Vivre près de la mer, c’est bon pour la santé

23052016

**Echos de la mer et de la Nature – 7 -

*********************************

**La couleur du bonheur 

Vivre près de la mer, c'est bon pour la santé dans mer et soleil media_l_8647394

*Vivre près de la mer, c’est bon pour la santé

 mer de tous les rêves 20090227PHOWWW00198

On l’aurait sans doute bien deviné tout seul mais vivre face à la mer ou l’océan s’avère réellement bénéfique pour la santé mentale, selon une étude récente des universités de Canterbury (Nouvelle-Zélande) et du Michigan (Etats-Unis). Ces résidents privilégiés semblent en effet moins sujets à la dépression, au stress et aux troubles psychologiques en général. 
Ce que l’on imagine peut-être moins, c’est que la couleur du paysage est à l’origine de ce sentiment de bien-être, selon les conclusions des chercheurs et l’analyse d’un échantillon de 450 résidants de Wellington, capitale de la Nouvelle-Zélande, bordée par la mer de Tasman et l’océan Pacifique. L’étendue de bleu aurait en effet des propriétés apaisantes plus bénéfiques que la vue d’espaces verts, tels qu’un jardin, un parc ou une forêt, confie Amber L. Pearson, co-auteure de l’étude

Nuance
Une nuance s’impose toutefois: si les volontaires interrogés pouvaient parler d’une seule voix au sujet du décor océanique, homogène et préservé de la colonisation humaine, les espaces verts varient quant à eux qualitativement d’un quartier à l’autre, d’une rue à l’autre, en fonction de l’urbanisation environnante. L’étude n’aborde par exemple pas le sentiment de l’habitant résidant au beau milieu d’une réserve naturelle, sans immeuble dans son champ de vision.  

Avantages
La science avait déjà démontré les vertus bénéfiques de la mer sur la qualité du sommeil ou l’état des poumons. On découvre désormais le pouvoir étonnant de sa couleur sur la santé mentale. Mais qu’en est-il de l’impact d’un plan d’eau non azur, comme la mer du Nord en hiver, de la vue d’un lac, de la neige immaculée, de la montagne voire du désert? Autant de cadres de vie qu’il serait intéressant d’analyser du même point de vue médical…*10/05/2016 -Source: MSU

**Pour les Chinois, c’est le rouge qui est la couleur du bonheur 

*cliquer ici: Le langage de la couleur

****************************************

un phénomène magique en Chine:

la mer s’est teintée de bleu à la nuit tombée et devient fluorescente

media_xll_8947143 couleur.bonheur dans tourisme

***voir vidéo: Spectacular  » Blue Tear » Phenomenon Lights up East China Coastline

Il s’agit d’un phénomène magique en Chine: la mer s’est teintée de bleu à la nuit tombée au niveau du comté de Changle dans la province du Fujian dans l’est de la Chine. Appelé « larme bleue », ce phénomène est dû à la présence d’organismes surnommés « étincelle de mer ». 

Cette algue devient fluorescente lorsqu’elle est perturbée et peut provoquer à grande échelle une marée rouge. Pour le moment, aucun risque, selon les scientifiques. Touristes et photographes ont donc pu admirer le spectacle. *samedi 6/08/2016 -Source: Reuters

*************************************

*La dernière éclipse de lune avant 2024, c’est ce soir vendredi 16 septembre 2016 

Et le phénomène ne va pas se répéter avant 2024

Mabrouk Aidkoum- عيدكم مبارك dans actualité media_xll_9074030

La pleine Lune va devenir un peu plus sombre pendant quatre heures ce vendredi 16 septembre 2016, entrant dans la pénombre de la planète Terre

Ce vendredi soir, une éclipse lunaire pénombrale se produira dans le ciel, la dernière de 2016. Et le phénomène ne va pas se répéter avant 2024, avanceBusiness Insider. Un événement qui pourra être suvi en direct.

Visible à l’oeil nu
La pleine Lune inondera le ciel en Europe. Contrairement à une éclipse totale, elle ne fera qu’obscurcir légèrement la Lune. Ce phénomène est visible à l’oeil nu mais il est préférable d’avoir des jumelles ou un télescope afin de profiter du spectacle.

18h54-20h54
Selon les spécialistes, il faudra avoir les yeux grands ouverts à partir de 18h54 alors que l’éclipse atteindra son pic à 20h54. Elle sera aussi visible en Afrique, en Asie et en Australie.* vendredi 16 septembre 2016 - Source: Business Insider

**** Une cartographie de la Voie lactée d’une précision inégalée, avec la localisation de quelque 1,15 milliard d’étoiles

media_xll_9067165 couleurs

 Une cartographie de la Voie lactée d’une précision inégalée, avec la localisation de quelque 1,15 milliard d’étoiles, a été présentée mercredi par l’Agence spatiale européenne (ESA) à partir des observations du télescope spatial européen Gaia.

« Avec plus d’un milliard d’étoiles, c’est la plus vaste carte jamais réalisée à partir d’une seule mission, et c’est aussi la plus précise », a annoncé Anthony Brown, un chercheur membre de l’équipe Gaia, lors d’une conférence de presse à Madrid. 

« La positions de 1,15 milliards d’étoiles »
« Les scientifiques ont catalogué les positions de 1,15 milliard d’étoiles », a pour sa part souligné le CNRS, associé à la mission. Un record en termes de recensement, même si cela représente moins de 1% des étoiles de la Voie lactée, la galaxie à laquelle appartient notre système solaire, qui en contient probablement entre 100 et 200 milliards. 

Données partagées
Pour 2 millions de ces étoiles, les scientifiques, issus de 25 pays européens, ont défini et mis à la disposition des chercheurs du monde entier des données comprenant leur vitesse de déplacement et leur distance par rapport au Soleil. L’ESA et le consortium européen qui pilote Gaia prévoient d’obtenir, vers fin 2017, la vitesse et la distance pour le milliard d’étoiles désormais identifiées dans cette nouvelle cartographie. 

Gaia
Depuis son lancement le 19 décembre 2013, Gaia scrute l’immensité de la Galaxie (100.000 années lumières de diamètre), et enregistre chaque jour les données de 50 millions d’étoiles. Pourvu de 200 millions d’étoiles de plus qu’initialement prévu, ce catalogue va permettre aux chercheurs de mieux comprendre les phénomènes physiques qui régissent les étoiles et la Galaxie. *14/09/16 – Source: AFP

**************

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

Littoral oranais : Une baignade rafraîchissante à Aïn El Hamia

*De loin, on entend un tohu-bohu indescriptible. C’est le tumulte des bambins ravis de faire trempette dans la plage de Aïn El Hamia (la source chaude), à Aïn Franine, un coin de la côte est d’Oran.

<br /><br /><br /><br /><br />
	Le littoral d&rsquo;Oran regorge de belles plages

Aïn El Hamia, qui abrite toujours un bain traditionnel au soufre jaillissant des entrailles de la terre, est la destination préférée des familles dites conservatrices. Aujourd’hui, le décor dans cette plage est hélas affligeant : aucune structure d’accueil, un parking pour lequel se disputent des jeunes, des baraques en guise de snacks et une absence totale d’hygiène. Les sacs en plastique parachèvent un décor illuminé sous le soleil écrasant du mois d’août.

Et pourtant, des dizaines d’estivants sont comme aveuglés par l’éclat de la mer et plongent et replongent dans cette grosse flaque salée. Il fait plus de 35°C. On suffoque sous les parasols et dans les tentes de fortune érigées avec des draps le long de la minuscule plage. Les enfants, surtout eux, peuplent l’eau et la font bouillir par des acrobaties à ne pas finir. Les maîtres nageurs, du haut de leur perchoir rouillé, sondent les alentours et utilisent tantôt le sifflet, tantôt le cri, pour mettre un peu d’ordre dans cette mêlée frénétique. Un peu plus haut, cachées sous de jolis pins, quelques familles ont élu domicile et offrent une image d’un camping résumé en quelques mètres carrés. Nous rencontrons sur la plage Omar, qui porte une petite barbichette, torse nu, mais en pantalon. «Je viens ici depuis 20 ans», tient à nous signaler cet habitué des lieux qui fait bronzette sous le soleil de 16h. Aujourd’hui, il vient surtout, dit-il, accompagner ses 2 enfants, pataugeant devant lui dans une espèce de bassin naturel rocheux excavé par les vagues.

Omar et Ayoub ont 5 et 11 ans, maigrichons et vêtus de slip en guise de maillot de bain, mais paraissant très contents, ne cessent de faire des signes à leur papa qui leur répond par des sourires. Il prend une bouteille d’eau minérale et appelle ses enfants : «Il faut les désaltérer chaque heure. Ils sont dans la mer depuis 2 heures, ils ne sont pas sortis de l’eau ces phoques !» Mohcine, c’est son nom, habite haï Nour, et travaille comme menuisier en aluminium. Il dit préférer Aïn El Hamia, parce que cela répond à ses convictions religieuses puisqu’il n’y a pas de mixité.

On lui montre des filles non voilées assises non loin. «Elles ne me dérangent pas. Par contre, dans certaines plages de l’Ouest, c’est l’enfer. Trop d’exhibition. C’est pas pour moi». Idem pour Djaffar, la vingtaine révolue, assistant d’un architecte : «J’adore les plages de la côte est. Je me retrouve parmi des gens simples, sans artifices». Djaffar se rend chaque fois que possible à la plage de Oued El Ghamek (la rivière profonde), à Kristel, une plage très difficilement accessible. C’est en ce lieu, à longueur d’année, qu’il aime exercer son sport favori : la plongée sous-marine. Cette partie du littoral oranais, loin de toute pollution, commence cependant à souffrir des aléas de l’homme. Djaffar nous dévoile : «Il y a des parties sous l’eau où il n’y a plus aucune vie, je suppose que cela est dû à la pêche à la mine, pourtant interdite». Les plages de l’est d’Oran, comme La Française ou encore Aïn Defla, à l’image de Aïn El Hamia, bien que beaucoup moins fréquentées que celles de l’ouest, ont un réel cachet de plages «embusquées» sous les pins, vraiment méditerranéennes, mais commencent à dépérir sous les bottes d’un urbanisme sauvage… quelques mètres plus haut. *el watan /  lundi 15 aoùt 2016

**********************************

*Un ftour collectif au bord de la mer, rassemblant plusieurs nationalités

*De jeunes scouts s’affairaient à servir les repas alors que le soleil sombre à l’horizon des Sablettes, prèsd’Alger

Une initiative louée par tous

Une légère brise marine balaye la promenade des Sablettes. Quelques promeneurs solitaires louvoient encore avant l’appel de l’iftar, alors que des pêcheurs regagnent la cité. De jeunes scouts affluent au lieu de rassemblement, plus à l’est de l’esplanade.
En ce 27e jour de Ramadhan, le wali d’Alger convie les familles algériennes à partager le f’tour avec des citoyens de différentes nationalités. Des ressortissants africains, notamment des Ghanéens et des Soudanais, mais également des Syriens, des Sahraouis (Sahara occidental) et des étudiants d’autres pays sont conviés à un iftar collectif, organisé à la promenade des Sablettes, à Alger. Ils sont 150 étudiants qui séjournent en Algérie dans le cadre du concours de récitation du Coran, Taj El Qoraân, et sont invités à ce mégadîner. Ahmed Abi El Faydh, président du Haut Conseil islamique et de la tariqa tidjania, au Ghana, assiste pour la première fois à cet iftar collectif et remercie Dieu pour ces 10 derniers jours du mois de Ramadhan. Il remercie également le gouvernement algérien et le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs pour cette invitation. «Je remercie l’ambassadeur d’Algérie à Accra, au Ghana qui m’a permis de vivre ce moment historique», ajoute-t-il. A son tour un ressortissant soudanais ne tarit pas d’éloges envers cette initiative. Il remercie le gouvernement, particulièrement le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, et le peuple algérien pour «l’accueil chaleureux.» De même qu’il salue le Prix algérien du Coran de par la préparation, le jury et le choix des concurrents. «Je salue le programme accompagnant le Prix international de Khartoum (Soudan) Tout en souhaitant davantage de succès au Prix du Coran.» dit-il enfin. Des Syriens sont également invités à cette table de l’iftar et font part des difficultés que rencontre la communauté syrienne en Algérie. Ils évoquent notamment le statut brouillé des Syriens qui n’ont, même au bout de quatre années de présence sur le sol algérien, ni résidence ni registre du commerce… autant de sérieux écueils qui les empêchent de réaliser le moindre projet. Nombreux sont ceux qui ne peuvent pas poursuivre leurs études supérieures par exemple faute de certificat de résidence. Du moins c’est ce que signale un Syrien naturalisé algérien en 1988 et dont la femme qui a déjà étudié pendant trois ans à l’université syrienne ne peut poursuivre son cursus dans notre pays, faute de papiers. Cet autre est pharmacien mais ne peut exercer, faute de documents administratifs. «Sans ressources nous ne pouvons subvenir aux besoins de nos familles. Nombreux sont nos compatriotes qui travaillent au noir, avec tout ce que cela sous-entend comme droits bafoués. Nous souhaitons davantage d’humanisme, dans ce pays qui est notre deuxième patrie» lancent-ils, tel un cri de détresse.Etd’ajouter: «Beaucoup se recyclent dans la menuiserie, le bâtiment alors que d’autres ont baissé les armes et ont même tenté la traversée clandestine de la Méditerranée au péril de leurs vies.»
M.Chibane Mohamed Choukri membre de l’APW d’Alger, revient sur les aspects organisationnels et cite plus de 300 tables pour servir plus de 1500 repas, et ce en coordination avec le conseil populaire de wilaya d’Alger. Les Scouts musulmans algériens SMA, la Dgsn et l’Opla une Epic de la wilaya sont des intervenants qui ont su se concerter avec l’APW et travaille main dans la main avec l’exécutif, soit le wali d’Alger pour réunir un telle mosaïque de nationalités. Celle-ci rend compte des valeurs de solidarité et d’entraide propres à l’Algérie. «L’opération rend compte de l’excellente coordination entre la wilaya (l’exécutif) et le Cpwa. Minutieusement préparée, elle ambitionne surtout de mettre en place un système de solidarité pérenne dans la société.» renchérit-il.
M Daâs Nabil du Croissant-Rouge algérien (CRA), comité d’Alger-Centre explique pour sa part que cet iftar, placé sous le haut patronage du wali d’Alger, réunit des jeunes, des travailleurs, des personnes du troisième âge. Ils sont en effet plus de 300 enfants et personnes âgées de cinq centres de prise en charge des enfants et des personnes âgées qui comptent parmi les convives. Des secouristes et des jeunes louveteaux s’affairent à servir les repas alors que le soleil sombre à l’horizon. Ils sont ainsi nombreux les jeunes scouts, les secouristes et les agents qui assurent bénévolement l’encadrement de ce rendez-vous convivial. Notons que de plus en plus de familles se rendent régulièrement aux Sablettes pour rompre le jeûne en plein air, sinon à la belle étoile. Ils tiennent à profiter de la brise marine, loin du confinement de la ville. A cet endroit, des soirées sont organisées par l’Office national de la culture et de l’information (Onci). Après le repas, les familles peuvent alors apprécier les prestations des artistes algériens qui se produisent dans différents genres musicaux comme le châabi ou l’andalou.*Par Salim BENALIA - Lundi 04 Juillet 2016 / L’Expression

**********************************

*journée inoubliable à l’Île Plane, près d’Oran

Virée à l'Île Plane,au large d'Oran ile%20paloma1

Si vous êtes de passage à Oran et passionnés de plongée sous-marine, essayez d’organiser une sortie à l’Île Plane; vous passerez une journée inoubliable. C’est l’un des plus beaux sites de plongée sous-marine de la côte oranaise. L’île plane ou Paloma est située à quelques 25 kilomètres au nord-ouest d’Oran, au large de la baie qui relie le cap Falcon au cap Lindless, on peut l’apercevoir quand on se balade sur la corniche oranaise à hauteur des plages de Corales, Bomo, la grande plage ou encore les Andalouses. Elle est constituée d’un seul îlot qui fait approximativement 400 mètres de long et 100 mètres de large, il y a un tout petit quai qui peut accueillir 2 bateaux de taille moyenne, il y a un petit abri d’une pièce construit dans une grotte, il devait appartenir a un pêcheur amoureux de l’île, la façade est en bon état, et on voit l’emplacement de la porte et de la fenêtre. Au point culminant de l’île il y a un phare qui n’est pas habité. L’île est peuplée de goélands leucophées (mouettes).*cliquer ici: virée à l’Île Plane,au large d’Oran

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**îles désertes pour milliardaires

À partir de 10.000 $ la semaine par personne (hors taxes et hors restauration)

**cliquer ici:  ELAyam.1

2%20Ile%20des%20Deux%20Cocos%20mauritius

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**En dépit d’une forte concurrence, la Méditerranée reste la destination préférée de la majorité des touristes en quête de soleil et de découvertes.

Plage dossier

*cliquer ici: La Méditerranée conserve son attractivité pour le tourisme

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise







robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...