Harraga-échos.1

 L'eldorado au péril de leur vie

*****************************************************

L’année 2011 a été la plus meurtrière pour les clandestins ayant tenté de rejoindre la rive nord de la Méditerranée.

L’année dernière a été la plus meurtrière pour les émigrés clandestins, a précisé Human Rights Watch (HRW) dans un document, rendu public jeudi dernier. Selon cette ONG de défense des droits de l’homme, ces émigrés clandestins sont originaires de plusieurs pays d’Afrique du Nord, dont l’Algérie et de l’Afrique subsaharienne. Et de poursuivre, dans le même contexte, qu’un total de 13 500 personnes ont trouvé la mort dans de telles tentatives de traversée depuis 1998.
Ce nombre de victimes a été également confirmé par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (Unhcr). «Plus de 1 500 personnes se sont noyées ou ont été portées disparues en 2011 alors qu’elles tentaient de traverser la Méditerranée pour atteindre l’Europe», a indiqué le Unhcr, avant de soutenir que l’année 2011 est la plus meurtrière depuis que l’Unhcr a commencé à enregistrer ces types de statistiques en 2006.
Signalons toutefois que la statistique la plus macabre en la matière remonte à «2007, lorsque 6300 personnes sont mortes ou ont disparu dans la mer Méditerranée», compare l’Unhcr. En effet, l’année écoulée, le flux de migrants en provenance d’Afrique vers le «Vieux Continent» a connu un pic inobservé depuis trois ans: 58 000 personnes ont débarqué sur les côtes européennes en 2011 contre 54 000 en 2008 qui ont «atterri» au large de la Grèce, de l’Italie ou encore de Malte. Entre 2009 et 2010, le contrôle aux portes d’entrée maritimes de l’Europe s’était renforcé.
La plus grande vague de ressortissants d’Afrique qui est passée de l’autre côté de la Méditerranée en 2011 a été recensée durant la première moitié de l’année. Tunisiens, Somaliens et demandeurs d’asile non étiquetés sont les composantes essentielles de cette vague.
L’Italie a été en 2011 la principale destination des candidats à l’immigration illégale par voie maritime, avec 56 000 voyageurs recensés sur son sol.
Pour cette année, les antennes du Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) en Grèce, en Italie, en Libye et à Malte ont en outre précisé que «le nombre réel de décès enregistré en 2011 en Méditerranée peut être encore plus grand. Ces estimations sont fondées sur des entretiens réalisés avec des immigrés rescapés des traversées dangereuses, sur des témoignages téléphoniques de parents des voyageurs clandestins ainsi que sur des rapports de la Libye et de la Tunisie portant sur les survivants dont les navires ont coulé ou ont été en danger durant les premières étapes du périlleux périple intercontinental». En outre, il est également souligné que depuis le début de cette année, le nombre de décès connus s’élève à 170, dont 54 personnes ont coulé début juillet en Méditerranée, alors qu’elles étaient à bord d’un petit canot pneumatique en direction des côtes européennes.
Pour les destinations des émigrés clandestins, le rapport du HCR a indiqué depuis l’année 2011 que l’Italie a enregistré plus de 21 000 arrivées (dont environ 18.000 Tunisiens, 400 Afghans, 300 Erythréens, 200 Egyptiens) principalement à Lampedusa, mais aussi Linosa et Ragusa. Tandis que la Grèce tente, quant à elle, de refouler des Libyens, des Tunisiens, des Algériens.
A la frontière helléno-turque, les Algériens représentent ainsi le deuxième contingent de clandestins interceptés, avec plus de 6 300 individus entre juin 2010 et février 2011, immédiatement après les Afghans et avant les Pakistanais, les Somaliens et les Bangladeshis. Malte enregistre les premières arrivées conséquentes de migrants par mer (550 depuis janvier 2011), tandis que la pression migratoire explose en Espagne avec une augmentation de + 330% si l’on compare les premiers trimestres 2010 et 2011.
Soulignons enfin que même la France n’échappe évidemment pas à l’aggravation du phénomène.
Entre le 1er janvier et la fin du mois de mars 2011, plus de 3200 Tunisiens en situation irrégulière ont été interpellés, soit autant en 3 mois que pour toute l’année 2010!  (L’Expression-18.08.2012)

**********************************************

*25 morts dans une embarcationUn autre drame de l’immigration en méditerranée

 L’île sicilienne de Lampedusa est devenue un véritable mouroir de l’immigration clandestine. Hier, un autre drame de l’immigration est annoncé par les médias italiens avec la découverte des corps à demi composés de 25 immigrants clandestins.

 Un drame de plus qui montre à quel point la situation est devenue critique notamment après la crise libyenne. Hier, les gardes-côtes italiens ont annoncé la découverte des corps de 25 migrants dans la cale d’une embarcation de fortune transportant 271 immigrants clandestins, qui a été secourue et accompagnée au port de l’île sicilienne de Lampedusa. Les 25 migrants retrouvés morts dans la cale de la barque, tous des hommes jeunes, seraient décédés par asphyxie, selon le témoignage des personnes qui étaient à bord. Dans une première reconstruction des faits, il semble que les victimes aient été les premières à embarquer à bord de la barque longue de 15 m et se soient installées dans la cale à laquelle elles auraient accédé à travers une trappe de 50 cm de large. Peu de temps après, de nombreux autres migrants avaient pris place à bord de l’embarcation, mais quelques heures après le début de la traversée, les gaz dégagés par le moteur rendaient l’air irrespirable dans la cale. Les infortunés qui s’y trouvaient avaient tenté de remonter, mais ils ont été empêchés, faute d’espace à bord, selon les déclarations de témoins. Au bout des trois jours qu’a duré la traversée, les migrants bloqués dans la cale ont été retrouvés morts par asphyxie et leurs corps ont été récupérés par la protection civile, « dans un état de décomposition partielle », selon les gardes-côtes. L’enquête ouverte par le procureur d’Agrigente (Sicile) sur cette affaire suggère qu’il y ait eu crime (non-assistance à personne en danger de mort et délit d’immigration clandestine).  »Nous allons faire une autopsie sur les corps afin de reconstituer avec précision la cause du décès, bien que d’après les premiers éléments de l’enquête, il semble que la mort ait été causée par l’asphyxie », a déclaré le procureur d’Agrigente, Renato Di Natale.

 Depuis le début de l’année, avec les crises successives en Tunisie et en Libye, plusieurs milliers d’immigrants clandestins ont rallié l’Italie, via l’île de Lampedusa. Des morts, il y en a eu malheureusement. Le drame le plus spectaculaire est celui d’une barque qui a chaviré début avril dernier et coulé rapidement, entraînant la mort de 20 personnes et plus de 150 disparus. Des dizaines d’autres trouveront la mort quelques semaines plus tard, lorsqu’un vaisseau de guerre français refusera d’assister une embarcation en difficulté près des eaux italiennes. Selon l’organisation internationale pour les migrations (OIM), il y a eu 25.867 immigrés clandestins qui ont atteint le territoire italien dont 23.000 à partir de Lampedusa, dans 390 barques depuis le début de l’année. Une pression énorme sur les autorités italiennes qui gèrent difficilement ce phénomène, alors que la contestation des  »sans papiers » est devenue l’autre pendant de l’immigration clandestine.

Hier dans la ville de Bari, dans le sud de l’Italie, des demandeurs d’asile ont bloqué une route et une voie ferrée, à proximité d’un centre d’accueil de migrants pour exiger le statut de réfugiés. Le mouvement de protestation a été suivi d’affrontements avec les forces de l’ordre. Les migrants, dont la nationalité n’a pas été divulguée par les autorités italiennes, ont notamment jeté des pierres contre les policiers. Les affrontements ont fait 35 blessés selon des médias italiens, 35 blessés dont 20 policiers selon un décompte de  » Reuters « . Les manifestants, qui sont plusieurs centaines et pour certains armés de barres de métal, ont bloqué la voie ferrée avec de grosses pierres et allumé des feux le long de la voie. La circulation des trains a été suspendue et plusieurs trains régionaux ont dû être retardés ou annulés. Les manifestants protestaient contre les lenteurs administratives retardant le traitement de leurs dossiers de demande du statut de réfugiés. Ils seraient plusieurs milliers de Tunisiens et Libyens notamment. Le secrétaire d’Etat à l’Intérieur Alfredo Mantovano a aussitôt demandé « des sanctions contre ceux qui seront reconnus responsables de ces actions ». Le centre d’accueil des migrants de Bari est secoué » au moins une fois par mois par de violentes manifestations des immigrants, qui demandent une régularisation de leur situation sur le sol italien de crainte des reconduites aux frontières.(Quotidien d’Oran-02.08.2011.) 

 *Plus de 1800 migrants morts en Méditerranée…en 5 mois de cette année!

Au cours des cinq premiers mois de 2011, pas moins de 1 820 migrants sont morts dans l’ensemble du Bassin méditerranéen dont 1 633 étaient en voyage vers l’Italie, a rapporté mercredi l’agence de presse du Vatican, Fides, à la veille de la Journée mondiale des réfugiés (le 20 juin). «Le changement de scénario géopolitique qui intéresse les pays d’Afrique du Nord et en particulier le conflit en Libye ont poussé nombre de personnes à entreprendre la dangereuse traversée en direction de l’Europe», a souligné la même source, soulignant que «depuis 1990, au moins 17 597 personnes sont mortes au cours du voyage en direction des frontières de l’Europe».Dans ce cadre, Fides a relevé que le bilan est « probablement plus tragique encore si l’on pense aux personnes qui se trouvaient à bord d’embarcations desquelles on n’a plus eu de nouvelles et qui ne sont jamais parvenues à atteindre les côtes italiennes».

Rappelant que deux routes principales sont suivies par les immigrants par mer depuis le début de 2011, celle de Tunisie et l’autre de Libye, cette source a souligné que «la route tunisienne a vu 187 personnes mourir noyées alors que la route libyenne a enregistré, au cours de la période de référence, la mort en mer de 1 633 immigrants sub-sahariens». Qualifiant d’«extrêmement vulnérable» la condition des migrants qui proviennent de la Libye en guerre, parce que «menacés par l’ensemble des parties au conflit», Fides a rappelé que ces migrants «sont contraints à entreprendre la traversée sur des embarcations délabrées et surchargées afin d’atteindre un refuge sûr en Europe».

L’agence qui a déploré «le silence» en Europe qui entourait ces données, a rappelé qu’il s’agissait «d’hommes, de femmes et d’enfants fuyant des situations de conflit, de graves violations des droits de l’homme et des persécutions. (L’Expression-15.06.2011.)

******************************

 *Quand l’Otan ne vient pas au secours d’un bateau d’émigrants africains en difficulté…et préfére les bombardements contre les villes libyennes!

Selon le quotidien britannique The Guardian,  , un bateau parti de Libye et transportant 72 personnes, dont des femmes, des enfants en bas âge et des réfugiés politiques, a connu des problèmes après avoir quitté Tripoli à destination de l’île italienne de Lampedusa le 25 mars. La garde-côte italienne a pu être alertée et que le bateau chargé d’émigrants est entré en contact avec un hélicoptère et un bâtiment de guerre de l’Otan, mais aucun effort n’a été mené pour recueillir ses occupants. Soixante-deux des émigrants à bord sont morts de faim ou de soif pendant les 16 jours où leur bateau a dérivé en mer, lit-on dans l’article. «Nous enquêtons sur les accusations du Guardian», a dit une porte-parole de l’Otan, Carmen Romero. Selon le journal britannique, qui cite des rescapés, 47 Ethiopiens, sept Nigérians, sept Erithréens, six Ghanéens et cinq Soudanais se trouvaient à bord. Parmi ces émigrants figuraient 20 femmes et deux enfants en bas âge, dont un n’avait qu’un an. Le capitaine ghanéen du bateau dirigeait le navire vers Lampedusa, à 290 km au nord-ouest de Tripoli, mais au bout de 18 heures de mer, l’embarcation a connu des problèmes et perdu du carburant. Les émigrants ont téléphoné à un prêtre érithréen se trouvant à Rome, lequel a contacté la garde-côte italienne. Un hélicoptère dont les pilotes portaient des uniformes a survolé un peu plus tard le bateau et largué des bouteilles d’eau et des paquets de biscuits, écrit le Guardian. Les pilotes ont fait signe aux passagers qu’ils devraient rester dans cette zone le temps qu’un bateau vienne à leur secours, mais aucun navire n’est jamais arrivé.
Le 29 ou le 30 mars, continue l’article, le bateau d’émigrants a dérivé en vue d’un porte-avions de l’Otan, et selon des survivants, deux avions ont décollé du pont et ont survolé à basse altitude le bateau, dont les passagers s’étaient dressés et brandissaient les deux bébés à bord. Cependant, affirme le Guardian, aucune aide n’est parvenue et les émigrants sont morts de faim et de soif l’un après l’autre. Lorsque, le 10 avril, le bateau à la dérive a échoué sur une plage près de Zlitane, dans les environs de Misrata dans l’Ouest libyen, seules 11 personnes à bord étaient encore en vie. L’une d’elles est morte peu de temps après avoir touché terre. Le Guardian écrit qu’après une enquête approfondie, il a conclu que le porte-avions en question était probablement le Charles-de-Gaulle, qui croise en Méditerranée..(source: Reuters-09.05.2011.)

**************************

Harraga et sans papiers veulent retourner au pays 

*Les associations algériennes en Espagne ont imploré le soutien de l’Etat pour le rapatriement des clandestins mineurs.*les mouvements associatifs ont alerté sur les dangers qui guettent les sans-papiers algériens en ces temps de crise économique que connaît l’Europe.

 harraga.jpg

M.Halim Benatallah, secrétaire d’Etat chargé de la Communauté nationale à l’étranger, est depuis le début de la semaine en Espagne, afin de s’enquérir de la situation des Algériens qui y résident. Cinquante-sept harraga algériens ont voulu le rejoindre…! ..M.Benatallah a tenu à Madrid une réunion «de travail et d’évaluation» avec une quarantaine d’associations algériennes qui représentent l’ensemble du mouvement associatif algérien en Espagne. Lors de cette rencontre qui s’est déroulée au siège de l’ambassade d’Algérie, le secrétaire d’Etat a réitéré la volonté du gouvernement d’aller vers «une démarche d’ensemble et durable en direction de la communauté». Il considère que les rapports entre la mère patrie et la communauté établie à l’étranger devraient être construits sur «une relation mutuellement bénéfique». De leur côté, les représentants de ces associations ont présenté au secrétaire d’Etat «un inventaire d’actions et de propositions» pour la prise en charge des doléances des ressortissants algériens en Espagne. Le secrétaire d’Etat chargé de la Communauté nationale à l’étranger a également animé une autre rencontre à Alicante. Lors de cette réunion, M.Benatallah s’est prêté au jeu des questions-réponses en donnant la parole aux émigrés d’Alicante. Ces derniers ont exprimé leurs appréhensions quant à leur situation actuelle. Car ils estiment être «marginalisés et considérés comme une communauté de seconde classe». Aussi, M.Benatallah a assuré que l’ensemble de ces préoccupations «seront prises en charge par le gouvernement», tout on relevant que «les préoccupations exprimées se recoupent avec celles évoquées par la communauté algérienne établie dans d’autres pays». Toutefois, Il faut signaler que tous les mouvements associatifs ont alerté le secrétaire d’Etat sur les dangers qui guettent les sans-papiers algériens en ces temps de crise économique que connaît l’Europe, surtout les mineurs qui sont «plus proches de la dérive vers la délinquance». La situation des «harraga» est des plus précaires. Eux qui n’ont aucune ressource. Pas de papier, donc pas de travail…A cet effet, ces associations ont sollicité le soutien de l’Etat pour le rapatriement des enfants mineurs, ainsi que pour les aider à lancer des campagnes de sensibilisation et de recensement de ces jeunes sans papiers et dont la plupart sont sans repères. Même si leur situation est désastreuse, ils ne peuvent pas rentrer au pays, la plupart du temps par honte…! Ils veulent aussi alerter les candidats potentiels à la «harga» sur l’absence de perspectives en Espagne du fait de la crise économique. Les quarante associations algériennes pourraient ainsi, avec l’aide du département de M.Benatallah, lancer ces campagnes de réinsertion sociale. Dans un autre registre, M.Benatallah a annoncé l’ouverture prochaine d’un consulat général à Barcelone. Ce qui prouve un tant soit peut «l’importance que le gouvernement accorde à la communauté algérienne établie en Espagne et la sollicitude de l’Algérie pour tous ses enfants à l’étranger», a-t-il attesté. Il faut néanmoins signaler que la communauté algérienne établie en Espagne compte environ 65.000 citoyens immatriculés auprès des services consulaires à Madrid et à Alicante. (L’Expression-19.01.2011.)

**1.400 clandestins Algériens ont été refoulés de l’Espagne en 2010

En 2010, plus de 1400 clandestins Algériens ont été expulsés de l’Espagne pour regagner l’Algérie, a révélé mardi un communiqué du ministère des Affaires étrangères qui résume les discussions engagées entre l’Algérie et l’Espagne à la suite de la visite, lundi, à Madrid de Halim Benatallah, secrétaire  d’Etat chargé de la communauté nationale à l’étranger.   

La Coopération entre Alger et Madrid pour le refoulement des Harraga bat son plein. Lundi, lors de sa visite à Madrid, Halim Benatallah s’est félicité avec le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères espagnol, Antonio Yanez-Barnuevo Garcia, des résultats probants de cette coopération.      

Cependant, Hatim Bentallah ne s’est aucunement attardé sur les conditions de détention ou de séjour des clandestins Algériens qui demeurent “déplorables” selon plusieurs enquêtes réalisées par la Fédération européenne des associations algériennes (FEAA), basée en Espagne. 

Sur un autre chapitre, au moment où la France durcit les conditions d’obtention du visa Schengen, l’Espagne et l’Algérie ont convenu que les deux pays engageront prochainement “des discussions sur un accord  de facilitation d’octroi de visas”, rapporte en outre le communiqué du ministère des Affaires étrangères.  

A ce propos, les autorités espagnoles ont annoncé que le nombre de visas touristiques et d’affaires a augmenté sensiblement en 2010. Et cette tendance devrait être “encouragée” en 2011. (El Watan-19.01.2011.) 

 ******************************

harragaalg2.jpg

*50 harraga algériens interceptés près des côtes espagnoles

*Cinquante candidats algériens à l’émigration clandestine qui naviguaient à bord de quatre embarcations ont été interceptés entre vendredi et samedi sur la côte de Murcie, dans le sud-est de l’Espagne, indique un communiqué du gouvernement espagnol rendu public samedi.  La première embarcation transportait 14 personnes, toutes de sexe masculin, et apparemment en bonne santé, dont quatre ont prétendu être des mineurs, ajoute la même source. La deuxième embarcation a été repérée, vendredi avant midi, au sud de Cabo de Palos dans la direction de l’Espagne, par les Douanes espagnoles, qui ont signalé le fait aux équipes de sauvetage maritime. Ils étaient 13 émigrants clandestins à bord, à être secourus et transférés au port de Carthagène.Vendredi à 16 h30, la Guardia Civil a détecté au large de la côte de Murcie, une troisième felouque avec 11 personnes à bord. Quelques heures auparavant une quatrième embarcation avait été localisée au sud-est de Cabo de Palos, avec 12 émigrants. Les clandestins ont été pris en charge par la Croix-Rouge et mis à la disposition de la police nationale espagnole pour la vérification de la minorité présumée de certains d’entre eux. D’autres devront subir une opération d’identification auprès de notre représentation diplomatique en Espagne avant d’être rapatriés, conclut le même communiqué. (El Watan)

**Les harraga profitent du relâchement des gardes-côtes européens occupés avec les festivités de fin d’année, pour accentuer leurs «dessertes» vers l’Europe. Pour preuve, les cinquante émigrants algériens à bord de quatre embarcations qui ont été interceptés près des côtes de la province de Murcia, dans le sud-est de l’Espagne (ce qu’indiquait hier le site Internet toutsurlalgerie «Tsa»). Il faut signaler que tous les clandestins, retrouvés, sont en bonne santé. Ils ont été rapidement pris en charge par les volontaires de la Croix-Rouge espagnole.
Cependant, après l’enquête d’usage, les clandestins seront placés dans un centre de détention pour étrangers en situation irrégulière en attendant leur rapatriement vers leur pays d’origine.

***Pour ces jeunes, si on leur avait facilité la délivrance des visas pour voyager normalement, ils ne seraient pas aventurés à traverser la mer dans des embarcations de fortune avec tous les riques que cela comporte…Ils savent d’avance qu’ils vont être pris par les garde-côtes et renvoyés chez eux…Ils veulent prouver que cette politique de restriction ne les empêche pas de traverser la mer …pour finalement revenir chez eux…après avoir démontré qu’ils sont capables d’affronter toutes les restrictions et de braver tous les dangers…. une façon pour eux de s’affirmer et d’affirmer qu’ils existent!  

**Du coté de Mostaganem, trois embarcations, transportant une trentaine de harragas, ayant pris le large à partir d’une plage de la commune maritime de Benabdelmalek-Ramdane, située à quelque 35 km au nord-est de cette ville, ont atteint la côte espagnole méridionale, tôt le matin de vendredi, a-t-on appris de sources concordantes proches des familles des harragas. Les mêmes sources confirment l’arrivée à bon port des aventuriers par les appels téléphoniques que ces derniers, n’ont pas tardé à faire à leur arrivée…..quatre embarcations avaient pris le large dans la soirée de jeudi passé. Aucun contact n’a été établi avec la quatrième embarcation, dont on ignore le sort de la dizaine de harragas qui l’avaient empruntée.  Redoublant d’ingéniosité et de subterfuges, les groupes de harragas, âgés de 25 à 30 ans, tous originaires de la région du Dahra, semblent avoir pertinemment préparé la traversée hautement périlleuse, en ayant précautionneusement dissimulé les embarcations non loin de la plage de départ, sous des amas de broussailles et d’herbes sèches. Non seulement, ils ont anticipé sur la mobilisation maximale des services de sécurité à l’occasion des fêtes de la Saint-Sylvestre, en avançant d’une nuit l’heure de l’embarquement mais ils eurent l’idée de déclencher simultanément, et en un autre endroit, un feu de bois par lequel ils détournèrent l’attention des forces de sécurité mobilisées dans la surveillance de la côte. (Liberté-02.01.2011.) 
 *************************** 

** Ils sont tous originaires d’Ayoune Turk à Oran
5 Harragas échappent à une mort certaine dans les eaux territoriales

Cinq Harragas originaires de la daïra d’Ain Turk, wilaya d’Oran, ont failli mourir par noyade. Cinq autres jeunes sont portés disparus. Les habitants de la région ont informé qu’ils ont été informés par des jeunes que 10 Harraga ont navigué, dans la nuit de jeudi à vendredi, à bord d’un pneumatique, depuis la plage de « St Germain », en destination de l’autre rive de la méditerranée. On a également su que personne n’était informé du sort de ces  dernier, jusqu’à ce que les services de sécurité d’Alger contactent leurs parents afin qu’ils se déplacent à l’hôpital Mustapha Pacha à Alger afin de récupérer leurs proches.
En se rendant à Alger, les parents de ces Harragas se sont rendu compte que cinq parmi ces derniers sont portés disparus.
Pour ce qui est de la façon par laquelle on a repêché ces Harragas, nos interlocuteurs ont expliqué qu’ils ont été sauvés par un navire étranger qui se rendait vers le port d’Alger, dans son passage dans les eaux territoriales. C’est ainsi qu’on a découvert les cinq Harragas entrain de se battre pour survivre après la noyade de leurs embarcation en plein tempête. (El Khabar-04.11.2010.)

harragaalg2.jpg

  Harraga-échos.1 
 
 

 

 

 

 

 

 

3 réponses à “Harraga-échos.1”

  1. 11 03 2016
    Ermelinda Byerley (21:42:02) :

    Very good blog! Do you have any hints for aspiring writers? I’m planning to start my own blog soon but I’m a little lost on everything. Would you propose starting with a free platform like WordPress or go for a paid option? There are so many choices out there that I’m totally overwhelmed .. Any recommendations? Kudos!

    http://www.bastcilkdoptb.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...