Tahiti et ses 118 îles

28 02 2009

 tahiti35.jpg

 Tahiti et ses îles se situent à environ 17 100 km de la France . Elles s’étendent sur un territoire maritime de 4 millions de km2, surface équivalente à celle de l’Europe. La superficie de ses terres émergées, réparties en 118 îles, couvre pour sa part 4 000 km2. L’île de Tahiti, dans l’archipel de la Société, se trouve à 17°32 de latitude sud et 149°34 de longitude ouest. Située entre la Californie (6 200 km) et l’Australie (5 700 km), elle est à 8 800 km de Tokyo et à 7 500 km de Santiago du Chili. Dans ces îles à l’hospitalité légendaire, rien n’est trop beau pour les invités!  Pas même la plus ravissante des demeures : le fare  traditionnel polynésien.

L’ARCHIPEL DE LA SOCIETE

L’archipel de la Société (constitué des Îles du Vent et des Îles Sous-le-Vent) est un ensemble d’îles hautes tropicales ceinturées de lagons, dont la principale est Tahiti, la plus grande des îles polynésiennes, avec Papeete pour capitale administrative. Tahiti dresse ses deux splendides massifs volcaniques, le grand, couronné de nuages, à plus de 2 000 m au mont Oropiti, au coeur de Tahiti Nui, et le petit, dont le mont Mairenui culmine à 1300 m, en plein centre de Tahiti Iti. Les deux îles, reliées par l’isthme de Taravao, évoquent une comète d’émeraude, dans le halo turquoise de leur étroit lagon. L’archipel de la Société compte, en outre, Moorea, avec ses pics volcaniques qui se reflètent dans les eaux tranquilles de son lagon, séparée de Tahiti que par 17 km d’un profond bras de mer ; Huahine, île magique et sauvage située à 175 km au nord-ouest de Tahiti, si secrète avec ses traditions encore bien vivaces ; Raiatea et Tahaa, îles sacrées aux fertiles vallées, partageant le même lagon et offrant des conditions de navigation particulièrement agréables ; La célèbre Bora Bora, dominant l’irréelle beauté de ses eaux poissonneuses, de ses motu aux cocoteraies frangées de sable blanc, et de jardins de coraux. Et Maupiti, l’île du coeur, lovée au milieu d’un lagon de jade.

Tahiti – Moorea – Bora Bora – Raiatea – Huahine – Taha’a

tahiti43.jpg

tahiti21.jpg

L’ARCHIPEL DES TUAMOTU

C’est un univers particulier entre ciel et océan, est un ensemble d’îles basses, ou “atolls” refermés sur leur lagon par une ceinture de corail. Bleu, blanc, vert : les trois couleurs dominantes de l’archipel des Tuamotu, simples anneaux de corail, posés entre ciel et vagues. De plus près, la féerie explose : c’est le dégradé turquoise des lagons, les violets et les mauves des platiers coralliens affleurant la surface irisée d’une eau jade translucide, les taches jaunes, rouges, oranges, noires, roses des jardins sous-marins, et les fulgurances nacrées des poissons. Il y pleut rarement. C’est un milieu propice à la culture des nacres perlières.
Rangiroa, Tikehau, Manihi, et Fakarava possèdent la majorité des hébergements de l’archipel.

Rangiroa – Tikehau – Manihi – Fakarava

L’ARCHIPEL DES MARQUISES

Aussi dénommées Terres des Hommes, “Enua Enata” en langue marquisienne, il est constitué d’un groupe d’îles, dressées, telles des forteresses vert sombre, en plein grand bleu indigo du Pacifique, à deux pas de l’équateur et à quelque 1 500 kilomètres de Tahiti. Sur les douze îles des Marquises, seules six sont habitées.
Les plus connues sont Nuku Hiva, Hiva Oa et Ua Pou.
Univers privilégié de la navigation, les Marquises n’offrent que peu de plages, alors si précieuses ! Cochons, chèvres, moutons et chevaux galopent en liberté dans ces paysages splendides.

L’ARCHIPEL DES AUSTRALES

Rendez-vous des baleines à bosses, l’archipel des Australes situé à l’extrême sud, comporte 5 îles hautes : Rurutu, Tubuai, Rimatara, Raivavae, Rapa. Ultimes terres habitées du Pacifique sud, hors des circuits touristiques conventionnels, les îles Australes sont d’anciens volcans, mais aux reliefs plus doux, plus sages, aux sommets moins élevés, à l’exception de Rapa, que ceux des autres archipels.  C’est le dernier archipel de Polynésie française avant les eaux glacées de l’Antarctique. Il est à cheval sur le tropique du Capricorne. Avec leur « marae », lieux de cultes anciens, leurs grands tiki de pierre datant de centaines d’années, et les murets encore intacts de leurs « pa », forteresses millénaires, elles n’ont pas encore livré tous leurs secrets.
De bon matin, le souffle du vent du sud incite les plus frileux à sortir emmitouflés. Le changement de température, lorsqu’on habite dans les autres îles de Polynésie, est surprenant. Mais, aller en vacances aux Australes, c’est un peu comme prendre des vacances d’hiver. Leur climat, où poussent à la fois des variétés tropicales et celles des régions tempérées, est propice aux cultures maraîchères, le principal moyen de subsistance des habitants, avec l’artisanat. En dehors de l’agriculture, les habitants vivent aussi de l’artisanat. Ils utilisent leur don et leur habilité en matière de tressage de pandanus, de fibres de cocotiers ou de roseaux des Australes (Aeho), pour fabriquer des chapeaux et des sacs qui remportent toujours un succès certain au Heiva des artisans de Tahiti Nui, par exemple.
Les îles Australes sont également le lieu de rendez-vous des baleines que l’on peut découvrir chaque année entre fin Juillet et Octobre.

L’ARCHIPEL DES GAMBIERS

L’archipel des Gambier est le plus reculé de la Polynésie avec ses 1 700 km de distance. Ancien volcan qui s’est effondré, l’archipel est composé de plusieurs îles hautes dont Mangareva est la principale. Le tout est encerclé d’une barrière corallienne de 90 km. Les magnifiques plages des îles de Gambier exposent leur blancheur éclatante sous un soleil rimant avec le sel de la mer.
Contrairement aux précédents archipels, le climat est frais car les îles se trouvent au sud, dont la température peut atteindre les 12°c au mois de juillet.
Les paysages sont majestueux dans les couleurs variantes : dégradés de saphir, indigo et turquoise des lagons contrastant avec le vert intense des cocotiers où parfois on distingue des vestiges, des ruines abandonnées d’anciens édifices religieux. 
 

vahine costume traditionnel tahitientahiti25.jpg 

Perché sur hauts pilotis au-dessus des eaux translucides du lagon, ou niché entre les hibiscus en fleurs à l’ombre des cocotiers, sur la plage de sable blanc, le fare  offre toujours confort et fraîcheur…qu’il soit très simple ou de grand luxe. Quant aux hôtels à l’architecture plus occidentale, ils sont enfouis sous des cascades de fleurs au bord des lagons, sans jamais dépasser la hauteur des cocotiers.
Chambres et dépendances, ornées d’objets et de tissus polynésiens, sont parsemées de brassées de fleurs coupées, fraîches, renouvelées chaque jour … Plaisirs de l’éphémère aux raffinements extrêmes.

La petite hôtellerie familiale :

Pour les voyageurs épris de simplicité et d’expériences authentiques, la petite hôtellerie, acteur incontournable du développement des îles, est le mode d’hébergement idéal, apparenté aux gîtes ruraux. L’accueil y est familial et chaleureux, à l’image des habitants, désireux de faire connaître et apprécier les richesses naturelles et culturelles de leurs  îles. La plupart des établissements proposent des excursions, terrestres, à la découverte de sentiers ou chemins de randonnées peu connus- à pied ou en véhicule tout terrain et lagonaires, vers des motus paradisiaques pour une halte pique-nique, hors du temps.
Une table soignée, une cuisine familiale saine et naturelle, à base de poissons fraîchement pêchés et de fruits et légumes locaux, sont pour les invités une opportunité de s’initier à la gastronomie polynésienne.

Cette formule de vacances est en plein développement à Tahiti et ses Iles, tant pour l’exploration tranquille à l’intérieur des lagons qu’entre les groupes d’îles si divers et différenciés. Des unités à moteur, consacrées, pour certaines à la pêche sportive hauturière, pour d’autres à la croisière de luxe privée, sont basées dans les principales îles de la Société. Elles proposent d’effectuer des sorties de pêche, des promenades d’une journée avec pique-nique compris, d’une demi-journée ou au coucher du soleil, mais aussi des croisières plus longues, à la demande…. Les compagnies de voiliers monocoques ou catamarans, basées à Tahiti, à Moorea, et surtout aux Iles Sous-Le-Vent, offrent le choix de la location avec ou sans skipper ou hôtesse, pour un week-end, quelques jours, ou plus communément une semaine.
Le bateau privé, une jolie alternative, ou comment emmener son hôtel avec soi.

L’hôtellerie flottante :

Des paquebots de grand luxe proposent des croisières à la découverte des îles de la Société, tandis que d’autres unités basées à Raiatea, de taille plus réduite, mais toujours dotées du meilleur confort, séduiront les croisiéristes intimistes lors de séjours à la carte de 4 à 5 jours.
La découverte des Iles Sous-le-Vent et des Tuamotu, de même que des croisières « Robinson », « éco-tourisme”, « plongée” organisées à bord de catamarans de grand confort, permettent de savourer les délices de ces îles somptueuses. Pour ceux désirant s’aventurer vers les îles enchanteresses des Marquises, un cargo-mixte remplit à merveille cette mission de faire découvrir les six principales îles de cet archipel éloigné et leurs paysages fantastiques.(Le guide de la Polynésie)  

cartepolynesie.jpg

 


Actions

Informations



Une réponse à “Tahiti et ses 118 îles”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...