• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 25 août 2009

En Lituanie, la statue de Lénine attire les foules

25082009

lenine.jpg

Près de Lénine, les touristes prennent la pause. Une attraction touristique, dénuée d’éclaircissement sur le vrai visage du communisme. Des statues démesurément grandes. Comme celles que l’on pouvait voir dans toutes les villes de l’ancienne Union Soviétique, du temps du communisme triomphant. Des statues de Lénine, de Staline, de Marx… Aujourd’hui déboulonnées, elles deviennent l’attraction d’un parc pas comme les autres, en Lituanie. Notre correspondante l’a visité. Étonnant.

Travailleurs et combattants : huit personnages de bronze accueillent le visiteur à l’entrée du parc Gruto, à Druskininkai, à 130 km de Vilnius, la capitale du pays. Chaque statue pèse 110 tonnes. Bienvenue dans la Lituanie soviétique : ici, une centaine de statues, déboulonnées en vitesse dans les années 1990 après que la Lituanie eut obtenu son indépendance, sont à l’honneur.  

Le long des allées du parc parfaitement entretenu, on peut ainsi découvrir les figures de Lénine, de Marx, ou de Staline et bien d’autres encore, autant de monuments à la gloire des grands personnages du communisme.

À l’époque soviétique, elles ornaient la plupart des places du pays. Violetta, une Lituanienne d’une cinquantaine d’années, est arrêtée devant un Lénine au bras tendu : « Je me rappelle bien cette sculpture, elle était dans le centre de Vilnius… Là où on assistait à des parades. C’était aussi pour nous un lieu de rendez-vous. »

Viliumas Malinauskas a flairé la bonne affaire lorsque le gouvernement lituanien, en 1999, lance un appel d’offres afin de créer un espace pour ces statues qui dormaient dans divers entrepôts.

Étrange façon de se souvenir

Ce businessman local remporte le marché et ouvre le parc Gruto, en 2001. Depuis, le parc accueille chaque année 150 000 visiteurs du monde entier. Sans complexe, le fondateur du site s’en réjouit, preuve selon lui que ces statues méritaient d’être exposées : « On ne peut pas condamner le sculpteur d’avoir réalisé un Lénine ou un Staline, ce n’est pas un criminel. Il fallait bien qu’il vive… D’ailleurs, si à l’époque soviétique un sculpteur ne réalisait aucune statue de dirigeant soviétique, il n’avait aucune commande ! »

Dans le parc, des boutiques de souvenirs affichent toutes sortes de gadgets à l’effigie de Lénine et de Staline : briquets, verres de vodka, T-shirts… Étrange façon de se souvenir, selon certains. En effet, la dictature communiste a signifié, pour la Lituanie, la déportation de plusieurs dizaines de milliers de personnes en Sibérie…

Premysl, un Tchèque vivant en France depuis qu’il a fui son pays en 1968, visite ce jour-là le parc, en compagnie de sa femme : « Il faudrait expliquer cette période de l’histoire. Pour moi, de voir des symboles de la dictature soviétique reproduits ainsi, c’est un signe évident que la période n’a pas été comprise. »

On peut le regretter, à l’heure où on va célébrer le vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin, le parc de Gruto ne donne guère à comprendre l’histoire. Il relève bien davantage du parc d’attractions, avec ses espaces de jeux pour enfants, son coin restauration… et son accordéoniste qui, le temps du repas, ne se fait pas prier pour interpréter… L’internationale. (Ouest-France.17.08.09.)







robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...