existe. Et quelle que soit la série prise à témoin (hormis celle élaborée par Briffa, vivement critiquée), la tendance est au réchauffement. Car si on peut parler de palier (sauf pour les réchauffistes endurcis) ce palier concerne les maximas atteints, et non les minimas mensuels ou annuels.

Enfin, pour éviter le trompe-l’oeuil de la période froide vécue actuellement en Europe, aux USA et en Chine, je vous invite à regarder le reste de la planète. Le Sahel oriental a connu une période chaude avec un écart à la moyenne de plus de deux degrés, ce qui est énorme à ces latitudes tropicales. Sans parler des océans, mais le pic a été atteint il y a trois mois déjà.

Les données du mois de janvier sont éloquentes:

http://globalwarming.blog.meteogiornale.it/2010/02/05/gennaio-2010-i-dati-ersst-rss-e-uah/

Nous avons renoué en janvier avec des températures dignes du fameux 1998 avec El Nino principal accusé de l’époque, comme d’aujourd’hui.

Les glaces de l’arctique aussi ont le plus grand mal à se reconstituer: il y a un déficit de 2 millions de Km2 en prenant comme référence 1979-2007.

Mais que ce soit la température globale, les vagues de froid des latitudes tempérées ou le déficit glaciaire (lié au précédent, à cause de pressions atmosphériques favorisant la migration vers le Sud du Cyclone Polaire), affirmer sur un ton péremptoire « on va vers un refroidissement », c’est à peine moins sérieux que les conclusions du groupe II du Giec.

A jipebe29

« Le paradigme de l’effet de serre du CO2 atmosphérique est basée sur les travaux d’Arrhénius, excellent chimiste mais piètre thermodynamicien. Ces travaux étaient tombés dans l’oubli, mais ils ont été opportunément repris par le GIEC »

C’est faux. Je vois plusieurs raisons qui peuvent etre la cause de ces erreurs:
1- peu de sites informent correctement sur ce sujet
2- il y a beaucoup de desinformation a ce sujet
3- peut-etre ne savez vous pas vous informer objectivement.

Non, les travaux d’Arrhenius ne sont jamais tombe dans l’oubli. Non le GIEC n’a pas repris ses travaux: le GIEC ne fait qu’une synthese des travaux de la communaute scientifique. Il n’est en rien un organisme de recherche.
Lire par exemple la partie 5.2. de ce chapitre de livre pour une remise a niveau sur l’historique de la theorie de l’effet de serre:
http://www-ramanathan.ucsd.edu/FCMTheRadiativeForcingDuetoCloudsandWaterVapor.pdf

A Louis-Alexandre

Les problemes lies a l’urbanisation constituent un faux probleme. C’est uniquement de la propagande sceptique dont nous sommes abreuves continuellement.

Lire par exemple l’avis de l’universite d’East Anglia:
http://www.uea.ac.uk/mac/comm/media/press/CRUstatements/guardianstatement

ou bien Jones et al. (2008):
http://www.agu.org/journals/jd/jd0816/2008JD009916/2008JD009916.pdf

@Nikola : je suis d’accord avec vous sur le fait que les stations rurales comme urbaines, côtières comme continentales indiquent la même tendance. (Quoique je ne sais pas si vous avez vu l’histoire de Darwin en Australie que j’avais une fois mise en lien… j’ose espérer qu’une grosse erreur n’est qu’une exception).

En revanche, même avec Mann et Jones il apparait que les stations continentales et urbaines se réchauffent plus. Or, prenez par exemple une vieille station comme celle de Strasbourg (désolé de parler de celle que je connais bien), la ville s’est très considérablement urbanisée en 100 ans à ses alentours. Alors qu’il n’y avait qu’un seul côté urbanisé en 1930, il y a depuis deux nouveaux quartiers et un ensemble d’industries relachant de l’air chaud à moins de deux kilomètres qui se sont implantés aux alentours.

Un exemple similaire dans le principe est celui de la station antarctique de Rothera, exemple détaillé ici: http://wattsupwiththat.com/2009/12/13/frigid-folly-uhi-siting-issues-and-adjustments-in-antarctic-ghcn-data/ où il est manifeste et que la station a été déplacée, et que l’albedo a fortement changé depuis les travaux d’agrandissement de la base.

Bonne fin de soirée à vous.

Dire que le CO2 n’a pas d’effet de serre est une sottise; certains maraîchers enrichissent l’air de leurs serres en CO2 pour doper les cultures. Par contre, ce que tout le monde a oublié depuis le lycée, c’est qu’il y a un pic optimal de concentration en CO2, au-delà duquel les plantes commencent à avoir du mal à respirer (respiration et photosynthèse sont deux fonctions métaboliques différentes !)

@ fox 219
Désolé de vous contredire!

Le CO2 mis dans les serres est pour favoriser la photosynthèse et non pas pour élever la température de la serre!
C’est ce que dit l’article de Marielle Court que vous devriez avoir lu.

Vous devriez aussi savoir que la photosynthèse se fait dans le sens direct (fixation du CO2 et production d’oxygène) en présence de lumière (du soleil ou des U V des horticulteurs) et que sans lumière il y production de CO2 par les plantes et en aucun cas le CO2 est un poison des plantes

Je suis Physicien et je connais bien le sujet de l’absorption des infrarouges par le CO2 et qu’on voudrait nous faire croire que ce gaz est responsable de « l’effet de serre »

Il existe une expérience que l’on fait au lycée dans des sphères en plastique transparent aux infrarouges et contenant pour l’une de l’azote et pour l’autre de l’azote et du CO2. Et par exposition à la lumière du soleil on voit que la sphère contenant du CO2 chauffe plus que l’autre. Cela est normal dans une petite sphère mais ne prouve pas l’effet de serre car il doit y avoir réémission des rayonnements infra rouges absorbés. Cette expérience démontre seulement que le CO2 absorbe les infrarouges en se chauffant. Ce que l’on sait depuis d’Arrhenius.

Je vous convie à regarder le lien de ENS que j’ai mis dans mon premier commentaire.

Le mécanisme de « l’effet de serre » est pas bien connu actuellement. Il y a des calculs et des hypothèses mais pas d’expérience probante!
Cordialement

*Bernard

Il est vrai qu’à plus de CO2 la croissance des végétaux est plus rapide… mais ils ne sont pas en mesure d’absorber le surplus qu’on leur envoie, si c’était le cas, la tenue en CO2 de l’atmosphère serait stable et elle ne monterait pas en flèche. Ce blog me fait peur, de par sa vision partielle et la légèreté de ses propos sans fondement scientifique. Quelle raison vous pousse à publier ça?

On oublie dans cette histoire que le soleil a une grande importance. Bien plus que les êtres humains.

Le soleil nous envoie un flux de particules dites solaires. Mais il y a aussi dans l’univers, les rayons cosmiques.

Le rayonnement cosmique favorise la formation des nuages, cause principale de l’éffet de serre !

Le flux solaire lui, joue sur le champ magnétique de la terre, donc sur le mouvement des plaques tectoniques.

Actuellement, nous sommes avec un minimum solaire et un maximum cosmique. Nous allons donc vers un maximum solaire et un minimum cosmique.

Conséquence de tout çà : On va vers moins de nuages donc moins d’effets de serres mais plus de mouvements des plaques tectoniques. Attendons-nous aussi à plus de tremblements de terre !

Ce rappeler que le soleil bénéficie d’un cycle de plus ou moins 11 ans.

Conclusion : Je laisse à Nikola et à Louis-Alexandre de la faire. Mais certainement pas aux membres du GIEC.

A Louis-Alexandre

« En revanche, même avec Mann et Jones il apparait que les stations continentales et urbaines se réchauffent plus. »

Je ne comprends pas cette phrase (mais pour info, les continents sont plus sensibles aux variations de temperature),
je ne comprends pas non plus ce que vient faire Mann dans cette histoire.

Je comprends que vous vous posiez cette question.Nous produisons du CO2 (sans aucun doute par l’utilisation des énergie fossiles -pétrole- gaz- charbon) à une vitesse qui n’est pas compensée par l’assimilation de ce gaz par la photosynthèse ce qui est absolument vrai.

Je me dois de préciser d’autres éléments importants

1) le CO2 est aussi absorbé par le minéral. Il existe des réactions chimiques avec les oxydes alcalins et alcalino-terreux qui composent le magma des volcans pour former des bicarbonates et des carbonates

2) L’eau de mer solubilise énormément le CO2. Si vous débouchez une bouille de Perrier vous verrez des bulles de CO2 apparaitre .C’est le CO2 qui était solubilisé dans l’eau (douce) du Perrier qui se forme en décompressant le liquide par ouverture de la bouteille.

A haute pression (pression qui règne au fond des océans) le CO2 est très trés soluble au point de former des composés définis avec l’eau.

Toutes ces assimilations de CO2 ne compensent pas la vitesse de production! C’est un fait!

Mais la vitesse d’assimilation est proportionnelle à la concentration en CO2 en ce qui concerne la vitesse de solubilisation et des réactions chimiques. N’étant pas biochimiste chevronné je ne ne sais pas si la vitesse de de fixation du CO2 par photosynthèse augmente suivant la concentration de CO2 et suivant quelle loi!

Néanmoins il y aura un équilibre quand la vitesse d’assimilation globale du CO2 sera égale à la vitesse de production

Ces données ne sont pas connues je ne sais pas si des études sont en cours pour connaitre le niveau de l’équilibre

En ce moment nous somme en régime dynamique mais ce régime se transformera en régime permanent à l’équilibre. question: A quel niveau?

j’espère vous avoir fourni quelques éléments de réflexion

Cordialement

Bernard

@ bernard: Vous posez la question de la croissance des plantes en fonction de la teneur en CO2. Cours sur les serres trouvé sur le net: »Le CO2 accroît la productivité en améliorant la croissance et la vigueur des plants. L’apport de CO2 peut améliorer la productivité en favorisant notamment la floraison hâtive, en augmentant le rendement en fruits, en réduisant la chute prématurée du bouton chez les roses ou en améliorant la vigueur de la tige et la taille de la fleur. Pour la majorité des cultures en serre, le rendement photosynthétique s’accroît lorsque la concentration de CO2 passe de 340 à 1 000 ppm (parties par million). Dans la plupart des cas, pour un niveau donné de rayonnement, une concentration de CO2 de 1 000 ppm fera augmenter la photosynthèse de 50 % comparativement à la concentration de l’air ambiant. L’air ambiant contient normalement quelque 340 ppm de CO2 en volume. Toutes les plantes se développent bien à cette concentration, mais lorsque les niveaux de CO2 atteignent 1 000 ppm, la photosynthèse augmente proportionnellement. La baisse de photosynthèse observée quand la concentration de CO2 chute de 340 à 200 ppm est du même ordre que l’accroissement photosynthétique causé par un enrichissement de 340 à 1 300 ppm Dans les nouvelles serres, en particulier dans les serres à double paroi où les taux d’échanges gazeux sont réduits, les concentrations de CO2 peuvent facilement tomber en dessous de 340 ppm à certains moments de l’année, ce qui a un effet négatif majeur sur la croissance »

- la cause majeure d’émission de CO2 c’est les océans.
- quand on ajoute du CO2 dans une serre: c’est pour obtenir de + grosses plantes.

Le taux de CO2 monte en flèche…????

D’où sors tu cette affirmation ???
Le taux est actuellement de 380 PPM, il était de 410 PPM dans les années 1940 (courbe de Beck)

Voilà qui devrait calmer les réchauffistes, qui sont complétement prisonniers de leurs propres contradictions : ils refusent en effet de prendre en compte la cause de tous nos maux, la progression géométrique de la population mondiale, qui va bientôt passer la barre des 7 milliards , sur notre petite Planète aux ressources limitées.
Or cet accroissement de la végétation et de la période végétative, et la remontée vers le Nord des arbres et des cultures, permettra de nourrir un surplus de population, qu’en disent les imposteurs réchauffistes?

Félicitations pour ce blog, à l’auteur et aux auteurs des commentaires.
Le sujet m’intéresse, j’y reviendrai souvent.

Dans mon institut Jeanne D’arc de Rabat notre projet est dans le théme du devlopement durable notre maitre d’informatique nous a demandait de faire une presantation.J’ai choisi le théme du rechauffement climatique voila se que j’ai retenu:le rechauffement planetaire est la consequant de notre insouciance et du manque d’information.

Cette histoire de réchauffement climatique, a eu comme avantage, de mettre à l’évidence que les gens, de plus en plus, utilisent Internet dans le but de comprendre ce qui se passe dans le monde au-delà de ce qu’en rapportent les médias traditionnels. Un phénomène extraordinaire ! Les grands journaux s’opposent à ce processus, mais en continuant de mentir sur les grands événements du monde, ils perdent constamment leur autorité, et de plus en plus de lecteurs désenchantés les abandonnent. Le tirage des journaux baisse régulièrement et fortement en Occident.

http://www.nytimes.com/2009/04/28/business/media/28paper.html?_r=1

Une partie des lecteurs désorientés se rabattent sur les versions en ligne des journaux traditionnels. Mais s’il leur est permis de formuler des commentaires sur les articles, alors que le journal tente d’imposer d’évidentes contre-vérités, on retrouve alors la partie « commentaires » pleine d’informations que le journal à censurées ou déformées. On touche ainsi au grotesque sublime : au-delà des apparences, c’est le flux d’informations qui s’inverse, et les lecteurs communiquent à l’auteur de l’article ce qu’il a oublié d’écrire. Jamais dans l’Histoire ne s’était produite une chose pareille.

http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2008/jul/14/september11.usa

Cela dit, sur internet, toutes les sources ne sont pas fiables. Croire ce qu’on entend ou ce qu’on lit ne suffit plus. Il faut réfléchir. Discerner. Extraire. En plus du travail intellectuel, cela nécessite du temps et de l’attention.

Un cas exemplaire est celui de la crise économique. Annoncée depuis plusieurs années déjà par les Cassandres « complotistes » sur Internet, elle a, malgré tout, pris au dépourvu des millions de personnes quand, en septembre 2008, est survenu l’un des pires effondrements des Marchés de mémoire d’homme. Jusqu’en juillet 2008, les journaux faisant « autorité », suggéraient que dès septembre on assisterait à une reprise des Marchés. Alors qu’au même moment, sur Internet, apparaissaient déjà les dates probables de l’effondrement : septembre. Deux mois plus tard, les économies de millions et de millions de personnes se volatilisaient.

Aujourd’hui, un an après les faits, ces mêmes journaux qui mentirent à l’époque nous promettent qu’« on verra une reprise en 2010 ou 2011 » ! Mais n’est-ce pas compréhensible ? Les journalistes, bien souvent, mentent à cause de leur conflit d’intérêts personnel : par déontologie professionnelle ils devraient rapporter la vérité, mais leur intérêt personnel est de conserver leur travail, leur salaire et leurs privilèges, et donc ils éviteront soigneusement d’écrire quoi que ce soit qui pourrait les leur faire perdre.

.

3 réponses à “Les pires scénarios du réchauffement”

  1. 16 08 2011
    backlink service (17:06:15) :

    Unquestionably believe that which you stated. Your favorite justification seemed to be on the net the easiest thing to be aware of. I say to you, I definitely get annoyed while people think about worries that they plainly don’t know about. You managed to hit the nail upon the top and also defined out the whole thing without having side effect , people could take a signal. Will probably be back to get more. Thanks

  2. 7 12 2012
    canada goose mystique parka (16:22:02) :

    cheap canada goose canada goose jacke canada goose shop online new canada goose ontario parka canada goose used canada goose
    canada goose mystique parka

  3. 28 12 2012
    bloons tower defense 4 (10:45:46) :

    Can I republish your post?
    bloons tower defense 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...