Phares d’Algérie

phare3.jpg

*********************************************************

 Histoire de phares en Algérie

Certains phares algériens datent de plus d’un siècle et demi

**En Algérie, ils sont 25 phares à travers 1 200 kilomètres de côte

Phares d'Algérie

Pour les non-initiés, il serait très difficile de comprendre comment les bateaux arrivent à se repérer, à l’approche de la côte, la nuit, sans percuter de la roche ou se tromper de point d’accostage. Si aujourd’hui, dans certains pays, il y a des systèmes de guidage par satellite
qui peuvent guider les bateaux au millimètre près, rien ne pourra, pour autant, remplacer les phares, qui sont les indicateurs principaux pour les commandants de bord, dès qu’ils s’approchent des côtes.

En Algérie, ils sont 25 phares, le long des 1 200 kilomètres de côte, à guider les marins. De

véritables monuments historiques érigés sur le littoral algérien. Datant de près
d’un siècle et demi pour certains, ils ont pu «résister» aux aléas de la nature.
Le premier qui a été construit en Algérie est celui de Ténès, dans la wilaya de
Chlef. Il a été inauguré en 1861. Quelques années plus tard, plusieurs autres
ont été bâtis, à l’image de celui de cap Caxine, près de Baïnem, (Alger) en
1868, cap Aiguille (1865) et Falcon, près d’Oran (1868), pour ne citer que
ceux-là. En somme, c’est l’ouest et le centre du pays qui ont été les premiers à
être dotés de phares. Pour l’est du pays, il aura fallu attendre le début du XXe
siècle pour voir des phares apparaître sur sa côte.

**Ainsi, il y a eu, à titre d’exemple, le cap Ras Afia, à Jijel (1907) ou bien ceux de l’île Srigina (1906) et Bougaroun (1911), à Skikda. Le dernier en date est celui appelé cap

Colombi, situé dans la localité d’El Marsa (Chlef). Il a été bâti en 1954. Si
depuis aucun autre phare n’a été construit, c’est parce que ceux existants
couvraient déjà tout le littoral algérien. Bien évidemment, si ces «monuments»
sont toujours aussi impressionnants et toujours en état, c’est, entre autres, en
raison d’un entretien périodique dont ils bénéficient de la part de ceux qui
sont chargés de veiller sur eux. Actuellement, c’est l’Office algérien de la
signalisation maritime (ONSM), dépendant du ministère des Travaux publics, qui
prend en charge la gestion de ces phares.

Au-delà de leur importance et de leur utilité, en ce qui est de guider les bateaux la nuit, les phares algériens, comme signalé plus haut, sont de véritables monuments historiques, en
raison de leur âge et de leur spécificité architecturale. Il n’y a qu’à voir le
petit musée, créé depuis quelques années, au niveau du phare de cap Caxine, à
Baïnem, à une dizaine de kilomètres de l’ouest d’Alger, pour s’en rendre compte.
D’anciennes torches ou lampes se frottent à certains éléments mécaniques ayants composé ces phares durant leurs premières années.

Des objets d’une valeur inestimable sont exposés au niveau de ce musée d’une trentaine de mètres carrés ou un peu moins. On y trouve, entre autres, la première lampe,
d’une puissance de 6 000 watts, qui a été utilisée après l’électrification du
phare durant les années soixante. Il y a également ce qui est appelé un
réservoir à pétrole et à air comprimé qui a été utilisé à la fin du XIXe siècle.
«Quand il a été décidé d’ouvrir ce musée, on avait récupéré différents objets
laissés de côté au niveau de plusieurs phares. Des spécialistes les ont retapés
avant qu’on les expose dans ce musée», nous dira Hamid Chaalal, le directeur du
phare de cap Caxine.

Pour lui, l’idéal serait de bâtir ou d’aménager d’autres locaux, plus vaste, pour le musée. Il y a tellement de chose à montrer aux citoyens curieux de connaître tout cet héritage. Le cap Caxine, qui est un phare d’atterrissage, nous précise-t-il, ce qui veut dire qu’il se trouve à côté
d’un port -il y a également les phares de jalonnement qui ont pour mission
d’indiquer, seulement, à un navigateur, qu’il est proche des côtes- est très
bien entretenu. Déjà, ceux qui prennent la route qui mène d’Alger à Aïn Benian
ou Staouéli, peuvent constater ce fait en jetant un coup d’Å »il à l’entrée du
phare si jamais sa clôture était ouverte. L’allée menant du portail jusqu’au
phare est jonchée, sur les côtés, de jardins qui ornent l’enceinte.

En plus du phare, haut de près de 37,4 mètres à partir du niveau du sol (68,4
mètres à partir du niveau de la mer), il y a également deux autres bâtisses,
l’une servant d’appartements aux fonctionnaires et l’autre regroupant les
bureaux et la centrale de commande du phare. C’est à partir de cette dernière
que le phare s’allume, à la tombée de la nuit, et s’éteint au petit matin.

Bien évidemment, aujourd’hui, les employés n’ont plus besoin de monter
en haut du phare pour «allumer la mèche», comme ce fut le cas dans un passé lointain, quoique le «long voyage» jusqu’au sommet du phare soit
toujours indispensable et ceux qui sont chargés de veiller sur son bon
fonctionnement sont obligés de monter et de descendre plusieurs fois par jour
pour s’assurer que tout va pour le mieux. D’ailleurs, en arrivant au sommet de
la tour, après avoir emprunté quelques centaines de marches de l’escalier
circulaire, Hamid Chaalal nous a fait savoir qu’un rideau est hissé durant le
jour afin de protéger l’optique du phare, qui amplifie la lumière de la lampe,
des rayons de soleil qui peuvent «griller» le mécanisme (les rayons du soleil
peuvent provoquer l’effet inverse et au lieu que les optiques amplifient la
lumière de la lampe de l’intérieur vers l’extérieur, elles le font avec les
rayons du soleil dans l’autre sens, risquant ainsi de causer des dégâts à la
lampe et au mécanisme de fonctionnement).

Ces employés sont donc obligés, chaque jour, de hisser ce rideau, quand le phare est éteint, et de l’enlever, à son allumage. Dans cette salle de commande, il y a également des groupes électrogènes pour parer à une quelconque panne électrique.

Cela, sachant pertinemment que la lampe du phare et l’optique en rotation peuvent fonctionner avec une simple batterie. Pour dire que tout est fait afin que la lumière émise durant la nuit ne s’éteigne jamais.
A ce propos, il y a lieu de signaler que le tableau de commande du phare a été refait au début des années quatre-vingt-dix. Cela ne veut pas dire que le précédent, qui remonte à la date de l’électrification du phare durant les années soixante, n’était plus fonctionnel, mais c’était par précaution.

En tout état de cause, il est utile de relever que l’ancien matériel est d’une «résistance» et d’une «solidité» inouïes. Hamid Chaalal nous a informé que le support en rotation
accueille les optiques qui amplifiant la lumière de la lampe, et qui est posé
sur une «cuve à mercure» pour faciliter la rotation, date de l’inauguration du phare, c’est-à-dire de 1868.

En d’autres termes, un siècle et demi après, le système fonctionne toujours sans le moindre problème. Un matériel qui ne peut exister aujourd’hui. D’ailleurs, pour ce responsable du site, si jamaisune panne venait à être enregistrée au niveau de ce support, il est fort à parier qu’il serait indispensable de refaire tout le système en optant pour des mécanismes beaucoup plus récents.

Les pièces de rechange pour cet ancien matériel ne pourraient être disponibles. En tout cas, pour l’instant on n’en est pas encore là, puisque le Cap Caxine ne présente aucun signe de
«vieillissement», malgré son âge très avancé. C’est tout cela qui fait que ce
phare provoque l’admiration chez ses visiteurs. Il donne l’air de se fortifier de plus en plus au fil des ans. Tout indique qu’il tiendra encore pendant un bon bout de temps. Le Cap Caxine continuera à orienter les navigateurs pendant des années encore…
Chaque phare peut être identifié par la couleur de sa lumière et la vitesse de sa rotation

Comme signalé plus haut, le Cap Caxine est un phare d’atterrissage. Ce qui voudrait dire qu’il est situé juste à côté d’un port. Dans ce cas-là précisément, il s’agit du port d’Alger, qui se trouve à environ dix kilomètres plus loin. Il y a d’autres sortes de phares, quoiqu’ils soient conçus de la même manière.

Ceux-là s’appellent des phares de jalonnement. Ils indiquent, pour les navigateurs, qu’ils sont près d’une côte. Sans utiliser le moindre moyen de communication, de transmission ou
d’indication, les commandants de bord peuvent facilement s’orienter, sur le plan
géographique, en s’approchant du littoral. En effet, chacun d’eux dispose d’un
registre qui contient des éléments essentiels sur les phares. Des détails qui
différencient les uns des autres. Comme nous l’a expliqué Hamid Chaalal, chaque
phare a ses propres caractéristiques, principalement en ce qui est de la lumière
et de la vitesse de rotation. Le Cap Caxine, par exemple, dispose d’une lumière
blanche -il y a également des phares qui font jaillir une lumière jaunâtre- avec
un rythme de rotation d’un éclat toutes les cinq secondes. C’est ces deux
détails qui font qu’un navigateur s’oriente sans risque de se «perdre». Et dans
son registre, il y a ces indications pour chaque phare. Donc, dès qu’il l’aperçoit, en consultant son registre, il saura de quel phare il s’agit.

Des registres de visiteurs qui datent de 1868 !

Les employés qui se sont succédé à ce phare -c’est le cas probablement pour tous les autres
phares également- ont le sens de la préservation de tout ce qui est ancien. Pour
preuve, les registres des visiteurs -tout visiteur est censé laisser un mot en
plus de son nom et de la date à laquelle il a effectué la visite- sont toujours
archivés au niveau du site depuis son inauguration en 1868. Les premiers
étaient, bien évidemment, tous français, souvent des militaires, puisqu’on y
trouve toujours un grade à côté du nom inscrit. Ce premier registre est toujours
en bon état. L’écriture est assez lisible. Au vu du nombre de personnes
inscrites sur ces registres, notamment le dernier en date, celui sur lequel,
d’ailleurs, le responsable du Cap Caxine nous a demandé d’inscrire nos noms et
la date de visite, il faut dire que beaucoup d’Algériens se sont «promenés» à
l’intérieur du phare. Pour dire que les employés n’ont pas lésiné sur les moyens
ou les efforts afin de conserver tout cet héritage. **source:LA TRIBUNE ..Reportage réalisé par Abdeghani Aïchoun -18 Août 2009

Les phares d’Algérie

1 – Cap Falcon (Aïn Turck, Oran) 1868

2 – Cap de l’Aiguille
(Oran) 1865

3 – Cap IVI (Mostaganem) 1898

4 – Cap Colombi (El
Marsa, Chlef) 1954

5 – Cap Ténès (Chlef) 1861

6 – Cap Cherchel
(Tipasa) 1881

7 – Cap Tipasa (Tipasa): 1867

8 – Cap Caxine
(Hammamet, Alger) 1868

9 – Cap Matifou (Bordj El Bahri, Alger)

10 – Cap de la jetée Wattier (Port d’Alger)

11 – Cap Bengut
(Dellys, Boumerdès) 1881

12 – Cap Corbelin (Azeffoun, Tizi Ouzou) 1905

13 – Cap Sigli (Béjaïa) 1905

14 – Cap Carbon (Béjaïa) 1906

15 – Phare de Ras Afia (Jijel) 1907

16 – Cap Bougaroun (Chréa,
Skikda) 1911

17 – Phare de l’île Srigina (Skikda) 1906

18 – Cap
de Fer (El Marsa, Skikda) 1907

19 – Cap de Takouch (Chetaïbi, Skikda)

20 – Cap de Garde (Annaba) 1908

21 – Phare de l’île Habibas (Aïn
Témouchent) 1878

22 – Phare de l’île Rashgoun (Aïn Témouchent) 1870

23 – Cap Rosa (Mrabtia, Taref) 1906

24 – Phare de l’île d’Arzew
(Oran) 1865

25 – Phare de Ghazaouet (Ghazaouet Tlemcen) 1868

***************************************

phare- Iles Habibas-Oran

43510

phare- Iles Habibas-Oran

phare de l‘amirauté Alger

02-496-le-grand-phare-de-l-amiraute

Amirauté Alger

phare10

Phare de Chetaibi (Wilya d‘Annaba) Ras Takouche

Le_phare_bengut

Phare bengut Dellys

le-phare-rouge-de-jijel.1185526730

803308461

phare de Jijell

PRIP.80806947.91.1

phare de Jijell

136050296

phare de Jijell

phare_10

phare d’Annaba

1_d_collo_phare

phare- El Calla

95643

LE PHARE DE LA SORTIE DE PORT D EL KALA ALGERIE

LES PHARES D'ALGERIE dans monuments 2733068656_2f6c32f6fc

Phare de CAP IVI : Au nord-nord-est du port de Mostaganem, à mi-hauteur du versant du cap. Tour octogonale avec encorbellement à la partie supérieure et chaînes d’angles en maçonnerie de pierres apparentes, sur la terrasse d’un bâtiment rectangulaire avec chaînes d’angles en maçonnerie de pierres apparentes . Dans le bâtiment, au pied de la tour, deux logements de gardiens et un logement pour le personnel de passage. Clôture rectangulaire en maçonnerie de pierres apparentes, ocre rouge avec chaînes d’angles en maçonnerie de pierres apparentes, rouge. A 2 200 m environ à l’est-sud-est du Djebel-Korima. Sur la tour : lanterne à entretien intérieur. (source:blog de khaleduz)

  • Optique 4 panneaux, df = 0.70 m . Portée 31 milles nautiques.
  • Coordonnées géographiques : 36° 06’50″ Nord/00° 13’40″ Est.

phares-annaba-algerie dans monuments

Phare de CAP DE GARDE: Côté nord-ouest du Golfe d’Annaba. Au nord du port d’Annaba, sur le versant nord- ouest du cap. Tour carrée en maçonnerie de pierres apparentes accolée à un bâtiment carré en maçonnerie lisse. Dans le bâtiment accolé à la tour, deux logements de gardiens et une chambre pour le personnel de passage. A proximité, au sud- ouest et à l’ouest-sud-ouest, deux bâtiments de service, carrés et rectangulaires, en maçonnerie lisse, blancs.

A proximité, au sud, bâtiment du radiophare, rectangulaire, en maçonnerie de pierres apparentes, gris. A 45 m environ et à 50 m environ, dans les azimuts respectifs à 135° et à 165°, deux des pylônes du radiophare, pyramidaux quadrangulaires métalliques, gris clair, hauts de 16 m, à 400 m environ au sud-ouest, sémaphore. Sur la tour : lanterne à entretien intérieur.

  • Optique 4 panneaux, df = 0.70 m. Portée 31 milles nautiques.
  • Coordonnées géographiques : 36° 58’05″ Nord/07° 47’06″ Est.

Le phare de Ras El Afia, l’enchanteur

Le phare de Ras El Afia, communément appelé Grand Phare a été construit en 1867

« Un rocher illuminé par l’homme et les oiseaux à toujours.» C’est           par ces quelques mots consignés dans le Livre d’Or du phare qu’un           architecte-paysagiste a résumé ses impressions après       son passage en ce lieu incontournable pour tout visiteur de la région.

Lanterne rouge

L’imposante bâtisse rectangulaire réalisée en maçonnerie et peinte d’un blanc éclatant est couronnée d’une tour octogonale que termine à une hauteur de 43 m la lanterne de couleur rouge qui protège la lampe et l’optique des intempéries. Un feu auxiliaire se trouvant plus bas est destiné à guider les petits bateaux qui longent la côte vu la présence de trois bancs rocheux qui émergent de l’eau à quelques centaines de mètres du phare.

Durant la journée, et afin de protéger les équipements des rayons du soleil, le vitrage est recouvert complètement d’une  bâche. A ce niveau se trouve la lampe fixe produisant la lumière et le système optique pour la concentrer en la dirigeant vers l’horizon. Ce dernier est composé d’une lentille de Fresnel du  nom de l’inventeur français de la lentille convergente formée  de prismes concentriques décalés. Le dispositif mu par un moteur baigne dans une cuve de mercure, qui assure la sustentation du plateau, et le fait tourner docilement. Le phare, dont les coordonnées géographiques sont de 36°49′N et 5°42′E, émet dès la tombée de la nuit un éclat rouge avec une période  d’occultation de cinq secondes, soit le temps d’une rotation. Ras El Afia est sans conteste la cerise sur le gâteau succulent qu’est la corniche jijelienne qui n’a de cesse envoûté le touriste  par ses ingrédients de choix : la mer, la forêt et la montagne.

 11_eclairage_phare_arzew

Phare de L’ILOT d’ARZEW 

Phare de L’ILOT d’ARZEW : Côté ouest du Golfe d’Arzew, au nord-est du port d’Arzew sur le point culminant de l’îlot. Tour cylindrique en maçonnerie lisse formant groupe avec des bâtiments. Bâtiments de service formant groupe avec la tour chaîne d’angles en maçonnerie de pierres apparentes, ocre clair. Parmi ces bâtiments, deux logements de gardiens, et chambre et cuisine pour le personnel de passage. Enceinte constituée par des murs en maçonnerie lisse et en maçonnerie de pierres apparentes, ocre clair et vert à l’est. Sur la tour : lanterne à entretien intérieur.

§ Optique 4 panneaux, df = 0.25. Portée 16 milles nautiques.

§ Coordonnées géographiques : 35° 52’34″ Nord/00° 17’20″ Ouest.

*********************************

**Le phare de l’îlot d’Arzew

pharecapcarbon.jpg 

 Le phare de l’îlot d’Arzew se dresse magistralement, depuis 1848, de ses 22, 4 m, face à la mer, à l’ouest du golfe d’Arzew et au nord-est du port, pour lancer ses signaux lumineux, à éclat rouge, à une distance de 22 milles nautiques toutes les 5 secondes. Son autre versant fait face à une succession de bungalows et de villas de l’ère coloniale, à une distance de 300 m environ de la mythique corniche de Fontaine des gazelles.De tout temps, « El Phare » comme aiment à le qualifier les Arzewiens a constitué une véritable attraction pour les baigneurs et les pêcheurs du dimanche. Pour les uns, il constitue un challenge et un objectif à atteindre à la nage pour séduire les jeunes filles, pour les autres, un lieu de pêche sans commune mesure, mais aussi « El Phare » constitue un havre de paix, un coin de repli et de méditation. Mais au-delà de la fascination et de l’attraction qu’il représente pour les non-initiés et les profanes, le phare véhicule indubitablement un passé, une histoire et parfois même sa propre pérennité, il la doit à tous ceux qui, des années et des années durant, se sont sacrifiés et ont veillé, contre vents et marées, à ce qu’il continue à projeter, au loin dans la nuit, ses faisceaux lumineux pour guider les bateaux et les marins pêcheurs. En effet, le phare s’est, au fil des ans, nourri de la passion, du dévouement mais surtout du sacrifice de ceux qui l’entretiennent et qui se consument dans l’indifférence totale depuis plus d’un siècle et demi.

Les stigmates d’une passion

Ammi El Bachir, un gardien de phare à la retraite depuis peu, a passé 36 années de sa vie dans la majorité des phares du pays. Abordé devant sa maison à proximité de la pêcherie d’Arzew, il nous racontera, avec beaucoup de nostalgie, parfois de l’amertume mais surtout avec le sentiment du devoir accompli malgré les séquelles très visibles sur son état de santé, une infinité d’histoires et d’anecdotes ayant jalonné sa vie de gardien de phare. Il nous narrera comment la gestion des phares change de tutelle administrative d’une époque à une autre, au gré des conjonctures. Des affaires maritimes, au département des phares et balises à celui de l’Office national de signalisations maritimes (ONSM) rattaché au ministère des Travaux publics. Il nous racontera la précarité de leur vie, l’absence de statut clair, de plans de carrière adéquats qui prennent en compte les difficultés, le vécu et les contraintes des gardiens. En son temps, les gardiens de phare travaillaient en binômes durant 20 jours et nuits sans interruption, sans aucun contact avec le monde extérieur, sauf peut-être pour faire un rapport radio aux autorités maritimes. Il nous confiera que « le plus difficile se produit lorsque les deux gardiens ne s’entendent pas entre eux. Le temps semble alors interminable. C’est l’enfer. Souvent, on se retrouve à converser, tels des débiles, avec les poissons pour ne pas perdre l’usage de la parole. »

La précarité comme condition

7_15_le_phare_d_arzew_H113745_L

De nombreux gardiens de phare, rencontrés dans le cadre de ce reportage, déplorent le fait qu’ils sont, à ce jour, contraints de débourser les frais de ravitaillement en alimentation et autres denrées alimentaires durant leur séjour au phare de leur propre salaire, sans aucune compensation. D’ailleurs à ce sujet, l’un d’eux, toujours en poste au phare d’Arzew, déplore qu’il puisse encore y avoir des gardiens contractuels après plus de vingt ans d’exercice. Il nous confiera qu’en dépit d’un salaire, souvent inférieur au SNMG, il continue tous les dix jours à faire la traversée à la rame à bord d’une barque de fortune. Il ajoutera avec beaucoup d’amertume : « Ils nous maintiennent indéfiniment dans un statut de contractuel pour mieux nous asservir. » Ammi El Bachir nous confiera qu’une fois la veille de son retour à la maison, il consomme, avec son collègue, tout ce qui lui restait comme ravitaillement. Il ne restait que l’eau de pluie récupérée par l’entremise d’un système interne lors des averses, des orages ou des grandes pluies. Le lendemain matin, le climat s’est subitement dégradé et le mauvais temps a empêché la relève de débarquer sur l’îlot. Ils ont été contraints de rester encore trois jours de plus. Il nous confiera que durant ses trois jours, ils s’alimentaient d’une eau bouillie, de cailloux récupérés des profondeurs de la mer. Tout au long de son récit très émouvant, entrecoupé de douleurs à lui couper le souffle, des suites d’une intervention chirurgicale, Ammi El Bachir nous narrera l’importance des phares et leur rôle dans l’histoire de la guerre de libération. Il nous dira qu’en temps de guerre, les phares constituaient des zones de paix inviolables. Mais lors de la Seconde Guerre mondiale, certaines archives font état de l’utilisation du phare d’Arzew durant la nuit du 7 au 8 novembre 1942 à 3h, pour servir de tête de pont au débarquement en Afrique du Nord du 1er bataillon de rangers, lors d’une mission baptisée Opération Torch.

Un siècle et demi d’histoire

Lors de la préparation de cette opération, le Lt col W. O. Darby disait à ses hommes : « Messieurs, nous n’aurons pas droit à l’erreur, alors ouvrez grand vos oreilles. Des mois de préparation ont été nécessaires à l’Opération Torch, autrement dit, à l’invasion de la zone occupée par les forces de l’Axe en Afrique du Nord. Nous avons pour mission de prendre les points clés à l’Ouest pendant que Montgomery ferme la porte à l’Est. Pris en tenaille, Rommel pourra dire adieu aux renards du désert. Il était prévu que seules les forces françaises de Vichy nous opposent une petite résistance, mais une unité allemande a élu domicile sur l’une de nos zones de débarquement, dans le port d’Arzew. Ils ont caché leur artillerie lourde en ville, alors pas question de débarquer pour l’instant. Nos chalands seraient réduits en poussière en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. C’est à vous, rangers, d’entrer en action. Votre groupe va devoir mener une incursion derrière les lignes pour neutraliser les pièces d’artillerie braquées sur la plage. Nous ne savons pas dans quelle partie de la ville elles se trouvent, mais d’après des sources internes, le poste de commandement établi dans la digue abriterait des plans très récents indiquant leurs positions. Après les avoir détruites, vous devrez signaler à la flotte que la voie est libre. Le renseignement a repéré un phare sur la côte qui fera très bien l’affaire. Ensuite, vous pourrez regagner votre point de départ et embarquer dans une barge. » Dans le même contexte historique, l’îlot d’Arzew aurait été utilisé comme emplacement stratégique, bien avant la construction du phare, par l’Emir Abdelkader, lors de la bataille de la Macta.(El Watan-23.07.04.)

********** Cap Ivi, à l’est d’Arzew.

capkiviarzew.jpg

La baie d’Arzew est balisée par deux phares. A l’ouest, c’est celui de la pointe de l’Aiguille, cette arête qui matérialise le cap Carbon, et à l’est,  celui de cap Ivi. Installé sur le flanc de la montagne, ce phare est visible par temps clair à plus de 120 km. En effet, à 212 m du niveau de la mer, ses lumières sont perceptibles depuis la côte espagnole.Construit en 1878, il occupe un site historique d’où les premiers habitants de la contrée pouvaient contrôler tout mouvement de navires. En effet, le site archéologique du cap Ivi fait partie d’une série de postes d’observation qui jalonnent l’accès à une véritable cité antique : la ville de Quiza qui se trouve sur le flanc sud de la montagne à moins de 3 km à vol d’oiseau. Selon certaines versions, elle aurait abrité l’unique port fluvial d’Algérie. On y accède en longeant sur 5 km, la rive droite du Chélif depuis l’embouchure.

Fruits et légumes en abondance

Des deux côtés du phare, des sites archéologiques d’une grande richesse, mais qui n’ont pas encore livré tous leurs secrets, sont répertoriés. Celui de Chaïbia, en contrebas du phare, est sans doute le plus prometteur, car la profondeur des eaux et les ruines qui affleurent sur la plage laissent supposer l’existence d’un véritable comptoir phénicien. Mokhtar, le jeune gardien, qui officiait lors de notre visite, s’est monté peu loquace. Travaillant en relais avec deux autres collègues, il refusera un premier temps de nous laisser accéder à l’intérieur avant de se raviser. Construit sur la terre ferme, le phare de cap Ivi est une bâtisse immense. On y entrait en tournant le dos à la mer par une énorme porte, non sans avoir traversé une spacieuse cour que délimite un belvédère. Entouré d’une large muraille fortifiée, il s’accoude à la montagne en empruntant aux terres environnantes de larges espaces. La présence d’un puits en fait un cas d’espèce. En effet, jusqu’au tout récent raccordement au réseau public qui dessert les contrées du Dahra, le phare de Ouillis était totalement autonome. Les terres en contrebas offraient abondamment fruits et légumes. C’était du temps où le vieux gardien, aujourd’hui à la retraite, entretenait les lieux. En effet, natif du promontoire, Boukazoula Benyamina a été gardien entre 1967 et 1988. Entré dans les services des phares et balises en 1964, il fourbira ses armes aux îles Habibas. Revenu au terroir, il élira domicile au niveau du phare où naîtront tous ses enfants. Malgré une ouïe défaillante, il nous contera ses nombreuses années passées à remonter – toutes les 3 heures – les lourds contrepoids de 84 kilos qui permettent au dispositif de faire tourner, à vitesse constante, les lourds déflecteurs chargés de répercuter à des dizaines de km, le précieux faisceau. Depuis son départ, ce dispositif est alimenté par l’énergie électrique, réduisant considérablement l’effort des hommes. Si, au départ, le nouveau système se déclenchait à l’aide d’une minuterie, Mokhtar, le jeune gardien, se plaint de devoir, toutes les trois heures, actionner manuellement le moteur électrique. Avec la même régularité que ses prédécesseurs, les manivelles en moins. L’accès au cœur du dispositif se fait par un ample escalier en colimaçon. En effet, la faible hauteur du phare et la générosité du terrain d’assiette, ont permis à l’architecte de concevoir un escalier fort spacieux, dont les pièces seront moulées dans la fonte. Le dispositif d’éclairage a été construit par les ateliers Henry Lepaute. Son jeune gardien n’est pas peu fier de dire que ce dispositif est le même que celui qui équipe les phares allemands. Une information qu’il aurait glanée auprès de visiteurs germaniques. Une fois parvenus à hauteur du système d’éclairage, on est impressionné par la qualité de l’usinage. Toutes les pièces de l’immense dispositif sont travaillées tantôt dans un acier noble tantôt en cuivre ou en bronze.

Un monument sans mémoire

Une plaque rutilante indique le nom du fabricant et son adresse. Une minuscule lampe centrale – d’une puissance de 1000 watts – est entourée d’une série concentrique de lentilles dioptriques, ou lentilles de Fresnel, constituée d’un disque central, entouré d’une série d’anneaux concentriques d’une confortable épaisseur. Seul le gardien peut accéder au cœur du dispositif en empruntant une échelle qui fait corps avec la tourelle sur laquelle sont installés les quatre impressionnantes lentilles. Le tout est posé sur un rail circulaire de 1,20 m de diamètre. Grâce à un habile jeu de roulements, confortablement assis sur un bain de mercure que le gardien lubrifie régulièrement, le phare tourne à une vitesse constante – obtenue grâce à un dispositif très complexe qui fait penser à une gigantesque montre suisse – diffusant régulièrement une lumière douce et puissante à la fois. Celle qui permet non seulement aux bateaux d’éviter les écueils et de garder le cap mais aussi aux aéronefs qui amorcent l’atterrissage sur les nombreux aérodromes d’Oran, ou qui continuent leur trajet vers le cœur de l’Afrique de se positionner avec exactitude. Car ce phare a cette double vocation de servir à la fois la navigation aérienne et maritime. Mais le phare de cap Ivi souffre d’une double occupation. Celle que son locataire naturel doit partager depuis bientôt dix ans avec un détachement de la garde communale. Affectée à la protection de l’ouvrage stratégique, cette brigade a fini par occuper une grande partie des lieux, utilisant les logements d’astreinte et y régnant en maître. Une promiscuité qui semble desservir la sérénité habituelle de ces lieux. Par ailleurs, nombre d’objets, qui constituaient l’attirail du parfait gardien de phare, ont miraculeusement disparu. Certains auraient tout simplement été regroupés à Alger, voilà quatre ans pour le montage d’une exposition. Ils n’ont toujours pas été restitués. Mais le plus curieux est que le livre d’or fasse partie des objets transférés. A telle enseigne que la mémoire du phare a tout simplement quitté les lieux. Quel intérêt peut avoir un livre d’or qui débute chronologiquement en 2001, sachant que le phare est fonctionnel depuis 1868 ? En effet, les premiers enregistrements sur le livre journal encore disponible remontent à l’année 1870. Impossible de remonter le temps que seul un livre d’or peut restituer dans toute sa spontanéité. Aucune trace de ces visiteurs anonymes ou célèbres – Napoléon III, qui restitua la vielle mosquée du Derb au culte musulman, en ferait partie – qui se sont relayés plus d’un siècle durant, pour donner un peu de bonheur à ces vigiles infatigables et terriblement solitaires.(El Watan.12.08.04.)

******************************************

********************************* 

**L’ancien phare de Mostaganem…Cette sentinelle des mers

La place de Mostaganem a joué un rôle capital durant la résistance héroïque de l’Emir Abdelkader contre les troupes d’invasion. Avec Oran et Tlemcen, c’est incontestablement cette ville côtière qui jouera les tout premiers rôles dans le soutien et l’approvisionnement des troupes.Ce n’est pas sans raison que les cohortes d’invasion mettront tout en œuvre pour faire tomber cette citadelle. Une première bataille opposera sur le plateau de Mazagran, une escouade de l’Emir à un détachement de l’armée coloniale. La victoire des Français sera aussi rapide que la bataille. Mais l’impact au niveau des états-majors parisiens sera considérable. Mazagran rentrera dans le lexique français pour ne jamais le quitter. La région est de tous temps connue pour la luxuriance de son arrière-pays où les fellahs pratiquent une agriculture performante, où prédominent les orges et les cultures maraîchères. L’abondance n’y est point une simple vue de l’esprit loin s’en faut. De tous temps, la province d’Oran dépendait en grande partie de Mostaganem pour son approvisionnement en fruits et légumes. Malgré tous ces atouts, la ville qui pouvait fort justement prétendre à d’excellentes relations commerciales avec l’Espagne toute proche s’en remettait toujours à Oran, sa voisine. Cette situation s’explique par l’absence de toute infrastructure portuaire dans le Golfe. Alors qu’Arzew continuait de bénéficier de la grâce de sa rade depuis le comptoir phénicien et qu’Oran s’enorgueillit d’avoir avec Mers El Kebir, la plus grande rade naturelle de la Méditerranée occidentale, la côte mostaganémoise affichait fièrement sa farouche et inhospitalière façade maritime. Il a fallu l’arrivée du corps expéditionnaire français, dès les premières années de l’occupation, pour pallier ce terrible handicap. Rapidement, la colonisation avait pris soin d’installer les infrastructures nécessaires à son expansion. Contrairement à l’Emir Abdelkader qui ne découvrira les vertus de la marine que lors de son voyage d’exil, les partisans du Duc d’Aumale avaient rapidement pris conscience qu’une occupation de l’Algérie ne pouvait se faire sans la maîtrise de la mer. C’est pourquoi, dans leurs projets, l’implantation d’un port entre Alger et Oran devenait une nécessité absolue et c’est pour cette raison que l’érection d’une jetée sera rapidement envisagée à l’endroit même où trônait le mausolée de Sidi Maâzouz El Bahri, dont les restes seront transférés vers les hauteurs de Tigditt. Rapidement, une minuscule jetée d’à peine une cinquantaine de mètres sera érigée. Devant l’ampleur du trafic, elle subira plusieurs extensions successives jusqu’à l’arrivée de Napoléon III. A la fin du XIXe siècle, le port de Mostaganem avait déjà fière allure. Cette rapide extension se fera sous l’œil vigilant d’un phare probablement érigé dès le lancement du tout premier abri. Lorsque le port aura sa configuration actuelle, ce premier phare sera totalement abandonné au profit de ceux balisant l’entrée du port. Rares sont les habitants de Mostaganem qui connaissent ce vieux phare délabré et totalement livré aux oiseaux marins qui n’hésitent pas à venir régulièrement s’y reposer. Erigé sur un rocher surplombant le port, il constitue une vieille relique dont on a du mal à se séparer. La maison du gardien, construite bien plus tard, continue d’abriter une famille qui, sans le savoir, aura permis à cet édifice rudimentaire d’échapper à l’usure du temps et des hommes. Ce petit joyau n’aura pas échappé au pinceau alerte du miniaturiste Hachemi Ameur, qui l’immortalisera en une superbe peinture exécutée en de chatoyantes couleurs. Récemment, l’œuvre fera l’objet d’une acquisition au profit d’un ambassadeur d’un pays européen, en visite dans la région. Pour les amateurs et les mécènes, le phare oublié est toujours visible au coin de l’immense belvédère qui prolonge la place de l’ancienne Caserne des douanes. (El Watan-02.09.06.)

***************************

*LE PHARE DE CHERCHELL…..Le Loup de mer. C’est un monument qui jaillit au milieu d’un îlot. Le phare de Cherchell ne peut pas échapper aux regards. Sa construction remonte à 1881. La maçonnerie, qui a façonné ce phare d’une hauteur de 28,60 m à partir du sol, démontre tout le génie de ses concepteurs.partir de cette hauteur, la portée lumineuse de ce magnifique phare avoisine 50 km, plus exactement 25 milles nautiques. Cette portée lumineuse fonctionne sur un rythme, entre la lumière et l’obscurité, pendant 15 secondes sur une rotation de 360°. Le phare du Fort Joinville demeure attractif en dépit de ces circonstances contraignantes imposées par l’insécurité et l’obscurantisme. Ce phare a été construit avec cette merveilleuse pierre extraite d’une carrière de Marseille (France). Les calculs des escaliers en colimaçon ont été faits par des ingénieurs français des services des travaux publics. La construction du phare de Cherchell a débuté sur une large base de ce site archéologique. Les marches des escaliers en pierre taillée importée de Marseille sont collées verticalement selon un plan géométrique conique. Il existe 119 marches en pierre à l’intérieur de cette superbe structure. Plus haut encore, il faut escalader 27 escaliers en bois pour atteindre cet appareillage, ce pupitre. La tour de ce phare se compose d’un soubassement tournant muni de deux moteurs qui se relaient toutes les 24 h par un système d’inverseur. L’aventure ne s’arrête pas-là, car il faut monter les 9 marches d’escaliers qui restent pour enfin pouvoir observer l’horizon. La hauteur totale de ce phare à partir du niveau de la mer est estimée à 34,08 m. Certaines archives détenues au niveau de ce phare, nous indiquent les mouvements des navires à vapeur depuis 1904. Des précisions sur les horaires d’entrées et de sorties des bateaux à vapeur, des bateaux de guerre au niveau du port de Cherchell. Une autre précision de taille est dévoilée dans ces documents précieux, c’est l’activité commerciale portuaire qui se déroulait au niveau des ports de Gouraya, Larhat, Messelmoune et Damous au début du siècle dernier. Des voiliers se sont rendus au port de Cherchell, battant pavillons des pays européens. Sur un autre registre, sont indiqués les noms des visiteurs venus de tous les coins de la planète. Madjid est une véritable bibliothèque, cultivé, qui se soucie de la préservation de ce site historique et de l’avenir de ce phare, avec cet espoir de voir ce monument, témoin du passé, réhabilité. Pour l’histoire, les fouilles archéologiques et de sauvetage effectuées au début des années 1960 amenèrent la découverte d’un phare dans cet îlot de Joinville. Selon les écrits de J. Lassus, seules en subsistent les fondations. Il est construit selon des traditions qui l’apparentent à l’architecture hellénistique. Il résulte des précautions prises pour l’établissement de l’assiette du monument, de la combinaison d’appareils qui va être adoptée et du soin extraordinaire de leur réalisation, que la tour devait avoir une grande hauteur.Ce phare aurait eu 36 m de hauteur. Il avait été érigé entre le port militaire et le port commercial. J. Rouge avait écrit que l’ex-Césarée était le dernier port important sur la côte nord-africaine avant le détroit de Gibraltar. Ce jugement se fonde uniquement sur l’importance de la ville, la présence d’une escadre et l’aménagement portuaire que constituait le phare. Les fouilles archéologiques effectuées sur l’îlot de Joinville par M. Gaspary et M. Bellure ont permis la découverte d’une mosaïque luxueuse à l’ouest du phare. Il s’agit du buste de Minerve casquée. Elle paraît être du second siècle de notre ère. Le phare de Cherchell est devenu incontournable pour certains poètes qui s’évadent dans l’abstrait. Le premier phare n’a pas pu résister aux destructions des invasions, aux tremblements de terre et à l’absence d’entretien. L’actuel phare de l’îlot de Joinville ne peut pas effacer l’histoire de celui qui l’a précédé. Le jeune Madjid et les deux gardiens qui ont tenu à rendre hommage à l’ex-gardien du phare Si Belaïd, qui a quitté le monde sans avoir eu le temps de transmettre quelques secrets de ce joyau architectural qui ne cesse d’alimenter les débats aujourd’hui.(El Watan-02.09.04)

**********************

*Phare de Tipaza 

 pharetipaza.jpg

On peut accéder à ce phare, d’une hauteur de 13,58 m par rapport au sol, par route. Sa hauteur par rapport au niveau de la mer s’élève à 34,08 m. Son rythme durant la nuit est calculé sur une fréquence de trois secondes de lumière et une seconde d’obscurité.La wilaya de Tipaza est pourvue d’une côte longue de 115 km. Sa richesse, encore une autre, réside dans l’existence d’un phare d’atterrissage à Cherchell et d’un phare de jalonnement à Tipaza. Ils sont les témoins muets du passé de cette région du bassin méditerranéen. Ils ont inspiré d’illustres écrivains et artistes. Visiter aujourd’hui le phare n’est pas un banal réflexe. Il faut inévitablement entamer des démarches auprès du ministère des Travaux publics et de l’Office national de la signalisation maritime. Compte tenu de son importance stratégique, le phare est une citadelle imprenable et jalousement très bien gardée. Le phare de Tipaza (phare de Ras El Kalia) a été construit en 1867. Il se trouve au nord-ouest du port du chef-lieu de la wilaya de Tipaza, sur l’extrémité de la pointe. Sa portée lumineuse est estimée à 18 miles nautiques (33,5 km environ).

A l’heure romaine

On peut accéder à ce phare d’une hauteur de 13,58 m par rapport au sol par route. Sa hauteur par rapport au niveau de la mer s’élève à 34,08 m. Son rythme durant la nuit est calculé sur une fréquence de trois secondes de lumière et une seconde d’obscurité. La présence d’un groupe électrogène permet à ce phare de produire des faisceaux lumineux même en cas de rupture du courant électrique normal. A l’extérieur, nous distinguons une montre solaire et une meule romaine. Son tableau de commande date depuis sa construction par les services techniques des phares et des balises. Il a été érigé sur un site de l’époque romaine. A l’intérieur, on escalade 45 marches d’escaliers pour atteindre cette lampe de 500 watts, installée au milieu d’une pièce en bronze et enveloppée dans un gros verre épais qui canalise la lumière. Au-dessus de cette grosse lampe est collée une autre lampe de secours. A l’intérieur de ce petit bureau quelques objets devenus rares de nos jours sont soigneusement entretenus par MM. Hamimi et Brahimi. Ces deux gardiens ont préservé ce lieu qui a fait sa toilette pour nous accueillir.

En faction maritime

Notre regard se fixe sur la ville de Tipaza et nous nous interrogeons sur l’évolution anarchique du tissu urbain : des constructions multiples sans aucune âme architecturale. Au pied de la colline, le bruit des engins et des gros camions nous rappelle qu’un port est en cours de construction. Lors de sa dernière visite, le ministre des Travaux publics a mis l’accent sur l’harmonie de ce site qui fait partie du patrimoine mondial en péril. Le phare de Tipaza est en mesure de générer des ressources pendant le jour, tout en veillant à la sécurité des navigants durant la nuit. M. Hamimi, ce gardien qui a consacré 28 ans de sa vie auprès du phare de Tipaza, a tenu à préciser qu’il existe une sirène de brume pour alerter les bateaux si le brouillard envahit cette zone et empêche toute visibilité. L’emplacement du phare est un autre lieu paradisiaque de la commune de Tipaza. Sa préservation est impérative. La nature a offert ses belles couleurs. Il ne reste qu’aux décideurs de mieux gérer ce potentiel très vital pour le développement de l’activité touristique de la ville.(El Watan-19.08.04)

 **La pluie, mais surtout la force des vents (80 nœuds) nous empêche de nous attarder sur les lieux. Ce monument érigé sur les cimes de la colline avait été construit en 1867.

Il est implanté sur le site archéologique, site classé par l’Unesco sur la liste du patrimoine culturel mondial. L’entreprise portugaise, qui avait été chargée de l’aménagement du port du chef-lieu de la wilaya de Tipasa, a quitté les lieux, en attendant l’achèvement des travaux. L’architecture actuelle du port, après les travaux d’aménagement, suscite encore moult remarques et critiques des riverains et des touristes. Que de cubes de béton qui cachent l’horizon.

Khalida Toumi ne s’est pas empêchée de réagir lors de sa visite au port. Les espaces du port situés au pied de la falaise sont livrés à l’incivisme, à l’insouciance et à la pollution. Des amas de détritus, de canettes et de bouteilles de bière «achalandent» le superbe décor naturel qui entoure ce phare de jalonnement.
Après avoir escaladé 38 marches  et parcouru quelques mètres, nous arrivons au phare. Des travaux inachevés ont radicalement transformé les façades de ce monument plus que centenaire. Le bâti sur lequel repose l’équipement lumineux ne peut plus résister aux caprices de la nature (érosion marine, humidité, pluie, vent fort). Des amas de pierres surgissent. Le plancher a fini par céder aux infiltrations des pluies, et nous dévoile une cave dans une totale déliquescence. De l’autre côté, c’est le plafond qui s’est effondré. Le gardien du phare, père de 3 petits enfants, vit dans des conditions inhumaines.

En dépit de sa précarité, il continue à entretenir «la flamme» du phare, qui guide les marins pêcheurs et les navires qui passent durant les nuits à l’horizon, au large de cette ville touristique. La portée lumineuse de ce phare vers la mer est estimée à 33,5 km.  Le phare de Tipasa risque de s’écrouler à tout moment.
En plus de la végétation qui l’entoure, le phare est pourvu d’un jardin jonché de pièces archéologiques. On y distingue des restes de monuments de l’ère romaine, tels que la montre, un moulin à huile et à grains, une colonne en marbre blanc, un chapiteau. Le silence qui caractérise cet espace paradisiaque est brisé par «le chant» des vagues qui se cognent sur la falaise au rythme des vents.

Ce phare de jalonnement, autrefois une halte pour les touristes nationaux et étrangers qui se rendaient à Tipasa, est victime de l’indifférence depuis des années.
Il risque de disparaître, pour ne laisser place qu’à des souvenirs. Le plus grave encore, c’est qu’il n’a jamais fait l’objet d’une attention particulière, ni des élus ou responsables locaux, ou encore de ceux qui sont censés le préserver et l’entretenir, afin de perpétuer son activité dans des conditions normales.(El Watan-19.10.2010.).

**************

*Ras El Afia, l’enchanteur, à l’ouest de Jijel…..

 « Un rocher illuminé par l’homme et les oiseaux à toujours. » C’est par ces quelques mots consignés dans le Livre d’Or du phare qu’un architecte-paysagiste a résumé ses impressions après son passage en ce lieu incontournable pour tout visiteur de la région.

Par une matinée légèrement brumeuse et nuageuse de ce mois de juin, nous nous sommes rendus, une fois encore, au Grand Phare à moins d’une dizaine de kilomètres à l’ouest de Jijel, un phare débordant amplement de sa vocation de guide pour les bateaux dansla nuit pour s’insérer tout simplement dans le patrimoine local. Nous n’en sommes pas à notre première virée dans cet édifice intégré agréablement au site en valorisant même la valeur, mais on s’y presse, tout charmé, comme si on allait à sa découverte. Après avoir traversé la localité d’Ouled Bounar (5 km à l’ouest de Jijel), et sitôt le virage qui surplombe deux magnifiques criques abordé, s’offre, au regard charmé, le cap Afia sur lequel trône majestueusement, telle une sentinelle, le phare Ras El Afia. En quittant la RN43, il faut prendre une petite route, qui mérite bien une réfection, menant jusqu’au portail avancé du phare.

L’écueil de la salamandre

C’est sur la pointe rocheuse ouest de Leghrifat du cap Afia, une langue de terre qui avance en Y dans la mer que fut construit en 1867 le phare de Ras El Afia, communément appelé Grand Phare, pour avertir les navires de la présence de l’écueil de la salamandre à quelques milles nautiques au nord. La presqu’île qui abrite le phare et où l’on note la présence de matériels lithiques préhistoriques de différentes époques est longée à l’est par une magnifique plage avec son sable rouge caractéristique et à l’ouest, une anse très prisée par les pêcheurs invétérés. Le coin qu’on désigne par Leghrifat (chambrettes) serait probablement une allusion à l’emplacement dont subsistent, au sommet d’une colline plus au sud, les ruines d’un campement romain. Quant à Afia, bien que l’origine ne soit pas bien établie, on soupçonne une vraisemblable corruption par l’arabe du mot afia (lumière) du berbère ancien en référence à un sémaphore antique qui s’élevait dans le campement, indiquant la proximité d’Igilgilis Colonia (Jijel). Avant de longer les trois palmiers qui balisent le chemin menant vers l’escalier en pierre qui zigzague jusqu’à la porte d’accès au phare, nous rencontrons Mourad Azzoune, un des gardiens du phare, qui s’est fait une joie de nous faire visiter cette merveille.

Lanterne rouge

L’imposante bâtisse rectangulaire réalisée en maçonnerie et peinte d’un blanc éclatant est couronnée d’une tour octogonale que termine à une hauteur de 43 m la lanterne de couleur rouge qui protège la lampe et l’optique des intempéries. Un feu auxiliaire se trouvant plus bas est destiné à guider les petits bateaux qui longent la côte vu la présence de trois bancs rocheux qui émergent de l’eau à quelques centaines de mètres du phare. Le soubassement qui ceinture tout le tour de l’édifice est de pierres apparentes qui lui donnent l’aspect d’une forteresse. Ras El Afia est classé parmi les phares de jalonnement des côtes qui précisent le tracé d’une route maritime très fréquentée. A l’intérieur de la bâtisse de deux étages, nous remarquerons qu’il y a, dans ces lieux maintenus dans une propreté impeccable, assez d’espace pour y avoir aménagé deux chambres spacieuses, une cuisine et des locaux de service. De la terrasse, le visiteur découvre une vue imprenable sur la mer au nord, El-Aouana et ses pitons en cascade, à l’ouest et Lalla Mezghitane, la montagne qui veille silencieusement sur la ville de Jijel, au sud. Pareil spectacle demeure un enchantement, gravé pour toujours dans la mémoire du touriste de passage. Pour accéder au sommet de la tourelle, il faut escalader les 36 marches d’un escalier en colimaçon qui tourne dans la cage. Le dispositif optique, que protège la lanterne vitrée et colorée en rouge, est accessible par un petit escalier de neuf marches. Durant la journée, et afin de protéger les équipements des rayons du soleil, le vitrage est recouvert complètement d’une bâche. A ce niveau se trouve la lampe fixe produisant la lumière et le système optique pour la concentrer en la dirigeant vers l’horizon. Ce dernier est composé d’une lentille de Fresnel du nom de l’inventeur français de la lentille convergente formée de prismes concentriques décalés. Le dispositif mu par un moteur baigne dans une cuve de mercure, qui assure la sustentation du plateau, et le fait tourner docilement. Le phare, dont les coordonnées géographiques sont de 36°49’N et 5°42’E, émet dès la tombée de la nuit un éclat rouge avec une période d’occultation de cinq secondes, soit le temps d’une rotation. Ras El Afia est sans conteste la cerise sur le gâteau succulent qu’est la corniche jijelienne qui n’a de cesse envoûté le touriste par ses ingrédients de choix : la mer, la forêt et la montagne.(09.07.04.)

*********************

*LE PHARE DE CAP CAXINE , à l’ouest-nord-ouest du port d’Alger, à Baïnem….

Porté au sommet d’une tour, le phare reste un instrument de haute fiabilité plus ou moins puissant destiné à guider les navires durant la nuit. Ce dispositif de sécurité, que les maîtres de phare aiment appeler « œil du navire », borde les côtes. Les 1200 km de côtes algériennes sont jalonnées de 26 phares dont 10 permettant de renforcer la sécurité de la navigation maritime.

Pour l’histoire, le phare tire son origine du mot grec pharos, qui désigne le nom d’une île grecque située près d’Alexandrie. C’est au IIIe siècle av. J.-C., que Ptolémée Sôter commanda la construction du premier phare, celui d’Alexandrie dont les travaux nécessitèrent plusieurs années. Il aurait été construit pour protéger les marins de la côte d’Alexandrie bien sûr, mais aussi en tant qu’œuvre de propagande. Cette tour au sommet de laquelle brûlait un feu de bois, la nuit pour guider les navires, est l’une des sept merveilles du monde. « Le phare est l’œil du navire », nous dit Mohamed Brahimi, ancien maître de phare du cap Caxine, construit en 1868 et situé à l’ouest-nord-ouest du port d’Alger, à Baïnem. Il se rappelle du temps de la lampe d’Aladin qui servait de repère pour les navires avant l’électrification du phare en 1948. Nous rendons visite dans ce site de l’Office national de signalisation maritime (ONSM) qui relève du ministère des Travaux publics. « La salle de veille dispose d’une commande automatisée et d’une grande armoire, comprenant un radiophare, une batterie de feu, et un équilibrage et un alternatif. Celle-ci est troquée contre un dispositif qui épouse l’air du temps, de plus en plus technologique », nous explique Hamid Chaâllal, maître de phare qui engrange 18 années d’activité dans cette structure implantée sur un site de 4 ou de 5 ha. Une eclaircie marine Un site dégagé de tout obstacle pour permettre aux navigateurs de bien voir le phare. « Je ne peux m’en passer, nous confie-t-il, de ce lieu où le sifflement du vent et le bruissement né du ressac sont devenus mes compagnons de nuit. » En promontoire, se trouve le GPS et la tour qui trône à une hauteur de 37,4 m. Le séisme n’a pas ébranlé sa structure, sinon quelques fissures esquissent une partie de sa paroi. A l’entrée de la tour, une salle fait office d’un petit musée rassemblant des instruments désuets (barographe, optique, lampe Aladin, émetteur-récepteur…) faisant partie du premier dispositif de sécurité. Un éventail supplanté par des instruments plus performants et qui s’adaptent aux exigences du moment, rappelle-t-il à notre endroit. Nous empruntons les escaliers en colimaçon, avant d’atteindre la coupole qui donne sur une rambarde. Elle comprend le soubassement du phare fonctionnant au mercure et sur lequel pivote une lanterne munie d’une lampe de 1000 w et d’une optique à quatre panneaux projetant un faisceau lumineux d’une portée de 31 miles (environ 53 km). La lentille Fresnel qui porte le nom de l’ingénieur des ponts et chaussées est composée d’une multitude d’anneaux de verre concentriques, situés les uns sur les autres. Elle augmente la puissance et la portée autour d’une source lumineuse. Pleins feux Par exemple, une simple ampoule de 4 cm de hauteur (1000 w) peut être visible à plus de 20 km. « Dès qu’il y a un ennui, nous dit M. Challal, nous avisons la capitainerie d’Alger qui signale la panne du phare à tous les navires. » Et d’enchaîner : « Il nous arrive parfois que certains armateurs nous font porter la responsabilité de l’échouage de leurs navires et ce, en prétextant la défaillance de notre système de signalisation. » Pourquoi ? « Une manière, peut-être, de vouloir se débarrasser de leur rafiot pour pouvoir bénéficier de dédommagements de leur assureur », susurre-t-il. Bien que des navigateurs fassent des remarques quant à la signalisation du phare, celui-ci n’est jamais superflu. « Notre rôle, explique le directeur adjoint de l’ONMS, Slimane Haddad, constitue de renforcer la sécurité de la navigation et le maintien de la haute fiabilité de nos systèmes et de nos instruments qui viennent en appoint des instruments de navigation utilisés. » Et de conclure que « la mission qui nous incombe est d’assurer une bonne couverture de la côte tout en améliorant la signalisation, de Ghazaouet à El Kala, à travers un patrimoine constitué de 26 phares, de 160 feux de port, de 20 bouées de balisage, de trois stations de DGPS outre le recueil et le traitement de mesures hydrographiques. »(El Watan-26.08.06.)

****************************

*Cap carbon, le plus haut du monde…Béjaia.

Le cap est une tête insulaire et toute en protubérances, qui tend dans l’eau une sorte de cou hérissé de roches blanches, de pins maritimes et de maquis. Le dôme aux pans abrupts, dressé en avant de la côte comme né d’une poussée sous-marine, penche dans l’autre sens puis monte en direction du Parc national de Gouraya dont il est le prolongement. Sa base, que fouette l’écume, est percée de part et d’autre par des arches qui fixent l’un des traits naturels caractéristiques de la région sur les bonnes vieilles cartes postales.

« Peu d’endroits de la mer Méditerranée sont d’un effet aussi surprenant, aussi beau que la vue sur l’extrémité du Cap Carbon », écrit Luis Salvator De Hasbourg, archiduc d’Autriche dans son livre Bougie, la perle de l’Afrique du Nord (réédité par L’Harmattan en 1999). Difficile quand même de croire que, bien des lustres après l’érection par Ptolémée II du fameux phare sur l’Ile de Pharos dans l’ancienne Egypte (285 av. J.-C.), l’antique Saldae, où tous les temps s’étaient conjugués avec l’activité navale, pas seulement dans l’imaginaire prolixe de la postérité, n’a pas eu sa sentinelle lumineuse, ou une ancêtre équivalente, en des âges autrement plus précoces. Bien avant les Français, les Béjaouis se sont distingués parmi les corsaires les plus redoutés, rapporte l’illustre Ibn Khaldoun. Pedro Navaro, un nom aux consonnes prédestinées, a conduit les compagnies espagnoles, pour l’installation de comptoirs coloniaux. L’empereur Charles Quint, conquérant parmi les conquérants, au nom de la Monarchie universelle, lui venait en renfort en cette citadelle tant convoitée. Puis les attaques turques conduites par le mythique Arroudj… Autant de monde qui, à une étape donnée de l’histoire, a pris la mer pour prendre Béjaïa. Les techniciens de l’Office national de signalisation maritime (ONSM) apprennent donc que l’érection du phare a été amorcée vers 1870, en cette même période où le port de Béjaïa fut érigé en port de guerre, par une administration française qui n’a pas hésité à exploiter des autochtones et qui comptait bien amarrer le sud de la Méditerranée au destin de la métropole.

Passé de navigateurs

L’irrégulière côte béjaouie offrait des pics et des paumes ouverts vers le ciel où l’on pouvait implanter phare et sémaphore. Le Cap Carbon est de ceux-là d’autant que son jaillissement en poste avancé dans la mer lui procure un surplomb panoramique sur cette grande bleue, labourée durant des lustres par les flottes commerciales entre deux ruées de navires de guerre qui montaient à l’assaut. Le périmètre est le territoire historique de colonies de singes magot, celles-là même qui continuent à peupler discrètement les hauteurs maritimes et à toiser la ville et ses pénates. La première incandescence, en provenance du cylindre du phare ne fut possible que durant l’année 1906. Le phare du Cap Carbon culmine à près de 242 m (jusqu’à l’axe de la lampe), au-dessus du niveau de la mer, alors que la tourelle proprement dite s’élève, quant à elle, à près de 15 m du niveau du sol constitué par le site naturel. La portée du phare, celle que le navigateur peut repérer à l’œil nu, oscille, quand les conditions climatiques sont favorables, entre 26 et 29 milles nautiques, soit un peu plus de 50 km. Phare d’atterrissage, tel que classé dans le jargon des navigateurs, par opposition au phare de jalonnement, celui du Cap Carbon ne balise pas seulement les trajectoires vers les bons ports, mais projette son faisceau pour rassurer que les quais de Béjaïa sont presque à portée de brasses. Par un chemin taillé à même les flancs de la falaise, la descente vers le cap, puis la montée vers le phare, est un moment de grand délice pour les yeux. L’eau est si limpide et ses reflets si nuancés en bas, que l’un de nos accompagnateurs, professionnel polyvalent qui connaît les coins et recoins du périmètre marin de Béjaïa, arrive à lire, sur la surface à peine agitée de la mer, les subtils reliefs du fond. « Le site était tellement beau avant que les incendies ne mordent si goulûment dans le manteau végétal. » Visiteur d’un jour, nous arrivons difficilement à croire que le site peut être plus beau qu’il ne l’est sous nos yeux ébahis. « D’ici, la vue est surtout belle vers l’ouest, sur la côte, avec le récif des pisans proéminent (…). Là, à l’ombre du versant, les eaux profondes sont d’un bleu particulièrement intense, presque comme la pierre Lapis Lazuli. Les bateaux à voile, qui apparaissent de temps en temps au loin, semblent des mouettes en comparaison avec la pyramide géante de la nature », s’éblouissait encore le prince autrichien, globe-trotter qui a succombé aux charmes de B’gayet. Notre arrivée à la plate-forme du phare interrompt ferme la méditation falote d’un singe sur un petit pic rocheux. Sans se presser le moins du monde, et l’air un peu ennuyé, le primate esquisse un mouvement traînard vers une autre saillie de la falaise et reprend sa posture béate. Ici, les singes font partie du décor et les gardiens du phare, le mot amusé, nous apprendront plus tard qu’il n’est pas bon de laisser les fenêtres et les portes des locaux de servitude ouvertes tant les magots ne se gênent pas pour se servir dans le garde-manger. « De sales types ces singes que je vous dit ! », plaisante ce gardien qui nous sert du café en guise de bienvenue. Organisé en ronde hebdomadaire de trois gardiens, le relais du personnel chargé du fonctionnement du phare est une sorte d’ermitage, intermittent certes. « Nous passons le temps à de petites tâches d’entretien, au contrôle du matériel… Pour le reste, nous avons la télé et la radio et surtout toute la beauté du cadre que vous voyez », décrit simplement un autre gardien un peu intimidé par notre virée. Demandez-le à tous les gardiens de phare, la hantise reste les salves aiguës des foudres qui ne parviennent pas à endiguer les systèmes de protection.

Coup de foudre

Sur place on nous montrera les impacts d’un éclair particulièrement foudroyant qui a brisé un quartier de roc et l’a envoyé en éclats avant de propager le feu dans les câbles des installations. Des recoins des sobres locaux gardent, en stigmates, des traînées de suie générées par les décharges venant du ciel. Dans la nuit des orages, on se tient donc le ventre. Sinon, quand le ciel renonce à tempêter, les paquets d’oxygène iodés venant du large relaient le murmure de l’immensité repue, selon le mot de Djaout, pour encore magnifier le havre haut perché et le rétablir dans sa quiétude éthérée. Sautter Harlé & Cie, Paris 1905. La plaque en cuivre vissée sur l’impressionnant cylindre du phare renseigne sur l’origine de l’installation. Cela amplifie l’impression d’être en face d’une pièce de musée, dès l’abord inspiré par le métal noble d’une lourde manivelle, l’éclat têtu de deux réservoirs, l’un à pétrole et l’autre à pression, une imposante cuve de rotation à mercure et la charpente robuste de la serre vitrée. Cela finit de conférer au tout l’aspect pointu et un peu kitsch d’une tour de contrôle. La disposition concentrique des verres taillés décuple l’éclat d’une lampe qui ne paye pourtant pas de mine, pour la propager en faisceau puissant vers le large. Un système alambiqué pour le profane, se plaçant entre le technologique, version des anciens, et l’artisanal ingénieux. Nous ne quittons pas le superbe nid sans avoir griffonné des mots sur le registre de visite inauguré au début du siècle dernier. Les pages jaunies du cahier, une autre pièce de musée ne sont pas épaisses malgré les strates des années. Le temps est une notion qui semble avoir une variante propre au phare. Il est vrai aussi que les visites sont rares dans ce dôme qui est autant ouvert vers le large que fermé, par le paravent majestueux de Gouraya, vers la ville toute proche. Lorgnées, quelques impressions de visiteurs couchées sur le papier, à des décennies d’intervalle, confluent toutes vers l’émerveillement. Nous y avons laissé, en sus, l’expression d’une nostalgie anticipée. Et pour cause. Les performances des nouvelles technologies de navigation, qui se fient plus à présent à l’omniscience des satellites beaucoup plus qu’elles ne guettent le fanal venant des côtes, repoussent de plus en plus le phare dans la réserve goulue des monuments du passé. Les concepteurs de la sentinelle qui tutoie la haute brume ne se sont pas doutés que le jour viendra où leur tension vers le ciel sera rendue pathétique par l’œil et l’ouïe de ces balises interactives qui balayent le monde arrimées à leurs lointaines orbites. Paradoxalement, la situation tend beaucoup plus à épaissir le mythe qui entoure les structures qu’à les disqualifier et les reléguer au rang de vestiges meublant la géographie de la mémoire. Même s’il devait un jour se satisfaire de ne cligner que par pure fidélité à sa vocation, le phare continuera sans doute à projeter ses éclats vers le large, quitte à braver les foudres du ciel et à communiquer via une linguistique en voie d’extinction.(El Watan-12.07.2004.)

*************************

*Cap Rosa, à l’ouest d’El Kala.

A une vingtaine de kilomètres à l’ouest d’El Kala, le cap Rosa s’impose dans le paysage. C’est un éperon rocheux qui s’avance franchement dans la Méditerranée. Haut de près de 120 mètres et massif, il domine le littoral de l’extrême est où il marque la limite entre le golfe de Annaba et celui d’El Kala.

Recouvert, il n’y a pas si longtemps encore, par de denses forêts de chênes traversées par des cours d’eau où s’abreuvaient jusqu’au plus fort de l’été des centaines de cerfs, il est aujourd’hui, après plusieurs incendies de forêt, hérissé d’un maquis clairsemé qui laisse percer l’ocre des sols sablonneux qui s’enflamment au crépuscule. D’où son nom Rosa. Les pêcheurs et les plongeurs disent qu’il sépare aussi deux univers. Les fonds, infiniment plats à l’ouest, ont un relief tourmenté à l’est. Caressés par les courants qui entraînent des eaux riches en nutriments provenant des lacs côtiers, ils ont façonné un monde sous-marin d’une incomparable beauté où foisonne une vie aquatique qui singularise ces rivages de la mare Nostrum. C’est d’ailleurs entre le cap Rosa et le cap Roux, qui borne le littoral de l’Algérie à l’est, que s’étend la zone marine du parc national d’El Kala théoriquement protégée.

Lumière en faction

Le phare, blanc, qui coiffe le cap sur son mamelon le plus haut, se détache distinctement dans l’azur. Sentinelle discrète et imperturbable, il guide les marins, de jour comme de nuit, depuis plus de cent ans. On arrive au phare par une route tortueuse, refaite récemment, et qui vous mène d’abord à la plage du cap Rosa, élevée elle aussi au statut de réserve naturelle et de zone d’extension touristique sans pour cela freiner les défrichements autorisés, le béton anarchique, l’invasion des plages par les baigneurs et l’aménagement par les pouvoirs publics. Avant la route, les projets sans lendemain, les campeurs bruyants et sales, le maître des lieux après Dieu avait des allures de phare du bout du monde de Jules Verne. C’est ce que nous dit avec émotion Laroussi Larabi dit Mazouz, 80 ans, gardien du phare pendant 45 ans, à la retraite depuis 1988. « Mon père était déjà gardien du phare quand j’ai vu le jour en 1924. Il a été, comme je le suis devenu, un employé saisonnier qui travaillait toute l’année comme auxiliaire des gardiens français fonctionnaires des ponts et chaussées de l’époque. Nous nous tenions à distance pour être respectés, mais il y avait une discrimination flagrante entre les gardiens français et nous. Alors qu’ils logeaient dans les bâtiments, nous vivions dans un gourbi à proximité d’expédients, de petits élevages, de la pêche et de la chasse… du cerf. Nos amis les plus proches étaient à la SAS de Braptia à 8 km. Nous avions un salaire de misère, mais il y avait la baraka », soupire ammi Mazouz en produisant le relevé de sa pension de retraite.

Extinction révolutionnaire

Il fallait une journée entière pour aller à El Kala et revenir par les sentiers à travers la forêt. Il y avait une règle intransgressible : en toute circonstance, le phare devait s’allumer à la fin du jour et briller toute la nuit pour lancer deux éclats vers la terre et deux éclats vers la mer. Pourtant, le 10 février 1956, le feu qui porte à 20 milles nautiques s’éteint. Il est la cible d’une attaque d’un groupe de combattants de l’ALN, commandé par feu Laïssani. Le phare est détruit et l’un des gardiens français du nom de Tortora, présent sur les lieux cette nuit-là, est égorgé. Le lendemain, l’armée française prend possession des lieux que sont contraints de quitter Mazouz et sa famille pour s’installer à El Kala. Le phare restera éteint plus d’un mois, jusqu’au retour du second gardien français placé sous la protection de l’armée française. Le phare est rallumé mais restera fixe. La lanterne fonctionnait avec du pétrole que l’on faisait venir avec le ravitaillement et la relève des gardiens, qui se faisait hebdomadairement, avec des ânes jusqu’à l’affection d’une jeep Willis à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Elle le restera jusqu’en 1968, date à laquelle on installe une nouvelle optique clignotante qui fonctionne au gaz. A partir de 1971, on a installé un mécanisme d’horlogerie qui alternait toutes les 6 heures l’allumage et l’extinction de la lanterne. Avant, il fallait monter le soir pour l’allumer et le matin pour l’éteindre. Le phare est bien resté en panne quelquefois à cause des pénuries de gaz de cette époque alors, nous dit encore Ammi Mazouz, « j’allumais une lampe tempête et même une bougie parce que le phare ne devait pas s’éteindre coûte que coûte ». La route ne sera ouverte qu’à la fin des années 1970 et elle ouvrira la voie aux premiers visiteurs et campeurs. L’électricité n’arrivera qu’en 1988 avec l’installation à proximité du phare d’un poste de surveillance de la marine nationale. Aujourd’hui, ils sont cinq gardiens qui se relayent tous les dix jours à l’entretien du phare. Ils occupent les deux logements qui sont en piteux état. En hiver, le cap Rosa, qui est ouvert à tous les vents, fait face à de terribles tempêtes. Les conditions de vie sont insupportables. Les eaux ruissellent jusqu’à l’intérieur des pièces du bâtiment.

Impérial sphinx

Ce sont les restes de ce qui a été un beau bâtiment, comme on les faisait à l’ancienne. Une tour cylindrique de 15 m en maçonnerie de pierres apparente, faisant corps avec un bâtiment rectangulaire qui abrite deux logements. Une cour intérieure au Sud sépare cet ensemble des pièces de service et de rangement. Une clôture ceint le tout à 117 m d’altitude. Les gardiens d’aujourd’hui sont des agents de sécurité payés à 7000 DA. Ils sont complètement démunis et dans l’impossibilité d’entreprendre la moindre réparation. « Heureusement que, grâce à la marine, on a de l’électricité, sinon le phare s’éteindrait faute de pouvoir payer le carburant du groupe électrogène qui d’ailleurs ne fonctionne pas. » Sur la terrasse du bâtiment, il y a des panneaux solaires reliés à une batterie d’accumulateurs installés au rez-de-chaussée. « Cela a été utilisé à une époque puis abandonné aussi, on ne sait pas pourquoi. » Manifestement, le phare du cap Rosa, qui continue de briller coûte que coûte, est mal en point. Nous n’avons pas pu en savoir plus sur la gestion de ces structures malgré des tentatives faites auprès de l’Office national de la signalisation maritime à Skikda. De toute évidence, cet organisme doit subir les effets conjugués des progrès de la navigation maritime qui progressivement se dispense des feux côtiers et des coups de boutoir des réformes économiques qui laminent les services publics de cette nature. Quelques bribes d’information collectées çà et là nous ont appris que le phare du cap Rosa a commencé à être érigé en 1860 et est entré en activité vers la fin du siècle. C’est un édifice original qui a marqué son temps et qui est partie intégrante de notre patrimoine de la mer. Comme le sphinx, il regarde impassible le désert d’eau à ses pieds. Il connaît tous les secrets et les rumeurs que portent les vagues de la Méditerranée. Comme le sphinx, il nous interroge : est-il destiné à une disparition certaine par abandon de famille ou va-t-il renaître et être placé comme c’est son rang au centre de ce pôle touristique dont on parle depuis vingt ans ? (El Watan-05.08.2004.)

****************************

*Le phare Bengut  de Dellys.

On ne peut parler de Dellys sans citer son phare à feu fixe qui domine la baie et signale aux navigateurs l’entrée du port. La vieille ville de Dellys, située sur un promontoire escarpé (Cap Bengut), offre un riche mélange de potentialités naturelles, culturelles, historiques et touristiques avec plusieurs vestiges qui sont le témoignage des différentes civilisations, datant des époques punique, romaine et turque.

Le phare Bengut situé à une centaine de kilomètres à l’est d’Alger n’a pas été épargné par les actes terroristes puisque une bombe artisanale de forte intensité l’a sérieusement endommagé le 22 février 1994 à 20h 40. Ce monument historique, de grande importance pour la navigation maritime, a été opérationnel depuis 1881. Le phare Bungut considéré comme l’un des plus vieux phares d’Algérie, comme l’appellent les gens de Dellys « Bordj Fnar », a nécessité plus de six ans de travaux pour sa remise en service dans l’intérêt de la navigation aérienne et maritime. Les pêcheurs ont été les premiers à être rassurés par les rayons lumineux qui durent dix-sept secondes et peuvent atteindre jusqu’à 95 km. Ces derniers sont visibles de la ville d’Azeffoun, 60 km à l’est de Dellys et jusqu’aux hauteurs d’Alger à l’ouest. Le phare a été construit six ans après celui de Aïn Benian, dit Caxine en 1845 par M. Bengut qui, indique-t-on, a découvert ce site qui présente toutes les conditions pour son implantation. Le phare composé de 36 tours a été bâti sur une parcelle de terre la plus élevée et la plus avancée au niveau de la mer dans la zone appelée la Djena au centre, entre le port à l’est et le château fort à l’ouest. Ce monument a été réalisé pendant la période coloniale où la ville de Dellys a connu un épanouissement. Les autorités coloniales de l’époque n’ont pas lésiné sur les moyens pour que la ville de Dellys devienne une capitale administrative de la basse Kabylie. Ce gigantesque phare portant le nom de son concepteur dispose d’une tour avec un minaret abritant l’ensemble de l’appareillage composé d’un ensemble de feux de secours, d’un capteur électrique, d’un soubassement tournant sur cuve à mercure, d’un contrôleur de rotation, d’une platine d’alimentation de la lampe, d’une lampe aux allogènes avec chargeur de lampe, d’une optique à éclats, d’une cellule d’allumage du feu de secours et une machine de rotation des moteurs dont un de secours. Une girouette indiquant la direction des vents et la pointe de choc du paratonnerre servent à la protection de l’édifice des effets de la foudre. Si cet édifice de grande importance pour la navigation aérienne et maritime a été épargné durant les deux guerres mondiales, il n’a pas échappé à la horde intégriste en 1994, à la nature, où le séisme du 21 mai 2003 a été terrible pour le phare Bengut qui reste encore debout, mais complètement délabré et fissuré. Au moment où nous sommes passés, Bordj Fnar donnait l’impression d’être abandonné et livré à lui-même puisque les travaux de réfection et de rénovation n’ont pas encore été entrepris une année après le séisme.(El Watan-22.08.04.)

**************************

**Les grands phares du littoral algérien

Ras El Afia, l’enchanteur

« Un rocher illuminé par l’homme et les oiseaux à toujours. » C’est par ces quelques mots consignés dans le Livre d’Or du phare qu’un architecte-paysagiste a résumé ses impressions après son passage en ce lieu incontournable pour tout visiteur de la région.Par une matinée légèrement brumeuse et nuageuse de ce mois de juin, nous nous sommes rendus, une fois encore, au Grand Phare à moins d’une dizaine de kilomètres à l’ouest de Jijel, un phare débordant amplement de sa vocation de guide pour les bateaux dansla nuit pour s’insérer tout simplement dans le patrimoine local. Nous n’en sommes pas à notre première virée dans cet édifice intégré agréablement au site en valorisant même la valeur, mais on s’y presse, tout charmé, comme si on allait à sa découverte. Après avoir traversé la localité d’Ouled Bounar (5 km à l’ouest de Jijel), et sitôt le virage qui surplombe deux magnifiques criques abordé, s’offre, au regard charmé, le cap Afia sur lequel trône majestueusement, telle une sentinelle, le phare Ras El Afia. En quittant la RN43, il faut prendre une petite route, qui mérite bien une réfection, menant jusqu’au portail avancé du phare.

L’écueil de la salamandre

C’est sur la pointe rocheuse ouest de Leghrifat du cap Afia, une langue de terre qui avance en Y dans la mer que fut construit en 1867 le phare de Ras El Afia, communément appelé Grand Phare, pour avertir les navires de la présence de l’écueil de la salamandre à quelques milles nautiques au nord. La presqu’île qui abrite le phare et où l’on note la présence de matériels lithiques préhistoriques de différentes époques est longée à l’est par une magnifique plage avec son sable rouge caractéristique et à l’ouest, une anse très prisée par les pêcheurs invétérés. Le coin qu’on désigne par Leghrifat (chambrettes) serait probablement une allusion à l’emplacement dont subsistent, au sommet d’une colline plus au sud, les ruines d’un campement romain. Quant à Afia, bien que l’origine ne soit pas bien établie, on soupçonne une vraisemblable corruption par l’arabe du mot afia (lumière) du berbère ancien en référence à un sémaphore antique qui s’élevait dans le campement, indiquant la proximité d’Igilgilis Colonia (Jijel). Avant de longer les trois palmiers qui balisent le chemin menant vers l’escalier en pierre qui zigzague jusqu’à la porte d’accès au phare, nous rencontrons Mourad Azzoune, un des gardiens du phare, qui s’est fait une joie de nous faire visiter cette merveille.

Lanterne rouge

L’imposante bâtisse rectangulaire réalisée en maçonnerie et peinte d’un blanc éclatant est couronnée d’une tour octogonale que termine à une hauteur de 43 m la lanterne de couleur rouge qui protège la lampe et l’optique des intempéries. Un feu auxiliaire se trouvant plus bas est destiné à guider les petits bateaux qui longent la côte vu la présence de trois bancs rocheux qui émergent de l’eau à quelques centaines de mètres du phare. Le soubassement qui ceinture tout le tour de l’édifice est de pierres apparentes qui lui donnent l’aspect d’une forteresse. Ras El Afia est classé parmi les phares de jalonnement des côtes qui précisent le tracé d’une route maritime très fréquentée. A l’intérieur de la bâtisse de deux étages, nous remarquerons qu’il y a, dans ces lieux maintenus dans une propreté impeccable, assez d’espace pour y avoir aménagé deux chambres spacieuses, une cuisine et des locaux de service. De la terrasse, le visiteur découvre une vue imprenable sur la mer au nord, El-Aouana et ses pitons en cascade, à l’ouest et Lalla Mezghitane, la montagne qui veille silencieusement sur la ville de Jijel, au sud. Pareil spectacle demeure un enchantement, gravé pour toujours dans la mémoire du touriste de passage. Pour accéder au sommet de la tourelle, il faut escalader les 36 marches d’un escalier en colimaçon qui tourne dans la cage. Le dispositif optique, que protège la lanterne vitrée et colorée en rouge, est accessible par un petit escalier de neuf marches. Durant la journée, et afin de protéger les équipements des rayons du soleil, le vitrage est recouvert complètement d’une bâche. A ce niveau se trouve la lampe fixe produisant la lumière et le système optique pour la concentrer en la dirigeant vers l’horizon. Ce dernier est composé d’une lentille de Fresnel du nom de l’inventeur français de la lentille convergente formée de prismes concentriques décalés. Le dispositif mu par un moteur baigne dans une cuve de mercure, qui assure la sustentation du plateau, et le fait tourner docilement. Le phare, dont les coordonnées géographiques sont de 36°49’N et 5°42’E, émet dès la tombée de la nuit un éclat rouge avec une période d’occultation de cinq secondes, soit le temps d’une rotation. Ras El Afia est sans conteste la cerise sur le gâteau succulent qu’est la corniche jijelienne qui n’a de cesse envoûté le touriste par ses ingrédients de choix : la mer, la forêt et la montagne. (El Watan)

*****

**Le photographe Zinedine Zebar, et le journaliste Mohamed Balhi pour le texte signent un beau-livre – vraiment beau dans l’acception littérale – consacré aux phares algériens. Justement, cet ouvrage est intitulé Les Phares d’Algérie : Vigies de la côte paru éditions Casbah.

Ce beau livre, sans jeu de mots, nous éclaire. Puisque guide. En compulsant cet ouvrage, le lecteur sera plongé dans l’univers marin. Une voyage ayant la «cote» d’or. Où il observera des haltes à Annaba, Ghazaouet, en passant par Jijel, Mostaganem, Tipasa, Alger, ou encore Boumerdès. Un bon plan…d’eau émeraude fleurant bon l’iode. Des arrêts sur images. De beaux instantanés. Des panoramas à la vue imprenable. Ces phares d’Algérie. De véritables cartes postales immortalisées par Zinedine Zebar.
Insulaires vigiles

Trente-deux phares algériens comptabilisés. Par opposition à l’Office national de signalisation maritime (ONSM) recensant 22 phares sur le long des 1622 km du Tell algérien. Ces tours brillant de mille feux pour guider les navires et leur éviter les écueils. Au fil de ce périple maritime, on découvre la beauté de haut…vol de ces édifices. Un lieu, une histoire, une légende. Et ce, à travers un texte pédagogique très instructif, vulgarisant l’histoire des phares algériens.

Dans le passé, Carthaginois et Romains avaient acquis les sciences et pouvaient se déplacer et s’orienter en mer grâce à une meilleure connaissance des astres, des vents et du littoral, de surcroît sans carte ni instruments… déjà, au temps des Carthaginois puis des Almohades, la succession de promontoires tout au long du littoral algérien permettait l’établissement d’une signalisation par des feux allumés. Ces feux servaient aussi, selon Pline l’Ancien, lui-même amiral, à communiquer d’un endroit à un autre.

De jour, les marins s’orientaient grâce à des points de repère – les amers – perceptibles tout au long de la côte au sommet des collines. Comme par exemple des santons ou des mausolées. On peut citer la tour de Sidi Brahim à Honaïne, ou Bordj Sbanioul selon René Basset cité par Abderrahmane Khelifa, une tour de vigie datant de la période espagnole, y lit-on.
Ils ont la cote

On apprend aussi à travers le linéaire des phares algériens que le choix du site de l’implantation obéissait à des contingences géostratégiques : «Le phare de Ténès, inauguré en 1865, a été suivi par l’implantation d’autres phares sur le littoral de l’ouest du pays.» L’objectif des autorités coloniales françaises était de sécuriser la côte par un système de signalisation permettant ainsi aux vaisseaux d’acheminer les troupes destinées à la conquête de l’ouest algérien et à mater les insurrections des
tribus alliées à l’Emir de Abdelkader.

25 phares ont été construits de 1861 à 1954. Selon les normes adaptées à l’époque. La plupart ont une architecture et une maçonnerie qui ne sont pas similaires. Leur tour se présente de différentes formes. Carrée, octogonale ou cylindrique. A titre d’exemple, le phare de l’îlot d’Arzew est une tour cylindrique en maçonnerie lisse de 12 mètres de haut. La région d’Arzew possède une longue histoire en tant que lieu de négoce réputé pour la sûreté de son port. Arzew tirerait son origine du berbère «arzieu» qui veut dire «broche, forte pointe». Les phares d’El Kala, Tarf (1850), Cap Rosa, El TArf (1906), Cap Carbon, Béjaïa (1907), Cap Matifou, l’Amirauté à Alger, Cap de l’aiguille Kristel, Oran (1865), Cap Falcon, Oran (1868), l’île de Rachgoun, Aïn Témouchent (1870) ou encore celui des Deux Frères Ghazaouet à Tlemcen, sont autant de vestiges remarquables de par leur beauté, envergure et surtout histoire.
Un patrimoine effarant !

Zinedine Zebar et Mohamed Balhi
Les Phares d’Algérie : Vigies de la côte, beau-livre, 288 pages, Editions Casbah

K. Smail /  el watan/ mardi 02 février 2016

******************************************

5 réponses à “Phares d’Algérie”

  1. 28 05 2012
    allal (20:58:30) :

    je vous remercie pour cette documentation tres istructive et fascinantes. je suis le gardien de phare de cap caxine depuis 2000 et photographe.. je l’ai immortalisé avec environ 1000 poses et j’ai decouvert qu’il garde une âme et une boter qui m’aide a m’améliorer et me découvrir.

  2. 18 11 2012
    Hadji Djamal Eddine (15:35:48) :

    Bonjour, je trouve ton travail sur les Phares d’Algérie très intéressant, sauf que je me permet de vous signaler que la date exact de la construction du phare Ras El Afia de Jijel est en 1867 ci joint la liste des articles publier dans le site site WEB de Jijel : http://www.jijel-echo.com

    http://www.jijel-echo.com/LE-PHARE-RAS-EL-AFIA-Un-site-a.html

    Il y a aussi le phare de Jijel (port de Jijel) qui a été construit en 1866.
    http://www.jijel-echo.com/Donnees-historiques-du-phare-de.html

    Meilleurs respects

  3. 1 01 2013
    torremocha (20:39:04) :

    mon père à été gardien de phare sur l’ile de raschgoun béni saf de 1954 à 1960 souvenirs de mon enfance inoubliable et a marquer toute ma vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...