Des fouilles à nu virtuelles dans les aéroports

**Les machines déshabilleuses

machindeshab.jpg 

À partir de la mesure d’ondes réfléchies par le corps humain,  un calculateur réalise une image de sa surface et celle de tout objet dissimulé. 

Les passagers aériens un peu trop pressés éveillent l’attention. Même si l’embarquement de leur avion s’achève, ils risquent fort de subir, après avoir franchi un premier portail de détection, une humiliante fouille au corps. À l’aéroport Sky Harbor de Phoenix, aux États-Unis, une autre possibilité existe : les agents de sécurité proposent à leurs hôtes pressés d’être examinés par un « scanner déshabilleur » ; 80 pour cent des passagers concernés préfèrent cette solution.

De quoi s’agit-il ? D’un imageur capable de reconstituer par le calcul la surface de la peau de la personne ainsi « fouillée » ou de tout objet dissimulé sous les vêtements. L’Agence gouvernementale pour la sécurité des transports (TSA ou Transportation Security Administration), chargée aux États-Unis de valider les méthodes utilisées à l’embarquement, en teste deux principes, l’un à rayons X, l’autre à micro-ondes. Le premier, celui de l’imageur à rétrodiffusion de rayons X, exploite le fait que les matériaux réfléchissent les rayons X de façon différente selon leur nature et leur densité. A priori, le principe de recevoir des rayons X à l’aéroport effraie, mais les doses en jeu sont très faibles. Joe Reiss, de la Société American Science and Engineering qui produit le système, souligne que les molécules dont sont constitués les explosifs réfléchissent nettement plus les rayons X que les molécules organiques du corps humain, ce qui permet de les distinguer sur les images.

Le second principe, celui de l’imageur à ondes millimétriques, est celui qui a été introduit à l’aéroport Sky Harbor. Construit par l’entreprise L-3 Communications de Woburn dans le Massachusetts, cet imageur exploite des faisceaux d’ondes radio à des longueurs d’onde choisies pour une réflexion optimale sur la peau humaine. Il produit une image à 360 degrés du corps et de tout objet se trouvant à son contact…(Pour La Science-octobre 09)

********************** 

Tout porte à croire que des fouilles à nu virtuelles auront bientôt lieu dans les aéroports canadiens. Malgré la controverse mondiale qu’ils génèrent, des scanners capables de voir à travers les vêtements seront installés dans sept aéroports du pays d’ici 2010, confirme l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA).

Déjà implantée dans certains aéroports des États-Unis et d’Europe, cette technologie a fait l’objet d’essais à l’aéroport de Kelowna l’an dernier, dans le cadre d’un projet pilote coordonné par l’ACSTA. En balayant les passagers d’ondes radio millimétriques, le scanner, qui ressemble à une cabine d’ascenseur, reconstitue une image en trois dimensions du corps. L’image ainsi obtenue permet de révéler le moindre objet dissimulé sous les vêtements, mais dévoile aussi aux agents de contrôle de l’ACSTA plusieurs détails anatomiques des passagers, dont les organes génitaux.

Lors de l’annonce d’investissements en sécurité totalisant 356 millions pour les aéroports canadiens, hier, le vice-président aux opérations de l’ACSTA, Yves Duguay, a confirmé, aux côtés du ministre Jean-Pierre Blackburn, son intention d’acquérir au cours de l’année 2009-2010 sept de ces scanners. Chacun de ces appareils coûte autour de 200 000 $.

«Les tests que nous avons menés à Kelowna se sont révélés très concluants, a assuré M. Duguay. Il est par ailleurs important de souligner que les passagers qui ont testé cet équipement à Kelowna l’ont fait sur une base volontaire, et ce principe s’appliquera aussi aux nouvelles pièces d’équipement», a-t-il précisé.

Au cours des dernières semaines, La Presse a tenté à plusieurs reprises d’obtenir le rapport d’étude complété par l’ACSTA au terme du projet pilote, ainsi que les détails d’un sondage mené auprès de passagers qui ont accepté de se soumettre à la fouille virtuelle, mais en vain. Le Commissariat à la protection de la vie privée n’a pour sa part obtenu qu’un rapport préliminaire et ne s’est toujours pas prononcé au sujet de la technologie. Un avis favorable de sa part est toutefois nécessaire au déploiement du système.

«C’est très inquiétant de voir que le gouvernement fonce tête baissée vers cette technologie sans même permettre à quiconque d’examiner les résultats de l’étude qu’il a menée, affirme Micheal Vonn, directrice des politiques de l’Association pour les libertés civiles de Colombie-Britannique, qui a vu l’appareil à l’oeuvre à l’aéroport de Kelowna et qui a également tenté de mettre la main sur les rapports. «Lors de ma visite à l’aéroport, j’ai parlé à certaines personnes qui ont participé aux tests, et ce qui sort de ces conversations, c’est que les gens n’étaient vraiment pas au courant de ce que fait l’appareil. Ils comprenaient que le fait de passer à travers le scanner leur permettrait de traverser la sécurité plus vite, mais ils ne comprenaient pas qu’un agent les verrait nus sur un écran», soutient-elle.

«Les autorités aéroportuaires canadiennes font tout pour minimiser auprès du public le niveau d’intrusion que représente cette technologie, ajoute Mme Vonn. Elles disent qu’on ne voit pas vraiment le corps nu avec ces appareils, mais pourtant, lorsque des journalistes (de CNN) les ont testés aux États-Unis devant la caméra, les agents leur ont suggéré de mettre une plaque métallique devant leurs parties génitales pour ne pas qu’elles soient révélées à la télé», illustre-t-elle.

En novembre dernier, devant une vive opposition de députés du Parlement européen, la Commission européenne a décidé de mettre sur la glace temporairement son projet d’étendre la technologie à l’ensemble du continent. Aux États-Unis, certaines mesures ont par ailleurs été prises pour minimiser l’intrusion dans la vie privée: l’agent qui visionne les images du scanner se trouve dans une pièce isolée, et ne peut donc pas voir le passager en personne. Les images sont en principes détruites à mesure, sans qu’aucune archive ne soit maintenue.

En conférence de presse à l’aéroport Trudeau, M. Duguay et le ministre Blackburn ont également annoncé l’achat imminent de 125 nouvelles machines à rayons X plus performantes pour scruter les bagages aux aéroports d’Edmonton, Toronto, Vancouver, Winnipeg et Montréal. Une quarantaine de nouveaux agents de l’ACSTA seront aussi embauchés. Sur les dépenses de 356 millions dévoilées hier, 282 millions avaient déjà été annoncés dans le dernier budget fédéral. (La Presse – Canada. 12.05.09.)

***Les scanners corporels en contradiction avec la loi, en Grande Bretagne..

Leur utilisation pourrait être interdite pour les mineurs…

Un scanner corporel utilisé en 2002 à Orlando, en Floride. 

L’introduction rapide de scanners corporels dans les aéroports britanniques n’aura peut-être pas lieu… ou du moins, pas tout de suite. En effet, selon le Guardian, l’utilisation de ces «BodyScann» serait en contradiction avec la loi britannique qui interdit la création «d’images indécentes d’enfants».

Le ministère des Transports, contacté par le Guardian, a confirmé que la pornographie infantile faisait partie des «questions légales et opérationnelles» entourant la mise en service des scanners, actuellement en discussion suite à l’attentat manqué sur un vol Amsterdam-Detroit le 25 décembre 2009.

Il serait ainsi question d’interdire l’utilisation du scanner pour les mineurs, afin de ne pas risquer d’abus. C’est déjà ce qu’il s’était passé à l’aéroport de Manchester, rappelle le quotidien, lors d’une phase de test.

«Impossible de reconnaître le visage»

Contactée par 20minutes.fr, la société Visiom, qui commercialise le scanner en France, explique qu’il est «impossible de reconnaître le visage» de la personne. Néanmoins, toutes les courbes et les formes du corps sont reproduites, on voit ainsi nettement les organes génitaux ou la poitrine du passager.

C’est ce qui inquiète l’association Action for Rights of Children, qui s’appuie sur une loi de 1978, qui rend illégale la création d’image indécente d’enfants. (20.Minutes.05.01.2010.)

*******Qu’est-ce qu’un scanner corporel?  Comment fonctionne-t-il? 

Quelques jours après la  » tentative d’attentat  » sur le vol Amsterdam-Detroit, le 25 décembre dernier, des experts estiment que cela aurait pu être évité si les contrôles dans les aéroports se faisaient à l’aide de scanners corporels plutôt que de portiques de sécurité. Comment marchent ces scanners? Decryptage.Pourquoi un scanner corporel aurait pu empêcher la tentative d’attentat?
Le suspect a  » tenté de faire sauter »  l’Airbus en mélangeant un liquide inflammable contenu dans une seringue avec de la penthrite, un explosif très puissant qu’il avait caché le long de sa cuisse, deux composants qui ne peuvent pas être détectés à l’aide des portiques de sécurité classiques. Avec un scanner corporel, si. Selon Bruce Hoffman, expert en terrorisme à l’université de Georgetown, ce seraient les seuls capables de détecter le type de dispositif utilisé vendredi.

Comment fonctionne ce scanner?
Ce sont des ondes millimétriques qui permettent de recréer une image en 3D de la personne. Jean-Philippe Teixeira, de la société Visiom, qui commercialise l’appareil en France, contacté par 20minutes.fr explique: «Ces ondes ressemblent à celles des téléphones portables, mais sont 10.000 fois moins puissantes, et ne représentent pas de danger pour les passagers. En fait, les ondes ne rentrent pas dans le corps mais donnent une image de la surface». En effet, ces ondes traversent les vêtements mais sont «stoppées par le corps».
 

Comment se passent les contrôles?
Le passager rentre dans ce qui ressemble à une petite cabine. «Il doit rester alors immobile, les bras levés, pendant trois secondes environ. Les bras levés pour être sûr qu’il ne dissimule rien sous les aisselles», précise Jean-Philippe Teixeira. Concrètement, le corps, nu, apparaît à l’écran, en trois dimensions.
Que voient les agents?
Si on ne voit pas tous les détails du corps, l’image reproduit quand même très fidèlement la courbure d’un sein par exemple… Cependant, le seul agent qui voit les images est situé dans une cabine, loin du contrôle. «Des tests ont été fait, il est impossible de reconnaître le visage», poursuit la société Visiom. Pour une expérimentation prévue à Nice (mais qui n’a finalement pas eu lieu), un floutage avait été ajouté.
Ce que voient les agents, en revanche, ce sont tous les corps étrangers. «Une simple carte de visite dans une poche, une arme ou même un straping au genou», détaille Jean-Philippe Teixeira, «l’opérateur remarquera tout corps étranger au niveau surfacique».

Combien ça coûte?
En France, l’appareil n’est pas encore commercialisé. Mais selon la société, il pourrait être vendu entre 100.000 et 150.000 euros. Pour Douglas R. Laird, ancien directeur de la sécurité de Northwest, le coût d’un tel appareil s’élèverait plutôt à un million de dollars, alors qu’un simple rayon X en vaut moins de 50.000.

Où y en a-t-il actuellement?
Aux Etats-Unis, ce type de scanner est déjà en fonction dans 19 aéroports, ainsi que dans des palais de justice ou des prisons.

Et en Europe?
L’appareil a été testé dans plusieurs aéroports, mais fin 2008 la commission européenne avait émis des réserves. Quoiqu’il en soit, lundi, le ministre de l’Intérieur britannique, Alan Johnson, a indiqué qu’il envisageait d’en installer «aussi rapidement que possible».
En France, la DGAC, contactée par 20minutes.fr, explique qu’en général ce sont les textes européens, précisés par des textes nationaux, qui définissent les contrôles. Actuellement, on utilise des PIF (postes d’inspection filtrage). ( 20.Minutes.29.12.09.)

 

 

7 réponses à “Des fouilles à nu virtuelles dans les aéroports”

  1. 5 09 2011
    personal loans (03:55:33) :

    Precisely why can’t My spouse and i inside a fantastic site such as this one am i allowed to get the Feed function, please help

  2. 6 09 2011
    email cover letter (06:08:56) :

    Appreciate it for sharing ElAyam.1 » Des fouilles à nu virtuelles dans les aéroports with us keep update bro love your article about ElAyam.1 » Des fouilles à nu virtuelles dans les aéroports .

  3. 6 09 2011
    birthday quotes (06:08:56) :

    Appreciate it for sharing ElAyam.1 » Des fouilles à nu virtuelles dans les aéroports with us keep update bro love your article about ElAyam.1 » Des fouilles à nu virtuelles dans les aéroports .

  4. 11 11 2011
    league of legends download (00:11:30) :

    That’s kind of… abrupt.

  5. 10 03 2016
    vacant lot for sale cavite dasmarinas (18:29:05) :

    Good post. I learn something new and challenging on blogs I stumbleupon on a daily basis. It will always be interesting to read articles from other authors and use something from their websites.

    https://twitter.com/IAmWendy26/status/702482406750580736

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...