• Accueil
  • > écolos
  • > «L’écologie de l’esprit, c’est vivre ici, et maintenant»

«L’écologie de l’esprit, c’est vivre ici, et maintenant»

 Tlemcen…. L’autre écologie – la journée mondiale de l’environnement (5 juin).

 La nouvelle maison du parc national de Lalla Setti a servi de cadre idéal pour débattre du thème de l’écologie à la veille de la célébration de la journée mondiale de l’environnement (5 juin).En effet, l’auditorium flambant neuf du PNT a abrité en fin de semaine écoulée une conférence intitulée «L’écologie de l’esprit» donnée par le Dr Mustapha Daïdj, conférencier, praticien spécialiste Médiation des Cultures et des Civilisations, titulaire de doctorats en sciences politiques, sciences économiques et sciences de l’information.

D’emblée, l’orateur observera une position de distanciation par rapport aux travaux en la matière du prix Nobel Al Gore ainsi que l’«agitation» (sic) du très médiatique Nicolas Hulot. «L’écologie de l’esprit, c’est vivre ici, et maintenant», lâchera-t-il péremptoirement. Comment libérer l’homme des chaînes immatérielles qui l’entravent, de ses peurs, de ses angoisses, de ses doutes ? Comment retrouver ses capacités de créativité, d’imagination, de beauté, d’esthétique ? Comment répondre à sa quête du sens ? Le pourquoi de sa présence sur terre ? Voilà des ambitions que l’Ecologie de l’Esprit dans l’optique du Dr Mustapha Daïdj peut remplir et «pour qu’ensemble soit arrêtée la désertification et la sécheresse de nos esprits !». «L’écologie de l’esprit, c’est vivre ici, et maintenant !», lâchera-t-il péremptoirement.

Le spécialiste ne manquera pas à ce titre de souligner l’échec des écologistes et la carence des universités devant les multiples dangers écologiques (à l’exemple des changements climatiques, du trou d’ozone, de la fonte des glaces, etc.) qui menacent notre planète avant de développer sa communication qui s’articulera autour de 5 axes, à savoir le corporel, l’émotionnel, le mental, le socioculturel et le spirituel. «Nous sommes en face d’une thérapie holistique globale qui ne se trouve ni chez Al Gore, ni chez Hulot». Le conférencier estime que «nous avons besoin d’un guide pour pénétrer dans notre intérieur, d’une maïeutique qui nous fera ‘accoucher’ de l’esprit. Pour retrouver la paix intérieure, il faut savoir exploiter tous ces ions négatifs qui nous environnent via les sens physiques, notamment la vue, l’ouïe, le souffle…» Le Dr Daïdj reconnaîtra dans ce contexte les bienfaits de la méthode dite PNL (programmation neuro-linguistique) basée sur «le fait d’avoir la conviction que tout ce que nous voyons, nous ressentons, nous vivons, tout s’inscrit à l’intérieur de notre cerveau».

Il abordera ensuite la question de la peur dans son acception psychotique du manque (biens matériels), par rapport à l’altérité (famille et société) mais aussi dans sa dimension métaphysique liée à l’incertitude (mort). Quant au contexte mental, le praticien spécialiste considère que «dans la vie, il n’y a que de la subjectivité». Et d’ajouter que «les qualités des choses sont dans nos têtes et ne sont pas dans les choses», en précisant dans le même ordre d’idées que «la carte ne représente pas tout le territoire» (autant qu’une CNI, un tableau de peinture, un article de journal…). L’environnement socioculturel est, selon lui, conditionné par des structures mentales telles les croyances, la religion, la langue, l’histoire, la mythologie, la généalogie…

Pour ce qui est de la dimension spirituelle, l’orateur la résume dans la question existentielle «Pourquoi je suis sur terre ?», soit (via) la quête du sens dès lors qu’«il n’y a pas de bon vent pour celui qui ne sait où aller». A ce propos, en pédagogue averti, il proposera la lecture de l’ouvrage du célèbre écologiste René Dumont «L’Afrique noire est mal partie» (1962). Ayant été en poste à Abou Dhabi en qualité de directeur des finances et sans jouer aux Nostradamus, il ne se privera pas de «prévoir» un scénario catastrophe (tsunami) qui emporterait dans les deux prochaines décennies ces émirats (îles) en perspective d’une remontée des eaux…

Le débat qui s’ensuivra portera sur l’étymologie du mot écologie, l’influence des NTIC, la série macabre d’épizooties, le concept de subjectivité, la notion de qualité… Par ailleurs, indiquons que la prochaine conférence que donnera le Dr Mustapha Daïdj s’intitule «A quelle condition l’émergence de la finance islamique annonce-t-elle la Nahda ?». (Le Quotidien d’Oran-01.06.09.) 

*************************

Hubert Reeves: «S’il n’y a pas d’écologie, l’économie s’effondre»

L’astrophysicien présente le projet de la Ligue ROC, dont il est le président, qui veut soumettre les candidats à la présidentielle à un grand questionnaire sur la biodiversité…

L'astrophysicien franco-québécois, Hubert Reeves, le 8 mars 2005, à Paris

Ses 80 ans n’empêchent pas Hubert Reeves d’être alerte quand on aborde le sujet de la biodiversité. Président de la Ligue Roc (bientôt rebaptisée Humanité et biodiversité), il est le porte-parole d’un projet ambitieux lancé par l’association: évaluer les programmes des candidats à la présidentielle de 2012 sur le thème de la biodiversité. L’astrophysicien et amoureux de la nature nous explique pourquoi la Ligue ROC s’est lancée dans ce projet.

**L’association, présidée par le célèbre astrophysicien québécois, a envoyé un questionnaire aux candidats déclarés à l’élection présidentielle pour établir un comparatif de leurs programmes sur le thème de la biodiversité…

Quatre thèmes, 31 questions, deux mois pour plancher sur les réponses: les candidats à l’élection présidentielle vont devoir se pencher sérieusement sur la question de la biodiversité s’ils ne veulent pas porter le bonnet d’âne. Dans un contexte de crise économique, il serait facile pour les prétendants à l’Elysée de laisser de côté les problématiques environnementales, ce que la Ligue ROC veut éviter en leur rappelant que la biodiversité est un enjeu légitime qui doit trouver sa place dans les programmes politiques.

Un questionnaire précis et copieux

 «Si vous ne vous occupez pas de la biodiversité, la biodiversité s’occupe de vous», rappelle Hubert Reeves. Le célèbre astrophysicien et président de la Ligue ROC s’implique dans cette campagne: «Nous allons demander aux candidats ce qu’ils comptent faire face aux problèmes qui vont se poser.» Erosion de la biodiversité, sixième crise d’extinction des espèces et destruction des habitats naturels ne sont pas étrangers aux politiques publiques: «Toutes les politiques et tous les secteurs d’activité doivent prendre en compte la biodiversité, c’est-à-dire l’ensemble du vivant et des inter-relations entre espèces», explique Christophe Aubel, directeur de la Ligue ROC.

 Plans d’occupation des sols, autorisations de pêche ou de chasse, subventions incitatives pour protéger la biodiversité… Le champ des actions possibles est large pour les décideurs politiques. «On ne met pas sur la table un corpus de propositions toutes faites, précise Christophe Aubel. Mais nous soumettons aux candidats un questionnaire copieux, précis, qui va les pousser dans leurs retranchements pour apporter des réponses, brèves, chiffrées si possible et pas langue de bois.»

La lutte contre la disparition des vers de terre au programme de 2012

 Divisé en quatre thèmes qui relient la biodiversité aux grands enjeux économiques, sociaux et diplomatiques, le questionnaire a été envoyé aux candidats déclarés en début de semaine. Leurs réponses sont attendues pour fin janvier et les résultats de l’analyse, réalisée par des experts de la ligue ROC, seront dévoilés en février. «Nous allons évaluer la performance écologique mais aussi la crédibilité des réponses et nous surveillerons bien sûr leur mise en œuvre par la suite», explique Christophe Aubel.

 «Notre tâche n’est pas de dire «untel répond mieux qu’un autre», précise Hubert Reeves, mais de rappeler à notre futur président qu’il faut agir rapidement si on ne veut pas démultiplier les coûts économiques de la disparition d’espèces comme les abeilles ou les vers de terre, qui nous rendent de grands services qu’on pourrait évaluer en milliards d’euros.» (20minutes-24.11.2011.)

 

 ****************************

 

Une réponse à “«L’écologie de l’esprit, c’est vivre ici, et maintenant»”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...