Veiller sur les arbres de la cité

*L’homme est aussi nocif pour l’arbre que la pollution

Isabelle Lohou est employée par la Mairie de Paris pour veiller sur les arbres de la capitale (Photo: Pierre Manière).

PORTRAIT – Depuis plus de dix ans, Caroline Lohou veille sur la santé des 500.000 arbres de Paris. Entre épidémies et pollution propre à la capitale, cette «médecin du végétal» bataille sur tous les fronts.

Veiller sur les arbres de la cité coeur-Avec assurance, elle place le résistographe, appareil mesurant la résistance du bois, au bas du tronc. Prenant racine au coeur du Parc floral, près du Château de Vincennes à Paris, le marronnier en impose, grimpant à une bonne dizaine de mètres du sol. Pour le néophyte, ce mastodonte aux énormes branches feuillues paraît en pleine force de l’âge. Pourtant, moins d’une minute plus tard, le graphique qui apparaît au flanc du stéthoscope pour gente arboricole rend son froid verdict: «cet arbre est condamné, il va mourir», constate Isabelle Lohou. Le diagnostic est catégorique, la voix teintée d’empathie. Elle caresse un champignon qui grossit aux pieds du tronc. «C’est un ganoderme aplani, explique l’experte. Lorsqu’on en voit tout autour de l’arbre comme ici, cela signifie que les racines sont touchées. Du coup, l’arbre ne peut plus s’alimenter», lâche-t-elle. Et de prévoir la mort du vénérable marronnier «d’ici quatre ou cinq ans au mieux».

A la tête de la division des Études végétales de la Direction des espaces verts et de l’environnement de la Mairie de Paris depuis 1991, Caroline Lohou veille sur la santé de tout ce qui pousse dans la capitale, des pelouses des jardins publics aux arbres qui bordent les Champs-Élysées. Elle a donc parcouru du chemin, depuis qu’elle a obtenu en 1994 un doctorat de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, avec une thèse intitulée «Biogéographie et foresterie, à la recherche d’une complémentarité» basée sur l’exemple de la forêt de Saint-Gobain à Coucy-Basse, dans l’Aisne.

Au quotidien, elle et son équipe de cinq chercheurs s’occupent notamment de la santé des 500.000 arbres de la capitale, répartis dans environ 500 parcs et deux forêts. Une «médecin des arbres», en quelque sorte? «Disons que je préfère chercheuse dans le domaine végétal!», sourit l’intéressée, de son quartier général niché dans un pavillon au coeur du Parc floral.

La «rage de vivre» des platanes

A l’écouter, les arbres ne semblent pourtant pas si différents des homos sapiens. Conséquence de la pollution -et surtout des dégagements nocifs des pots d’échappement-, les feuillus de Paris apparaissent «stressés» à ses yeux. Leurs «défenses immunitaires» ainsi «affaiblies», ils sont «dans un état de souffrance permanent», insiste Isabelle. Dans la même veine, elle loue la «rage de vivre» des 35.000 platanes de la capitale. Bref, «l’arbre est vivant, et il est très fragile», renchérit-elle.

De fait, la vie en milieu urbain n’est pas chose facile pour les marronniers et autres tilleuls. A côté de la pollution, «contre laquelle il est difficile de lutter», Caroline Lohou distille ses conseille pour améliorer le quotidien de ses protégés. Par exemple, elle a récemment alerté sur la nécessité de procéder à un élagage estival sur certains platanes. But de la manoeuvre: diminuer les effets du sel de déneigement, «qui une fois absorbé par les arbres, rend leur respiration difficile» et diminue leur espérance de vie.

Elle doit également gérer les épidémies qui menacent régulièrement certaines espèces. Fin juillet, elle a ainsi passé au crible plus de 300 marronniers de la Cour Albert 1er pour identifier une bactérie particulièrement dangereuse. «Celle-ci peut tuer un arbre en quatre ou cinq ans, explique-t-elle. Elle est apparue en Hollande il y a cinq ans, et est arrivée en France après avoir frappé la Belgique.» Une fois ce fléau détectée, «on peut demander de couper certains arbres pour éviter toute contamination», poursuit-elle. Travaillant main dans la main avec les 300 bûcherons-élagueurs de la Mairie de Paris, elle participe aussi à leur formation. Par exemple, «il faut bien désinfecter la tronçonneuse avant de s’attaquer à un nouvel arbre», souligne-t-elle, pour éviter la transmission d’une maladie.

L’homme est aussi nocif pour l’arbre que la pollution

A côté de ses recherches et de son travail sur le terrain, Caroline participe à plusieurs réunions et séminaires pour inciter les citadins à mieux respecter les feuillus. «Pour beaucoup, l’arbre n’est autre qu’un bout de bois mort», déplore-t-elle. Elle fustige certaines pratiques, «comme attacher une moto à un platane» ou «faire uriner son chien au pied d’un tronc», qui s’avèrent «toutes aussi nocives pour un arbre que la pollution».

«Parisienne pur jus», comme elle se définit avec humour, cette amoureuse de la nature ne se reconnaît pas pour autant dans le discours politique des Verts. «Pour moi, l’écologie, c’est l’art de trouver comment l’humain et le végétal peuvent cohabiter au mieux», explique Caroline. Et non, dit-elle, de s’inscrire dans un dénigrement systématique de tout ce qui n’est pas estampillé «vert». Malgré la pollution inhérente à la ville, «on peut faire en sorte que les arbres y vivent correctement», prend-t-elle en exemple. A 47 ans, elle se verrait bien finir sa carrière en Bretagne, «peut-être dans le Finistère» d’où vient son mari. Mais toujours pour s’occuper des arbres. (Le Figaro-04.08.2011.)

 


 La facture salée du remplacement des arbresD’après Caroline Lohou, environ 1000 arbres sont abattus à Paris chaque année. «Ils sont presque systématiquement remplacés», affirme l’experte. Elle précise que le coût de l’opération va de «quelques centaines d’euro» lorsque les arbres sont situés en zone forestière, à environ 2000 euros» lorsqu’ils se trouvent à proximité de chaussées pavées ou bétonnées. La facture apparaît élevée dans ce dernier cas, puisque l’intervention nécessite de s’attaquer au trottoir, qu’il faut donc remettre en état, précise-t-elle.**************************

 Adoptez un arbre

 Des organisations à but non lucratif se chargent en effet de planter des arbres pour votre compte, en divers endroits de la planète. (Crédits photo: LE FIGARO)

 Des organisations à but non lucratif se chargent en effet de planter des arbres pour votre compte, en divers endroits de la planète

Le conseil écologique de Jean-Marc Lorach, auteur de Comment faire des économies… avec l’écologie (Editions du Puits Fleuri).

coeur-Les plantations d’arbres constituent un précieux instrument de lutte contre la désertification, la raréfaction de l’eau ou la trop faible exploitation des terres agricoles. Elles représentent aussi une façon efficace de piéger le carbone sur notre planète et de limiter le réchauffement climatique.

Vous pouvez planter facilement un arbre dans votre jardin si vous avez la chance de posséder un peu de terrain. Dans le cas contraire et même si vous vivez en ville dans un appartement sans terrasse ni balcon, vous pouvez aussi en adopter un! Des organisations à but non lucratif se chargent en effet de planter des arbres pour votre compte, en divers endroits de la planète. C’est en ce sens que le réseau «Tree Nation», en partenariat avec le Programme des Nations-Unies pour l’Environnement, vous propose de devenir le parrain ou la marraine d’un arbre auquel vous donnerez le nom de votre choix et qui sera planté dans une région où la couverture végétale fait défaut. Vous pouvez ainsi choisir sur internet la zone de plantation (Nicaragua, Colombie, Niger…) et le type d’arbre souhaité parmi les différentes essences adaptées au climat local. Vous le payez directement en ligne, avec l’opportunité à cette occasion de faire un cadeau original à un ami ou à l’un de vos enfants, en demandant que l’arbre choisi soit planté au nom de la personne que vous désignerez.

Les entreprises ont enfin la possibilité de créer leur propre projet en choisissant l’action à laquelle elles souhaitent contribuer en priorité (exemples: lutte contre la désertification ou piégeage du dioxyde de carbone). A travers le monde, 85.000 parrains et marraines ont déjà adopté ainsi plus de 230.000 arbres. (Le Figaro)

************************

 Les forêts sont indispensables pour absorber le CO2

 La forêt amazonienne.

La forêt amazonienne

La lutte contre la déforestation permettrait de stocker la moitié du CO2 d’origine fossile.

coeur-Chaque étude le confirme un peu plus: le rôle de la forêt est essentiel dans la lutte contre le réchauffement climatique et l’acidification des océans provoqués par les émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Les forêts du monde entier absorbent en effet un tiers du CO2 (dioxyde de carbone) émis par les combustibles fossiles (pétrole, charbon). Mais elles pourraient être plus efficaces s’il n’y avait pas de déforestation, souligne une étude publiée vendredi dans la revue Science. Ce travail qui porte sur la période 1990-2007 a été mené par des équipes du monde entier.

On estime que la destruction des arbres produit environ 20% des émissions mondiales de CO2. L’étude montre que le volume de carbone ainsi émis est contrebalancé par celui absorbé par les forêts primaires mais également par la repousse d’arbres sur des surfaces auparavant réservées à l’agriculture, notamment en zone tempérée. «Dans ces régions le puits de carbone s’est accru de 17% entre 2000 et 2007 comparé à la période 1990-1999», rappelle l’étude. Sans la déforestation qui touche surtout les bassins tropicaux (Amazonie, Congo, Indonésie), «les forêts existantes et en régénération absorberaient la moitié des émissions des combustibles fossiles», explique l’un des auteurs et non pas un tiers comme actuellement. La lutte contre la déforestation en zone tropicale est d’autant plus importante qu’en 2005 l’équilibre a été rompu dans la forêt amazonienne. Frappée par une sécheresse exceptionnelle, cette dernière est devenue émettrice de carbone.

La forêt au cœur des négociations sur le climat

On évalue à 4 milliards d’hectares la surface forestière dans le monde. Environ 44% du carbone est stocké dans le sol, 42% dans les arbres, 8% dans le bois mort et 5% dans l’humus. D’un point de vue géographique, plus de la moitié des forêts se trouvent en zone tropicale, 32% dans les régions boréales et le reste en zone tempérée.

La densité de carbone stockée dans une forêt tropicale et dans une forêt boréale est à peu près la même, rappelle l’étude, mais ce stockage ne se fait pas au même endroit. Environ 60% du CO2 est retenu dans le bois pour les forêts tropicales et 32% dans le sol, c’est l’inverse pour les forêts boréales (20% dans la biomasse et 60% dans le sol).

La forêt est au cœur des négociations internationales sur le climat. Un accord est intervenu à Cancun (Mexique) l’an dernier pour aider financièrement les pays où se trouvent les forêts tropicales en échange de leur préservation. (Le Figaro-15.07.2011.)

*********************

 **Les conseils écolos

**********************

  »Avons-nous encore le pouvoir de sauver la planète? »

L’homme a depuis toujours été au coeur de grandes inventions. Chaque jour, la science fait de nouvelles découvertes, fait des avancées dans des domaines multiples. Etonnant, du coup, que de nouvelles technologies n’aient pas encore été créées pour remplacer leurs versions anciennes et polluantes.

Les humains dominent incontestablement tous les autres êtres vivants de la planète, mais leurs inventions se sont révélées aussi désastreuses qu’innovantes et leurs activités ont modifié la nature. Chaque jour, des forêts sont coupées, des pesticides sont répandus, des détritus recouvrent un peu plus la planète, etc.

L’homme a transformé son environnement en fonction de ses exigences, sans en analyser les conséquences. Or, l’effet boomerang se fait ressentir de plus en plus et force est de constater que l’ère industrielle a été une catastrophe pour toutes les espèces. D’ailleurs, la Terre est aujourd’hui dans sa sixième extinction de masse, la pire depuis celle qui a balayé les dinosaures.

Autre fait étonnant: personne ne réagit, les politiciens du monde ne prennent aucune décision, tout le monde attend espérant que ceux qui avaient annoncé ces catastrophes aient eu tort. Les négationnistes soutiennent qu’il s’agit de phénomènes naturels contre lesquels l’homme ne peut rien faire, refusant de reconnaître sa responsabilité et préférant profiter de cette société de surconsommation où on peut trouver des machines qui savent tout faire, mais où il est impossible de se baigner dans une rivière propre.

Le bilan des activités humaines est pourtant limpide: changement climatique, disparition de la biodiversité, acidification des océans, pollutions diverses.

Pour les défendeurs de la cause environnementale: la planète a atteint ses limites. Cependant, ce concept, qui s’appuie sur les travaux d’experts, n’implique pas forcément une limite à la croissance économique ou à la productivité si chères à notre société. Au contraire, les humains ont les capacités de créer de nouvelles technologies plus propres et plus respectueuses de l’environnement.
 
Ceci implique tout de même quelques sacrifices: renoncer au nucléaire, au charbon, au pétrole, aux pesticides chimiques et en réalisant que les forêts tropicales et les récifs coralliens ont plus de valeur vivants que morts. C’est aussi renoncer à la poule aux oeufs d’or, quelque temps en tout cas… On ne doute pas que tôt ou tard, ces constructeurs du futur y trouveront leur compte (financier), mais avec une différence: la Terre pourra respirer à nouveau. (ca-15.07.2011.)
 

********************

 La concentration en ozone dépassée pour la 1re fois cette année

 media_xl_4257383

 Le seuil européen d’information pour l’ozone (180 microgrammes/m3) a été dépassé, mardi à 15 heures, dans les communes de Dessel et Hasselt, dans le Limbourg. C’est la première fois depuis 2011 que ce seuil est dépassé, a affirmé la Cellule interrégionale de l’environnement (Celine).
 
Les valeurs en concentration en ozone ont atteint, respectivement à Dessel et Hasselt, 192 et 191 microgrammes/m3. C’est clairement plus que le seuil européen s’élevant, lui, à 180 microgrammes/m3.
 
Lorsque ce seuil est dépassé, la population doit être tenue informée.
Frans Fierens de Celine s’attend à d’autres dépassements du seuil européen dans les heures à venir. « Cela se passera probablement surtout dans le centre et à l’est du pays », a-t-il estimé.
 
Il est conseillé aux personnes sensibles à la pollution atmosphérique (enfants, personnes âgées, personnes souffrant de problèmes respiratoires) de ne pas faire d’efforts physiques inhabituels en plein air. (belga-28.06.2011.)

**********************

4 réponses à “Veiller sur les arbres de la cité”

  1. 8 09 2011
    new sports cars (01:42:31) :

    Regards for sharing ElAyam.1 » Veiller sur les arbres de la cité with us keep update bro love your article about ElAyam.1 » Veiller sur les arbres de la cité .

  2. 19 09 2011
    Tattoo Lettering (20:58:56) :

    obviously like your web-site however you have to take a look at the spelling on several of your posts. Many of them are rife with spelling issues and I find it very bothersome to tell the reality however I¡¦ll definitely come again again.

  3. 28 09 2012
    pai you guo slim capsule (23:24:05) :

    Thanks for your post. My partner and i have often seen that almost all people are needing to lose weight as they wish to appear slim and attractive. Nonetheless, they do not often realize that there are more benefits for losing weight in addition. Doctors state that obese people have problems with a variety of disorders that can be instantly attributed to their excess weight. The good thing is that people who are overweight and suffering from different diseases can help to eliminate the severity of their illnesses by means of losing weight. It’s possible to see a continuous but noted improvement with health as soon as even a bit of a amount of weight loss is achieved.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...