Travailler dans un cadre paradisiaque

28032009

Des milliers de candidats ont postulé pour être le «gardien» des îles de la Grande barrière de corail en Australie. (DR) 

Vous rêvez d’un job au soleil toute l’année? Le cadre est certes idyllique mais le salaire n’est pas toujours faramineux.

Travailler dans un cadre paradisiaque dans mer et soleil coeur- C’est vraiment un travail de rêve : devenir le «gardien» des îles de la Grande barrière de corail en Australie. Parmi ses responsabilités (peut-on vraiment parler de «responsabilités»?), citons l’exploration des îles pendant six mois et la description de ses expériences dans un blog hebdomadaire, un journal photo, des bulletins vidéo et des interviews dans les médias. Vraiment épuisant, non ? La date limite de dépôt des dossiers était le 22 février. Jusqu’à présent, plus de 19.000 candidats ont envoyé leur candidature vidéo. Mais ne vous inquiétez pas. Il y a bien d’autres postes auxquels vous pouvez postuler au paradis.

Que vous soyez plombier, infirmière, moniteur de danse ou chef cuisinier, vous pouvez trouver un moyen de passer toute votre vie aux Caraïbes par exemple. Mais pourquoi pas ? De nombreuses carrières disponibles près de chez vous, comme celle d’entrepreneur ou de directeur de restaurant, existent aussi dans les sites touristiques les plus sublimes du monde. Pour les trouver, vous pouvez commencer par Unique Vacations, propriétaire et opérateur privé de Beaches et Sandals, deux franchises très appréciées. Son concurrent, Club Med, propose des postes similaires.Ces deux organisations possèdent des portefeuilles de sites à travers le monde. Un plombier au Mexique ? Un chef en République dominicaine ?Le principal inconvénient est le salaire de base assez faible, mais avant de lever les yeux au ciel, lisez plutôt. Dans les sites Club Med, en l’absence d’un salaire conséquent, la société offre un logement et les repas, les soins médicaux et dentaires, le transport et l’accès libre aux installations du complexe. Et il reste toujours la possibilité de gravir les échelons.

Travailler en bronzant

Les postes d’infirmières sont parmi les mieux payés initialement, autour de 1 500 dollars par mois. Pour poser votre candidature, les employeurs exigent un diplôme d’infirmière agréée et au moins un an d’expérience dans un pavillon d’urgence ou en pédiatrie. Vos patients seront les clients et le personnel du complexe.

Les moniteurs de sport sont à l’autre extrémité du barème des salaires et touchent environ 700 dollars par mois. Mais préférez-vous être enfermé dans un cours de kickboxing en ville ou faire de la boxe en plein air avec le bruit des vagues derrière vous ? En plus, vous pourrez vous faire bronzer tout en travaillant – la cerise sur le gâteau !

Kate Moeller, porte-parole de Club Med, affirme que la société effectue uniquement des promotions internes dans ses complexes touristiques. A partir de n’importe quel poste, vous pouvez progresser pour devenir «chef de service adjoint» puis «chef de service».

«Nous avons également un poste de «chef de village», sorte de croisement entre un directeur de croisière et un directeur général» explique Kate Moeller. «C’est le poste que briguent beaucoup de nos employés. C’est un peu comme de devenir la reine ou le roi du poulailler.»

La plupart de ces sociétés ont une clientèle internationale et ont mis en place des programmes de recrutement structuré pour attirer des talents à travers le monde. Elles possèdent des bases sur plusieurs continents pour vendre l’idée de faire carrière aux Caraïbes ou dans tous les lieux où les gens vont chercher l’évasion.

Rachel McLarty, directrice des affaires d’entreprise chez Sandals Resorts International, explique que sa société organise des programmes pour attirer de nouveaux employés dans tous les services. Elle s’adresse souvent aux diplômés des écoles hôtelières et de restauration en Europe.

Mais. Le taux de renouvellement du personnel est plutôt faible : une comptable de chez Sandals, rattachée au site de Montego Bay en Jamaïque, occupe son poste depuis 1981.

« Ici, j’ai envie de travailler ! »

Stephen Hector est relativement nouveau. Il a débuté au complexe Sandals de Nassau, aux Bahamas, au poste de directeur des relations publiques internationales du groupe il y a un an. Il y a deux mois, il a été transféré au complexe de Turks et Caïcos. Il affirme avoir accepté une réduction «importante» de salaire lorsqu’il a quitté sa ville natale de Londres, mais il n’a aucun regret.

«En Angleterre, le mauvais temps est une malédiction pendant une grande partie de l’année» fait-il remarquer. «Ici, quand on se réveille, le soleil brille. On est immédiatement de bonne humeur.»

L’absence d’impôts sur l’île arrange encore les choses, et ici Hector fait beaucoup d’économies par rapport à Londres sur les repas au restaurant et les sorties en soirée. Se détendre à la plage ne coûte rien et tous les repas qu’il prend au complexe sont gratuits.

«A Londres, tous les matins je sortais du lit au dernier moment» affirme Hector. «Mais ici, j’ai vraiment envie d’aller travailler ! Ca fait sans doute un peu «fonceur», mais c’est vrai. Ici on a vraiment envie de se mettre au travail le matin.» (Le Figaro)

 







robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...