Les hommes des cavernes très modernes !

Certaines habitations privées, comme le gîte Troglododo sur le chemin des Caves, à Azay-le-Rideau, offrent tout le confort d'un hôtel aux visiteurs de passage. (Franck Prignet/Le Figaro Magazine)

Certaines habitations privées, comme le gîte Troglododo sur le chemin des Caves, à Azay-le-Rideau, offrent tout le confort d’un hôtel aux visiteurs de passage.

Plus de 5000 personnes ont choisi d’habiter dans des maisons troglodytiques en France. Ni rats des villes ni rats des champs, ils vivent heureux, cachés dans le creux d’une roche. Enquête sur un phénomène qui fait de plus en plus d’adeptes.

Les hommes des cavernes très modernes ! coeur- «L’image de la maison troglodytique habitée par des pauvres gens a fait son temps», explique Harold, autour de succulentes asperges qu’il vient de ramasser dans son jardin. Il poursuit :«Autrefois, c’étaient des gens tout à fait normaux qui habitaient dans les levées de la Loire.» On appelle des «levées» les coteaux calcaires bordant le dernier fleuve sauvage d’Europe. Le plus riche aussi en habitations troglodytiques, le long de son cours paresseux.Avant d’être un gîte hôtelier avec trois suites luxueuses et onze chambres de charme disposées autour d’une superbe piscine creusée dans la roche, la Demeure de la Vignole était un ancien village troglodytique du XIIe siècle. Accrochée au coteau, elle est encore dominée par la résidence du grand trésorier de René d’Anjou. La demeure de La Reynière, à Saint- Etienne-de-Chigny, était la maison du régisseur du duc de Luynes. Son actuelle propriétaire, Béatrice Lecuirot, donne des cours de cuisine dans la belle salle voûtée creusée dans la roche. A l’endroit même où, il y a trois siècles, marmitons et rôtisseurs s’activaient à la lueur des bougies autour d’un grand feu de cheminée.

Plus modestement, des milliers de logis troglos sont aujourd’hui réinvestis par des jeunes venant de tous les horizons. On compte 45.000 entrées de cavités sur la seule vallée de la Loire, et entre 800 et 1000 kilomètres enfouis sous la roche. «Et pas seulement dans la région, mais un peu partout en France, cette façon de vivre très écologique a séduit les jeunes», précise Stéphanie Rabourdin, propriétaire avec son mari, Gilles, d’une ravissante demeureprieuré dont les cloches tintent encore pour annoncer les amis à la porte du jardin. «Pour la plupart, ce sont des couples avec ou sans enfants qui recherchent un mode de vie en accord avec la nature, et ce sentiment de liberté et de protection qu’on ressent, caché dans un trou de tuffeau.» Autour de la table, les murs découpent leurs formes fantastiques taillées dans la roche. Par la baie vitrée, on aperçoit les toits d’ardoise et les pignons du vieux Chinon qui se détachent sur le ciel. Le profil troglo? Ce n’est pas seulement un art de vivre, comme nous avons pu le constater chez l’architecte Jean-Claude Drouin, à Rochecorbon, où les formes contemporaines, tout en proportions justes et en couleurs vivantes, se marient avec les verrières d’une serre réaménagée à flanc de coteau. C’est aussi tout un réseau d’amis qui se connaissent et se rencontrent pour discuter et faire la fête autour d’une passion commune. Dis-moi ce que tu as fait de ta grotte, et je te dirai qui tu es ! Les troglos ont tous les âges. Jean-Claude Drouin y est venu après une longue carrière aux Etats-Unis, lorsqu’il a décidé de se réinstaller en France. Mais des plus jeunes, comme Gilles et Stéphanie Rabourdin, y sont venus beaucoup plus tôt. A 30 ans, ils ont eu le coup de foudre pour ce type de maison et le courage d’y faire eux-mêmes les travaux nécessaires pour la rendre habitable.

Ces maisons troglodytiques possèdent souvent des jardinets pleins de charme, comme ici chez Daniel Pépin, à Montsoreau. (Franck Prignet/Le Figaro Magazine)

Ces maisons troglodytiques possèdent souvent des jardinets pleins de charme, comme ici chez Daniel Pépin, à Montsoreau.

 Lorsqu’on commence à questionner les fans des troglos, on en a jusqu’au petit matin, tant ils sont intarissables. Harold Schmitt habite avec sa famille un ensemble d’anciennes caves à vin creusées sous le niveau du sol, et disposées autour d’une courette qu’il a transformée en jardin potager. «Il est important, précise-t-il, d’être propriétaire du toit de sa maison, afin de pouvoir contrôler sa végétation. En effet, il suffit que l’occupant du niveau supérieur plante un arbre aux racines profondes dans son jardin pour que vous risquiez de vous retrouver avec de sérieuses infiltrations dans votre plafond…» L’exposition de la maison troglodytique est aussi très importante:«Pour des raisons de lumière et aussi de chaleur, il est préférable d’être exposé plein sud.»

On échange des idées sur la façon d’isoler la roche, le mode de chauffage ou de ventilation. Pompe à chaleur transformant l’air extérieur en calories, panneaux solaires, chauffage au sol ou au poêle à bois, fuel ou électricité… Toutes les méthodes sont requises pour assainir l’atmosphère de ces logis qui ne sont pas toujours garantis contre l’humidité. Comme le souligne Stéphanie:«On peut agrandir son habitat au gré de sa fantaisie, creuser une pièce supplémentaire dans le tuffeau ou élargir un passage pour investir la cavité voisine, à condition de bien connaître le terrain autour de chez soi.» Bien sûr, il est recommandé de faire appel à un expert géologue pour être sûr que la paroi rocheuse est assez épaisse et que le toit ne risque pas de vous tomber sur la tête. Il faut savoir qu’au-delà de 18 mètres de profondeur, on ne gère plus le problème de l’humidité. Troglo ma non troppo, en somme…(Figaro-Mag.09.07.2010.)

*******************

** Pas toujours facile de dormir en centre-ville !

« Je parle ici de Rennes, écrit l’auteur de cet article, mais sans doute observe-t-on le même phénomène dans la plupart des métropoles régionales, à l’instar des quartiers animés de Paris. En 5 ans de vie dans la capitale bretonne, les nuits troublées par des évènements extérieurs à mon appartement se comptent par dizaines malgré le double vitrage. Petit florilège…Comme chacun sait, la population jeune de Bretagne, et particulièrement celle de la métropole rennaise se situe au top en matière d’alcoolisation à la bière et à la vodka. Elle flirte également avec les cimes de la consommation de cannabis. Elle se caractérise en outre par un goût prononcé pour la « teuf ». Pas de quoi s’en inquiéter car, paradoxalement, le mix de ces trois « stimulants » semble être un moteur particulièrement efficace pour la réussite des élèves et des étudiants : depuis longtemps, la région Bretagne collectionne en effet les excellents résultats scolaires et universitaires, au point de truster, année après année, les premières places et les podiums dans les palmarès nationaux. Mais chut, je ne vous ai rien dit : inutile de divulguer les recettes de cette insolente réussite aux autres régions françaises.

bruit_2_-c4ad9

Naturellement, il y a un prix à payer pour cette excellence. La facture est présentée sous la forme de quelques atteintes à la tranquillité des résidents, notamment le jeudi soir lorsqu’une bonne partie des 60 000 étudiants de Rennes (un quart de la population !) se lâche dans les bars du centre-ville. Il semble pourtant bien tranquille, le quartier où j’habite, avec son Conservatoire de musique, son école des Beaux Arts et ses façades classées. Rien à voir avec la médiévale « rue de la Soif » et les places qui l’environnent ; des lieux où, à l’exception du dimanche et des jours fériés, les riverains doivent s’habituer : soit à ne pas se coucher avant 2 heures du matin, soit à s’équiper toutes les nuits de Boules Quiès® régulièrement renouvelées pour le bonheur des pharmaciens locaux. Vendre ou louer un appartement dans ce secteur est d’ailleurs une véritable galère dont tous les agents immobiliers se font l’écho avec fatalisme. Mais revenons à mon domicile et à mon quinquennat rennais…

Le ton a été donné, dès mon emménagement, par la rentrée universitaire : arrosage et bizutage étant les deux mamelles bien connues de l’exercice, j’ai d’emblée dû faire face à de joyeux chahuts estudiantins, à la fois bruyants et croquignolets, à l’image de ces bains nocturnes à poil dans la fontaine de la place Hoche sur laquelle donnent mes fenêtres. Impossible évidemment de comptabiliser tous les réveils intempestifs liés à des hurlements dans la nuit, pas toujours – il est important de le souligner – le fait des étudiants, mais aussi de fêtards bien déchirés et à peu près aussi soucieux de la tranquillité du voisinage que des chats en rut. Un comportement (je parle de celui des fêtards, pas de celui des matous) qui s’inscrit, paraît-il, dans l’air du temps, comme l’on souligné d’éminents sociologues.

Sans doute pourrait-on s’habituer à ces pics nocturnes de décibels alcoolisés s’ils étaient furtifs et surtout s’ils n’étaient pas, de temps à autre, complétés par des manifestations à caractère culturel. Passe encore pour le duo irlandais de flûte et de bodhran qui m’a, une nuit de printemps, tiré de mon sommeil. Beaucoup plus redoutable : le récital de djembé que j’ai dû longuement subir à partir de 3 heures du matin ; énervé au bout de 10 minutes, je frisais la démence une demi-heure plus tard ! Plus supportables, bien que tout aussi déplacées au cœur de la nuit, les vocalises de « Caruso », un ténor ayant parfois tendance, pour interpréter La Traviata, à confondre la rue rennaise avec la scène de l’opéra.

Si la musique est au programme des nuits de la métropole bretonne, c’est également le cas du sport, tantôt sous la forme d’une compète improvisée de frisbee, tantôt sous celle d’un tournoi de foot, quand ce ne sont pas des figures exécutées par des adeptes de la planche à roulettes, le tout systématiquement ponctué de cris de satisfaction ou de dépit dont il est important que tout le quartier profite. En général, tout cela se passe malgré tout dans un calme relatif, et les disputes sérieuses sont plutôt rares. Mais elles peuvent parfois prendre un tour périlleux, comme cette fois où deux jeunes noctambules se sont affrontés sous mes fenêtres, l’un vociférant, l’autre mutique. Problème : le mutique pointait, en tremblant d’une colère mal contenue, un couteau de cuisine d’une trentaine de centimètres sur le vociférant, ce dont celui-ci n’avait cure, emporté par son agressivité largement imbibée de vodka. L’arrivée opportune d’une patrouille de flics a mis fin sans dommage à l’algarade avant même que j’aie eu le temps de réagir. Rarement je n’avais été si content de voir surgir les keufs !

Passons sur les aboiements de chiens, qu’ils s’agisse de ceux des SDF ou de ceux des vigiles affectés à la garde des barnums implantés sur la place pour fait d’animation publicitaire ou artisanale, pour en venir aux démarrages de moto à fond les décibels : un seul démarrage de ce type, et ce sont des centaines de riverains qui, à chaque fois, sont brutalement tirés de leur sommeil pour le seul plaisir d’un individu.

Dans le genre insupportable, la palme revient toutefois aux soirées techno régulièrement organisées, toutes fenêtres grandes ouvertes, par un groupe de jeunes en mal d’ivresse sonore. Des jeunes qui, de leur propre aveu à des voisins excédés, n’ont « rien à battre » du repos des riverains à 2 ou 3 heures du matin, comme si toute la société devait se conformer à leurs horaires de « teuf ».

Notez bien que l’on finit malgré tout par se rendormir, épuisés par le boum-boum de la techno, les vrombissements des motos, le lancinant tam-tam du djembé ou les hurlements nocturnes. Mais c’est pour subir alors, entre 6 h 30 et 7 h, l’incroyable raffut des engins de nettoiement dont on se demande comment, en 2012, ils peuvent encore être aussi bruyants. Et cela sans oublier les moteurs des camions de livraison frigorifiques, stationnés dès potron-minet en attendant l’ouverture de la supérette du quartier, ou les violents coups portés à l’aide d’une grosse clé métallique par le livreur de la minoterie pour faire tomber la farine qui adhère aux parois de la citerne lorsqu’il livre le boulanger.

Et dire que certains se plaignent du calme de la campagne… (source: AgoraVox-21.06.2012.)

********

16 réponses à “Les hommes des cavernes très modernes !”

  1. 18 09 2011
    farmville cheats (08:07:09) :

    Thanks for sharing ElAyam.1 » Les hommes des cavernes très modernes ! with us keep update bro love your article about ElAyam.1 » Les hommes des cavernes très modernes ! .

  2. 19 09 2011
    hyip (22:29:04) :

    I agree with your ElAyam.1 » Les hommes des cavernes très modernes !, fantastic post.

  3. 19 09 2011
    birthday wishes (22:29:19) :

    I agree with your ElAyam.1 » Les hommes des cavernes très modernes !, good post.

  4. 19 09 2011
    Tattoo Lettering (22:33:21) :

    A large percentage of of the things you state happens to be supprisingly accurate and it makes me ponder the reason why I had not looked at this in this light before. This piece truly did switch the light on for me personally as far as this specific topic goes. Nonetheless there is 1 position I am not too comfy with and whilst I try to reconcile that with the actual core idea of your position, allow me observe what the rest of your readers have to say.Well done.

  5. 22 09 2011
    custom home builders perth (13:48:57) :

    Hello, I fully comprehend your point of view and just wanted to thank you for your precious time and research. P.S. I think you will love this home building online resource I stumbled upon right before I stumbled upon yours. There is lots of great views just like this one. They have only the top resources for custom build homes for if you are in the market for building a custom home around Perth, WA. I was hoping to spread the word a little

  6. 12 10 2011
    Traci Stermer (12:09:23) :

    Hey how are you doing? I just wanted to stop by and say that it’s been a pleasure reading your blog. I have bookmarked your website so that I can come back & read more in the future as well. plz do keep up the quality writing

  7. 19 10 2011
    invest liberty reserve (03:16:46) :

    An exciting communicating is designer comment. I reckon that you should correspond statesman on this subject, it strength not be a preconception soul but mostly people are not sufficiency to verbalise on such topics. To the next. Cheers like your ElAyam.1 » Les hommes des cavernes très modernes !.

  8. 19 10 2011
    Potato And Leek Soup (09:57:32) :

    I find similar I’m constantly looking for stimulating things to scan active a tracheophyte of subjects, but I handle to your journal among my reads every day because you know compelling entries that I wait forrard to. Here’s hoping there’s a lot more surprising real forthcoming!

  9. 23 10 2011
    http://www.offlinegenius.com (00:09:30) :

    I really like what you guys are up too. This type of clever work and exposure! Keep up the great works guys I’ve included you guys to my blogroll.

  10. 3 11 2011
    aqualab (22:22:45) :

    This webpage won’t display appropriately on my iphone 4 – you might wanna try and fix that

  11. 6 11 2011
    Gloria Jung (13:52:14) :

    This is really attention-grabbing, You are a very professional blogger. I’ve joined your feed and sit up for searching for extra of your fantastic post. Also, I’ve shared your site in my social networks!

  12. 9 11 2011
    Cornelia Shike (23:30:13) :

    I simply want to mention I am new to weblog and definitely liked your page. Likely I’m going to bookmark your site . You absolutely come with awesome article content. Thanks for revealing your webpage.

  13. 28 09 2012
    miaozi slimming capsule (23:18:02) :

    One thing I’d like to comment on is that weight loss program fast may be accomplished by the proper diet and exercise. Ones size not simply affects the look, but also the complete quality of life. Self-esteem, melancholy, health risks, plus physical capabilities are afflicted in putting on weight. It is possible to do everything right whilst still having a gain. Should this happen, a problem may be the offender. While an excessive amount food but not enough exercise are usually to blame, common health concerns and key prescriptions may greatly increase size. Thanks a bunch for your post right here.

  14. 7 12 2012
    canada goose solaris parka (16:22:59) :

    canada goose retailers toronto canada goose jacken canada goose deterrent canada goose order canada goose spirit canada goose homepage canadian goose sale forhandler canada goose
    canada goose solaris parka

  15. 5 01 2013
    モンクレールアウトレット (05:20:56) :

    hello!,I love your writing so much! proportion we communicate more approximately maillot de foot pas cher your post on AOL? I require a specialist in this area to solve my problem. Maybe that is you! Looking ahead to peer you.モンクレールアウトレット モンクレールアウトレット

  16. 6 03 2016
    lot for sale salitran (10:48:27) :

    This is a really good tip particularly to those fresh to the blogosphere. Brief but very precise info… Appreciate your sharing this one. A must read post!

    http://tinyurl.com/LotForSaleCaviteSalitran

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...