• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 25 avril 2009

TGV d’un nouveau genre

25042009

Originalité de ce train : lors de la réservation, il faut choisir entre ambiance zen (calme garanti) et zap (enfants, jeux, téléphone...). (DR)
Originalité de ce train : lors de la réservation, il faut choisir entre ambiance zen (calme garanti) et zap (enfants, jeux, téléphone…). (DR)

Les jeunes en raffolent. Les autres générations se montrent plus réservées devant ce TGV d’un nouveau genre dont les voyageurs ont encore du mal à comprendre le fonctionnement.

TGV d'un nouveau genre  dans loisirs-voyages coeur- - Quatre ans après son lancement, iDTGV se gargarise de son succès : 86 % de remplissage moyen (contre 70 % pour le TGV classique), 70 % en faveur de l’oiseau de nuit iDNight inauguré il y a un an et 90 % de taux de satisfaction. L’an dernier, 2,5 millions de passagers l’ont emprunté, soit 50 % de mieux qu’en 2007. Face à ces excellents résultats, la SNCF a décidé de donner à ce train nouvelle génération les moyens de doubler ses résultats. D’abord, en renforçant les rotations sur les axes les plus fréquentés : Paris-Marseille et retour, quatre fois par jour au lieu de deux, Paris-Montpellier, deux fois au lieu d’une, Paris-Bordeaux/Toulouse et Paris-Nice, trois au lieu de deux. Ensuite, en ouvrant de nouvelles lignes. Depuis Paris, iDTGV reliera Grenoble, Annecy, La Rochelle et Brest ; par ailleurs, au départ de Lille, il se rendra jusqu’à Montpellier… Ce programme s’échelonnera sur les dix-huit prochains mois. Mais pas pour l’été prochain, dommage. Dès le 3 avril, un nouvel iDNight (lui, il roule de nuit, à vitesse normale) sera mis en service sur l’axe Paris-Toulouse. Puis, en juillet, ce sera au tour d’un iDTGV Lille-Nice. La capacité de croisière, estimée à 8 millions de places par an, devrait être atteinte d’ici à dix-huit mois. Cela dit, malgré l’engouement qu’il génère, ce train à grande vitesse reste un mystère pour nombre de voyageurs. Pourtant, il n’est pas si différent du TGV «normal». Explications.Les ressemblances iDTGV est un train parfaitement identique à un TGV classique. Il compte huit à douze voitures (dont trois de première classe et une voiture-bar) et deux motrices. La configuration et les sièges de ces voitures sont les mêmes que n’importe quel TGV du même réseau.

* LES DIFFÉRENCES

Elles apparaissent sur la grille tarifaire, avec les horaires et sur l’« ambiance ». Cette dernière est au choix, zen ou zap, et on en décide sur l’écran, au moment de sa réservation. Zen, c’est le silence absolu, on peut même y acheter des kits sommeil semblables à ceux qui sont distribués dans les avions. Les passagers avec enfants ou animaux sont invités à choisir l’autre ambiance, celle qui permet de se parler, de jouer avec les bambins, de faire une partie de belote avec son voisin… La « zénitude » des voyageurs est assurée par des « superviseurs », nom donné aux contrôleurs qui contrôlent les billets sur le quai. À l’inverse, dans les voitures zap, tout est permis, le téléphone, les consoles vidéo, les lecteurs de DVD… Enfin, à bord des iDNight, la voiture-bar se transforme en discothèque jusqu’à 2 heures du matin. Voilà qui explique pourquoi 80 % des adeptes du voyage au bout de la nuit ont moins de 34 ans.

* LES BILLETS SONT-ILS MOINS CHERS ?

Les premiers prix s’affichent à 19 € par trajet en seconde et 29 € en première. La nuit, ils chutent à 15 € et 25 €, avec, en prime, des montants dégressifs pour les groupes (moins 15 % à partir de quatre personnes et moins 25 % à partir de sept). La SNCF le dit, ce sont environ 10 % des sièges qui sont affichés à ce prix d’appel. Sur une rame complète, pas moins de 26 paliers tarifaires sont appliqués. Au fur et à mesure que les réservations progressent, les prix les plus bas cèdent la place à la tranche supérieure, etc. Résultat, réserver le plus tôt possible (on peut trois à cinq mois à l’avance) est la meilleure manière de bénéficier de ces minitarifs, tout comme voyager à des dates creuses. C’est le principe du « premier arrivé, le mieux servi ». Les prix grimpent donc ensuite, jusqu’à beaucoup plus haut. Une certitude : ils sont systématiquement inférieurs (et les « yielders » d’iDTGV y veillent) aux tarifs du TGV classique ou à ceux des compagnies aériennes un même jour sur un axe donné. Mais cette différence peut se limiter à quelques euros seulement…

* OÙ ACHETER SON BILLET ?

Sur Internet uniquement (www.idtgv.com). En quatre étapes (choisir son trajet, son ambiance zen ou zap, sa place et son mode de paiement), vous réservez et vous réglez votre billet sur la Toile, puis vous imprimez vous-même votre titre de transport (pas besoin de le composter). Le billet n’est pas remboursable. Mais il est modifiable jusqu’au jour du départ. Il suffit de recommencer la manœuvre (y compris l’impression). Le changement sera toutefois facturé 10 €. Si le nouveau billet est plus cher, vous devrez payer la différence tout de suite, mais s’il l’est moins, il faudra vous contenter d’un avoir pour le prochain voyage…

* LE SITE VIENT D’ÊTRE RELOOKÉ

Il permet désormais de choisir sa voiture et son siège (mais toujours pas le sens de la marche). Et même son voisin, grâce à une «zone communautaire» d’échange entre voyageurs (onglet iDTGVandCo) qui permet d’entrer en contact avec ses futurs compagnons de rail. Pour partager un taxi, un échiquier ou un plateau de Scrabble. Là aussi, le contrôleur veille : les échanges ne sauraient dérailler.(Le Figaro)  

 







robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...